Home
Sujet ajouté le
10 avril 2018
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google
StepOne - RC Factory

Pour partir du bon pied...

Présentation : Laurent Berlivet

Ce petit avion baptisé Step-One vient de chez RC-Factory, un fabricant tchèque qui propose une belle gamme de voltigeurs mais aussi d'autres modèles conçus pour se défouler sans stress, tous en EPP. Voir par exemple les présentations de l'aile volante compacte Crack-Wing, le Crack Turbo Beaver tout terrain, l'hydravion passe-partout Puddle-Star, l'aile volante à tout faire Zorro, le biplan de voltige musclée Revo P3 ou encore le jet facile F22 Raptor pour n'en citer que quelques-uns. Mais avant de pouvoir s'amuser avec l'un d'eux, il faut bien apprendre à piloter. Pour cela, il existe le Step-One qui permettra d'apprendre les rudiments du pilotage en 2 axes (profondeur/direction), qui peut voler dehors par temps calme ou en intérieur. Sa faible charge alaire associée à son profil creux lui procure une vitesse de vol peu élevée. Il n’est cependant pas destiné qu’aux débutants. C’est un bon appareil de détente tout terrain.

Le fabricant propose 4 coloris pour le Step One : jaune, vert comme le modèle présenté, ambre et même rose, « just for girls », à préciser lors de la commande.
Il est également livrable nu ou avec différents combos pour l'équiper, y compris un ensemble intégral avec émetteur radio et chargeur de Li-Po basique : toute la panoplie pour se lancer.
Le fabricant n'a pas pensé qu'aux débutants, mais aussi aux « moustachus » qui souhaitent s'amuser avec une petite machine simple, robuste et peu chargée. La cabine peut alors être remplacée par un boîtier intégrant une caméra et un émetteur vidéo pour le vol en immersion ! Et même avec un simple 2 axes, de belles sensations sont à la clé en poursuite avec les copains ou dans des terrains de vol emplis d’obstacles pour slalomer. Au ras du sol, les sensations sont au rendez-vous.

Pilotage 2 axes Devant le pilote
Vol en salle   Parkflyer
Avec sa faible charge alaire et sa grande surface ailaire, la vitesse de vol du Step-One n'est pas très élevée. Il peut voler dans un gymnase ou dans un parc.

Caractéristiques techniques
Marque : RC Factory
Nom :
Step One
Tarif indicatif : 59 €
Envergure : 83 cm
Longueur : 71 cm
Surface : 15 dm²
Poids : 200 g
Charge alaire : 13 g/dm²
Moteur : Pro-Tronik DM2204
Contrôleur : Pro-Tronik BF10A
Batterie : 2S 500 à 800 mAh
Hélice : 7''x6'' retaillée

 

Vol dans un parc avec le Step-One et poursuite en immersion par un quadricopter Graupner Alpha 250Q.

On déballe les morceaux

Comme d’habitude chez RC-Factory, la petite boîte tout en longueur et très plate est pleine comme un œuf. Les éléments sont pratiquement tous en feuille d’EPP blanc partiellement imprimé. Le fuselage est constitué de 2 flancs colorés qui viendront emprisonner une partie centrale très ajourée. Pour une bonne rigidité et un assemblage facile, l’épaisseur est constante du nez jusqu’à la queue.
L’aile est une simple planche dont les extrémités sont partiellement séparées pour obtenir le double dièdre. La partie centrale est fendue sur toute sa longueur pour recevoir un solide longeron triangulaire. Cette forme en sifflet enfoncée dans l’aile permettra de courber la feuille et d’obtenir un profil creux, c’est astucieux.
La profondeur et la dérive sont découpées dans une feuille avec un fraisage au niveau de l’articulation pour que le matériau serve directement de charnière.
Quelques rares morceaux sont en contre-plaqué, tel le support moteur, la platine de fixation de l’aile ou les moyeux de roues. Tous les accessoires sont livrés : commandes souples en jonc carbone et gaines plastique pour les guider, guignols, chapes à coller et à visser, axe de roue en fibre.
Le fabricant a pensé à tout et livre même un petit support à assembler qui servira à poser le modèle en équilibre dessus afin de bien respecter la position du centre de gravité pour prendre les bonnes habitudes dès le départ.
La notice détaillant le montage pas à pas est téléchargeable sur le site du fabricant.

Le carton est bien plein
La petite boîte toute en longueur est pleine comme un oeuf.

L'étiquette Contenu du kit
Il existe 3 décors différents, à préciser à la commande.
 
Le kit déballé sera vite monté. La notice est téléchargeable sur le site du fabricant.

Equipements

Il est possible d’acquérir tout l’équipement qui va bien en suivant les conseils du fabricant. J’avais du matériel en stock donc je l’ai utilisé, à savoir 2 servos Pro-Tronik 7350 MG-D de 5,5 g, un moteur brushless DM 2204 1750 kV de la même marque et le contrôleur associé BF 10A, avec une hélice 6x5. L’alimentation se fait en 2S, avec un pack de 500 à 800 mAh. Il est placé tout à l’avant, donc ne pas prévoir une capacité plus importante car un accu trop lourd pourrait poser des problèmes de centrage.

Assemblage de l'aile

Le montage de l’aile est astucieux. En effet, c’est au départ une simple feuille plate. En insérant un longeron en pin de section triangulaire dans une fente découpée au tiers de la corde, la matière est contrainte à se déformer. On obtient un profil creux bien régulier sur toute l’envergure. L’opération s’effectue à cheval sur l’angle du chantier. Prévoir une bande de scotch tout du long à l’intrados pour ne pas coller l’aile sur le plan de travail. Le collage s’effectue à la cyano. Quand tout est bien en place, on vaporise un coup d'activateur sur la baguette et on patiente quelques instants pour que tout soit bien sec. Ensuite, on rabat les parties extérieures en creusant bien le profil au niveau de la jonction. On s’assure que le dièdre est identique pour chaque panneau en mesurant la distance entre le chantier et la pointe du saumon avant séchage.
Au centre de l’aile, une rondelle en plastique est prévue pour renforcer le passage de la vis de fixation. Elle est dépolie sur la face qui sera collée et légèrement pliée pour épouser le profil.

Baguette triangulaire Longeron triangulaire
L'aile ne comporte qu'un seul longeron, en pin. Il est biseauté, ce qui impose de plier l'aile lors du collage, permettant d'obtenir un profil creux bien régulier. Petite découpe nécessaire au niveau du passage de la vis de fixation.
Passage de la vis Découpe
Couper avec un cutter ou un scalpel la petite patte pour passer la vis de fixation d'aile.
Scotch de protection Encollage à la cyano
Quand la fente est propre sur toute l'envergure, placer un morceau de ruban adhésif tout du long, côté intrados.
Insertion du longeron Pincement pour courber l'aile
Le longeron est glissé dans la fente. On se place au bord d'une table pour bien plier l'aile et plaquant les 2 parties sur la baguette.
Séchage en forme Accélérateur
Quand tout est bien en place, on vaporise un coup d'accélérateur sur la baguette.
Accélérateur en bombe Plaquage des winglets
Ensuite, on rabat les parties extérieures en creusant bien le profil.
Vérification du dièdre Dièdre symétrique
On s'assure avant séchage complet que le dièdre est identique de chaque côté.
Pièces à séparer Ponçage de la rondelle
Une rondelle en plastique est prévue pour le passage de la vis de fixation d'aile. Elle est dépolie sur la face qui sera collée.
Pliage de la rondelle Rondelle pliée
Elle se colle sur la partie où l'aile forme un cassure. On peut donc la contraindre sur l'angle du chantier.
Collage Passage de la vis
Collage à la cyano sur l'aile. Bien centrer le trou par rapport à celui qui existe dans l'aile.

Assemblage du fuselage

Le flanc droit est posé à plat sur le chantier puis il est recouvert d’activateur de cyano. Les parties centrales haute et basse viennent se plaquer dessus, préalablement recouvertes de colle. Presser fermement durant le séchage. C’est ensuite au tour du flanc gauche, toujours bien à plat puis de la platine support moteur contre le pylône, qu’il vaut mieux coller à l’époxy. Le support de vis d’aile est composé de deux parties qui forment un T et d’un écrou noyé en aluminium. Il se glisse dans une fente qui offre une large surface de collage, tandis que la partie horizontale prend appui sous le longeron d’aile pour bien répartir les efforts. La voilure peut alors être vissée pour permettre d’aligner correctement les empennages. De ce côté, il est conseillé de rabattre complètement les volets sur les parties fixes plusieurs fois afin d'assouplir les charnières. Le fabricant a prévu un petit détrompeur qui empêche de placer le stabilisateur à l'envers et deux mortaises pour recevoir solidement la dérive. Bien s’assurer que tout est parfaitement perpendiculaire avant séchage complet.
La cabine est réalisée avec 3 épaisseurs contre-collées. La partie centrale comporte 2 ergots qui servent à la fixation sur le fuselage. Suite aux fréquentes manipulations, celle de l’avant a montré une certaine faiblesse à la longue et a été remplacée par 2 aimants.

Flanc droit et support moteur Encollage
Le flanc droit est posé sur le chantier. La partie centrale haute vient se coller dessus.
Vaporisation Assemblage
On étale la cyano sur la pièce centrale et on vaporise un peu d'accélérateur sur l'autre morceau.
Partie centrale inférieure Collage
On presse quelques instants puis on passe à la partie inférieure.
Prêt à coller Bien plaquer
On étale bien de la cyano sur le bon côté, on vaporise de l'accélérateur et on presse bien.
Emplacement servo Ouverture dans le flanc
Les puits de servos sont en partie découpés. Il faut à ce moment les ouvrir complètement.
Passage prise batterie Petite découpe
Ce petit passage doit être dégagé maintenant. Les fils de la batterie seront glissés dedans.
Encollage Fermeture du fuselage
Le flanc gauche est alors collé en maintenant le tout bien à plat sur le chantier.

Montage des empennages

Dérive Contraindre la charnière
Faire travailler le volet de dérive plusieurs fois en le repliant sur la partie fixe afin d'assouplir la charnière.
Guignol Léger ponçage
Séparer les guignols de la grappe et dépolir la base pour améliorer le collage.
Encollage Collage
Le guignol est encollé puis glissé dans la fente de la gouverne.
Mise en place de l'aile Mise en place de l'aile
L'aile est mise en place provisoirement sur le fuselage.
Détrompeur Collage du stab
Coller le stab à sa place. Le fabricant a prévu un petit détrompeur qui empêche de le placer à l'envers.
Alignements Guignol
Bien vérifier l'alignement du stab par rapport à l'aile.
Guignol de prof Guignol installé
Le guignol du volet de profondeur est alors collé dans la petite fente prévue.
Planche de contre-plaqué Découpé laser
Le support d'aile est détaché de la planche en contre-plaqué.
Support d'aile Ecrou noyé
L'écrou prisonnier en aluminium est enfoncé dans la platine horizontale.
Ecrou enfoncé Vu de dessus
Bien appuyer pour l'enfoncer jusqu'au fond de son logement.
Congé de colle Epoxy
Collage à la cyano additionnée de microballons, ou à l'époxy.
Collage à 90° Insertion dans le fuselage
Le montant vertical en contre-plaqué est alors collé contre la platine horizontale, puis l'ensemble est glissé dans le fuselage après avoir été enduit de colle époxy.
Support d'aile
Le support d'aile, collé bien d'équerre dans le fuselage.
Base de la dérive Encollage cyano
Le collage de la dérive est renforcé avec ces tenons et mortaises.

Fabrication des roues

Les deux grosses roues sont à assembler à partir de deux moyeux en contre-plaqué et deux gros pneus en mousse teintée dans la masse. Vu leur diamètre, le Step One pourra décoller d’à peu près n’importe quel terrain. L’axe est un jonc de carbone qui traverse le fuselage. A cet effet, une gaine en plastique et deux petites équerres viennent le renforcer efficacement. Les arrêts de roues sont de simples morceaux de Durit tout à fait efficaces.

Assemblage des roues Pneus
Les éléments pour fabriquer les deux grosses roues en mousse. Les moyeux sont en contre-plaqué.
Jante Collage
Collage d'un premier moyeu par l'intérieur. Le pneu et le moyeu doivent reposer à plat.
Partie centrale Mousse centrale
Collage ensuite de la couche de mousse centrale.
Roue en cours 2e jante
On referme en collant le 2e moyeu sur la mousse.
Train et accessoires

Et voilà 2 grandes roues légères. L'axe est un jonc de fibre, les arrêts de roues sont des morceaux de Durit.


Assemblage de la cabine

Cabine Séparation des morceaux
La cabine est en 3 morceaux d'EPP teinté dans la masse.
Assemblage de la cabine Cabine en 3 morceaux
La partie centrale forme deux ergots qui serviront à la plaquer sur le fuselage.
Cabine Cabine assemblée
L'ergot de l'avant n'a pas tardé à montrer des signes de faiblesse. Il a été remplacé par 2 aimants.

Montage du train d'atterrissage

Supports de train Passage du moyeu
Le passage du train d'atterrissage est renforcé par 2 goussets. Le support est un tube plastique.
Collage du moyeu Moyeu installé
Le tube est collé, bien centré par rapport au fuselage.
Le tube dépasse des deux côtés Renfort moyeu
Le tube dépasse de chaque côté. Vérifier en glissant l'axe de roue en carbone que le tube est bien perpendiculaire au fuselage.
Moyeu d'écartement Roue en place
Les roues sont maintenues sur l'axe avec un morceau de durit.

Installation de l'électronique

Les servos de 5,5 g entrent sans retouche dans les emplacements prévus. Le câblage doit être passé en premier dans le conduit pour déboucher au niveau de la cabine. Deux saignées présentes dans les flancs guident les tringleries jusqu’aux gouvernes. S’il est nécessaire de raccourcir les commandes en jonc carbone, utiliser une mini-perceuse équipée d’un disque à tronçonner ou bien les faire rouler sous une lame de cutter. Ne pas utiliser de pince coupante qui fait éclater la fibre.
Le contrôleur est glissé dans le fuselage par l'arrière du pylône. Le moteur est ensuite vissé sur son support, après s’être assuré du bon sens de rotation. L'hélice est plaquée avec un joint torique, le bord d’attaque bien évidemment placé vers l’avant du modèle, même s’il s’agit d’une propulsion... La prise de la batterie est glissée pour déboucher sous la cabine, là où se trouve le récepteur. Un pack de 2 éléments de 500 mAh se loge dans l’épaisseur du fuselage. S’il est trop léger, il faudra ajouter un peu de lest. Il existe une petite trappe dans la partie centrale qui permet d’y glisser un petit carré de plomb, fourni. Avec un pack 750 ou 800 mAh, on remplace le lest de façon utile.
Le petit support permettant de peaufiner le point de centrage est à assembler à partir de 3 morceaux de mousse. C’est pratique et il pourra être utilisé pour d’autres modèles.

Pro-Tronik DM 2204 1750 kV BF-10 A
Le moteur utilisé, un Pro-Tronik DM 2204 1750 kV accompagné de son contrôleur BF-10 A.
Lipo 2S 500 mAh Pro-Tronik 7350 MG-D
La batterie qui convient est un pack de 500 mAh, voire 800 mAh si la dimension convient. Les servos sont des Pro-Tronik 7350 MG-D qui entrent sans retouche dans les emplacements prévus.
Passage gaine Fente dans le fuselage
Une fente est découpée dans chaque flanc, partant du palonnier jusqu'au guignol.
Encollage Mise en place de la gaine
De la cyano est déposée dans la fente puis le tube de commande est glissé à l'intérieur.
Réglage des servos Palonnier recoupé
Les servos sont mis au neutre avec la radio ou un petit boîtier de commande. Les pattes inutiles du palonnier sont retirées.
Vissage du palonnier Passage du câble
Mis au neutre, le servo peut être installé dans le fuselage. Le câble doit passer en premier dans le conduit pour déboucher au niveau de la cabine.
Mise en place du servo Puits de servo
Mise en place des servos qui entrent en forçant légèrement.
Une pointe de colle Chapes
La fixation se fait avec 2 points de colle au niveau des pattes. Les petites chapes sont encore fixées sur une grappe.
Grappe Séparation de la grappe
Elles sont séparées d'un coup de pince.
Jonc carbone et raccord de guignol Raccord de guignol
Le jonc carbone se glisse dans la gouttière.
Une goutte de cyano Gaine thermo
Une fois placé correctement, l'ensemble est solidarisé avec une goutte de cyano.
Gaine thermo coupée gaine thermo sur le jonc carbone
Un petit morceau de gaine thermo est rajouté par dessus pour assurer le collage.
Rétraction de la gaine Commande et sa gaine
Rétraction de la gaine au niveau de la chape, avec une flamme ou un décapeur thermique. Le jonc pour la commande est glissé dans le tube plastique.
Sortie côté servo Trou élargi
L'extrémité du tube s'arrête 3 cm avant le palonnier. Le palonnier doit être repercé au diamètre de la goupille de la chape.
Alésoir Goupille de chape
Agrandissement du trou dans le bras de servo pour que la goupille glisse librement. C'est tout petit. Attention à ne pas l'égarer.
Chape et embout Chape sur le servo
La chape est vissée sur l'embout fileté en laiton puis la chape est clipée sur le palonnier.
Raccord de commande Guignol
Les commandes sont raccordées aux guignols.
Collage époxy Support moteur
Collage à l'époxy 5 minutes du support moteur en contre-plaqué.
Collage sous presse Moteur et contrôleur
Mise sous presse durant le séchage.
Installation du contrôleur Hélice propulsive
Le contrôleur est glissé dans le fuselage par l'arrière du pylône. Le moteur est ensuite visé sur son support.
Support de centrage Assemblage du support
Sympa et pratique, le support livré qui permet de poser l'avion en équilibre afin de déterminer la position du centrage.
Centrage
Ajustage du centre de gravité. Si la batterie est trop légère, un petit cube de plomb (livré) peut être ajouté dans le nez.

C'est prêt

Au sol Vis de fixation
L'aile est tenue par une grosse vis qui permet de se passer d'outil pour le serrage.
Hélice propulsive Batterie installée
L'hélice est plaquée sur le moteur avec un joint torique. La prise de la batterie est glissée pour déboucher sous la cabine. Une batterie 2S 500 mAh se coince dans l'épaisseur du fuselage.
Commande de profondeur Commande de direction
Détail de la sorties des commandes de profondeur et direction.
Train d'atterrissage Support d'aile
Gros plan sur le train d'atterrissage facilement amovible. A droite, le support qui maintient l'aile à l'horizontale.
Servo Récepteur à l'avant
Les servos sont plaqués dans l'épaisseur. Un petit récepteur trouve sa place sous la cabine.

Fixation de la cabine (modification)

Ergot cassé Corde à piano chauffée
Le petit ergot à l'avant de la cabine a cassé lors d'un choc. Il a été remplacé par des aimants. Pour percer le trou, une corde à piano est chauffée au briquet.
Perçage AImants
Elle est ensuite enfoncée dans la mousse pour former un trou inférieur au diamètre de l'aimant pour qu'il y entre en force.
Collage de l'aimant Perçage avec une tige chauffée
L'aimant est ensuite immobilisé à la colle au pistolet. Un autre trou est percé dans le fuselage, bien en face du premier aimant.
Aimant Scotch de protection
Vérification avant collage pour s'assurer que tout tombe en face. Les deux aimants sont séparés par une bande de ruban adhésif pour éviter la propagation de la colle.
Colle au pistolet Bien plaquer durant le séchage
Collage au pistolet puis on plaque la cabine en faisant entrer l'aimant dans le trou du fuselage. On maintient le temps que ça durcisse complètement.
L'aimant dans le fuselage Ca tient
Et voilà, ça se plaque bien comme on le souhaite. J'ai mis des aimants cylindriques de 4x10 mm, ça suffit amplement.

En vol

Le vol se fait par vent doux, sinon le Step One se fait secouer. Normal avec son poids plume de tout juste 200 g en ordre de vol.
Sur piste en dur, le Step One décolle en 3 à 4 m. Malgré le fuselage très proche du sol, il peut aussi décoller de l'herbe grâce à ses grandes roues ou de n’importe quel chemin un peu accidenté. Le lancé à la main ne pose bien sûr aucun problème, le fuselage est étroit, même pour des petites mains et l’hélice est bien dégagée.
A pleine puissance, l’appareil prend une pente de montée qui s’amplifie tandis que la vitesse chute. Il faut donc réduire le régime et ne conserver que la mi-puissance qui suffit pour voler en palier. Les gouvernes ne sont pas trop mordantes, c’est bien pour apprendre et éviter les changements de trajectoire brusques. La profondeur sert à gérer l’assiette tandis que la pente de montée ou de descente est contrôlée au moteur. Pour virer serré, un coup de gaz permet de souffler les gouvernes.

Au sol Prêt au décollage
Malgré le fuselage très proche du sol, le StepOne peut aussi décoller de l'herbe grâce à ses grandes roues.
Roulage Décollage
Sur piste en dur, le StepOne décolle en 3-4 m.
Passage dans un sens Passage dans l'autre sens...
Le vol se fait par temps calme, sinon le Step-One se fait secouer. Normal avec son poids-plume : 200 g en ordre de vol.
Suivi par un quadri Ceci n'est pas un drone

Poursuivi par un quadricopter Alpha 250 de Graupner, pour réaliser la vidéo visible en haut de la page.

Equipé d'une caméra Slalom entre les arbres
Un bout de terrain suffit au StepOne pour évoluer.
Passage devant le pilote
Même avec un 2 axes, on continue à s'amuser...
Vol en salle Dans le gymnase
Avec sa faible charge alaire et son profil creux, le StepOne est tout à fait adapté pour le vol d'intérieur.
Epinay
De passage au-dessus des hangars de la rencontre hydravions en salle d'Epinay-sur-Orge.

La vitesse de vol est réduite, un bout de terrain suffit au Step One pour évoluer. Les virages à forte inclinaison en soutenant à la profondeur tournent dans un mouchoir de poche.
Avec sa faible charge alaire et son profil creux, le Step One est tout à fait adapté pour le vol d'intérieur.
Les touch & go sont un plaisir, l’avion ne passe pas sur le nez. On peut aussi s’amuser à rouler en équilibre sur une roue.
Pour se défouler, le Step One peut aussi passer quelques figures simples, comme la boucle qui demande de mettre toute la puissance dans la phase ascendante. Le tonneau s’avère très lent et nécessite donc un peu d’eau sous la quille. En tirant la profondeur et en soufflant la dérive avec le moteur, il est possible de descendre en effectuant des spirales serrées. Pour d’autres figures plus complexes, il faudra s’orienter vers d’autres modèles de la gamme…
La consommation est ridicule et les vols durent une bonne quinzaine de minutes ; ça laisse le temps d'apprendre ou de bien se divertir.

Appareil d'initiation Pour bien débuter
Une bonne quinzaine de minutes de vol, ça laisse le temps d'apprendre ou de bien s'amuser.

En immersion

Le fabricant propose en option une cabine modifiée, spécialement étudiée pour recevoir un petit équipement pour le vol en immersion (FPV). Vu que j’avais un minuscule ensemble caméra- émetteur vidéo Elite Combo 25 mW en 5.8 GHz de 6 g disponible, j’ai réalisé une cabine en styro et ai glissé le matériel dedans, alimenté par 1 élément Li-Po 200 mAh, c'est suffisant pour 2 ou 3 vols. Une dizaine de grammes en plus, c'est insignifiant. L’équipement proposé par le fabricant est un peu plus performant, avec une caméra, un émetteur vidéo et un cockpit imprimé en 3D pour une quarantaine d'euros.

Cabine standard et équipée pour l'immersion Caméra Echine
Une petite caméra Eachine pour le vol en immersion a été ajoutée sur une nouvelle cabine découpée dans un morceau de styro. L'alimentation se fait avec 1 élément Lipo 1 S 200 mAh, c'est suffisant pour 2 ou 3 vols. Une dizaine de grammes en plus, c'est insignifiant.
Quelques grammes en plus Runcam ajoutée sur l'aile
A noter que le fabricant propose un équipement plus performant, avec une caméra, un émetteur vidéo et un cockpit imprimé en 3D pour une quarantaine d'euros.

Le Step One, c’est... le pied !

La conception est bien pensée, le montage ne demande pas de compétences particulières. L’appareil sera donc rapidement prêt à voler.
Même avec un petit appareil 2 axes d'initiation comme ce Step One, on peut vraiment se détendre puisqu’il se contente d’un petit espace pour virevolter. Les vols à la fraîche en fin de journée quand le vent est tombé sont un régal, l’avion se montre souple et précis. En l'équipant d’un matériel compact et bon marché pour le vol en immersion, on augmente considérablement le domaine de vol. Et si des copains sont dans le coin, c'est encore plus amusant.

Le Step-One est accompagné d'un biplan Otto (plan téléchargeable ici) et d'un Lil Fokker, lui aussi produit par RC Factory / Twisted Hobbys.

On aime

  • Montage facile
  • Plusieurs coloris disponibles
  • Pilotage facile
  • Grandes roues pour décoller partout
  • Autonomie

On aime moins

  • La minuscule goupille des chapes qui s'égare facilement (tant qu'elle n'est pas installée
  • On cherche encore...

Contacter le webmaster : laurent@jivaro-models.org

Step One - RC Factory
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page