Home
Sujet ajouté le
8 octobre 2008
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation : Pascal Bourguignon
Photos : Laurent Berlivet

"Et si l'exemple venait de l'Est ?"

A en croire les statistiques, le P-51 Mustang est de loin le warbird le plus reproduit en maquette et je reconnais une certaine lassitude auprès de quelques modélistes en mal de nouveautés qui ne trouvaient pas d'intérêt à sortir un énième kit de ce modèle. De ce fait, la sortie de cet avion aurait pu passer inaperçue si le fabricant tchèque Alfa Model, spécialiste du ready to fly tout Dépron n'avait pas poussé le degré de finition de ses modèles au maximum.

Considéré comme le concurrent direct du non moins célèbre label Flying Styro Kit, cette firme a su se démarquer en proposant un catalogue bien étoffé, composé essentiellement de warbirds, à mon grand regret d'ailleurs. Les modèles sont à 99% terminés, commandes de vols installées. Jetons un bref regard sur l'un des modèles de sa collection, le P-51D Mustang dont la livrée opéra en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale et sur la base de Saint-Dizier à partir de 1944.

Les fabricants comme Alfa Model sont passés maîtres dans le moulage du polystyrène extrudé.
Ce petit Mustang très réussi en est la preuve.
A l'origine, le décor est bien différent du modèle présenté. L'auteur a préféré personnaliser le sien, pour seulement 15 g de peinture supplémentaires.

Le kit
L'emballage de très bonne qualité assure le parfait état de son contenu et pourra même servir par la suite pour le transport du modèle sur le terrain. On ouvre la boîte et on découvre bien emballé : un fuselage avec les empennages collés, l'aile d'une seule pièce, un sachet avec différents éléments complémentaires. Toutes les gaines de commandes sont posées et les tringleries en place. Le moteur n'est pas fourni mais par contre, il y a un cône déjà peint. Pour finir, un écorché hyper détaillé du modèle comporte toutes les cotes utiles au montage. On se passera de la notice qui n'est pas traduite en français et bien entendu la planche de décoration utilisant le principe de la décalcomanie à l'eau. Ceux qui découvrent le modèle se rendront compte de la finition du modèle. La peinture est parfaite et le rendu convaincant. Les éléments sont à manipuler avec beaucoup de précaution, le Dépron se marque rapidement.

La dérive reste fixe. Pour la profondeur, il faut faire jouer la gouverne afin de supprimer d'éventuels points durs. La commande d'aileron est assurée par une commande souple. Les lignes de tôle et les rivets sont parfaitement marqués à la surface du matériau.

Le montage
Comme je vous le disais au début, tout sera fait en quelques heures et ceci sans s'énerver. Tout d'abord, vous allez sûrement comme moi percevoir des bruits de frottements lors de la manipulation des gouvernes sauf à la dérive... normal, elle est fixe ! Si c'est le cas, découpez un morceau de papier abrasif 400 que vous glissez avec précaution entre le chant de la gouverne et la partie fixe et faites un allez-retour pour ébarber légèrement le surplus de matière qui génère le point dur. Ensuite, vous préparez votre servo d'ailerons. Le constructeur préconise de le monter debout et légèrement en biais dans l'ouverture prévue à cet effet. Non seulement, je le trouve dans une position quelque peu inconfortable mais qui plus est, bonjour la gymnastique pour visser, serrer ou même démonter sans risque de passer au travers de l'aile. J'ai fait une ouverture plus importante dans le logement du servo de telle sorte que celui-ci soit maintenu à plat sur une platine propre et lisse, le servo collé sur celle-ci au double face. La jonction de la commande de gauchissement se fait à l'aide des micro-dominos qui viennent pincer les cordes à piano. Attention, n'oubliez pas de respecter les 11 mm entre l'axe de pivotement du servo et la commande. Ensuite, faites de même pour le servo de profondeur et fixez-le sur la platine. Celle-ci sera collée à 60 mm en avant de la partie arrière de la verrière. Ce collage se fera à l'époxy et vous en garderez quelques gouttes pour immobiliser la gaine de commande dans le logement prévu à cet effet. J'ai scindé cette platine en deux parties car l'accu se trouve bien plus avant du fait que le moteur est plus léger. Elle se situe aux trois quarts avant au niveau du bord d'attaque.

Le servo d'ailerons a été placé un peu différemment de ce qui est indiqué dans la notice.

La radio loge sans peine dans le fuselage.

Moteur et radio
Vous pouvez vous contenter d'équiper votre modèle du moteur préconisé par le fabricant, un Speed 280 réducté. Cependant, ce n'est plus la configuration la plus économique à moyen terme. Je m'explique : Les moteurs ferrite, on le sait, ont une durée de vie très limitée en comparaison avec les brushless de nouvelle génération. Pour quelques euros supplémentaires, faites l'acquisition soit d'un Flyware 220/1300 qui a une puissance phénoménale ou alors le Booster 04 NPM que j'ai testé sur le P-47 du même fabricant. La puissance est légèrement inférieure mais la consommation du coup a chuté pratiquement de moitié, soit 6,6 A avec une hélice 9"x7" APC Slow Fly, à vous de voir. Les servos sont des 9 g classiques, le récepteur est un Jeti 05 et le variateur, un Wema Sinus 08. Pour compléter tout ça, j'ai voulu tester les accus Li-Po de chez NPM, j'ai monté un pack 3S1P 1600 mA Power Dragon. Le pack pèse 100 g environ avec les connecteurs et j'ai constaté que l'autonomie est plus que probante puisqu'avec le Booster 04, j'ai posé après 26 minuntes de vol et 12 minutes avec le Rex 1300... A suivre.

Le petit cône est livré dans le kit. Sous le capot se cache un brushless Rex 220 mais un Speed 280 réducté est prévu à l'origine. Même l'intérieur du cockpit est détaillé, avec le pilote qui ajoute une touche indispensable au réalisme en vol.

Les réglages
Pour les novices du centrage, sachez que pour un avion aile basse, le mieux est de le centrer en position dos, c'est plus pratique. Donc, vous pointez les repères constructeur qui eux sont à l'intrados et vous les reportez à l'extrados. Une fois centré, ne pas oublier de vérifier les débattements de votre Mustang. Déjà, le fabricant dit sur la notice de relever les ailerons d'1,5 mm, on se demande pourquoi. Soit il a fait une erreur de calage ou alors le choix du moteur avec un taux de réduction aussi important génère un comportement qui oblige à mettre les gouvernes en positif, bizarre. Moi, j'ai mis tout ça au neutre et ça fonctionne très bien. J'ai constaté aussi que les débattements préconisés sont trop importants. Au premier vol, on se fait peur, c'est du rodéo. Le taux de roulis est monstrueux et le comportement en tangage est limite. Diminuez au moins de 50% aux ailerons et de 20 % à la profondeur et vous vous sentirez beaucoup mieux.

Quelques touches d'aérographe, comme ici au bord d'attaque de l'aile et le réalisme est accentué. L'aile n'est pas démontable étant donné les dimensions assez petites de ce modèle.

La finition
Soit vous vous contentez de la décoration du kit et votre seul travail sera d'appliquer les décalcos livrées dans le kit. Cette étape, je vous le rappelle, représente 70 % du travail. D'une part, parce que les décalcomanies sont très fragiles et que leur positionnement très délicat demandera beaucoup de patience. De plus, j'ai remarqué qu'ils ne sont pas d'une qualité parfaite et que leur adhérence laisse à désirer. Si tel est le cas, après séchage complet, passez une couche de vernis cellulosique mat qui fixera le tout. S'assurer qu'il n'attaque pas la matière en faisant un essai. Pour ce qui me concerne, j'ai préféré changer complètement la décoration, ce qui a alourdi mon avion de 15 g, pas de quoi fouetter un chat. Je l'ai entièrement repeint couleur alu pour faire la livrée "Marie". La queue a été peinte en jaune bouton d'or. L'avant ainsi que le cône en rouge vif. Pour cette étape, la peinture spéciale Dépron vendue sous la marque Graupner est parfaite, elle couvre vite et le séchage en surface ne prend que quelques minutes. De plus, elle existe maintenant en plusieurs couleurs. Certains marquages sont également en rouge et j'ai dû fabriquer de vraies décalcomanies à l'eau. On en trouve soit chez Eol ou chez Euro Maquettes sous la marque Bare Metal. Ce sont les seuls à ma connaissance qui acceptent l'impression jet d'encre, n'utilisez surtout pas ceux qui proviennent de la marque Carpena, c'est une catastrophe. Je pense qu'ils sont plutôt dédiés à la maquette plastique où l'on utilise d'autres procédés.

Passage dos. Pas de mauvaise surprise à craindre si le point de centrage indiqué est respecté. Etant donné les matériaux utilisés, il est impératif de se poser sur une bande d'herbe tendre.

Le vol
Avec un brushless, c'est autre chose. D'une part, le gain de poids n'est pas négligeable, j'ai gagné environ 40 g sur la motorisation, ce qui ramène le modèle à 370 g. De bon augure pour entreprendre la mise en l'air du Mustang. Premier lancer, l'absence du train aide pas mal et dispense d'une piste qui ne serait pas utile au vu de la faible masse du modèle. Et puis en vol, il traînera nettement moins. Allez, c'est parti, on lance le modèle bien à plat sans courir et l'avion part immédiatement sur un rail dans un bruit à peine perceptible. Altitude de croisière à une dizaine de mètres pour commencer puis virage par la gauche et léger piqué vent arrière. Le Mustang accélère, la vitesse est croissante et passage au ras des moustaches comme je les aime, il va vite le bougre. Ensuite, prise d'altitude de nouveau, là on monte vraiment et le Rex 220/1300 libère toute sa puissance jusqu'à une quarantaine de mètres. Aussitôt l'altitude atteinte, je me cale face au vent et je diminue les gaz. Mise du modèle en configuration décrochage, c'est-à-dire manche au ventre et là, on attend. Le Mustang se freine puis oscille légèrement mais reste contrôlable jusqu'au départ sur l'aile gauche. On libère l'animal immédiatement et hop, il reprend sa ligne de vol aussi vite. Remise des gaz, virage et à nouveau face au vent, mise en vrille du Mustang, j'engage une dizaine de tours, je le stoppe en pleine action et il obéit de suite, ouf ! Boucles, renversements et tonneaux même à facettes et c'est très surprenant ne sont que simples formalités. L'atterrissage demande une attention particulière car il se fait avec un peu de vitesse au bout de 10 minutes, voire plus en gérant les gaz à bon escient. Pour la séance photo, j'ai fait un vol avec un vent soutenu au ras de l'antenne et le Mustang garde toujours la même trajectoire. En virage serré et à basse vitesse, il se contrôle parfaitement bien mais méfiance quand même pour ne pas décrocher.

Pour conclure
Sans être le petit avion pépère, ce modèle est d'une docilité surprenante. En plus, malgré sa petite taille, il est criant de réalisme et on se prend vite au jeu. Il n'en demeure pas moins que le Dépron reste un matériau fragile alors attention, il a besoin d'être choyé. En l'air, pas de problème mais dès que l'on se rapproche de la planète, le contact doit être parfait sinon la sanction est immédiate et définitive. Enfin, vous le savez, le Mustang est un cheval sauvage et ce que j'ai eu entre les mains ne ressemble en rien à un animal fougueux, bien au contraire.
Bons vols à tous.

Les trajectoires sont tendues, le Mustang demande quand même un bon volume pour voler en sécurité.


Caractéristiques
Nom : P-51D Mustang
Fabricant : Alfa Model
Envergure : 85 cm
Longueur : 74 cm
Surface alaire : 12,4 dm²
Poids : 370 g
Charge alaire : 30 g/dm²
Equipement
Moteur : Flyware 220/1300
Variateur : Wema Sinus 08
Batterie : 3S1P lipoly Power Dragon 1600 mA

Contacter l'auteur : pascal.bourguignon@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page