Home
Sujet ajouté le
7 février 2010
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google
Strange

Présentation : Christophe Chanudet

Conçue par Serge Delarbre et commercialisée par Z système sous le nom "Strange 60M", la Strange est au départ une aile volante de course aux pylônes destinée aux concours "60 mousse", une alternative plus économique aux traditionnelles courses de 60 pouces dans lesquelles les tous plastiques règnent en maîtres. Son créateur en a aussi fabriqué plusieurs versions plus imposantes, visibles ICI.

Pour en revenir à notre sujet, l'histoire de "notre" Strange a commencé il y a quelques temps lorsque, voulant initier un ami au vol de pente, je lui ai proposé de construire une Ixir. Ce modèle a plus que fait ses preuves et a un rapport qualité prix imbattable; toutefois son look ne l'a pas du tout séduit. Après une recherche d'alternatives sur le net, il m'a montré une photo de la Strange 60M et m'a demandé si l'on pourrait construire quelque-chose qui y ressemble aussi économiquement qu'une Ixir… quelques jours plus tard, je lui aie amené le plan que vous découvrirez plus bas. Je remercie au passage tout particulièrement Serge Delarbre qui m'a autorisé très chaleureusement à le publier.

J'ai moi aussi profité de ce plan tout neuf pour me doter de ma propre Strange, mais pour ma part j'ai préféré une version motorisée, la destinant principalement au vol en plaine. Au final, les deux volent admirablement bien, à la pente par petites conditions pour la première, et à la plaine ou en pente par grosses conditions pour la seconde.

Strange

Caractéristiques techniques
Version planeur motorisée
Envergure 1250 mm (la longueur d'une plaque de depron !)
Surface 29,4 dm²
Masse 450 g 840 g
Charge alaire 15,3 g/dm² 28,6 g/dm²

Passons aux choses sérieuses : il est temps de faire de la poussière de dépron. Pour ceux qui ont déjà construit une Ixir ou autres Ticky, rien de très nouveau à part que chaque demi aile est en deux panneaux au lieu d'un et que les élevons sont découpés dans l'aile et non rapportés. Ils seront tout de même relevés au neutre afin de rendre le profil auto stable… mais c'est nettement plus joli que des ailerons rapportés, et aussi nettement plus rigide.

Materiel nécessaire :
  • 1 plaque de dépron 6 mm (1250 x 800 mm)
  • 1 plaque de dépron 3 mm (1250 x 800 mm)
  • colle à bois vinylique rapide
  • 1 tube de colle cyanoacrylate fluide (type super glue…)
  • 1 tube de colle époxy 5 minutes ou un pistolet à colle chaude
  • 1 rouleau de scotch armé
  • 1 rouleau de scotch d'emballage transparent
  • 1m de tube de carbone diamètre 6 mm (magasin de sport rayon cerfs-volants)
  • 1 tube aluminium ou laiton diamètre 6mm intérieur
  • 1 corde à piano 15/10e
  • 2 guignols du commerce ou un morceau de plastique style carté téléphonique

Strange
Le plan, cinq pages format A4 en PDF pour une impression à la maison (450 ko).

Pour commencer, il faut découper toutes les pièces selon le plan, en n'oubliant pas le passage du longeron dans le renfort 1. Les plus téméraires pourront agencer les pièces à leur guise, ils trouveront toutes les côtes utiles en page 1 du plan. Pour les autres, les pages 2 et 3 proposent un agencement pratique avec des côtes prêtes à reporter sur les plaques de dépron. La page 4 présente la moitié du renfort 3 (il est symétrique) et le stab échelle 1 : elle peut être utilisée directement comme gabarit à condition d'imprimer sans aucune mise à l'échelle. Ne pas découper les élevons dans l'intrados, ils seront découpés plus tard. Faites l'inventaire : il doit y avoir 5 pièces en depron de 6mm et 7 en depron de 3 mm.

Strange Strange
Strange Strange

Découper un tronçon de 12cm dans le tube en aluminium ou laiton, et le plier en son milieu à 132°. Attention à ne pas l'écraser de chaque côté de la pliure, le tube en carbone devra pouvoir y entrer sans peine. Découper deux tronçons de tube de carbone de 60 cm. Insérer les tubes en carbone de chaque côté du tube métallique et présenter le longeron ainsi constitué dans la découpe prévue à cet effet du renfort 1. Au besoin, ajuster l'angle de pliage du tube métallique, puis coller les tubes carbones dans le tube métallique par infiltration de cyano : c'est terminé pour le longeron. Fermer un côté de la fente du renfort 1 au scotch armé, puis y coller le longeron à l'epoxy 5 minutes ou au pistolet à colle chaude. Fermer le deuxième côté de la fente au scotch armé. Le scotch armé augmente considérablement l'efficacité du longeron, en évitant que celui-ci ne vienne perforer les couches de depron du dessus ou du dessous lors d'efforts violents sur les ailes.

Strange
Présentation à blanc des différents éléments… ne cherchez pas le scotch armé, notre cobaye a décidé de s'en passer.

Coller les différents renforts sur l'intrados les uns sur les autres, à la colle à bois. Les côtes pour les positionner correctement se trouvent en page 5 du plan. Il est inutile de mettre des quantités de colle à bois, il suffit de mettre un fin film uniforme sur toute la pièce à coller. Bien appuyer partout pour chasser un éventuel excès de colle, nettoyer les bavures. Laisser sécher au moins deux heures sous presse (magazines, bouteilles d'eau…).

Tracer sur le dessus de l'intrados et sur l'intérieur des extrados les zones à poncer conformément aux côtes page 5 du plan. Poncer toutes ces zones "en triangle" en laissant moins d'un demi-millimètre de depron au bord de fuite. Poncer aussi à 45° le bord d'attaque de l'intrados (illustration 2). Personnellement, j'utilise du papier abrasif grain 120 monté sur une calle souple à velcros. Ne pas économiser le papier de verre : on aurait vite fait d'arracher un bout du bord de fuite qui est très fin. Coller (à la colle à bois) au ras de cette zone poncée, sur l'intrados, les deux pièces "renfort élevon", comme indiquée en page 5 du plan (illustration 3). Un petit bout dépasse au saumon de chaque côté, le couper au ras. Poncer ensuite chacune de ces pièces dans la continuité du ponçage de bord de fuite de l'intrados (illustration 4).

Strange Strange
Strange Strange

Tant qu'à poncer, autant tout faire d'un coup. Poncer le bord d'attaque des stabs en arrondi et le bord de fuite en pointe. Si vous n'aimez pas le design des stabs, vous pouvez les redessiner sans pénaliser les qualités de vol. Veillez tout de même à conserver une surface à peu près équivalente.

Strange

L'aile est maintenant prête à être coffrée, toutefois il reste une petite opération qui améliorera significativement le rendu final. Sur un bord de table, "rouler" chaque pièce de l'extrados afin de lui donner un léger galbe. Un bord de table droit fonctionne aussi bien qu'un bord arrondi, toutefois avec le premier il faudra opérer en douceur pour ne pas casser le depron…

Strange

Bien dépoussiérer toutes les pièces, à l'aspirateur si possible, pour éliminer tous les restes de ponçage de depron. Vos poumons vous remercieront, mais aussi le scotch d'emballage qui sans ça ne collerait pas bien. Coller sur le bord d'attaque d'une des sections centrales, sur le dessous de l'intrados, une bande de scotch d'emballage de sorte à ce qu'elle dépasse de la moitié de sa largeur. Sur cette moitié qui dépasse, venir coller la pièce d'extrados correspondant, en ne laissant aucun jour entre les deux. Pour cela, il faut poser le bord d'attaque de la pièce d'extrados sur le ponçage à 45° de l'intrados puis la faire glisser doucement jusqu'à ce qu'elle touche le scotch. Bien appuyer sur toute la longueur pour s'assurer que le scotch est bien plaqué. On peut maintenant commencer à rabattre la pièce d'extrados doucement, en appuyant progressivement près du bord d'attaque. Le surplus de depron au niveau de la "charnière" de scotch va se compresser, et ce faisant, former un bord d'attaque arrondi et dur.

Strange

Répéter ces opérations avec la deuxième section centrale de l'extrados. Rabattre complètement ces deux pièces sur l'intrados, et au besoin, découper une petite bande sur une des pièces au centre afin qu'elles ne se chevauchent pas. Préparer un certain nombre de poids qui serviront à maintenir le collage. Préparer aussi deux planchettes ou morceaux de carton dur d'au moins 60mm de large par la longueur du bord de fuite des tronçons centraux, elles serviront à bien répartir la pression des poids sur toute la surface de collage. Encoller le bord de fuite de l'intrados sur toute la largeur poncée des deux tronçons centraux (colle blanche). Rabattre les deux tronçons d'extrados en les plaquant bien, puis disposer les planchettes (ou cartons) au bord de fuite. Répartir les poids sur toute la longueur des planchettes, et laisser sécher tranquillement.

Répéter toutes ces opérations pour les tronçons des côtés. Au besoin, enlever une petite bande d'extrados pour éviter que les différentes pièces ne se chevauchent.

Strange

Après quelques heures de séchage (mieux vaut attendre un peu trop, il serait très désagréable de voire l'aile se rouvrir…), retirer tous les poids, prendre votre boisson préférée et vous asseoir pour apprécier le travail déjà accompli.

Si vous désirez entoiler votre aile au papier kraft, il faut le faire maintenant, et couper les élevons ensuite. Sans ça, vous seriez assurés de les vriller à l'entoilage. Le bord d'attaque des élevons, les bords de fuite de l'aile et des élevons seront entoilés dans une seconde opération. Penser aussi à entoiler les stabs, ils apprécieront! Je recommande l'entoilage au kraft pour la version électrique, il rigidifie l'aile et la protège très bien de toute ce qui fait d'ordinaire de petits trous dans le depron (tiges d'herbe un peu dures, gravillons, petits accrochages dans le transport…). J'éviterais par contre pour la version planeur, car la prise de poids n'est pas négligeable.

Reporter à l'intrados et à l'extrados les côtes des elevons qui se trouvent page 5 du plan. L'idéal est de réaliser un gabarit en depron pour s'assurer de la meilleure symétrie possible.. Au moyen d'un cutter bien affuté et en s'appuyant sur une règle de préférence, inciser l'intrados et l'extrados suivant ces tracés sur quelques millimètres de profondeur. En sortant entièrement la lame du cutter, couper ensuite complètement les élevons en suivant les incisions d'intrados et d'extrados. Une petite astuce pour faciliter cette opération : bien incliner la lame pour couper avec le plus de longueur possible, et surtout l'huiler régulièrement au moyen d'un chiffon imbibé d'huile. La découpe se fera ainsi sans peine.

Strange Strange

Recouper un peu moins de 2mm des élevons à l'emplanture. Cela évitera qu'ils frottent contre l'aile. Recouper aussi les élevons en biais au niveau du saumon. Sans cela, étant donné qu'ils dépassent de l'aile, on aurait tôt fait de les accrocher à l'atterrissage. L'articulation des élevons se fera à l'extrados au scotch. Dans cette optique, il faut poncer le bord d'attaque de l'intrados des élevons à un peu moins de 45°. Pour l'articulation des élevons, procéder comme pour le bord d'attaque : coller sur l'extrados de l'aile une bande de scotch d'emballage qui dépassera de la moitié de sa largeur, puis venir y coller l'elevon en le faisant glisser sur le bord de fuite de l'aile de sorte à ce qu'il n'y ait pas de jour entre les deux.

Personnellement, je rajoute une bande de scotch sur toute la longueur à l'intrados, j'ai toujours la hantise de voire un élevon se décoller en l'air. Pour cela, je commence par relever l'élevon d'une vingtaine de degrés. Ensuite, je plie sur un bord d'une règle métallique une bande de scotch d'emballage, dans le sens de la longueur, collant vers l'extérieur (plus facile à dire qu'à faire, les pertes en scotch sont nombreuses !). Je viens ensuite plaquer le bord de la règle au fond de l'articulation, puis je plaque le scotch sur aile et élevon en m'aidant de la règle. Vu la longueur des élevons, il est bien plus facile de faire deux bandes par élevon. Vous trouverez ICI une technique alternative qui donne de très bons résultats.

Il n'est pas inutile de faire un congé discret de colle chaude entre les différentes parties de l'extrados, qu'on pourra recouvrir d'une bande de scotch d'emballage. Cela participe à rigidifier l'aile, en transmettant les efforts entre les différentes panneaux.

Dernier petit détail avant de passer à l'installation radio, le collage des stabs. Ceux-ci forment un angle de 80° par rapport au plan de l'aile, mais c'est surtout pour des raisons esthétiques : collés perpendiculairement, l'aile vole aussi bien (c'est le cas sur mon aile motorisée).

Il est temps de passer à l'installation radio, commençons par les servomoteurs. Cette aile n'est pas très exigeante, nous y avons monté ce que nous avions au fond de nos tiroirs. Elle a donc reçu indifféremment deux servomoteurs standards et deux mini servomoteurs format "9 g". Eviter toutefois ces derniers sur une version électrique ou sur une version planeur ballastée…

Les servomoteurs sont à loger le plus en avant possible, avec le palonnier au droit de l'emplanture des élevons, le corps du servomoteur vers l'intérieur. Attention à ne pas les placer sur la clé d'aile… Pour réaliser leur logement, rien de plus simple : placer le servomoteur sur l'aile à l'emplacement voulu, tracer son contour puis découper le depron couche par couche jusqu'à ce que le servomoteur affleure l'extrados. Les fils chemineront aisément jusqu'au récepteur sous l'extrados. Coller le servomoteur en place, au pistolet à colle chaude idéalement. Cette colle tiens très bien sur les boitiers en plastique mais s'enlève tout de même sans laisser de trace. Si vous avez opté pour des servomoteurs standards, vous devrez découper l'aile dans toute son épaisseur! C'est le cas sur la mienne, et ça n'a pas bougé.

Mettre en place les guignols au droit des palonniers, et les fixer selon vos habitudes. Collé ou vissé avec une contre plaque, si le collage est bien fait les deux se valent. Mettre en place la tringle de commande en corde à piano 15/10e, avec un Z côté servomoteur et de préférence une chape à boule côté guignol.

Chercher ensuite l'emplacement idéal du reste de votre matériel : pour cela, le coller au scotch double face sur l'extrados et tester le centrage (indiqué page 5 du plan). L'ajuster en déplaçant les différents éléments jusqu'à obtenir des positions qui vous satisfassent. Une fois cette position trouvée, intégrer ces éléments de la même manière que les servomoteurs. Un simple scotch d'emballage suffit à refermer leurs emplacements. Sur la version planeur, nous nous sommes même contentés de cette solution pour maintenir la batterie… ne pas abuser du vol dos !

Strange
Les deux versions de cette Strange, on voit que le matériel n'est pas du tout implanté de la même façon.

Pour la version planeur, l'alimentation du récepteur a été confiée à un module Ubec et un accu Li-Po 3S 1800 mAh. On pourrait la centrer avec plus léger, ici l'accu était assez en arrière. Si vous optez pour un Ubec, un accu Li-Po 2S 1500 mAh serait à mon sens une bonne solution. Un pack soudé à plat de piles Ni-MH format AA devrait aussi faire l'affaire.

Pour la version motorisée, j'ai opté pour un moteur brushless outrunner 20-20L 1050kv alimenté par un accu Li-Po 3S 1600 mAh 20C et une hélice 8x8 montée en propulsif. J'ai aussi testé une hélice 9x6 qui donnait plus de couple mais moins de vitesse, pour une autonomie comparable. Avec cette configuration, j'ai 10 minutes d'autonomie plein gaz et 25 minutes en volant tout doux au ras du relief… de quoi s'amuser.

J'ai réalisé un bâti en fibre de verre pour la fixation du moteur, installé très en arrière de façon à ce que l'hélice ne touche pas le bord de fuite. Si vous n'avez pas le matériel nécessaire à une réalisation de ce type, un couple moteur en contre plaqué maintenu vertical par deux équerres de contreplaqué et solidement collé à l'aile fera aussi l'affaire. Ayant opté pour une fixation de l'hélice par prop-saver (sauve hélice, fixation souple par élastique), il arrive lors de manœuvres violentes en vol que l'hélice désaxe et vienne taper le bord de fuite… ça lui fait quelques cicatrices de guerre, mais rien de gênant d'un point de vue qualités de vol.

Sur mon aile motorisée, je n'ai pas voulu laisser de scotch apparent. De plus, ayant été obligé de beaucoup avancer la batterie pour obtenir un centrage correct (que je n'ai finalement obtenu qu'en rajoutant 80g de plomb supplémentaires à cause de la position très arrière du moteur) la batterie traverse complètement l'aile et dépasse encore un peu. J'ai donc réalisé un large capot en fibre de verre qui englobe et renforce tout le nez (qui est la partie la plus exposée aux chocs sur une aile volante), maintient la batterie et referme l'emplacement du contrôleur et du récepteur. Ce capot est maintenu fermé par une seul vis papillon, l'ouverture du capot se fait donc facilement et sans outil pour changer de batterie.

J'ai aussi rendu les stabs démontables au moyen d'une vis qui traverse l'aile et d'un pion de centrage, ce qui est très appréciable pour le transport.

Il ne reste plus maintenant qu'à réaliser la finition. Une peinture acrylique en bombe, ou alors appliquée au rouleau mousse ou à l'aérographe est l'idéal autant directement sur le dépron que sur le kraft. Si vous n'avez pas krafté votre aile, je vous recommande d'entoiler l'intrados au scotch d'emballage transparent (après peinture), cela évite tous les petits trous qu'on fait à l'atterrissage.

Vous voilà maintenant propriétaire d'une aile de pente ou de plaine selon votre choix. Il vous reste encore à la faire voler! Premièrement, il convient de régler la radio. Celle-ci devra permettre un mixage "aile delta" pour gérer les élevons. Si ce n'est pas le cas, un module type "V-Tail", monté dans l'aile, peut s'occuper du mixage. Ces modules se trouvent aujourd'hui pour une poignée d'euros.

Réglez le neutre des élevons (mécaniquement de préférence! cela permet de conserver tout le débattement) de façon à ce que ceux-ci soient levés de 14mm, mesurés par rapport à l'intrados de l'aile à l'emplanture des élevons. En fonction de la précision de votre centrage, il se peut que vous ayez à ajuster cette valeur lors du premier vol.

J'obtiens personnellement comme débattement aux élevons 31 mm vers le haut et 15 mm vers le bas (mesurés par rapport à l'intrados de l'aile à l'emplanture des élevons). Ces valeurs sont données simplement pour comparaison, surtout pour diagnostiquer des débattements trop faibles dus à une tringlerie mal réalisée.

Pour votre premier vol, faites vous aider d'un lanceur, ça vous évitera un retour prématuré à l'atelier. Un léger vent de face est appréciable pour ce premier lancer. Pour la version "pente", je saisis l'aile par le bord de fuite à l'emplanture, et je la propulse vigoureusement.

Strange Strange
On a testé pour vous, ça ne l'abime pas... mais préferrez tout de même un atterissage sur l'herbe.

Le vol est agréable, le faible poids permettant de tenir en l'air avec un souffle d'air. La pénétration est bonne et l'aile vole à une bonne allure. Les trajectoires sont précises et sans surprise, la stabilité sur l'axe de roulis est excellente : elle donne l'impression de voler sur des rails… dont elle sortira sans broncher si vous le lui demandez. Elle ne présente pas de comportement vicieux et autorise des virages assez serrés sans décrocher. Avec un peu plus de vent, on pourra passer après une prise de badin boucles et tonneaux sans trop de soucis (ces derniers désaxent pas mal). Le vol dos est possible mais ce n'est pas la position préférée de l'aile qui aura tendance à osciller sur l'axe de roulis, surtout si on la freine trop. L'atterrissage se fait sans problèmes, l'aile allonge modérément et le dépron autorise de la plaquer au sol à condition d'avoir bien tangenté l'aire d'atterrissage.

Par grosses conditions, la ballaster permet d'augmenter la vitesse de vol de façon appréciable sans altérer la maniabilité. La restitution en est grandement améliorée aussi, le seul inconvénient vient du décrochage qui arrive un peu plus tôt. Testée à 1050 g en ordre de vol, l'aile se comportait encore très bien (avec beaucoup de vent). Dans la tempête, on pourrait surement monter à près de 1300 g, soit une charge alaire de 44,3 g/dm²… mais alors attention à la résistance de la structure !

Strange Strange

Pour la version motorisée, il est préférable de la faire lancer par quelqu'un qui tiendra l'aile par le bord de fuite au niveau des deux stabs et qui la propulsera vigoureusement, moteur tournant à fond (attention aux doigts!), en la tenant à bouts de bras au dessus de sa tête. L'aile va plonger un peu, la laisser prendre un peu de vitesse, puis tirer doucement pour la faire monter. Une fois la vitesse de croisière atteinte, la montée peut se faire à plus de 45° sans problèmes avec la motorisation proposée. Avec l'habitude, on peut la lancer seul, mais la technique est différente. On saisit l'aile d'une main par le nez, dos à la direction du lancer (dos au vent donc!) et on lance par-dessus son épaule en effectuant un quart de cercle avec le bras, gaz à fond la aussi. Ne pas oublier de se tourner pour regarder où elle va! Si cette gymnastique ne vous inspire guère, un sandow devrait pouvoir assurer la prise de vitesse initiale.

Strange
Vidéo du décollage de la Strange en version électrique. (Format .wmv, 1,8 Mo)

En vol, les trajectoires de la version électrique sont tendues et l'aile est très stable. On se prendra vite à voler au ras du relief tant elle vole sur des rails. Le poids assez conséquent permet de bonnes prises de badin mais n'handicape pas trop le taux de montée. Les boucles passent sans soucis, on peut même sans problème en enchainer plusieurs. Les tonneaux désaxent pas mal, et à en enchainer trop on finit par décrocher l'aile de façon assez désagréable (mais très aisément rattrapable en coupant les gaz et en la laissant descendre quelques mètres). Eviter de mettre ailerons et profondeur en butée au même moment : le déclenché obtenu stoppe l'aile net mais surtout désaxe l'hélice qui viens arracher un morceau du bord de fuite. Pire, l'hélice peut se retrouver bloquer et vous obliger à atterrir en plané (ce qui ne posera pas de problèmes… sauf si vous êtes au ras du sol !).

Strange Strange
Derniers préparatifs avant le vol…

Aux pleins gaz, on peut tourner sur la tranche sans beaucoup perdre d'altitude, ce qui autorise d'effectuer ce genre d'évolutions au ras du sol (c'est tout de suite plus marrant!). Avec du vent, voire avec beaucoup de vent (voire même un peu plus!), veiller à conserver du moteur vent dans le dos sous peine de la voire s'enfoncer. Le comportement en vol dos n'est pas excellent, comme pour la version "pente", mais à condition de garder de la vitesse et de ne pas tourner trop serré, on peut tout à fait voler dans cette position. Quand on la ralentit, le comportement reste très sain, et c'est un vrai plaisir de voler en dessous de mi-gaz à quelques mètres du sol. En plané, manche en butée à cabrer et moteur coupé, l'aile parachute gentiment sans donner de signes de décrochage. Eviter tout de même cet exercice par vent arrière! L'atterrissage est une formalité, tant l'aile est stable. Personnellement, je coupe les gaz à bonne distance et je viens tangenter l'aire d'atterrissage en veillant à garder l'aile bien à plat. Dans cette position, même si on touche le sol un peu vite, l'aile glisse au sol et s'immobilise rapidement sans jamais s'abimer. Dernière chose, on peut aussi utiliser cette version en pente à condition d'avoir de bonnes conditions. J'ai essayé avec et sans l'hélice sans constater de grosse différence de trainée.

En conclusion, je dirais que depuis maintenant six mois que je vole partout et très régulièrement avec cette aile, je n'ai pas réussi ni à la casser ni à m'en dégouter. Appréciant immodérément le radada, cette aile me convient parfaitement, puisqu'elle regroupe toutes les qualités nécessaires à cette pratique : solidité, vitesse et stabilité. J'espère qu'elle vous plaira autant qu'à moi et que cet article vous aura donné envie de vous lancer dans la construction.

J'ai par ailleurs présenté sur l'excellent forum "Modelisme.com" (sous le pseudo Zarden) quelques modifications que j'ai apporté à une Strange version planeur pur (notamment l'ajout d'une soute à ballast), vous retrouverez ces modifications ainsi que les constructions de certains lecteurs ICI.

Enfin si vous désirez vous aussi doter votre Strange d'accessoires en fibre (capot moteur, guignols…), vous trouverez ICI tous les détails de leur réalisation.

(Sujet actualisé le 4 novembre 2012)

N'hésitez pas à me faire parvenir les photos de vos constructions, ou à me poser vos questions à cette adresse :
christophe-chanudet@jivaro-models.org

Strange
 
 
Home
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Locations of visitors to this page
A2Pro, le fabricant