Home
Sujet ajouté le
3 novrembre 2017
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 
Quel planeur 4 mètres choisir ?

Présentation : Pierre Alban

Pour aborder les planeurs Grandes Plumes, on me demande souvent, ici ou ailleurs, quel planeur de 4 mètres choisir. Invariablement, le centre de référence s’articule autour de l’Alpina 4001. Non pas semble-t-il eu égard à ses perfos mais au fait qu’il soit quasi le seul connu d’une majorité de modélistes. De fait, depuis 30 ans, il fait rêver, comme moi à une époque. Mais sa conception est très datée et c’est justement pour cela que l’on m’interroge. On voudrait bien un planeur qui vole aussi bien, voire mieux que le 4001, en plus moderne. 
C’est donc un peu le but de cette présentation en vous faisant un résumé de mes essais persos. La liste n’est donc pas exhaustive, juste le reflet de mon expérience. Achats que j’ai effectués chaque fois après moult réflexions par rapport à mes envies du moment.

Tangent

Le fabriquant des fameux Alpina qui produisait d’abord pour Multiplex, puis Graupner et en même temps à une époque pour Airtech. Chacun pouvait influencer le fabriquant par rapport à ses propres exigences. Maintenant le meilleur moyen d’acheter un Alpina neuf, ou autre, est de s’adresser directement au fabriquant, en anglais. Ca fonctionne très bien. En 4 et 5 m j’ai eu tous les modèles d’Alpina. Le 1er, le « Cs », puis le second l’Alpina Magic en 3,80 m – 4,40 m avec des rallonges. Probablement le meilleur de tous. C’était dans les années 80-90.

Alpina Menez-Hom

L’Alpina 3001 : Je ne l’ai jamais vu voler mais j’ai rencontré plusieurs personnes qui adoraient ce modèle, au point que j’ai failli me laisser tenter. Comme planeur rustique (par opposition à un tout plastique) c’est certainement un bon choix.


Le fameux Alpina 4001 : Le 3e de la saga donc, plus rien de commun avec son célèbre ancêtre. Une clé ronde (enfin !), des volets, un profil qui accepte bien mieux la charge que le précédent qui devait rester léger. Las, le profil « made in Tangent » n’est pas des plus modernes, peu adapté à la voltige et la qualité de fabrication est loin du meilleur niveau.
Par contre c’est un excellent choix comme premier 4 m, car il est très docile et facile à poser. Très bon gratteur. Un excellent planeur polyvalent. L’ASG 26 est la version maquette du 4001 avec les mêmes ailes, mais franchement j’ai encore moins aimé la qualité de fabrication.
Alpina 4001
Alpina 4001 passage Alpina 4001 au sol

L'Alpina 5001 : Même choix aérodynamique que le 4001 ? On ne sait pas trop car il s’agit toujours d’un profil maison. C’est d’autant plus curieux que le 5001 ne vole pas du tout comme un 4001 ! Il n’a pas les défauts du 4001 et n’en pas non plus toutes les qualités. Par rapport au 4001, le 5001 est un excellent voltigeur, qui tient bien le vol dos, lui, et dont le taux de roulis peut faire penser à un 3 m ! La finesse est juste incroyable, il n’y a même plus besoin d’enrouler les pompes, il suffit de circuiter dans les zones d’ondes (au-dessus des arbres par exemple). Vécu : un vol mi-voltige mi-gratte avec le 5001 pendant que les autres 4 m faisaient 3 remorquages sans réussir à tenir ! Donc pour la plaine, aussi bien voltige que gratte, le 5001 est une tuerie ! Comment expliquer alors ce qui va suivre ? Aucune idée, mais on ne peut que constater que le 5001 en pente est une… m… ! On ne peut pas accélérer, même en le plombant, bref, c’est chiant. Ceci étant, un 5m à la pente c’est sympa, mais faut-il déjà avoir le site qui va bien. Ou alors en VTR (vol thermique sur relief) où bien entendu le 5001 sera royal. Peu encombrant, avec ses ailes en 4 parties, il est facilement transportable. Un très bon plan, mais pour la plaine seulement. Pour moi le seul qui soit vraiment intéressant dans la famille actuelle.

Aplina 4001 - Passage dos

Simprop

 

C’est de l’anti Tangent... Pour seul défaut d'être peu connu et peu distribué par le passé (chez Flash RC maintenant), les planeurs Simprop sont ce qui se fait de mieux en planeur de construction traditionnelle. C’est vraiment un autre monde par rapport à Tangent. La qualité de fabrication est au top, plus besoin d’incidence-mètre pour caler les ailes, ici tout vient direct d’usine et il y a même un moulage dans le fuselage pour que l’incidence soit parfaite. Même le centrage est gravé dans le moulage. Aérodynamiquement, le choix de profil est ce qui se fait de mieux dans la production actuelle et plein de petits détails sont là pour encore améliorer le rendement.

L’Excell 4004 : C’est le second 4 m par excellence, un bijou dans le détail de fabrication et de la conception. Ses stab en V démontables sont intégrés dans un moulage où ils ne peuvent pas bouger. Une grosse vis Allen leur sert de clé. Un canal aérodynamique court sur l'arrière du fuselage pour améliorer leur rendement, comme la forme des ailes qui connaissent ce décroché caractéristique au niveau des ailerons pour favoriser l’écoulement. Il y a moins de dièdre que sur l’Alpina (que je ne trouve pas très joli à ce niveau) au profit d’un léger double dièdre, qui est très efficace en spirale et moins pénalisant dans d’autres phases de vols. La construction est « béton ». En vol ça gratte aussi bien que l’Alpina, mais il est beaucoup plus voltigeur et plus performant. Non seulement ça vole tout seul, mais en plus il est très bon dans tous les domaines.

Excell 4004 - Simprop
Photo Simprop

Le Prolution 4004 dispose des mêmes ailes mais avec un fuselage ventru et moins long, un stab en croix et une dérive en aileron de requin. L'élégant carénage de roue est en option. La version non entoilée vient avec les volets découpés mais pas les aéro-freins. Tandis que la version ARF dispose des deux. (Voir chapitre dédié aux aéro-freins). Au contraire de l’Excel, le nez arrive non découpé, juste une très légère marque dans le moulage pour le découper si on le veut. C’est donc une parfaite machine de club, surtout avec sa roue réhaussée en option, pour faire du remorquage.
Roue optionnelle
  Prolution et ASH 26
Prolution 4004

Le Solution XL V2 4004 : Attention, ce n’est pas le même planeur que le Solution XL 1er du nom. Celui-ci est la version à stab en T du Prolution 4004. Il est très élégant et très moderne. En version ARC il vient avec les aéro-freins mais sans volets, c’est l’inverse du Prolution ! (Sinon en ARF il a aussi les volets.)
Lequel choisir ? C’est juste une question de goût ! Mais mon conseil est de piocher dans cette gamme si on veut vraiment un Alpina « super + ».

Solution XL V2 4004 - Simprop Solution XL V2 4004 atterro

Le Streamtec XL : Mêmes ailes encore, mais en version raccourcies à 3,50 m, lui donnant encore plus de maniabilité. Toujours aussi polyvalent. Il est équipé du système RDS, un système d’articulation des volets et ailerons par barre de torsion interne, qui ne dépasse donc pas du coffrage. C’est un peu plus de travail pour le montage, mais rien ne dépasse. Un très bon choix pour un planeur un peu plus vivant tout en gardant les qualités de ses frères aînés.
Pour tous les Simprop, au niveau centrage, l’optimum se trouve un poil arrière que le maxi indiqué.

Streamtec XL

Phoenix Model

 

Le fabriquant vietnamien (je crois) propose un joli K8b en 3,50 m (et en 6 m, mais hors sujet ici).
C’est un très joli planeur avec une belle présence en l’air qui vole plutôt bien.

Malheureusement ce fabriquant asiatique ne sait pas trop comment régler un planeur : centrage et calages sont complètement foireux. Ils l’ont traité sûrement comme un avion. Toujours est-il que la modif est super facile, puisqu’il suffit de retracer l’assise du stab pour avoir env. 1° d’incidence, soir une découpe dans le balsa de 3-4 mm dans le sens du piqué. Ca se fait en 2 minutes ! Le centrage va de pair et doit se placer à 99 mm environ du bord d'attaque. Ne faites pas une modif sans l’autre ! Inutile de lui mettre des aéro-freins, relever les ailerons à 35° est amplement suffisant, d’autant que ce n’est pas la finesse d’un Nimbus 4D !
K8b - Phoenix Model
K8b - Phoenix Model

L’électrification se fait très bien avec un moteur bas de gamme alimenté en 3S comme pour le mien ou mieux en 4S, ce qui est plus violent. La fixation du moteur est un peu particulière, avec un bâti comme un avion et un prolongateur d’arbre. 4 servos standard, une motorisation économique, il est polyvalent et très agréable en pente comme en plaine, franchement un bon choix pour celui qui veut un planeur sympa, facile et pas cher. Attention, les clés d’aile prennent du jeu avec le temps et l’incidence devient variable, c’est rien à corriger.


MCM (Michel Clavier Modélisme)
 

De ce que j’en ai vu, le Lak 19 semble une machine légère très sympa, qui devrait enchanter ceux qui recherchent une bonne machine un peu calme comme un Alpina, mais plus performante.

Lak 19 - MCM

Je suis ravi en vol du Salto selon l'usage ce que je veux en faire, c’est-à-dire de la voltige uniquement. Pour cela j’ai reculé le centrage de façon importante. C’est alors le meilleur 4 m de voltige que je n’ai jamais eu !
Par contre, à ce centrage, il devient délicat en thermique. Or, si on avance le centrage, il devient plus cool en spirale, mais ne me convient plus en voltige ! Surtout quand on a goûté à la version « Extra 300 » de mon réglage ! (Centre de gravité à l’aplomb arrière de la clé). Léger, il se pose comme une fleur, donc super pour la pente, même à mon réglage. Pour la voltige en plaine ou à la pente, c’est un planeur fantastique. Pour poser à la pente, il a tout pour plaire, son train qui protège ailes et fuselage, stab loin des cailloux, poids contenu, bonne tolérance aux grands angles avec ses ailerons levés, très efficaces, c’est ce qui se fait de mieux pour la pente en 4 m. De mon point de vue, quand même à réserver aux connaisseurs, qui le trouveront gentil comme tout et qui en feront ce qu’ils veulent. Mais il n’a pas la polyvalence d’un Excel 4004, qui lui-même n’a pas la vivacité du Salto ! Michel Clavier est un concepteur hors pair mais la qualité de réalisation n'est pas tout à fait au même niveau. Ce sont des machines faites pour voler bien et longtemps, rustique au sens noble du terme. On ne peut pas tout avoir...

Salto - MCM Salto - MCM
  Salto sur la piste

Valenta

 

Là on rentre dans de la fabrication intégralement en fibre de verre, renforcée carbone avec des ailes creuses. La finition est superbe, par contre c’est beaucoup plus sensible aux chocs. Il faut impérativement savoir poser en sécurité et aussi disposer du terrain ad hoc. En VdP, il faut être très prudent bien entendu. Les petites réparations sont facilement réalisables par quelqu’un qui maitrise l’art de la fibre de verre. Attention, toutes les notices de Valenta font état de fourchettes de centrage beaucoup trop avant. Par rapport au centre de gravité les plus arrière du fabriquant, je suis en moyenne 9 mm derrière, ce qui n’est pas rien. Et le planeur n’est toujours pas complètement neutre en piqué.

Le Volcano : Honneur à celui que l’on vient me proposer comme alternative à l’Alpina. Grosse erreur ! Son prix le rend en effet très concurrentiel et il vole super bien. Oui mais pas du tout comme un Alpina. C’est tout le contraire même. Le Volcano est surtout orienté voltige et il vole bien plus vite. Même à l’attero, et là est son défaut, il est impossible à ralentir. Et alors le stab souffre beaucoup. Il n’est pas rare que certaines Volcanistes en pente « fasse » un stab par session… On doit pouvoir renforcer le bord d’attaque du stab par l’intérieur, ce qui me semble absolument nécessaire. En faisait un trou dans l’emplanture du stab pour passer une tige en carbone que l’on aura noyée dans un mélange d’epoxy et de floc de coton puis positionnée derrière le bord d’attaque.

Volcano - Valenta
Volcano chariot
Volcano Chat

Le Volcano est assez compact et donc facile à transporter. Il dispose de grands volets et d’aéro-freins. Les ailerons ne sont pas très grands, au début ça m’a inquiété mais en fait comme le planeur vole assez vite, ils sont toujours très réactifs. Drôle d’idée cependant que cette proportion volets / ailerons, avec des volets disproportionnés. La commande des aéro-freins demande de contourner le servo de volets, ce qui complique un peu l’installation radio.

Volcano Chariot Volcano sol

Une anecdote sur ce planeur, dont nous avons monté avec un copain deux exemplaires, avec exactement la même motorisation (qui ne se fait plus). Lui l’a centré au plan, et son pack d’accu 4S était placé à l’avant, sous la verrière. Lui s’est contenté du test de piqué « simple » qui ne veut absolument rien dire (voir article sur le Zambezi). Pour ma part, je suis allé relever le centre de gravité le plus arrière possible sur les forums allemands et mon pack d’accu s’est trouvé, lui, au niveau de l’aile. De l’avant, mon pack d’accu s’est trouvé au centre de gravité, excusez du peu ! Par la suite, je l’ai reculé encore un peu. Mon collègue a revendu son Volcano, mécontent de son manque d’efficacité à la dérive, avant que je ne puisse lui montrer que le mien était tout à fait normal sur cet axe-là. Donc, oui, bien centré, le Volcano est pas mauvais comme planeur de voltige. Il ne gratte pas aussi bien que l’Alpina, mais encore une fois, bien réglé, c'est un planeur asser fin, du moment qu’on lui laisse sa vitesse de vol. Non pas qu’il va décrocher comme un sauvage, mais son rendement n’est pas dans les basses vitesses. C’est un planeur qu’il faut laisser voler, comme tous les planeurs d’ailleurs.

Le Volcano de l’auteur dans le petit temps démontre son excellente finesse.

ASW20 : Avec plus ou moins les mêmes ailes, un très bon choix, d’autant que le stab est protégé des chocs. Magnifique machine !


Zefiros. C’est un Volcano agrandi à 4 m. La proportion des ailerons est un peu meilleure, et plus besoin de contourner le servo de volets avec la tringle des aéro-freins. Un peu plus lourd, meilleure restitution donc, un poil plus gratteur, il ne se pose pas plus lentement que son frère de 3,70 m. Une très chouette machine, mais il faut savoir que l’on n’achète pas un Alpina et c’est tant mieux car le Zefiros est bien plus intéressant. Lui et son frère son deux excellents choix comme planeurs polyvalents tendance vitesse-acro.
Zefiros - Valenta
Zefiros 4000

Le Carbonara ou Twister selon qu’il soit distribué chez Schmierer ou Valenta. Lui, on peut lui voir un (lointain) rapport avec l’Alpina, mais en version hyper +++++, ou plutôt à l’Excel 4004 en version survitaminée !
C’est LE 4 m polyvalent, version luxe ! Ca se paye d’ailleurs car si les Vocano/ Zefiros sont en fibre de verre avec des renforts carbone, là on rentre dans le tout carbone, fuselage Kevlar/carbone. Ce n’est pas le même prix. L’installation radio non plus d’ailleurs car les ailes incluent un système de commande LDS, un système interne à très faible bras de levier, rien ne dépasse, mais qui nécessite des servos peu répandus et donc chers. Beaucoup d’Allemands sont revenus au système traditionnel. Plus simple et selon eux moins sensible au flutter (voir chapitre à ce sujet). Tous ont utilisés des servos Futaba qui me semblent-ils prennent un peu de jeu, ce qui est dramatique dans ce genre d’installation où le moindre jeu est absolument prohibé. J’utilise pour ma part, dans ces installations (Chilli), des servos JR189 HV ou DS181 en voltage normal, qui conviennent parfaitement. (Je base mon expérience sur le Chilli, qui a le même système LDS).
La vitesse d’atterrissage est conforme à la plupart des 4 m, ça gratte bien entendu super bien, presque mieux que certains F5J d’ancienne génération, et ça envoie aussi du bois comme il faut ! Waouh !
Pour en avoir vu voler, c’est le top.

Carbonara - Valenta Carbonara - Valenta

Le Sharon : Il existe en plusieurs envergure, jusqu’à 4,20 m, avec stab en croix ou en V. C’est un excellent planeur polyvalent, orienté gratteur, mais bien que loin d’être ridicule à la pente, n’offrira pas la restitution des planeurs ci-dessus mentionnés. C’est bien normal, leurs vocations étant opposées. On pourrait les rapprocher de l’Alpina 4001 Thermik mais en bien mieux (et plus fragile aussi).

Sharon - Valenta Sharon - Valenta

J’ai eu deux sous-version du Sharon, voir ci-dessous :

Le Zambezi, 3,55 m, essayé dans ces pages, qui n’est pas trop lourd pour gratter, pas trop léger pour rester polyvalent. Une machine superbe, tout le monde vient me voir en me disant qu’il vole vraiment bien, c’est un signe! Pas sûr qu’on le trouve encore facilement.

Zambezi - Valenta Zambezi - Valenta
Zambezi - Valenta

Le Airon, 3,37 m de parfaite polyvalence, très maniable et encore super gratteur. Plus compact, plus facilement transportable, un peu plus rapide quand il faut (profil différent), même le Zambezi ne l’a pas détrôné dans mon souvenir. Un très très bon compromis. Il est en plus particulièrement élégant en vol. A refaire, je lui mettrais la motorisation du Zambezi. 
Valenta vient de sortir un Airon 360 3,60 m sur lequel j’ai n’ai pas encore d’autres informations.

Airon - Valenta Airon - Valenta

Le Salto : Somptueux ! Voir l’essai de Laurent. Très facile à électrifier, d'une très belle polyvalence, les perfos, la grâce... Existe en version 4,50 m de l’essai ou en 4,20 m avec des winglets.

Salto Schmierer Salto Schmierer

J’achète mes Valenta chez Aéomodeshop à Lausanne ou chez (ex) Staufenbiel. Voir aussi chez Schmierer (il parle français). En général prévoir un délai de 3 mois. Pour une pièce détachée on peut aussi passer en direct.


RCRCM

 

Le DG 600 de 3,60 m semble être directement inspiré du Volcano. Donc une alternative très envisageable. La place pour la motorisation peut inquiéter avec ce type de verrière, mais comme elle n’est pas transparente, on ne verra pas le moteur qui peut très bien être de la famille des Poly-Tec. On me demande parfois de comparer la finition entre RCRCM et Valenta, il n’y a pas de différences fondamentales. les Valenta ne se marquent que très peu au petits impacts, et les RCRCM encore moins.

Ce que j’aime bien chez le chinois, ce sont les choix aérodynamiques un peu plus modernes, avec d’excellents profils, toujours très tolérants en restant performants.

DG-600 - RCRCM

Photo RCRCM


Il y a toujours le choix entre une version fibre de verre et une version carbone, les 4 planeurs que j’ai de chez eux sont en carbone et je n’ai aucun souci de solidité. Je n’en parle pas ici, car hors sujet. Distribués par Flash RC, très sérieuse société. Ne pas hésiter à leur demander de commander une version spéciale non importée (voir site RCRCM). Pour le VDP sur des sites moyennement accueillants pour poser, je préfère alors RCRCM à Valenta, le chinois résistant très bien aux cailloux et atterro un peu dur.

Paritech
 

C’est la Rolls. Des machines très performantes, très bien étudiées et incassables en vol. Le mieux est de les commander via Marc Hauss Modélisme, il habite à 50 km de chez Paritech et vous enverra le planeur depuis la France, sinon depuis l’Allemagne le coût d’expédition fait peur. Le planeur d’accès le plus polyvalent chez eux est l’ASH 26 de 4,50 m, c’est un bijou quel que soit l’usage que l’on veut en faire. Plus typé F3F, l’ASW 27 de 3,70 m est aussi à voir, comme superbe alternative au Volcano. Eux, ce sont de vrais modélistes concepteurs, vous pouvez respecter leur centrage, il est bon ! Regardez-leur vidéo, ça veut tout dire sur la qualité des modèles. Prix pas donné, mais pas si cher non plus compte tenu de la qualité et de la solidité des bestioles.

ASW 27 - Paritech ASH 26 - Paritech
Photos Paritech
Si vous voulez savoir ce qui résiste pour de bon en pente, c’est marqué à la fin de cette vidéo.

Attention au flutter

Plus les perfos d’un planeur augmentent, plus la vitesse peut devenir élevée. Or toute machine volante a une vitesse à ne jamais dépasser, c’est la VNE (Velocity Never Exeed). Mais il a aussi 2 VNE ! Celle en air perturbés et celle en air calme. A sa VNE, les ailes ou les gouvernes vont se mettre à battre comme des drapeaux. C’est bref et souvent hyper violent. La machine se désintègre avant que l’on ait pu faire quoi que ce soit. On peut retarder le moment où cela va arriver mais jamais l’éliminer.

La cellule d'un parkflyer Cheap Monkey entre en flutter, un aileron s'arrache !
Et la caméra qui filme vers l'arrière n'en perd pas une miette...
A force de passages en survitesse, la limite de ce Thermik XXXL est atteinte, à 6:10 on entend le planeur partir en flutter. Le planeur semble avoir été ramené, mais dans quel état ? En général la plupart des servos explosent et les dégats sont gravissimes, cela avant de toucher le sol !

Le principal est d’avoir des gouvernes sans jeu, sans souplesse. Sur un planeur en construction traditionnelle on est à peu près tranquille car les profils sont rarement assez fins pour accélérer très longtemps. Le danger est réel sur les planeurs en fibre. Pour eux, il est impératif de répondre au cahier des charges suivant :
- Servos sans jeu
- Chape placée au plus près possible du centre du palonnier du servo (évitez absolument le 3e trou)
- Côté gouverne, éloignez autant que faire se peut la chape du centre d’articulation (c’est le contraire côté servo)
- Tringles en tige filetés de 3 mm, ou en 2,5 mm uniquement, en qualité Multiplex.
- Les chapes doivent être après réglages tenues au frein filet, évitez les contre-écrous qui peuvent se coincer.
- Bien entendu, aucun jeu dans les trous des palonniers où se prennent les chapes.

Si vous devez réduire les débattements à la radio, c’est que votre installation radio est mal faite. Il faut toujours gérer ça mécaniquement au niveau des servos, ce qui leur permet de travailler sur toute leur course, et qu’ils offrent le maximum de puissance et de précision.
Un autre facteur aggravant concernant le risque de flutter est la présence de stab pendulaire sur un planeur. Il est évident ici plus qu’ailleurs il faudra dans ce cas avoir un servo surdimensionné avec aucun jeu.
On doit croire votre stab soudé quand on le bouge. Donc depuis le servo jusqu’au stab lui-même, toute la chaîne devra être surdimensionnée, si possible avec des bonnes chapes de 3 mm entièrement métalliques et à rotules.

C’est une façon de retarder l’apparition de ce phénomène très destructeur quand il se produit à haute vitesse. Ainsi, les profils fin et chargés prévus pour être rapides auraient avantage à être associés à un stab à volets. Beaucoup ont pulvérisés Thermik XXL, Chili et Carbonara pour cette raison. Il faut aussi garder raison dans son vol. Une descente verticale de 150 – 200 m est déjà bien sympa, le faire depuis 400 m demande des planeurs plus chers et plus spécifiques.

Crash Spektrum

Aéro-freins ou pas ?

Certains planeurs proposent des aéro-freins à lames et des crocos. Les aéro-freins à lames sont des destructeurs de portance. Ils ne ralentissent pas le planeur (en phase d’atterrisage), ils ne font qu’augmenter le taux de chute. C’est bien mais il faut le savoir. 
Les volets baissés, eux, augmentent la portance et la traînée, c’est-à-dire qu’ils ralentissent le planeur et lui autorisent une vitesse d’approche plus basse. Par contre, ils n’augmentent pas beaucoup le taux de chute. Pour cela, il faut relever les ailerons, qui agissent alors comme des aéro-freins à lames, en mieux car en venant perturber l’écoulement au saumon, le décrochage va s’en trouver très retardé.
Volets ET ailerons DOIVENT, pour être efficaces en croco, posséder un FORT débattement, sinon l’efficacité sera décevante, soit 70° aux volets, 40° aux ailerons. Si on peut aller au-delà c’est mieux, mais cela sous-entend l’usage de servos programmables afin d’en augmenter le débattement sans passer par des grands palonniers (Flutter).
Pour le Salto de MCM, il est prévu des ailerons qui se relèvent de 70°, il n’y a ni aéro-freins ni volets. Le planeur se met nez en l’air, augmentant ainsi la trainée, et le décrochage est éloigné de par la position des ailerons. C’est très efficace. J’avoue que je n’aurais pas pensé que ça marche si bien sur un 4 m électrique.

Crcos + AF Aérofreins

Le cas des aéro-freins à lames additionnés aux crocos n’a de raison d’être qu’avec de petits débattements imposés pour X raisons aux gouvernes, soit un défaut de fabrication, puisque les gouvernes ne peuvent pas débattre autant que la normale. Sinon, c’est compliqué, et ça n’apporte strictement rien, y compris sur un Thermik XXXL de 5 m et de 7,2 kg, qui ait affublé d’aéro-freins alors qu’il dispose de 6 volets à forts débattements ! (D'ailleurs le Chilli de 4,70 m n’a plus d’aéro-freins). Ainsi les Volcano,/Zefiros ont des aéro-freins + volets, comme le Prolution 4004. Quand on voit que l’on peut descendre à la verticale, arrondir et poser avec des crocos bien régler, on ne voit vraiment pas l’intérêt de compliquer les choses avec des aéro-freins. 
Sauf dans deux cas, ça se discute: en pente où l’on peut préférer les aéro-freins aux crocos, et donc posséder un programme croco pour la plaine et aéro-freins seuls pour la pente, ou bien derrière un remorqueur particulièrement lent, pour garder tendu le câble avec un planeur rapide comme le Volcano. 
Nota : Sur certains planeurs en fibres, dont tous ceux cités ici, il est important de réduire à la cale à poncer la lèvre fermant la fente d’articulations. Car cela limite de trop les débattements et on ne peut ni lever les ailerons assez, ni baisser suffisamment les volets. C’est un peu fastidieux, mais il faut le faire.


D-Box ?

C’est une option que l’on trouve chez Valenta et Paritech. A savoir que ce n’est pas toute l’aile qui est en carbone (comme l’option RCRCM) mais juste la partie avant, du bord d’attaque au longeron, qui fait une sorte de boite en forme de « D » d’où son nom, sur le principe du triangle indéformable. C’est effectivement largement assez efficace et la solidité devient vraiment très forte en vol. Si vous voulez faire des boucles carrées à 200 km/h, l’option s’impose. Sans quoi, la rigidité des versions normales et plus que suffisante sans rajouter du poids en renforts carbone inutile en usage normal.

D-Box

Motorisations

Le problème est souvent de trouver des moteurs d’une taille adaptée aux fuselages souvent étroits. Pour des planeurs jusqu’aux environs de 3,50 m et 3 kg, on pourra trouver son bonheur avec les Axi Cyclone 2826/10 KV760, en 4S avec une 13''x6''. Pour les planeurs plus grands mais également étroits il va falloir passer au moteurs réductés. Un bon rapport qualité-prix peut être trouvé avec les Poly-Tec réductés. Le 490-23 et ses 234 g pour un planeur genre Sharon en 3 ou 4S. Puis le 500-22 qui peut tourner une 18,5''x12'' en 4S sous 46 A seulement, pourquoi pas pour un Alpina Thermik ou un Excel 4004. Et enfin le Poly-Tec 600-17 en 5 S, ou mieux 6 S qui va jusqu’à 1300 W, de quoi très bien monter un 4,50 m ou plus, genre 5001 ou Salto Valenta.

Salto motorisé Chariot de décollage

Les contrôleurs

Aujourd’hui il y a la fiabilité pour alimenter directement un 4 m depuis le contrôleur avec un BEC intégré (circuit éliminateur de batterie réception). Un contrôleur possédant un BEC qui passe 12 Ah à la réception, ça se trouve avec le Casttle Creation Talon 90 Ah ou les YEP 90 et 120 que j’utilise maintenant quasi pour tout ce qui est en 4 à 6S.
L’idée est que si c’est pour mettre un Ni-MH à la réception, qui n’est pas fiable par définition (on ne devrait plus en vendre tellement c’est dangereux), alors on sera bien plus avisé de mettre un Li-Ion qui lui est fiable.

Contrôleur

Mais un Li-Ion possède quasi le même voltage qu’un Li-Po. Il convient donc d'abaisser sa tension avec un régulateur de tension (prendre dans ce cas un YEP 20 Ah). A moins bien entendu d’avoir tous les servos en HV. Dit autrement, mieux vaut un Li-Ion avec un régulateur plutôt qu’un Ni-MH à la technologie dépassée. A partir de là, quitte à installer un régulateur de tension, alors autant utiliser le BEC du contrôleur. Pour peu bien entendu qu’il soit capable de débiter assez d’Ampères vers les servos numériques des grandes plumes. 

On élimine donc la batterie de réception et on fait simple. C’est le principe KISS : "Keep It Simply Stupid" ! Simple, gage de fiabilité donc. 
Quand on a de la place et des servos HV, rien n’empêche comme je le fais parfois de mettre un accu Li-Ion en direct sur le récepteur, mais c’est du luxe. Tous mes Valenta, RCRCM et Simprop sont maintenant en contrôleur YEP 90 ou 120 avec SBEC intégré de 12 Ah.
Côté Li-Po, en Chine la qualité baisse je trouve, aussi j’arrête d’acheter des Li-Po qui gonflent au 4e vol. Je préfère chercher en promo des Gen Ace ou des Tattu qui dureront des années.


Les servos plats pour les ailes

Une bonne idée peut être de prendre des KST 225 MG qui sont HV. Sinon, les Hyperion 095 FMD sont parfaits et programmables, mais n’acceptent pas plus que 6,6 V (on peut donc les alimenter en direct en LiFePo4 (voir article à ce sujet). Je n’aime pas les Futaba qui prennent du jeu (à ce prix, non, non et non) et n’acceptent pas un voltage supérieur à 5 V, ce qui est très limitant. 
Je leur préfère les servos Graupner et JR, que j’utilise pour les tringleries intégrées type RDS ou LDS.
En format traditionnel, je m’équipe toujours en Hyperion (voir sujet dédié) 13 ou 16 mm, ou en Graupner HVS660 ou équivalent. Attention les Hyperion 13 mm HV ont tendance à « battre » au repos avec des gouvernes trop souples (Tangent, Simprop). Je les utilise plutôt sur les planeurs en fibre où ils font merveille, car les articulations sont un poil plus rigides. Au final, les Hyperion 095 FMD sont l’idéal pour les ailes, compatibles avec les 5,7 V ou 6 V d’un contrôleur et surtout programmable afin d’avoir un débattement plus important en gardant la précision d’un palonnier court. Capital pour une bonne installation. Il faut juste bien « travailler » à la lime les cadres de servos fournis en général chez Valenta et RCRCM pour les adapter aux Hyperion. (On trouve des cadres chez RC Solutions.)

Vers le bas Vers le haut

Au final que choisir ?

Si c’est votre premier 4 m et que vous avez un peu peur de vous laisser dépasser par les événements, misez sur la (relative) légèreté: prenez un Alpina Thermik, ou même un K8b Phoenix Model beaucoup moins cher et économique à équiper. Pour un successeur à votre premier 4 m, ou tout simplement la classe au-dessus, Simprop est fait pour vous.  4001 Tangent ou 4004 Simprop, dans les deux cas se sont des planeurs solides et très polyvalents. 
Si vous voulez voler un peu plus fin, voir le Lak 19 MCM.
Ensuite, on passe à la construction « tout plastique ». Comprenez tout fibre, bien plus fragile aux impacts et moins facilement réparable. Pour le vol de plaine, ce n’est pas un souci et on peut profiter des performances inhérentes à ce type de fabrication, ce qui n’est pas d’un intérêt décisif à la pente où une machine plus rustique sera souvent mieux adaptée. Ce sera la conclusion d’ailleurs, pour le VDP « habituel » (pentes du Sud), je préfère des planeurs de 3 m. Les 4 m ou plus étant réservés pour moi, à la plaine, où leur taille et rendement apportent un réel gain. Bien évidemment, si vous volez sur des pentes de rêves, tout est permis !
Si on ne devait en retenir qu’un, ce serait l’Excel 4004 car il n’est pas possible de ne pas en avoir eu un avant d’aller plus loin. Pour ma part un Salto 4,50 m Valenta est en commande pour sa parfaite polyvalence : capable de gratter facilement, ou de voltiger fort avec de grosses prises de badin, il va venir remplacer une bonne partie de mes autres planeurs.

Quand vous aurez franchi le pas, commencez par soigner le montage, notamment celui des équipement radio. Ce dossier pourra vous guider.

Très bientôt, je vous dirai pourquoi passer à un 5 m ! A suivre !

Contacter l'auteur : pierre@jivaro-models.org

Quel 4 mètres choisir ?
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page