Home
Sujet ajouté le
14 mars 2012
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 
Montage planeurs de 4 m et plus

Tout ce qu’il faut absolument savoir
pour assurer une longue vie à votre investissement.

Présentation : Pierre Alban

Fiabilité + sécurité = tranquillité
  • Parce que je n’aime pas réparer ou refaire ce qui a été mal fait.
  • Parce que j’aime bien arriver sur le site de vol avec tout qui marche parfaitement sans avoir à bricoler.
  • Parce que une fois en vol je n’aime pas me faire du souci ou être limité par quoi que ce soit.
  • Parce que un grand planeur peut avoir une durée de vie de plusieurs décennies et rester en très bon état…

Il y a certains principes, certaines habitudes à avoir, certaines choses à connaître qui ne coulent pas de source lorsqu’on aborde cette catégorie.
Je m’en rends compte en en discutant, que l’information se dilue un peu partout, que chacun y met un peu de sa sauce et qu’au final il y a beaucoup d’énergie, de temps et d’argent de perdus. Voir du découragement.
Dans le même temps, on assiste à une évolution du modélisme. Le très haut de gamme d’un côté, élitiste ; et du modélisme de consommation de l’autre ou l’individualisme est le maître mot.
Reste quelques petits noyaux, à l’ancienne, où la passion est intacte, comme le site de notre "rédacteur de tête", où participer est une sorte de devoir de mémoire.
Puisqu’il ne gagne pas d’argent sur mon travail, je peux bien lui prêter ma plume afin de continuer à partager cette passion.
Ce dossier sur les grandes plumes est donc ouvert et je l’étofferais petit à petit en fonction de mes disponibilités.

Il faut bien commencer par un sujet et de celui-ci en découlera d’autres. Nous allons commencer par parler de l’alimentation électrique de nos grandes plumes car sans courant il n’y a rien . Pas de récepteurs et pas de servos.


1e partie : L'électricité à bord

4,8 V ? 5 V ? 6 V ? 7,2V ? Lequel choisir ?
Je réglerais déjà le cas du 4,8 V qui sous-entend une batterie 4 éléments Ni-MH. Je le dis tout net, le Ni-MH n’a plus aucune raison d’être, en quoi que ce soit. Ces accus vieillissent mal, ils perdent en capacité et ne sont pas d’une fiabilité totale. (Si vous en voyez encore parfois sur mes photos, c’est qu’ils ne servent plus que de lest, participant au centrage où ils étaient avant.)

Lipo à la réception
Plus jamais ça... Vive le 21e siècle !

A côté de cela, les accus Li-Po ou Life-Po4 n’ont pas d’auto-décharge, ils se chargent en 1 heure, on peut connaître précisément leur état, ils sont légers et pas encombrants. Les utiliser à la réception comme à l’émission est d’un confort incroyable qui change la vie. On n’a plus à se dire : "Ah zut, je n’ai pas volé depuis un mois, mes accus ne sont pas chargés, il me faut la nuit pour le faire".
Maintenant, non seulement tout est prêt au vol en permanence, mais en plus on a une "jauge" pour mesurer avec précision et le cas échéant, un petit coup de charge de dernière minute est toujours possible.

Lipo à la réception
A gauche, les 2 pack en 1 300 mAh qui servent pour mes 4 m et à droites les packs pour les 5 m en 1 650 mAh, soit 2 600 mAh et 3 300 mAh de capacité ! Noter les prises MPX spéciales. Ces packs de réception qui passent d’un planeur à l’autre sont choisis pour leur bonne qualité.)


Donc maintenant, on alimente tout en Lipo. Et qui dit Lipo, dit 7,2 V.
Il y a deux types de servos : ceux qui sont prévus pour 4,8 / 6 V et les nouveaux "haut voltage" qui passent en 7,2 V direct.
Dans le premier cas, il nous faudra un régulateur de tension. Et comme il peut tomber en panne, il nous en faudra 2, avec donc 2 batteries et ensuite un "doubleur" qui répartira le courant au récepteur en fonction de la demande. C’est la solution que j’ai sur toutes mes grandes plumes
IMPORTANT : Si vous avez deux sources de courants différentes, il n’y a qu’une seule bonne solution, c’est le doubleur d’accu. Inutile donc de chercher à innover pour essayer de s’en passer, tout ce que vous ferez c’est de… tout crâmer ! Ou au mieux de déplacer le problème de la sécurité d’une façon non satisfaisante.
Ne mettre qu’une seule batterie avec un seul régulateur de tension ? Il faut avoir en tête que ça ne fait aucune sécurité, si 1 seul connecteur fait défaut, si un appel de courant est trop fort et qu’un élément de la chaîne dévient défaillant, c’est un gros chèque qui par en fumée…

Doubleur d'accus dans un Fox Doubleur d'accus dans un Fox
Sur ce fox de 3 m, on voit bien le doubleur d’accu Simprop en orange et les deux régulateurs de tension. Noter les prises MPX spéciale pour les accus.

Quel Ubec choisir ?
Régulateur de tension en français, un Ubec prend sa source dans une batterie de propulsion ou une batterie dédiée et sort un courant stabilisé adapté à nos servos. Il y en a de plusieurs sortes et de plusieurs capacités. Sur un planeur pas trop gourmand, on pourra mettre deux Ubec de 3 Ah, mais des 5 Ah seront préférables surtout si on a des servos numériques qui peuvent engendrer de forts appels de courant.

Volt Limiter
Sur cet Alpina 5001, c’est un module Robbe qui prend le courant aux deux batteries, qui le réduit à 6 volts et qui l’amène par deux prises identiques au récepteur.

Ensuite, vous avez le mode de fonctionnement de l’Ubec. Le système à l’ancienne, dit "linéaire" n’a pas un très bon rendement et peut chauffer beaucoup. Nous préfèrons le nouveau système "switch" qui se généralise, avec son rendement très supérieur.
Sur les régulateurs de batterie, vous avez le choix entre 5 et 6 volts. En général par un shunt à placer. On ne le sait pas toujours, mais même les servos marqués 4,8 – 6 V sont souvent surchargés en 6 Volts. J’ai ai cramé plusieurs comme ça, parfois sur un attero un peu sec. Ils s’usent plus vite, consomment beaucoup plus, bref j’en suis revenu et maintenant on fonctionne en 5 volts sans aucun problème. Et certains servos comme les Graupner ne fonctionnent qu’en 4,8 V.
Il est évident que les servos en 7,2 V représentent un gros progrès. Mais il ne faut plus mettre que ça dans le planeur, ou alors avec un régulateur de tension pour les servos en 4,8 V ce qui est toujours possible.
Il est certain que mon prochain 6 m sera tout en 7,2 V, mais toujours avec un doubleur de batterie, et avec un circuit électrique très différent, qui est ici hors sujet.

Doubleur accus Graupner
Doubleur de batteries et régulateur de tension jusqu'à 5 Ah Graupner. Multiplex en propose également un à 5 Ah et Jeti à 12 Ah.

On commence à trouver ce genre de module, faisant à la fois office de doubleur d'accu et de régulateur de tension : concrètement, on peut brancher deux accus Lipo en 2S à l'entrée, et à la sortie avoir le courant stabilisé de son choix, entre 5 et 6 V en général.
Il y a vers le récepteur deux fils redondant qui permettent d'augmenter la sécurité (on branchera le second sur une voie libre ou avec un cordon en Y sur une voie occupée) et ainsi de répartir le courant sur deux faisceaux. On trouve en général des LED qui renseignent sur l'état de la batterie, et un inter électronique.
Celui-ci est donné pour 5 Ah.

Cela m’amène à la consommation des servos qui a tendance à suivre une courbe très nettement à la hausse, surtout avec les numériques. On reparla plus loin des points durs à éviter lors de l’installation

Servos ? Numériques ou pas ?
L’intérêt des servos numériques est d’offrir un très bon retour au neutre, même si ça varie beaucoup d’un modèle à l’autre. L’autre intérêt est que le servo ne dévie pas avec la température. En planeur, c’est un gros avantage pour les ailes car les réglages ne changent pas et on n’est plus obligé de re-régler tout sur le terrain. Quand on a 8 servos dans les ailes, c’est appréciable ! Même avec 4, c’est pénible de devoir tout régler sous prétexte que le modèle est stocké au frais et qu’il fait chaud dehors, ou bien l’inverse.
L’inconvénient est que cela consomme beaucoup plus. Il y a des pointes de courant qui peuvent faire peur ! Donc donner le travail à 2 batteries est plutôt une bonne idée. On reparlera aussi de la conso au chapitre de la connectique et des câblages.

Graupner PRX 5A
Il y a peu j'ai voulu revoir les réglages radio de mon 6,60 m tout en servos numériques. Pour ce faire, j'ai branché provisoirement ce module avec un seul accu Lipo. Il est un peu juste en puissance, mais c'était juste provisoire. Au bout de 30 secondes, j'ai eu droit à une belle led rouge car je tirais trop sur la batterie. Celle-ci testée, elle était à 73% et le module était bien chaud ! Après avoir branché les 2 accus, tout est revenu au vert ! Cela démontre bien que même en Lipo, on a bien besoin de 2 accus pour compenser les fortes demandes de courant.

La plage de vitesse et le poids du planeur sont également des éléments à pendre en compte. Par exemple, pour un planeur lent de 3 kg nous n’aurons pas les mêmes impératifs que pour un planeur de 6 kg. Je pense aux derniers Alpina ou les 4 m en fibre qui peuvent passer les 5,5 kg. Un bon servo à tout faire pour les ailes est par exemple le Futaba 3150. Il y a mieux ou alors moins bien, mais ce sera un choix dans la bonne moyenne. Pour les planeurs tout fibre, après y avoir goûté sur mon Vz-Max, j’ai une nette préférence pour les servos d’ailes Graupner qui n’offrent absolument aucun jeu en même temps qu’un retour au neutre parfait. Impressionnant. Je commence à m'équiper aussi en Hyperion, servos puissants et programmables très compétitifs.
Pour la profondeur, j’aime bien aussi un numérique, toujours pour le retour au neutre, mais on peut très bien installer un Graupner C4041 qui va très bien. A la dérive, un servo standard est suffisant comme pour le crochet, dont on reparlera.

Pas d’interrupteurs mais des prises d’accus adaptées
Les interrupteurs constituent avant tout une importante source de pannes. Par ces petits mécanismes fragiles passe la vie de votre planeur. En plus, ça ne sert à rien puisque de toute façon une batterie de réception est toujours accessible, surtout en planeur. Donc une installation sûre ne comprend pas d’interrupteur. Ou alors un interrupteur électronique qui est en fait un périphérique du doubleur d’accu. L’avantage d’un inter électronique, c’est que s’il tombe en panne, si un fil est coupé, il restera dans le dernier état connu : "Marche" si la radio était en fonctionnement ; "Arrêt", si la radio était à l’arrêt.
J’ai la possibilité de brancher un inter électronique sur mes doubleurs d’accus, mais je ne le fais pas car ça ne sert à rien. Alors comment fait-on pour allumer la radio ?

2 Lipo dans un Alpina 5001 2 Lipo dans un Alpina 5001
C’est un 5 mètres mais la place est compté sur cette Alpina électrique. Les deux lipo de réception trouvent places sous l’accu de propulsion. On voit bien les prises MPX spéciales qui vont servir à alimenter directement le module "Volt limiter" Robbe puis la réception).

Il y a un geste que l’on va être amener à faire de toute façon très souvent, c’est de connecter la prise de la batterie à l’installation radio. On va manipuler cette prise bien plus souvent que les prises de servos qui sont branchées dans le récepteur. Par elle passe également les courants les plus forts, puisque étant située à la source. Nous avons dit qu’il s’agissait d’un accu Lipo qui ne devra donc pas être branché en direct sur le récepteur. Raison de plus pour mettre une prise spéciale pour éviter les erreurs, elle acceptera les manipulations multiples et assurera toujours un bon contact en permettant de passer une intensité supérieure à la moyenne. C’est pour cela que nous utilisons ces prises multiplex pour batterie qui sont vraiment parfaites pour cet usage.

Prises Multiplex

Achetez-en un sachet d’une dizaine de mâle/femelle et vous serez tranquille. On mettra une femelle côté accu, et une mâle à l’entrée du régulateur de tension . Rien de changé entre le doubleur d’accu et le récepteur qui restent en prises uni.

Pour un planeur électrique, comment alimenter les servos ?
Peut-on utiliser le Ubec du contrôleurs ? Sur un planeur léger c’est possible, mais on préferera mettre un Ubec sérieux entre la batterie et le controleur. Utiliser en parallèle le Ubec du controleur et un Ubec externe ? Sans rien de plus, en aucun cas (vous allez tout faire crâmer !). Avec un doubleur d’accu, ce serait peut-être possible, mais autant mettre deux accus dédiés, c’est beaucoup plus sûr. Donc pour un planeur à propulsion électrique, on ne change rien. La seule chose, c’est que sur le contrôleur, on n’oublie pas de retirer le fil rouge de la prise qui va au récepteur, pour supprimer le BEC justement.

Des Lipo à l’émission
Un peu dommage de ne pas terminer la chaîne et de ne pas profiter des avantages des Lipo sur l’émetteur également, ce qui vous permettra de toujours être prêt à voler.
Autre avantage, on y gagne beaucoup en poids en moins suspendu à votre cou, et en planeur c’est très appréciable ! En plus avec le mode d’émission en 2,4 GHz, on consomme 2 fois moins qu’avant en 41 MHz et on peut mettre des lipo plus petits encore !
Si vous volez en Multiplex, comme les 6 éléments Ni-MH font exactement le même voltage que deux élément Lipo, on ne va pas se priver, y’a qu’à changer la prise !

Evo9 et Lipo

Sur l’Evo9, j’ai mis un 2S 1800 mAh qui passe juste bien après avoir dévissé les supports de l’ancien Ni-MH et sur la MC 4000 j’ai mis un 2S 2200 mAh que j’avais. L’autonomie de ces radios est devenue proprement incroyable ! D’ailleurs, de guerre lasse je les recharge quand il en reste encore… 50 % !
Pour ceux qui volaient à l’émission avec 8 éléments Ni-MH, je vous propose de passer en 3 éléments Lifepo4, dont le voltage un peu plus bas que les Lipo s’accorde très bien en remplacement des 8 éléments Ni-MH.

Contacter l'auteur : pierre@jivaro-models.org

VZ Max

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page