Home
Sujet ajouté le
17 mars 2017
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

Sortez couvert !

Par Laurent Berlivet

Qu'il soit en structure entoilée, moulé en composite ou même injecté en polystyrène, un modèle réduit risque de vieillir prématurément… Pas seulement lors du retour au sol après un vol palpitant mais bien souvent durant le transport ou le stockage à cause du moindre objet contondant. Pour réduire les traces indélébiles sur son revêtement, des housses peuvent être confectionnées sur mesure. Avec les feuilles de plastique-bulle aluminisé thermo-soudable de Silence Model, le coût est dérisoire et la réalisation simple et rapide. Aucune raison de se priver.

Un accroc dans l'entoilage, un coffrage enfoncé, des servos de pignons cassés à cause d'une gouverne qui a forcé... Tout cela n'arrive plus après avoir confectionné des housses pour protéger nos modèles.

Matière première

Le matériau est disponible en rouleau de 80 cm de large et est vendu au mètre linéaire pour une somme dérisoire : 3,60 € (rubrique « Finitions » sur le site silencemodel.fr). C’est un film constitué de plusieurs couches, avec à l’extérieur une feuille d’aluminium isolante. A l’intérieur, c’est du plastique transparent. Entre les deux est emprisonnée une épaisseur de plastique-bulle utilisé en emballage pour amortir les chocs.
L’important avec ce produit, c’est que le plastique à l’intérieur est thermo-soudable. Il est donc possible de le replier sur lui-même pour en faire une pochette avec une jointure solide et étanche. Par contre, le film ne colle pas du tout sur la face en alu. Il faut donc bien penser à la forme qu’on souhaite obtenir avant de le découper.

Le plastique-bulle utilisé comporte deux faces différentes. Le côté alu se place à l'extérieur pour protéger des UV et de la chaleur tandis que le côté transparent thermosoudable permet l'assemblage.

On ajoutera, en passant commande sur le site, quelques mètres de ruban adhésif en tissu indéchirable de 25 mm de large qui permettra d’obtenir une belle finition tout en renforçant la zone de collage. Plusieurs couleurs sont disponibles.
On peut encore ajouter quelques accessoires, comme du Velcro adhésif pour les fermetures ou du ruban de tissu pour réaliser des sangles et des poignées.

Outillage nécessaire
  • Un fer à repasser. Il vaut mieux en utiliser un qui soit spécifique au modélisme plutôt que de prendre celui du linge afin d'éviter de froisser votre ménage... Un fer à entoiler pour le modélisme risque d’être un peu juste niveau puissance. Il vaut mieux une grosse semelle lourde, qui pourra également être fermement pressée.
  • Une paire de ciseaux pour les découpes en courbes
  • Un cutter ou un scalpel pour les lignes droites ou les petites ouvertures
  • Un réglet dont la longueur dépend de celle des housses à fabriquer
  • Un feutre indélébile pour tracer sur le plastique
  • Et bien sûr un plan de travail propre qui ne craint pas la chaleur ni les coups de cutter. Pas forcément la planche à repasser du ménage mais un simple plateau de bois.
L'outillage nécessaire se trouve dans tous les ateliers... Fer à repasser, réglet, cutter ou paire de ciseaux.
En bas à gauche, le ruban adhésif optionnel, en tissu indéchirable, à se procurer en même temps que le film.

Formes et dimensions

Généralement, on s’arrange pour qu’un pli du film coïncide avec le bord d’attaque ou le bord de fuite des ailes, à condition qu’il soit rectiligne. Ca diminue le nombre de soudures à effectuer.

Suivant les formes et les dimensions des pièces à emballer, les découpes et les collages peuvent différer. On évitera de mettre le modèle en contact avec la face brillante (cas n°3 de l'illustration) car des particules d'alumine peuvent se détacher et laisser des traces.

Il faut tenir compte des parties bombées qui imposent davantage de longueur. Le plus simple est de poser directement la pièce à entoiler sur le film, de replier ce dernier par-dessus et de tracer un contour de quelques centimètres supplémentaires. Un collage sur 1 cm est déjà très résistant mais on prévoira un peu plus afin de conserver une petite marge, l’excédent pourra être recoupé par la suite. Le contenu doit pouvoir glisser assez librement à l’intérieur. Si ça bouge trop, on élargit encore la zone soudée. Il sera toujours temps après coup de réduire la largeur de la partie soudée d’un coup de ciseaux ou de cutter.
Dans le cas d'une aile en une seule partie, on prévoit un chevauchement central de quelques centimètres. Les deux housses sont maintenues l'une contre l'autre avec deux petits morceaux de Velcro.

Si l'élément à protéger n'est pas trop large, dessus et dessous pourront être faits dans un seul morceau.On prévoit une bonne marge autour pour la soudure. Un feutre indélébile sert pour les marquages.
Règle et cutter pour les lignes droites, paire de ciseaux pour les courbes.
On s'arrange pour faire coïncider la partie rectiligne d'une aile avec la pliure du film afin de réduire les collages. Sur une aile plus grande, on soudera les deux côtés.
On laisse également une bonne marge aux extrémités, qui pourra être ajustée par la suite.

Température

Régler le fer sur « Nylon » car « Soie-laine », c'est déjà trop, la face alu commence à se détériorer visuellement et l'ensemble se rétracte en formant des plis.
Quand la température est correcte, on entend les bulles qui éclatent dès qu'on commence à presser avec la semelle et l’alu ne plisse pas.
Ne pas mettre la semelle du fer en contact avec le plastique sinon il fond et il se colle dessus. Le nettoyage est difficile.

La température du fer ne doit pas être trop élevée pour ne pas détériorer le film.
Le réglage sur Nylon convient.
Les deux épaisseurs de film sont plaquées par le fer chaud. La face extérieure brillante ne bouge pas tandis qu'à l'intérieur le plastique fond, assurant la jonction solide.
On laisse une marge de quelques centimètres tout autour pour que l'aile puisse glisser librement dans sa housse. Si c'est trop lâche, on pourra toujours étroitiser par la suite.
Si la soudure est trop large, on recoupe l'excédent en laissant un collage d'environ 1 cm de large.
Et voilà 2 belles housses symétriques. C'est plat côté intrados et légèrement bombé côté extrados.

Une touche de finition en option

Quand la housse est formée, on peut reprendre ses contours avec une paire de ciseaux si nécessaire puis on recouvre la jointure avec le ruban adhésif toilé indéchirable posé à cheval par-dessus. Ce n’est pas indispensable mais c’est durable et ça donne un fini plus esthétique.
Il est nécessaire de pratiquer quelques entures dans les courbes car le ruban n’est pas déformable.
Pour renforcer encore l’accroche de l’adhésif, il est possible de repasser un coup de fer, toujours à la même température et en appuyant fermement. Un morceau de tissu ou de papier essuie-tout peut être glissé entre la semelle et la housse pour cette opération.

 
Pour renforcer et fignoler la housse, les jointures sont recouvertes avec un ruban de tissu adhésif posé à cheval.
 
Dans les angles ou les parties arrondies, il peut être nécessaire de pratiquer quelques entures.
Le collage du ruban est encore plus puissant quand on repasse un coup de fer chaud par-dessus.
A la jonction de 2 housses, on prévoit un chevauchement de quelques centimètres.

Du velcro adhésif convient tout à fait pour fermer les housses. La housse est légèrement plus longue que les ailes pour être refermée.

Aile protégée Housses d'aile
Des housses en plastique-bulle thermosoudable ont été confectionnées pour protéger la voilure de cette aile volante qui le méritait bien.
Elipsea avec ses housses
L'Elipsea (présentée sur cette page) peut voyager avec son aile parfaitement protégée des coups durant le transport ou le stockage.

Pour l'Impressivo, une feuille de film a été emprisonnée entre les peaux extérieures. Attention cependant car la face alu peut laisser des traces sur le modèle. La soudure doit être un peu plus large afin que les faces soudables chevauchent également la peau centrale. (voir 3e dessin en haut de page)
Même touche de finition tout autour de la housse avec le ruban tissé.
En réfléchissant avant de se lancer, on peut prévoir un rabat qui referme la housse.
Ici, une cloison intermédiaire a été intégrée entre les deux ailes.

Nettoyage de la semelle

Il arrive que la semelle du fer entre en contact avec le film plastique. Dans ce cas, on suspend le travail et on la nettoie aussitôt car elle devient collante et salissante. Un coup de chiffon ne retirera sans doute pas tous les résidus. Les ménagères utilisent un stick détachant qui fond au contact de la semelle et la décape en un clin d’œil. Il suffit de l’essuyer énergiquement pour retrouver un fer glissant parfaitement. Une bougie ou de la paraffine frottée sur la semelle dépanne mais est nettement moins efficace.

Fermetures et sangles

Si on prend le temps de réfléchir à l’objet fini avant de se lancer, on peut y intégrer une sangle pour trimbaler le modèle en bandoulière afin de conserver les mains vides ou encore des poignées ainsi qu’un rabat qui rendront la housse encore plus pratique.
Pour la fermeture, du Velcro autocollant de bonne qualité convient tout à fait.
Les entailles pour le passage des sangles et des poignées seront encadrées avec le ruban adhésif, posé sur les deux faces. Il est aussi possible de recouvrir les extrémités par un coupon de film placé à l’intérieur de la housse, donc sur la face en plastique, c’est invisible une fois posé. Ca évite qu’une aile vienne s’y accrocher tout en renforçant la fixation. En travaillant sur l’angle du chantier, on plaque le renfort sans altérer le reste de la housse.

Une bande placée à l'intérieur, l'autre à l'extérieur.

Des poignées ou des sangles peuvent être intégrées, de préférence avant l'assemblage. Cette sangle en tissu est collée au pistolet par l'intérieur.
Toujours par l'intérieur, une pièce est rapportée sur la sangle pour renforcer le collage et éviter que l'aile ne l'arrache quand on l'enfile.

Sangle installée
Chaque passage de sangle est consolidé avec un cadre en ruban adhésif.
Suivant la taille du modèle, il pourra entrer complètement dans sa housse, fuselage compris. C'est le cas pour cette Manureva produite par Silence Model, une aile volante démontable destinée à voyager beaucoup. D'ailleurs, le plastique-bulle est livré avec le kit.
 
Pour le transport à pied, la bandoulière bien pratique laisse les mains libres

Alors, emballé ?

Quelques minutes de travail simple pour un coût vraiment réduit permettront certainement d’augmenter la durée de vie de vos modèles favoris. Ils seront protégés de la chaleur, des UV, des intempéries, de la poussière et bien sûr des chocs ou des objets tranchants ou contondants.
Qui veut voler longtemps préserve sa voilure...

Contacter l'auteur : laurent@jivaro-models.org

Modèles bien protégés
Idée brillante... qui permettra de prolonger considérablement la vie de nos modèles, tout du moins tant qu'ils n'ont pas décollé !
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page