Home
Sujet ajouté le
4 avril 2019
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

Chilli Valenta : 4,70 m de bonheur

Présentation : Pierre Alban
(Photos de l’auteur, Eric Lequerme et Francis Jammes)

Voici deux ans que je vole avec ce planeur et il prend l’air plutôt souvent, ce beau bébé ! Ce qui chez moi est quand même plutôt rare, me lassant assez vite, une fois la machine réglée (c’est ce qui m’intéresse). Mais celui-là, sans qu’il ne soit « crac-boum-hue », c’est quand même un joujou extra. Une excellente machine, très performante dans beaucoup de domaines. Quand je suis fatigué, stressé, que j’ai envie d’un planeur facile, simple à mettre en œuvre, agréable à piloter, je prends le Chilli, comme je prenais le Zambezi avant. Quand j’ai envie de perfo pure, il est là. J’ai envie de voltige, de passages bas mais sans me prendre la tête, ou bien de gratter bas sans me poser de question, comme un (gros) F5J, pas de soucis, il est là. C’est ça que j’aime avec le Chilli : quoi qu’on lui demande, il est sain, « naturel » en pilotage et incroyablement performant. Pour toutes ces raisons, après l’avoir présenté dans Modèle Mag, je tenais à vous le faire (re) découvrir ici.

4,70 m de performance, le Chilli de Valenta est une superbe machine.

Un air de famille ?

Moins connu que le Thermik XXXL, son ancêtre de 5 m, le Chilli est en fait la déclinaison de la dernière famille des Carbonara. Avec ses 4,70 m, le Chilli est un Carbonara XXL. Le Carbonara « normal » affichant 4 m d’envergure, pour s'intercaler entre le maxi et le mini. Le Mini-Carbonara quant à lui, utilise les bouts d’ailes du grand frère Chilli pour un cocktail détonnant sur fond de F3F. Alors le Chilli est-il la version modernisée de son ancêtre de 5 m ?

Les Thermik XXL et Zambezi de l’auteur, tous deux remplacés par le Chilli qui tient le rôle des deux planeurs.

Comme une sélection naturelle...

Caractéristiques techniques
Fabriquant : Valenta
Envergure : 4,70 m
Longueur : 1,96 m
Profil : VJV 1/9 - 1/8
Surface alaire réelle : 99, 9 dm²
Poids sans ballast : 6350 g dont 553 g de Li-Po 6S 3,7 Ah
Charge alaire sans ballast : 63,56 g/dm²
Centrage : 109 mm du bord d'attaque
Poids équipé :
Oreille droite : 898 g
Oreille gauche : 896 g
Panneau central : 1205 g

Valenta, fabriquant tchèque bien connu, propose toujours d’excellents modèles, magnifiquement bien finis et qui durent dans le temps. Leurs modèles sont rarement prévus pour faire de la compétition, mais plutôt pour une clientèle exigeante, cherchant des perfos sans toutefois utiliser une pince à épiler pour installer la radio !
Grand public oblige, leurs planeurs sont malheureusement souvent centrés comme le Sergent Garcia, afin de ne pas effrayer par leurs capacités d’accélération, dues, on s’en doute, à la finition, mais aussi à des choix aérodynamiques pertinents.
  Les bouts d’ailes du Chilli sont utilisées pour un F3F nommé « Mini Carbonara » qui est une bombe.

Mon histoire avec le Chilli a commencé avec la vente de mon Thermik XXXL (5 m) et de mon Zambezi. Je souhaitais en fait un planeur facile et gratteur comme le Zambezi mais plus grandet avec plus d’inertie, proche des 5 m du Thermik XXXL, en restant joueur même à basse altitude.

Plus moderne, le Chilli est de conception récente avec un profil actuel. Le Zambezi, pourtant excellent, se prend une claque car le Chilli se manie tout autant facilement, mais avec les perfos d’un planeur « triangle GPS » où il fait merveille.

Le Thermique 3XL, renforcé de génération en génération, affiche maintenant 7,4 kg dans sa seule version désormais commercialisée : le double carbone. Comme cela l’indique, deux épaisseurs de carbone composent sa voilure. Le but étant d’éviter qu’il n’explose en vol en cas de survitesse. Est-ce que cela repousse le problème? On peut le penser, mais de toute façon, il y a une limite à tout.
Le problème n’est pas davantage résolu sur le Chilli, car s’il existe en simple carbone comme ici, ou en double carbone, cela ne l’empêchera pas de partir en flutter vers... 320 km/h ! (paraît-il, j’y crois peu à cette vitesse).
Le flutter étant un phénomène vibratoire, parfois à tendance explosive, où les gouvernes se mettent soudainement à battre comme un drapeau. Aucune machine volante n’y échappe, car toutes possèdent une vitesse à ne jamais dépasser (VNE). De fait, plusieurs Chilli ont mal terminé suite à des piqués de la mort depuis 400, voire 600 m d’altitude.
Est-ce bien raisonnable ? Il y a en effet des machines conçues pour ce genre de traitement, mais qui coûtent le double d’un Chilli, qui a bien d’autres intérêts que la vitesse pour laquelle il n’est pas spécialement conçu. Bref, disons-le clairement, pour du vol extrême il faut y mettre le prix et ce n’est pas sur le Chilli qu’il faut compter, même s’il peut tromper son monde car son aérodynamique est moderne et optimisée, donc efficace aussi pour voler vite. Mais pas seulement.

Différentes version du Chilli ; une particularité

Le Chilli existe donc en version simple carbone, c’est le modèle testé, le plus léger.
On peut opter aussi pour le double carbone, ce qui augmentera le poids d’environ 550 g d’après le fabriquant.
On trouve aussi une version « GPS » destinée au fameux concours GPS, où, paraît-il, le Chilli excelle.

La particularité du Chilli est dans sa dérive démontable : toute la dérive. C’est vrai qu’elle est très grande et cela peu aider au transport mais franchement cela resterait une option, ce ne serait pas plus mal. Pourtant c’est très bien réalisé et pratique puisqu’une seule vis suffit à verrouiller le tout.
Certains l’ont collée où l’ont modifiée.
Perso, je ne vois aucun point faible, aucun risque particulier dès lors que l’installation radio est méticuleuse, que tous les éléments sont de qualités et qu’aucun jeu ne soit toléré où que ce soit.

Puisque l’on parle de la dérive, parlons aussi du stab. De type monobloc comme sur le Thermik XXXL. Là aussi il faut veiller à ce qu’aucun jeu ne soit perceptible car cette conception est aussi une source de flutter.

La dérive du Chilli entière est démontable. A l'usage c’est fiable, solide et sans jeu, du moment que l’on ne souhaite pas battre des records de vitesse. Rien ne bouge depuis un piqué de 200 m ; pourquoi aller plus loin ?

Installation radio délicate

Les Carbonara de toutes tailles sont équipés du système LDS dans les ailes. Sur le principe, c’est une commande de volet entièrement intégrée, avec des palonniers ultra courts.
Tout le système LDS et les cadres de servos sont fournis, avec l’axe sur roulement et la transmission. Ce serait donc dommage de ne pas les utiliser. Les cadres fournis n’acceptent que deux types de servo : Futaba S3172SV ou JR DS189 HV, chacun décliné soit en voltage normal (autre référence) soit en HV. J’ai opté pour des JR, bien entendu en HV car cela permet de brancher en direct au récepteur un Li-Po 2S ou mieux, un Li-Ion 2S. Las, le JR DS 189HV que j’utilise n’est maintenant plus produit.

L’accu Rx Li-Ion 2900 mAh est placé au niveau de l’aile. On voit ici le profilé PVC qui sera collé dans le fuselage, recevant ainsi l’accu.

L’accu Rx est facile à placer dans son logement, il y est bien maintenu mais en le déplaçant on peut jouer finement sur le centre de gravité du Chilli (on notera le fuselage en Kevlar et le renfort en carbone).

Passons sur le prix des 6 servos, du reste il y a bien plus cher, pour nous intéresser à l’installation de ce système LDS. Je vois que beaucoup d’Allemands ont préféré faire une installation classique avec des guignols et des palonniers normaux. Effectivement, le système d’origine est une gageure ! J’y ai passé un week-end entier, journée et soirée à ne faire que ça, installer ces 6 servos ! Déjà, il ne faudra pas se tromper car il y a un cadre par gouverne, qui donc est légèrement différent de son voisin (question d’épaisseur). J’ai eu un peu de mal aussi à assembler le palonnier de servo, afin de mettre les bonnes rondelles à la bonne place, de serrer la vis de palonnier mais pas trop, puis de la bloquer au frein filet pour que cela reste sans jeu ni point dur. Ce n’est pas du tout expliqué et il faut tâtonner. Mais la cerise sur le gâteau, là où vient l’envie, que dis-je -le besoin- de s’en prendre au premier venu, c’est pour raccorder l’ensemble à la gouverne. Oh, c’est juste un axe en corde à piano à glisser (c’est un peu dur en plus) dans l’articulation de l’aileron ou du volet. Le hic c’est que ça se connecte bien au fond de l’aileron, sous la lèvre de fermeture de la fente d’articulation. On ne peut pas donner trop d’angle à la gouverne car ça ne se raccorde plus, on ne peut pas la fermer comme il faudrait car la pince ne passe plus ! Autrement dit, il n’est pas exagéré de dire que c’est du domaine de l’endoscopie. En plus en cet endroit, la lèvre est hyper fragile et la peau de l’aile aussi. Impossible de ne pas faire un massacre. L’unique solution est d’office de meuler la lèvre à la sortie de commande, sans quoi l’accès est quasi impossible. Autant jouer au bilboquet à travers la boîte à lettre avec une pince à épiler à la place des doigts ! En meulant là lèvre, on peut faire un travail plus propre, qui se verra très peu en lisse, ce que j’aurais dû faire dès le début.
On peut très bien commander le Chilli sans le système LDS, c’est une centaine d’Euros économisés et installer des servos également moins onéreux.
Pour le reste, c’est du gâteau ! On refera la platine radio en fonction des éléments à disposer selon le centrage... et la place disponible. Mon moteur étant plutôt léger (250 g), il m’a fallu avancer au maxi la Li-Po. Et là aussi, dégager le passage pour retirer l’accu. Tout cela sous-entend qu’au moment de l’installation radio, on ait une idée assez précise de l’emplacement du centre de gravité…
La commande de profondeur est en attaque directe, sur une platine, sorte de cassette s’emboîtant dans le pied de dérive. C’est pas mal fait. Accessible de par la dérive amovible. Pour être sûr que ça ne bouge pas d’un poil, j’ai juste fait traverser une vis depuis le pied de dérive qui maintient fermement tout ça en place.

La platine de profondeur du Chilli, où tout est fait pour supprimer tout jeu possible. Résultat : une précision au cran de trim près… On verra que ça change tout.

Sur ce genre de planeur doté d'un stab monobloc, il est impératif d’ôter tout jeu à la profondeur, avec un super servo sans aucun jeu. Ici un MKS 6125 mini (ne se fait plus non plus, décidément, mais il y a l'équivalent) avec un UBEC MKS pour supporter le HV du Li-Ion 2S. Je lui ai adjoint un palonnier en alu et surtout un cadre de servo RC Solutions sur roulement, dont je n’ai gardé que la partie du roulement. Ainsi l’ensemble est ultra rigide et sans jeu, puisqu’on croirait le stab collé.
Je suis un peu moins heureux du servo de dérive, dont la tête présente un peu de jeu, presque rien, mais bon…

Dérive démontée, on découvre les systèmes cachés : la vis de fixation de la dérive, sa commande et la cassette du servo de profondeur.

Alimentation radio

Question alimentation des servos, il y a donc un accu séparé. J’utilise depuis longtemps des Li-Ion Emcotec 2900 mAh, ceci à la réception comme à l’émission. J'en suis particulièrement satisfait. Fiables, légers et disposant d’une grosse autonomie, c’est parfait. Ils se chargent maintenant sur le programme « Li-Po » mais en n’excédant pas 1,3 A d’intensité lors de la charge. Il n’y a même plus besoin de doubler les accus, il est beaucoup plus utile de doubler les prises batterie sur le récepteur, ce qui permet de faire face à un mauvais contact sur une des prises. Mon concept est de n’avoir aucun élément -source de panne- entre l’accu et le récepteur. Pas d’inter mais une grosse prise M6 Multiplex pour allumer la radio. Les servos sont donc en HV, pas besoin non plus de Ubec.
Question autonomie avec ces servos et les Li-Ion, j'ai remis 200 mAh dans l’accu de réception après deux vols de 20 minutes. En prolongeant les courbes, puisque l’on consomme 100 mAh par 20 minutes, soit 300 mA/heure, on a de quoi voler toute la journée ! Question sécurité, on a de toute façon la tension qui s’affiche à la télémétrie.

Recherche du bon centre de gravité

On vient de voir que du centre de gravité dépend l’implantation de la radio. Or chez la plupart des fabricants, les indications sont souvent inutilement conservatrices. Je dois être à mon 6e ou 7e Valenta : les centrages sont presque toujours trop avant. Pourtant l’installation radio en est toujours très dépendante. Autrement dit, si on respecte le centrage du plan, on va se retrouver avec une installation radio à refaire après les 1ers vols. A moins de ne pas être trop regardant sur cet aspect, pourtant fondamental sur un planeur. Comme chaque fois, les forums allemands donnent de précieuses indications et j'en relève la valeur exprimée la plus arrière. En général on peut encore la reculer. Volcano, Airon, Zambezi, Thermik XXXL, tous ont été centrés de la sorte au montage et tous ont encore dû être reculée d’un poil.
Ainsi Valenta donne pour le Chilli un centre de gravité entre 100 et 105 mm. Le 1er vol a été fait d’office à 107 mm (source allemande donc), le second à 108, puis 109 mm ! Ceci non pas par fanatisme, mais les perfos d’un planeur dépendent directement de la recherche du bon centre de gravité. Recherche que le fameux test du piqué ne peut en aucun cas à lui seul, vous aider à déterminer. (Voir essai du Zambezi pour la vraie méthode de centrage.)

Motorisation

Je suis particulièrement heureux de la motorisation choisie. Un Hacker réducté A40 10S V2 geared 6,7:1. Jusque-là j’avais plutôt l’habitude chez ce fabriquant d’avoir des données très optimistes, notamment avec des consos de l’ordre de 30% de plus qu’annoncé. Eh bien là c’est le contraire, à tel point que j’ai utilisé plusieurs instruments pour confirmer.

En effet il tourne une plus grande hélice, plus vite, en consommant moins que prévu ! A savoir qu’une 21,5''x12,5'' Graupner tourne seulement à 42 A et que la 23''x12'' RFM (excusez du peu !) tourne au sol à de 5100 tours/minute sous 61 A ! Contrôleur YEP 100 A et Li-Po GEN ACE 6S 3700mAh 60C. Avec un rapport puissance/poids bien supérieur à 1, sans en faire une fusée, ça monte fort - environ 10 m/seconde en moyenne - et surtout en consommant relativement peu, c’est vraiment pas mal (maxi relevé à chaque vol  > 12  m/s). Ainsi, même en utilisant beaucoup le moteur pour faire des passages et de la voltige, un vol de 20 minutes ne vide la batterie qu'à moitié. Autre exemple, un décollage depuis le sol suivi d’une seule montée à altitude de travail, suivi d’une hélice qui s’est détachée (!), m’a fait remettre dans la Li-Po seulement 260 mAh !

La platine radio du Chilli faite par l’auteur : le contrôleur se trouve sous la batterie 6S 3700, elle même avancée au plus près du moteur. Au premier plan, le positif venant du contrôleur est isolé car la radio est alimentée par un accu indépendant.   La Li-Po 6S en place, dont le logement a été adapté à sa mesure. A noter les prises M6 Multiplex servant à brancher en direct la réception à l’accu Li-Ion 2S.

Cet ensemble de propulsion léger et performant est donc vraiment bien adapté aux qualités du Chilli. Par contre, faites un méplat sur l’axe moteur si vous utilisez un cône Freudenthaler. Sans cela, l’hélice est parfois plus rapide que le planeur ! A long terme, avoir deux accus ne sert strictement à rien. Si les 3700 mA sont utiles pour le centrage, un accu d’une capacité trois fois moindre suffirait largement. C’est aussi le résultat du très haut rendement obtenu par la 23''x12'', qui tracte à 9 kg en consommant bien peu. Franchement cette motorisation est hallucinante, pour un poids réduit, qui plus est.

Les clés d’aile ne souffrent pas la médiocrité !   Auparavant, sur les Valenta, les saumons remontaient vers le haut. Moins fragiles, les ailerons d’aujourd'hui, grâce aux profils modernes, vont jusqu’aux extrémités sans avoir à redouter de décrochage intempestif, au contraire. C’est beau le progrès !

Réglages radio : du bienfait des phases de vol et de l’ergonomie

J’aime les planeurs plutôt neutres et réactifs. Le genre qui ondule tout le temps, plein d’effets parasites et à qui on doit envoyer un fax quand on veut entamer une figure, ce n’est pas le genre de la maison. Je pense que quand on achète un planeur de ce prix, c’est que l’on en attend certaines performances. Or les réglages sont primordiaux sur un planeur. Quant à mon pilotage, il est du genre hélico, c’est-à-dire très fin, très anticipé, mais avec beaucoup de débattements en réserve quand il y en a besoin. Je crois que l’on est beaucoup dans ce cas à ce niveau de machines. Aussi ai-je l’habitude de mettre le maxi possible partout, puis de régler mes différentiels et mes compensations directement en vol. Merci Multiplex !
Ceci étant, 3 phases de vol sont nécessaires (que ce soit d’ailleurs sur un Heron ou un planeur à 3000 €). Une position « thermique », une position « normal » ou « transition » et une position « vitesse » ou « acro ». De chacune de ces phases de vol dépendent un réglage de différentiel propre, expo et débattement itou, et surtout la courbure de l’aile avec son trim de profondeur ad hoc. Le but étant d’obtenir trois comportements différents en fonction du type de vol et de conditions. Et bien entendu que chaque état soit optimisé au mieux.
Ainsi, le mixage ailerons vers volets est supprimé en position "thermique" afin de ne pas déformer le profil sans arrêt en spirale. Le trim de profondeur est mémorisé d’une phase de vol à l’autre, ce qui permet de bien gratter, ou d’accélérer en « normal » pour transiter, voire d’obtenir un comportement bien plus neutre en position « acro ». Il est bien entendu que tous ces réglages varient en fonction du centrage. Un centrage avant obligera à avoir plus de différentiel, plus de compensation au moteur, etc. Au niveau ergonomie sur votre radio, le manche des gaz doit obligatoirement être attribué aux crocos, le moteur est passé sur un inter 2 ou 3 positions (2 positions avec un « slow » de 1,2 sec pour ma part) et les phases de vol sur un inter 3P qui doit également tomber naturellement sous le doigt.
Coté mixages, le taux de roulis étant excellent, nul besoin des volets intérieurs pour faire ailerons. Par contre comme le Chilli possède des volets extérieurs, ils viennent en ajout des ailerons (avec un différentiel plus important pour les volets extérieurs), ce qui donne une proportion d’ailerons de 2/3 d’envergure, comme un planeur voltige ! Cependant, leur action est automatiquement coupée en mode « Thermique », pour ne par déformer le profil sans arrêt, le planeur conservant bien assez de répondant en spirale avec ses ailerons extérieurs seuls. Le mixage snap-flap (prof donne volets) n’est pas utile sur cette machine qui n’est pas destinée à faire des bases de vitesse. On trouvera meilleur avantage à travailler sur les différentiels en fonctions des phases de vol, d’où le très grand intérêt de pouvoir les modifier en l'air. Si c’est pour tourner un tonneau (acro), on ne les réglera pas pareil que pour spiraler (thermique) ou bien juste changer de cap (normal). Sur le Chilli, je ne relève pas les bords de fuite en position « acro », car il accélère suffisamment et le vol dos n’en a pas davantage besoin.
Bref, le système LDS permet d’avoir de très bons débattements, alors profitons-en (ce qui n’empêche pas d’être fin en réglages). Ainsi les crocos et les ailerons sont redoutablement efficaces. Je n’ai mis aucun expo.

Rapide à monter sur le terrain, là aussi le Chilli est un planeur sans prise de tête.

En vol

On « voit » ici d’où viennent certaines qualités du Chilli.
Pratique pour décoller en sécurité, bien que se lançant facilement avec cette puissante motorisation, le chariot est aussi utile pour amener le modèle sur la piste, quand le parking est un peu loin. Comme le montre la manche à air, le Chilli n’a pas peur du vent.

Dernières vérifications avant le décollage, où le Chilli dévoile toute sa géométrie : dièdres, grand bras de levier, dérive immense, on comprend qu’il soit stable.

Décollage
La prise en main est excellente, le planeur est stable de part son envergure et la 23''x12'' ne demande qu’à vous emmener avec le planeur. Ceci étant, avec 6,3 kg à bout de bras et un dos fragile, je préfère utiliser le chariot. Ensuite, après un pallier bref mais toujours utile, on doit trouver avec le Chilli un angle variant entre 60 et 80°, le planeur ne ralentissant pas vraiment quand on lui tire dessus, eu égard à la traction bien supérieure au poids.

En quelques mètres le Chili quitte son chariot, la traction est de l’ordre de 9 kg !
Sous cet angle le Chilli dévoile ses dièdres, le rendant si stable et agréable en spirale.
  Le Chilli juste après le décollage qui commence à grimper accroché à sa 23''x12'' avec un taux moyen de 10 m/s.

Vol lent, thermique et décrochage
Le Chilli aime à garder une certaine vitesse de vol. Cela ne se juge pas vraiment, car la taille de la bête ne donne pas cette impression. On peut le ralentir bien entendu, particulièrement en position « thermique » donc avec un peu de volets. Il enroule alors avec une facilité et une gentillesse qui le positionne comme un super-Sharon (F3J polyvalent). Encore plus gentil en spirale que mon Zambezi (ce qui n’est pas peu dire), il demande cependant plus de place pour évoluer. En bon gratteur, on peut enrouler bas, je l’ai fait en sécurité à 28 m d’altitude, mais à cette altitude, pour son poids, c’est plutôt du « zéro positif » au vario, mais il peut le faire, ce qui était rigoureusement interdit avec le Thermik XXX. Au décrochage en vol à plat : il faut tirer tant et plus sur la prof pour enfin obtenir un petit signe de mécontentement, qui pourrait presque passer inaperçu au spectateur, c’est dire. On peut donc le ralentir, mais le taux de chute augmente, ce qui n’est donc d’aucun intérêt. On obtient le meilleur taux de chute (-0, 3 /-0, 5 m/s) en lisse vers 40 km/h. Un seul cran de trim à la prof est immédiatement perceptible. Par ailleurs, on peut marcher avec le Chilli en vol, on a le temps de regarder autour de soi et même de profiter du spectacle. C’est dû en grande partie à la taille, qui ne donne pas l’impression de tracer, alors que la distance parcourue est évidente.

Le Chilli est l’oiseau parfait pour les vols de fin de journée sans pour autant se restreindre à des vols « pépère ».

Transition et volume de vol
C’est en effet un planeur d’une grande finesse, doté d’un profil moderne et on a intérêt à le laisser voler à sa vitesse (une fois bien réglé, bien entendu). On parcourt ainsi de grandes distances sans trop chuter. Mais il convient, avant d’aller plus loin, de déterminer le volume de vol que l’on s’octroie. En effet, rares sont les terrains où il est autorisé de dépasser les 200 m d’altitude. Dans ces conditions, on cherchera à exploiter au maximum la micro-aérologie locale, contrairement à une course GPS par exemple où l’on ira beaucoup plus loin et haut. Dans ce dernier cas, on aurait intérêt à ballaster le Chilli.

Pour ma part, je n’aime pas voler loin, le Chilli n’offrant pas non plus le volume d’une grosse maquette. Je me régale plutôt à exploiter le volume de vol disponible sur un terrain classique.

Ni trop grand ni trop petit, on le voit très bien à ces distances raisonnables. Sa légèreté lui permet d’enrouler tout ce qui passe, même bas, sa finesse et sa maniabilité lui autorisent ensuite toutes sortes de choses bien sympas.

Deux crans de trim à piquer permettent de changer le comportement. Il ne chute pas beaucoup plus, mais se stabilise vers 65/70 km/h. Là, on commence à avoir une réserve d’énergie pour avoir l’impression de voler au moteur, par exemple autour de soi à basse altitude. La précision des commandes est payante car on pourrait dire que l’on a autant de phases de vol que de crans de trim de profondeur. En effet, depuis le point de trim central, un cran de trim à cabré le fait changer d’assiette. Un autre cran de trim le passe en position thermique 2. En fait, on associe ces trim aux phases de vol, en gérant aussi la courbure.

A l’inverse, inutile d’aplatir le profil déjà fin pour transiter ou voltiger, un cran de trim à piquer le fait accélérer visiblement et avec deux crans on passe en mode turbo. Dans les cinq derniers cas de figure, à part la vitesse de vol qui est visiblement différente, il faut vraiment observer le vario pour juger d’un taux de chute différent. Pour ma part je trouve justement cela passionnant d’utiliser les capacités du planeur, pour les optimiser pour chaque phase de vol. Il va falloir que je recule encore le centrage d’ailleurs…

  Les maxis d’un vol affichés par la télémétrie : Pas besoin de monter très haut pour se faire plaisir, par contre on y monte vite (12 m/s) en consommant rien, les 293 mA ayant été utilisés pour 2 montées. C’est dire le potentiel des 3700 mAh placés dans le Chilli.

Chargé seulement à 63 g/dm², sans être un F5J, le Chilli est royal en thermique, même à basse altitude et trouvera toujours à gratter, même quand il y a du vent.

Vitesse et voltige en plaine
Je n’ai pas sorti le Chilli par vent fort, mais par 15-20 km/h bien soutenus, le planeur rigole. On trouve même à surfer longtemps sur des ressauts. Il ne faut donc pas hésiter à le sortir quand ça souffle un peu car il est très à l’aise de part sa finesse et sa masse.
Vent ou pas, le Chilli est également parfait en voltige basique, entamée depuis une altitude de 150-180 m. Il restitue très bien, les boucles sont très grandes et majestueuses, le tonneau est axé et le vol dos demande très peu de compensation.

Le tonneau passe sans soucis avec un taux de roulis important et un comportement sécurisant même à basse vitesse. Ici en tonneau ascendant, le Chilli est aussi très joueur.   Aussi à l’aise en vol dos qu’en spirale, le Chilli est impressionnant de polyvalence

La mise en vrille commence par une demi-autorotation très franche, mais devient ensuite une sorte de « patatoïde » sans intérêt. Le renversement n’est pas son fort mais même en plaine, on arrive à le passer. Pour une bestiole de 4,70 m, il est très joueur, avec la majesté et les perfos de son rang. Bref, le comportement en voltige de base est très bon et agréable. Ceci dit, pour une vraie voltige, il faudra un planeur dédié, c’est toujours pareil… Cependant ce profil, très fin, traîne peu et permet de très bien restituer. Une réussite !


Le coin des experts
Après un après-midi de vol à gratouiller avec le Chilli, j’ai ressenti le besoin d’aller plus loin. J’ai donc ressorti la grosse Profi TX, qui offre davantage de possibilités que la Royal SX pour travailler les sous-phases de vol. Je pense en particuliers à un « thermique 2 » pour gratter sans spiraler, c’est-à-dire en surf sur les ressauts (on ne va quand même pas qualifier ça de vol d’onde !) où l'on travaillera de façon différente la courbure des ailerons et donc leur différentiel. Il faut voir aussi que chaque phase de vol peut être plus ou moins adaptée par un seul cran de trim modifié à la prof.

Tout cela peut paraître capillo-tracté, mais le fait est qu’il y a moyen de se faire plaisir en cherchant à mieux s’adapter à chaque condition. Le but n’est pas de compliquer pour le plaisir, mais au contraire de simplifier à terme, en ne conservant que les phases de vol les plus utiles. Simple n’étant pas simpliste, le plaisir de voler étant aussi de s’adapter à toutes les conditions. Il est très agréable de changer le comportement du planeur, par ces pré-programmes qui, s’ils sont évolués, à l’utilisation consistent au basculement d’un simple inter.

Par ailleurs, on pourra me dire qu’en centrant le planeur encore plus arrière, de façon à ce qu’il soit réellement neutre, on pourrait s’éviter ces nouvelles phases de vol. C’est tout à fait exact. Ceci étant avec deux crans de trim à piquer il est parfaitement neutre et le vol dos demande déjà très peu à pousser. Comme ce n’est pas un F3B mais plutôt un planeur de loisir, je le trouve confortable ainsi, je continue cependant de reculer petit à petit l’accu Rx...

Le Chilli en spirale est d’une parfaite stabilité, sécurisant, même à très basse altitude.   Fantastique Chilli : finesse et réelle aptitude au vol plus débridés, où l’inertie et le rendement font merveilles. Une polyvalence orientée durée/fun.

En pente
Le Chilli sera royal dans de petites conditions : sans rabattants, on le posera plus facilement (toujours les cailloux !) et ensuite dans le petit temps il va écœurer tout le monde à tracer et voltiger entre deux bulles, à y être, en vol dos ! On vous dira « Oui mais toi tu as un moteur » et vous répondrez «A quel moment l’as-tu entendu ? » Mais il est vrai quela motorisation est sécurisante.
Le fait de démonter la dérive d’un coup de clé Allen sera aussi un plus pour le transport, car en dehors du grand fuselage, tous les autres éléments sont compacts. Quand cela commence à souffler, on se méfiera quand même des trop hautes vitesses, car il est en capable, mais en insistant le flutter arrivera avec certitude, et là, la sentence sera entre le sac poubelle et les gros dégâts. Il faut être raisonnable et opter quand ça souffle pour un planeur structurellement plus adapté, soit plus petit, soit beaucoup plus cher.


Atterro

    Volets intérieurs et extérieurs sortis en mode croco, ailerons au neutre, le Chilli se pose comme une fleur.

On dispose de beaucoup de volets vers le bas et pareil pour les ailerons vers le haut.
Les volets intérieurs vont vers le bas, les volets intermédiaires vers le haut, et les ailerons ne servent pas à la fonction croco, car c’est très suffisant comme cela. Même sous forte pente, le planeur se pose de toute façon aux pieds, avec la nécessité de réguler. On rentrera les crocos juste avant de poser afin d'éviter que les volets ne heurtent le sol. Encore une situation zen pour le pilote.

Le Chilli peut prendre de l’angle et se poser court en restant maniable.   Le Chilli est très facile à poser aux pieds, quelle que soit la pente d’approche.

 

Le Chilli mérite bien les housses sur mesure de RC-Taschen !

Le mot du néophyte

Je ne suis pas un grand spécialiste et je n’avais jamais piloté de planeurs aussi grand et lourd. Cependant Pierre m’a proposé les manches de son Chilli tout neuf et j’ai été très surpris de voir à quel point il volait bien et tout seul. Je n’aurais pas aimé le régler comme Pierre l’a fait, mais le résultat est là. Très surpris de cette facilité de pilotage. Et quelle prestance ! Rien à voir avec son Zambezi, il a bien fait de le vendre ! Ensuite je suis resté pantois par un tonneau réalisé par Pierre à basse vitesse et pas très haut, ainsi que par le comportement à basse vitesse quand il a essayé de le mettre en difficulté en spirale. Voir un planeur de cette taille se comporter ainsi, c’est vraiment surprenant. Et la voltige, c’est juste magique.

Pascal Audinet

3,55 m VS 4,70 m, concrètement ça change quoi ?

Il est bien entendu que la comparaison touche ici le Zambezi, alias la famille des « Sharon », dont j’ai bien parlé sur le site.
Sur le terrain déjà, les deux se montent exactement de la même façon, facilement et rapidement. J’acceptais un peu moins d’avoir une aile en 3 parties sur le Zambezi que sur le Chilli. Avoir les ailes en deux parties serait moins contraignant. Je monte donc avec entrain le Chilli, que le Zambezi m’agaçait un peu de ce point de vue, pour un « petit  » planeur. C’est psychologique, mais curieusement ça compte pour moi. Le Zambezi, je le lançais tout seul, pas le Chilli. Pour mon dos, c’est trop risqué de faire un faux mouvement avec 6,4 kg en bout de bras. C’est dommage car la 23''x12'' emporterait plutôt le bras et la prise en main est excellente. Donc, chariot pour moi.

Zambezi et Chilli - Valenta

En vol, en termes d’agrément de pilotage, il n’y a pas vraiment de différence. Ces planeurs sont légers aux manches, on en fait ce que l’on veut. Oui mais le volume de vol n’est absolument pas le même. Une boucle avec le Zambezi, c’est sur 30-35 m de diamètre. Le Chilli c’est sur 100 m ! Plus, si vous voulez… Un tonneau, je me souviens faire cela sur un tiers de longueur de piste, le Chilli c’est toute la piste. Ce n’est pas que le tonneau semble plus lent, c’est que la vitesse et l’inertie ne sont pas du même ordre. Par contre le Chilli enroule les pompes tout aussi bien, sinon mieux. Même bas, le Chilli se comporte dans les pompes d’une façon incroyablement saine et décrochera bien plus tard. En fait, pour décrocher le Chilli, il faut vraiment le faire exprès. Vu comme le planeur trace sans chuter, on peut vraiment aller chercher loin les pompes. Le vol dos tient mieux lui aussi. En fait si, très clairement, le Chilli hérite des qualités de ses ainés sans les défauts, ce n’est pas non seulement grâce la taille, ni au poids, qui joue certes beaucoup, mais aussi au profil très moderne et plus fin, qui fait merveille. Donc oui, le Chilli en donne pour son argent.



En conclusion

Avant de se lancer dans l’achat de cette fantastique machine, il faut se poser la question de ce que l’on souhaite en faire afin de l'utiliser dans son créneau. Si le but est de voler fort en vol de pente, ne prenez pas un Chilli. Les grands planeurs capables de dépasser en sécurité les 300 km/h coûtent deux fois plus chers, ce n’est pas par hasard non plus. De même, si vous souhaitez voler très loin et très haut, il vous faudra une bonne vue, car avec son fuselage en forme de merguez volante, il ne sera pas forcément visible à longue distance (cela dépend de votre vision aussi). Par contre, pour voler dans l’espace légal d’un club, pour voler en pente par petit temps ou y faire du VTR, le Chilli est juste fabuleux. C’est un planeur facile, d’autant plus s’il est bien centré. A partir de là, il vole tout seul en étant très performant. Pour ma part, être meilleur que le Thermik XXL et le Zambezi réunis était l’objectif, qui est parfaitement atteint, car il offre la facilité, l’agrément et la polyvalence du petit et les performances (royales) du grand. Ses performances le rendent redoutable en triangle GPS, mais il est aussi capable de… tout ce que l’on veut en fait !

Le Chilli existe en 3 versions : GPS avec 500 g de moins. Carbone comme le modèle de l’essai. Double Carbone, renforcé et donc plus lourd.

Au final, on peut se choisir un Chilli à toutes les sauces. Plus légère pour la version GPS ou plus lourde en version double carbone. Pour ma part je le trouve parfaitement équilibré dans cette version carbone et d’une très grande polyvalence. Pour la sauce piquante, on pourra ajouter le fuselage du F3F "Mini-Carbonara", avec sa clé d’aile et son ballast intégrable, pour se défouler avec un planeur de 3m très rapide et plutôt vif, l’ensemble constituant la panoplie parfaite pour voler dans toutes les conditions. C’est tout le mal que je vous souhaite !

Un grand merci à tous mes amis pour leur aide lors de ces nombreux vols d'essais

Contacter l'auteur : pierre@jivaro-models.org

On aime

  • Les performances de très haut niveau
  • L'agrément de pilotage
  • La maniabilité
  • La facilité en spirale
  • La qualité de fabrication
  • La finition superbe
  • L a possibilité de commander le fuselage de F3F pour utiliser les bouts d’ailes

On aime moins

  • Système LDS compliqué à installer (mais possibilité de commander sans LDS)
  • Stab monobloc n’acceptant pas les très hautes vitesses
  • La dérive inutilement démontable, également sensible aux très hautes vitesse
Ici en longue approche plate, le Chilli capturé au téléobjectif : la finesse est peu commune.
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page