Home
Sujet ajouté le
11 juin 2015
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

Sharon Pro 3700 E - Valenta

Présentation : Jean-François Durix

Voilà un peu plus d’un an que je me suis remis au modèle réduit et l’envie d’acquérir un motoplaneur électrique performant se faisait de plus en plus pressante à la fin de l’été 2014. Nous avions fait beaucoup de remorquage mais vu mon agenda de travail il m’arrive de vouloir aller voler à des moments où mes amis retraités ne sont pas là à m’attendre au terrain avec leur remorqueur. Mon Ka6e vole à la perfection dans les thermiques mais ce n’est pas non plus ce que l’on appelle une bête de voltige et de vitesse.
Cela faisait quelques temps que j’en parlais avec mon ami Jürgen quand un jour il me demande si ça me dirais que l’on monte ensemble les 2 mêmes planeurs. Notre choix c’est rapidement arrêté sur le Sharon 3700 E de Valenta. Voilà un bon projet pour occuper nos soirées d’hiver et être prêts pour la reprise au printemps.
Je vous propose ici de partager mon expérience avec ce projet.

Au sol Grimpée musclée
Tout sorti Atterro

Où acheter le modèle ?

CHK, Valenta annonçaient 4 à 6 mois de délais de livraison. Modellbau Schmierer annonçait de 3 à 4 mois. Nous avons donc passé commande chez lui. La suite nous a prouvé que tous les fournisseurs ont la même source : Valenta qui semble avoir du mal à tenir la cadence de fabrication. Résultat : une commande passée en octobre 2014, une livraison le 1er avril 2015 !
Côté prix, tous les fournisseurs sont alignés et notre Sharon 3700 E avec D-Box m’a coûté 855 €. Il est possible de choisir la décoration parmi une vaste gamme. Mon ami Jürgen n’a pas eu la patience d’attendre et a trouvé une bonne occasion pour un Sharon 4200 avec D-Box ; celui-ci va donc nous servir de référence pour le montage du mien.

Le Sharon et son heureux pilote

Quel moteur choisir ?

Pour le choix du moteur, nous nous sommes adressés à Andy Reisenauer avec le cahier des charges suivants : que nous conseillez-vous pour Sharon 3700 alimenté en 4s ; on souhaite avoir un taux de monté max de 45° ?
Le lendemain sa réponse était la suivante : hélice 18''x10'' avec 2 options de groupes motopropulseurs :

Le second est 40 € moins cher mais pour ce genre de projet, je n’étais pas persuadé de l’importance de 40 € comme nous le verrons plus tard !
Par contre, voici les paramètres clés que l’on peut trouver sur le site de Reisenauer :

  • Peggy Pepper : 4s - 14,8V – 18’’x10’’ GM CFK M35, 6598 rpm, 44 Amp. 649 Watt, Poussée 5862 g, Vit max 101 km/h, Eta 83,8% - 25Sek, Poids : 162 g
  • Leopard : 4s - 14,8V - 18x10 GM M40, 6948 rpm, 56 Amp. 831 Watt, Poussée 6576 g, VPitch 106 km/h, Eta 79%, Poids : 230 g

Mon choix s’est donc porté sur le Peggy Pepper qui même s’il est moins puissant devrait permettre de bien monter et surtout pèse 70 g de moins.

Autres courses

En plus de la commande du modèle, il vous faudra acheter un nombre certain d’équipements supplémentaires. Mon ami Jürgen (retraité et passionné) a passé des heures pour nous préparer une liste super détaillée de tous les éléments. Je la partage ici avec des prix indicatifs ainsi que le lien vers les sites où je me suis procuré le matériel. Je ne suis pas sponsorisé et libre à vous d’acheter où vous le souhaitez. J’ai juste pensé que vu le temps passé à mettre cette liste en place, il serait dommage de ne pas en faire profiter les lecteurs du site intéressés.
Mine de rien, il y en a pour plus cher que le modèle…

Description Quantité Fournisseur € approx.
Servos d’aile S3150 5 Voelkner 160 €
Servos profondeur et dérive DES 678 1 Voelkner 60 €
Châssis pour les servos d’aile…
les plus petits possible car il n’y a pas beaucoup de place
4 Schweighofer 20 €
Peggy Pepper mit 4plus Inject 1 Reisenauer 247 €
Contrôleur avec un BEC qui assure (> 6A) : YGE 90 1 Reisenauer 159 €
Cône d’hélice avec ouverture frontale pour le refroidissement
(Diamètre 45 mm, longueur 37 mm)
1 Reisenauer 5 €
Moyeu pour l‘hélice 1 Reisenauer 12 €
Hélice 18''x10'' GM en carbone 1 Reisenauer 37 €
Élastique pour hélice M 1 Reisenauer 2 €
Accu propulsion 4s 4500 1   50 €
Contre-plaqué 2 ou 3 mm      

Connecteur mâle/femelle MPX pour connexion
des parties extérieures des ailes

2+2 Lindinger 6 €
Sub-D connecteur mâle/femelle15-pol 1   2 €
Cable servo 0,25 mm² 6 m Lindinger 9 €
Connecteurs pour accu      
Housses de protection pour le modèle   RC-TASCHEN 139 €

L'assemblage

1er avril, un énorme carton de plus de 2 m de long arrive à la maison. A l’ouverture, ce n’est pas un poisson, l’impression est bonne : le carton est un double carton ondulé, plein de papier journal. Les 3 morceaux d’aile et le stabilisateur sont soigneusement protégés dans du plastique à bulle. La qualité de surface, la finesse des ailes, la perfection des assemblages et de la construction sont incroyables pour un bleu comme moi qui n’a eu jusqu’à présent que des machines en structure ou styro coffré. La seule surprise fût de voir qu’il n’y avait pas de tige kevlar dans le fourreau de la commande de profondeur et que le guignol de commande de profondeur n’est pas en équerre comme indiqué sur le plan très sommaire de montage fourni par Valenta mais prévu pour une commande directe et donc un servo monté directement dans la dérive.
Il nous a fallu 5 séances d’environ 6 heures de travail pour venir à bout de l’assemblage.

Servos d'aile

Commençons par le plus pénible : la commande des volets. Vous allez rire mais je pense avoir passé pas loin de 5 heures à étudier la meilleure manière de faire fonctionner celle-ci. Les indications de longueur de commande fournies par Valenta ne m’ont été d’aucune utilité .
Voici en gros les grandes étapes que j’ai suivies (je vous passe les divers essais infructueux) :

  • Visser le guignol à œil en place dans le volet
  • Côté intrados, placer servo + châssis dans l’aile en vérifiant
    - Alignement palonnier et guignol
    - Possibilité d’accéder aux vis de fixation du servo ; il m’a fallu rogner un peu l’ouverture
  • Souder queue de chape 2,5 mm à un morceau de corde à piano de 2 mm de diamètre
  • Repercer le palonnier pour qu’il s’ajuste sans jeu au guignol
  • Côté guignol, il a fallu me résoudre à tordre la corde à piano À 90° et sécuriser le tout avec une goutte de coller UHU Stabilit Express ; la commande est trop courte pour pouvoir accepter 2 chapes + pied.
  • Bien vérifier que les débattements élevés vers le bas ne créent pas de problèmes

La bonne chose, c’est que lorsque l’on a fait une commande, l’autre est terminée en très peu de temps ! J’ai passé les fils de servo torsadés dans les ailes avant l’encollage des châssis de servo ; il n’a pas beaucoup de place. Après avoir tous vérifié une dernière fois, poncé légèrement l’intérieur de l’aile, dépoussiéré et dégraissé, les châssis de servo sont collés en place à la UHU Stabilit Express.

Servo de volet Commande ultra-courte
Servo de volet de courbure monté. Le montage des commandes d’aileron ne m’a pas posé de problème particulier, je vous passe donc les détails.
Raccord des panneaux d'aile Connecteur central
Servo d’aileron avec connecteur Multiplex
Connexion de l’aile au fuselage

L’étape suivante a été de faire un peu de soudure dans les spaghettis ! Pour la connexion des éléments d’aile extérieurs, j’ai utilisé des connecteurs Multiplex. Le connecteur MPX femelle est collé dans la partie centrale de l’aile ; la partie mâle et laissée libre afin de faciliter le montage. Faites un plan des connexions histoire d’éviter de griller bêtement un servo ! Pour la connexion des 4 servos d’aile au récepteur, on utilise les connecteurs à 15 pôles. Je ne sais pas s’il y a un nom dédié en français mais en allemand ils appellent cela un arbre à câble (Kabelbaum), ce que je trouve assez parlant . (NDLR : Connecteur DB15) Il faut s’armer de patience et bien s’appliquer pour faire des soudures propres. Prenez le temps de vérifier et revérifier les connectiques. J’ai bien failli griller un servo par une petite faute d’inattention.

Câblage prise DB15
Voici le plan de connexion que j’ai adopté (vue de face du connecteur femelle) : Le connecteur est maintenu en place dans l’aile qui a été pré-percée à l’aide de 2 petites vis.

Moteur

Le couple fourni collé avec l’avion nécessite d’être percé pour le moteur de votre choix. En plus d’un collage très moyen, j’ai également remarqué qu’il n’y avait ni piqueur ni anti-couple dans l’assemblage fourni. J’ai donc passé commande à Reisenauer d’un couple déjà tout fait spécialement pour le moteur que je lui ai commandé. Le couple étant légèrement plus grand, j’ai dû recouper le fuselage derrière le couple installé d’origine (environ 1 cm).
Le piqueur de 2° et l’anti-couple de 5° ont étés déterminés et marqués au marqueur. J’ai utilisé la technique du caoutchouc pour tracer le plus proprement possible. La découpe est ensuite faite avec un disque monté sur une mini-perceuse.

Calage du couple avant Ponçage du couple avant
Tracé du plan de découpe
Chanfrein du couple

Notez comment j’ai monté le couple sur un boulon. Cela m’a permis en bloquant le boulon dans le mandrin d’une perceuse de poncer un angle afin d’avoir une surface de collage optimum avec le fuselage.

Pour obtenir le collage le plus propre, j’ai utilisé une plaque de bois sur laquelle et tiré en force le couple encollé et rentré depuis l’intérieur du fuselage. Collage à la colle UHU Stabilit Express.

Servo de profondeur

Pas moyen de passer un châssis de servo dans la dérive. Le servo a été emprisonné dans de la grosse gaine thermo qui a ensuite été poncée et collée en place avec de la colle UHU Stabilit Express. J’ai auparavant fait un test sur une planche de contre-plaqué.

Après un séchage d’une nuit et un bon « bourrinage », c’est la surface du contre-plaqué qui est venue et la gaine thermo n’a pas bronché. Ça devrait donc tenir. J’ai pu vérifier également suite à cet essai que la gaine thermo protège très bien le servo de la colle et permet un démontage propre.

Servo de profondeur et lest
La commande de profondeur est sécurisée par une goutte de colle. 10 g sont collés sur la gaine thermo pour assurer le centrage.
Aménagement intérieur

J’ai choisi de monter le régulateur au fond du fuselage et de construire une plateforme au-dessus pour soutenir l’accu. Cette plateforme est démontable afin de pouvoir accéder au régulateur.

Contrôleur Platine batterie
Le régulateur est tenu au fond du fuselage par du velcro.
La platine, avec ses anneaux de velcro pour tenir la batterie.
Support servo Servo de dérive
Pour tenir le servo de dérive et le récepteur, une autre platine a été créée à l’arrière.
Platine radio Platine batterie
Une petite planche de contre-plaqué est également collée au fuselage et au demi-couple arrière pour empêcher le flambage de la commande de dérive.

Ajustage aile/fuselage

La dernière galère a été l’ajustage de l’aile sur le fuselage. Il m’a fallu rogner l’arrière du connecteur à 15 pôles de manière à le reculer d’1 mm pour obtenir une connexion sans problème. Une petite planche de 1 mm est également placée sous la partie arrière de ce connecteur (sainte cyano) de manière à ce que le connecteur soit légèrement incliné vers l’avant du fuselage. Il m’a fallu ensuite rogner très légèrement le fuselage au niveau de son plan de joint afin de permettre à l’aile de bien rentrer vers l’avant et ainsi pouvoir proprement la visser sur le fuselage sans trop forcer.

Caches-servos

Les divers caches pour les servos sont découpés et collés en place au scotch afin de permettre une visite de temps en temps. C’est également utile quand on se rend compte qu’on a besoin de plomber l’arrière pour centrer le modèle. Seuls les caches d’extrados des volets sont collés à l’époxy.

Tracé des carénages Gouverne
Tracé des axes de découpe au marqueur (ça s’enlève au diluant pour verni à ongle)
Vérification avant tracé et découpe de l’axe de la commande.
Découpe des carénages
Découpe du carénage.
Vraiment petits détails

La friction autour des clés du stabilisateur était un peu faible ; j’ai mis un peu de cyano et ai ensuite poncé jusqu’à obtenir « la bonne friction ». Bien attendre que la colle soit sèche. 

J’ai confectionné 2 taquets avec un système de reliure de bureau pour maintenir les volets en place durant le transport ; ça évite d’abimer les arêtes lors de l’extraction des protections. Protections de gouvernes

Réglages de la radio

Le moteur est commandé par un interrupteur à 3 positions. La montée en régime est réglée progressive (1,4 s) pour ménager le réducteur

  • Coupé
  • Mi-gaz (ce point a été ajusté lors des premiers vols pour permettre un vol en palier)
  • Plein gaz

J’ai choisi de simplifier les choses en configurant seulement 3 phases de vol (Valenta recommande une phase de décollage mais cela s’est avéré inutile) :

  • Thermique
  • Normal
  • Vitesse
Les débattements adoptés sont ceux recommandés par le fabriquant :
(+ vers le bas, - vers le haut)
Ailerons +4 mm ; -17 mm
Volets +5 mm ; +49 mm
Dérive 24 mm
Profondeur +6 mm ; -6 mm
Thermique : mixage volet/ailerons +1,5 mm ; +1 mm
Thermique : profondeur neutre
Normal : mixage volet/ailerons -1,8 mm ; 0 mm
Normal : profondeur 1 poil de piqueur
Vitesse : mixage volet/ailerons -3 mm ; 0 mm
Vitesse : profondeur 1 poil plus de piqueur
Crocodile : mixage volet/ailerons +45 mm ; -16 mm
Compensation profondeur pour les freins +4 mm
Mixage gaz > profondeur Un poil de piqueur avec les gaz
Expo profondeur 30%

Prêt à décoller Décor d'intrados

En vol

1 mois après avoir démarré l’assemblage de mon Sharon, et environ 40 heures de travail, j’ai pu sortir mon dernier joujou de l’atelier et lui faire prendre l’air frais. Le vent s’est calmé en cette belle fin d’après-midi du 10 mai. Essais de portée, centrage, le moteur semble tirer fort tout en étant extrêmement silencieux. Mon ami Jürgen lance la bête avec un angle de 20° vers le haut ; le Sharon monte sous un angle d’environ 45°, les ailes bien à plat puis d’un coup après avoir pris de la vitesse cet angle augmente tant que je dois pousser à la profondeur. J’ai donc configuré un mixage moteur>profondeur qui règle depuis ce problème.

Sharon Electrique Vol plané

Arrivé à environ 200 m sol, je coupe le moteur et entame mon demi-tour pour revenir. Les commandes sont très homogènes, réactives mais douces. J’attaque le test de centrage avec la descente à 30°. Il se remet très rapidement à plat ; mon modèle est donc légèrement centré avant. Vient ensuite le réglage des trims de profondeur pour les phases Normal et Vitesse. J’avais tapé dans le mille pour la phase Thermique en utilisant le point médian de la commande du volet de profondeur.

Au moteur

Après une remise des gaz, je fais un essai de décrochage face au vent. Il faut vraiment lui tirer dessus pour le voir décrocher sans trop de violence. Il s’ensuit toutefois une perte d’altitude d’un peu plus de 10 mètres donc à éviter proche du sol. Je remonte et attaque le test des volets crocodile. Je commence à les sortir doucement et la machine se met à bouchonner dangereusement et j’ai vraiment du mal à compenser à la profondeur. Je décide donc de me poser en phase vitesse, volets à moitié sortis en poussant à la profondeur et en relâchant pour l’arrondi ; pas idéal mais j’ai réussi à me poser proprement après avoir avalé toute la piste. Il m’a fallu 3 vols pour arriver à trouver la bonne compensation à la profondeur.

Sharon, décor d'intrados Atterrissage

Position Croco

J’ai en tout fait 7 vols en cette fin d’après-midi. La machine vole extrêmement bien et une fois les premiers vols de réglage passés, on se relaxe très vite. Passage plein badin à ras du sol à plat, sur le dos. La machine restitue très bien et on peut faire en toute tranquillité son tour de piste. Les tonneaux passent parfaitement dans l’axe sans besoin de quelque compensation que ce soit.
Y a plus qu’à l’essayer dans les thermiques et à la pente. Des bons moments en perspective…

Séance vol de pente
à la Banne d'Ordanche
(16 mai 2015)

Pente nord aujourd'hui avec un groupe de joyeux lurons alsaciens. Un peu plus de 2 heures de vol dans une ambiance géniale et l'accu est encore à 95% !
Tout y est passé et le Sharon s'avère également très bon à la pente. Passages dos au ras des moustaches (il faut pas mal pousser quand même !). Virages tranche avec resources magistrales à la suite.

J'ai fait des envieux et le Sharon était l'attraction l'après-midi.
Là où il a vraiment fait des jaloux, c'est à l'atterrissage. Avec la puissance de freinage des crocodiles, j'arrivais à me poser aux petits oignons dans les myrtilles et surtout entre les rochers.

Il y a eu pas mal de casse sur des machines plus petites qui n'avaient pas le bénéfice de ce système de freinage...

Vol de pente

Contacter l'auteur : jean-francois.durix@jivaro-models.org

Sharon Pro 3700 E - Banne d'Ordanche

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org

Locations of visitors to this page