Home
Sujet ajouté le
22 novembre 2019
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google
Adler - Arkai - Dancing Wings Hobby

Adler

Drôle d'oiseau...

Présentation : Laurent Berlivet

Cet aigle n’a pas la prétention d’être une reproduction fidèle du roi des airs mais il fait illusion en plein ciel. Vite monté, il reçoit un équipement simple et abordable. Le pilotage est facile. Et pour l’amusement, un bruiteur peut être ajouté en option afin de lui faire pousser des cris !

Une petite vidéo avec caméra embarquée et poursuite en immersion.

Caractéristiques techniques

Distributeur : Arkai (DE)
Fabricant : Dancing Wings
Modèle : Adler
Prix TTC indicatif : 49,90 €

Caractéristiques
Envergure : 140 cm
Longueur : 76 cm
Corde : 27 cm
Profil : Plan convexe
Surface : 37,8 dm²
Masse : 610 g
Charge alaire : 16 g/dm²

Equipements

Moteur : Emax 2822
Contrôleur : Flycolor 15A LV BEC
Hélice : 8"x4"
Pack prop : Lipo 3S 2200 mAh
Servos : 2 ex R-SV3 (9 g)
Radio : 4 voies


Pilotage en 1 axes Bonhomme et oiseau
Cet aigle est piloté en 2 axes, direction/profondeur. L’aile est plate, seuls les saumons donnent le dièdre.   Le pilote donne l’échelle. On voit que la surface de l’aile est importante.

Tout en mousse

Cet Adler ne surprendra sans doute pas les internautes puisque son plan s’est déjà répandu sur la toile ces dernières années. A la base, il était assemblé à partir de feuilles de polystyrène extrudé (Depron). Arkai en propose maintenant un kit en polypropylène expansé imprimé qui solutionne du coup le problème de la décoration fastidieuse, plume après plume, indispensable si on veut que le mimétisme se dévoile lorsqu’il est en vol.

Le contenu du kit
Les pièces sont pour la plupart imprimées sur les deux faces. Les quelques accessoires pour terminer le montage sont livrés.

Pour le fuselage, c’est toujours une caisse à assembler à partir de quelques morceaux de plaques décorés sur une face. Deux flancs en feuilles de 6 mm, le dessus et le dessous de même épaisseur. Il n’y a pas de couple à part la cloison support moteur, plutôt sous-dimensionnée, nous y reviendrons… Les flancs sont renforcés seulement au niveau de l’assise de l’aile par des doublages en contre-plaqué qui emprisonnent une petite platine horizontale destinée à recevoir les 2 servos de profondeur et direction.
L’empennage en V est réalisé à partir de plaques de 8 mm imprimées sur les 2 côtés. Un longeron en plat de carbone est intégré dans l’épaisseur par le dessous. L’articulation des gouvernes est assurée par une découpe au fil chaud à l’intrados laissant juste ce qu’il faut de matière pour former la charnière souple.
Les noyaux d’ailes sont rectangulaires, dotés d’un véritable profil plan convexe, avec bord d’attaque arrondi. A l’arrière, l’épaisseur est tout de même de 6 mm et correspond à celle du bord de fuite plat découpé en forme de plumes qui vient s’ajouter dans le prolongement.

Winglet Bout d'aile
La découpe des plumes et surtout le joli décor prendraient un temps fou à réaliser. Tout est déjà fait sur ce kit en EPP.
Demi-stab Articulation
Les ailes sont profilées. Pour les empennages, ce sont de simples feuilles renforcées par un longeron. Les charnières sont réalisées par amincissement du matériau.

Pour la cassure au bord d’attaque qui donne une jolie géométrie à l’aile, c’est un triangle étiré qui vient se coller devant. Si c’est obligatoire pour donner une jolie forme à la voilure, ça détruit par contre partiellement les qualités aérodynamiques du profil. Les demi-ailes sont collées bord à bord, à plat, renforcées par un unique longeron en profilé de carbone et deux petites clés. Seuls les saumons rapportés en forme de rémiges donnent à la voilure le double dièdre nécessaire pour se mettre en virage. En effet, cet oiseau est piloté en deux axes profondeur/direction.
Les accessoires pour former les commandes et ceux pour fixer l’aile sont livrés. Une petite notice de 2 pages illustrée s’ajoute à cet inventaire.
L’assemblage ne demande que quelques heures. En deux petites soirées, l’affaire est réglée. Même si l’EPP est adapté à recevoir tout type de cyano, j’ai préféré un assemblage à la colle néoprène transparente qui laisse un peu de souplesse dans les assemblages, ainsi que de l’époxy à 2 composants pour les collages stratégiques.

Option : bruiteur "cri d'aigle"

En option pour ce modèle, le module E-Göle est pratiquement indispensable. Il est vendu moins de 20 €, pas de quoi se faire plumer… Il s’agit d’un petit haut-parleur de 40 mm de diamètre accompagné d’une platine électronique et d’un micro-switch. L’ensemble pèse 27 g et doit être actionné par un micro-servo supplémentaire. C’est une masse négligeable vu la surface de l’aile de notre volatile. La charge alaire ne sera pas affectée. L’alimentation se fait directement depuis le récepteur, via une prise servo ou un cordon en Y s’il ne reste plus de voie disponible. Le fonctionnement se fait en tout ou rien. Lorsque le servo est actionné pour mettre en contact le circuit, un condensateur se décharge et fait siffler le haut-parleur.
Est-ce que le bruit est réaliste ? Sans doute pas suffisamment pour espérer tromper une buse ou un aigle, mais c’est amusant et audible d’assez loin. En attendant, ça leurre déjà les passants…

Le bruiteur "cri d'aigle" 27 g environ
Arkai propose en exclusivité un bruiteur électronique qui fait pousser des cris stridents à l’oiseau. Une option presque inévitable ! 27 g tout de même, mais vu la surface de l'aile, ça ne pénalisera pas
Haut-parleur Sortie du son
Le haut-parleur mesure 40 mm de diamètre. Le trou de sortie doit être dirigé vers le bas, donc sous le fuselage.
Platine électronique Côté piste et soudures
La platine électronique avec ses composants standard. Tout est à l'air libre.
Micro-switch Isolation Retrait du fil blanc
Les bornes du micro-switch sont isolées avec un congé de colle thermofusible. Le fil blanc n'est pas utilisé. Il peut être complètement retiré.
Gaine thermo Sous gaine Bien emballé
Un morceau de gaine thermorétractable évitera les risques de court-circuits.
Détails du haut-parleur Passage des câbles Présentation du haut-parleur
Les câbles peuvent également être verrouillés au niveau de la sortie du boîtier pour ne pas risque de les arracher.
Sctoch de marquage cutter-compas Rayon du haut-parleur
Un cutter-compas est bien pratique pour creuser un trou circulaire dans le fond du fuselage.
Découpe circulaire Trou rond
Le trou doit être découpé un peu plus étroit que le haut-parleur, afin qu'il y entre en forçant légèrement.
Affleurant Vue de l'intérieur
Le haut-parleur sera glissé à travers ce trou avant de coller le fond du fuselage entre les flancs.
Micro-servo et swich Micro-switch collé
Un micro-servo supplémentaire actionne le micro-switch qui commute le bruiteur cri d’aigle.
Contact Languette trop longue
Le micro-switch est collé en biais sur le servo, de façon à ce que le palonnier appuie sur la languette et active le contact. La languette bien trop longue peut être raccourcie.

Montage du fuselage

Les flancs sont dans un premier temps renforcés par les 2 assises d’aile en contre-plaqué de 3 mm. Attention, il y a un sens de montage qui n’est pas précisé : la partie la plus courte du renfort depuis le décrochement pour la platine radio se place vers l’avant. Bien aligner les trous qui serviront à passer les tourillons de fixation d’aile.
La platine support-servos est composée de 2 pièces en contre-plaqué à contre-coller. J’ai supprimé les tenons sur l’un des morceaux car les mortaises dans les renforts de flancs ne sont creusées que pour une seule épaisseur. Bien s’assurer que les servos se glissent dans l’ouverture prévue avant de la coller. Tout va bien avec les servos 9 g conseillés par le distributeur.

Pièces en contre-plaqué Renforts de flancs Assise de l'aile
Les renforts de flancs et la platine support-servos sont en contre-plaqué. Faire attention à coller les renforts de flancs dans le bon sens.
Platine servos Tenons et mortaises Suppression des mortaises
Deux morceaux à contre-coller Platine Collage de la platine
La platine servo est en deux morceaux. Les mortaises ne sont prévues que pour une seule épaisseur, donc l'une des platine a été retouchée.

Le couple avant est plutôt léger puisqu’il s’agit simplement de coller une cloison en contre-plaqué qui prend appui entre les flancs et le dessus du fuselage. En dessous, le fond du fuselage s’arrête à son niveau pour ne pas être décalé et dépasser, ce qui défigurerait la tête. Ca cassera au moindre choc. Après avoir fixé les écrous noyés qui permettront de visser le moteur, j’ai anticipé en collant un morceau de mousse Vector de 10 mm plaqué derrière le couple, qui augmente la surface de collage. A la longue, ça s’est révélé insuffisant. J’ai alors décollé les flancs pour rajouter un morceau de mousse contre le fond du fuselage, et des bandes plaquées sur les flancs pour répartir les efforts. Depuis, ça ne bouge plus. Il a fallu aussi ajouter environ 8 mm entre le moteur et la cloison afin que l’hélice soit suffisamment avancée pour ne pas taper contre le bec de l’oiseau. En fait, tout dépend ici de la longueur du moteur utilisé et de son porte-hélice.

Assemblage du fuselage Coffrage arrière Partie arrière du fuselage
Coffrage avant Coffrage de la tête Coffrage du dessous
Les flancs sont alignés autour de la platine servos. Les coffrages sont emprisonnées entre les flancs.
Couple avant Contre-collage Ecrous noyés
Poinçonnage Trous pour les pointes Collage à l'époxy
Le couple livré est en deux parties à contre-coller. Des écrous sont noyés sur la face intérieure.
Rallonge de couple Moteur sur cloison Augmentation de la surface de collage
Le couple support-moteur a été épaissi avec une couche de polystyrène rigide afin d’augmenter la surface de collage.
Cloison épaissie Mise en place de la cloison Collage du fond
Le couple support-moteur ne peut pas être trop avancé sinon il dépasserait des flancs. Il a donc été épaissi pour que le moteur dépasse suffisamment.
Servo de 9 g Frein-filet Servos installés
Les petits servos conseillés sont installés avec leur serre-câble.
Tourillon recoupé Extrémité arrondie Mise en place du tourillon
Tourillon installé Collage Les commandes passent juste en-dessous
L'aile est tenue par des élastiques. Des tourillons en hêtre passent au travers des flancs.
Stab à assembler Baguette triangulaire Baguette recoupée
COllage Demi-stab à coller Mise en place sur le fuselage
L'ouverture du stab en V est déterminée par la baguette triangulaire en bois dur. Attention à bien coller l'ensemble dans l'axe du fuselage, en vérifiant la triangulation.
Installation moteur Paille pour le passage des câbles Câblage
Soudure Gaine thermo Passage des fils
Un tube en plastique permet de guider les câbles du contrôleur à travers le trou du couple avant, peu accessible depuis l'intérieur.
Chapes et guignols Mise en place des guignols Articulation
Chape à plier Pointage à la cyano Commandes raccourcies
Les guignols en plastique sont bien adaptés à l'EPP, avec le base en plastique assez large et les efforts repris sur les deux faces. Les chapes sont en plastique, à immobiliser avec une goutte de cyano.

Avant de coller le dessous du fuselage, il faudra intégrer le bruiteur si vous avez choisi cette option. Le fond du fuselage doit être percé pour que le son soit plus audible. Pour cela, une découpe circulaire est effectuée avec un cutter-compas, juste en avant des pattes de l’oiseau. Le trou doit être un peu plus étroit que le diamètre du haut-parleur afin que ce dernier y entre un peu en force. Pas d’inquiétude pour cette position un peu arrière, le centrage s’obtiendra facilement. Sur le module, le fil blanc de la prise d’alimentation peut être retiré, il ne sert à rien. Le circuit à nu sera emballé dans de la gaine thermo pour éviter tout risque de court-circuit. De même, les pattes du micro-switch seront isolées avec quelques gouttes de colle thermofusible, on n’est jamais trop prudent. La fixation sur le servo s’effectue avec la même colle, en l’inclinant pour que le palonnier vienne l’actionner correctement. La gâchette est beaucoup trop longue et sera tronçonnée pour ne conserver que 20 à 25 mm environ.
L’empennage en deux parties vient se coller à l’époxy contre une baguette triangulaire en pin qui donne directement l’angle d’ouverture. Cette baguette est trop longue et devra être raccourcie de plusieurs cm d’un coup de scie. L’ensemble est collé à l’arrière, bien dans l’axe du fuselage.
Les tourillons de fixation d’aile sont un peu longs et peuvent être légèrement tronqués en ne laissant dépasser que 10 à 15 mm puis poncés en arrondi pour éviter d’endommager les élastiques. Ils sont fixés bien centrés dans le fuselage, en renforçant le collage par l’intérieur.

Assemblage de l'aile

Les extrémités des noyaux côté saumon sont découpées avec une inclinaison. Les plumes en bout d’ailes se collent contre ces découpes. Attention à bien les placer de façon symétrique. La partie qui dépasse à l’intrados sera recoupée d’un coup de cutter après séchage, dans le prolongement du profil.
Le bec de bord d’attaque se colle sur la partie arrondie du profil. La surface de contact n’est pas énorme mais ça tient avec la colle contact souple. A l’arrière, c’est le bord de fuite simulant les plumes qui est ajouté, en l’alignant côté saumon pour laisser libre l’emplanture où se placeront les élastiques de fixation d’aile.
L’emplacement pour le longeron est déjà fendu à l’intrados. Il suffit d’y glisser un peu de cyano épaisse tout du long puis d’enfoncer le longeron en plat de carbone, en s’assurant que l’aile reste bien plane.
Deux autres plats sont insérés, l’un vers l’avant, l’autre à l’arrière, au niveau du passage des élastiques pour éviter l’écrasement du noyau.

Collage des winglets Ca dépasse à l'intrados Winglet collé
Ajustage Coupe au cutter Coupe dans le prolongement de l'intrados
Les saumons sont collés sur les noyaux coupés en biseau. Ce sont eux qui donnent le double dièdre à la voilure.
Bord de fuite Collage du bord de fuite Vue de... profil
Pointe au bord d'attaque Bord d'attaque rapporté Collage des demi-ailes
Les bords de fuites taillés en plume et les bords d'attaque en forme de pointe sont rapportés sur les noyaux, rectangulaires à la base, apportant une jolie forme à la voilure... mais à l'encontre de tout aspect aérodynamique.
Fente pour longeron Repérage du milieu Fente pour longeron
Insertion de cyano Collage du longeron Carbone au bord de fuite
Les noyaux sont réunis l'un contre l'autre puis renforcé par un longeron en plat carbone à l'intrados, collé à la cyano dans la saignée prévue. Bien repérer le milieu afin de bien le centrer. Il court sur une partie de l'envergure. A l'extrados et au bord de fuite, il y a deux autres clés, également en plat carbone.

La tripaille

Les deux servos 9 g R-SV3 de l’empennage sont vissés sur la platine. Deux tringles en métal se glissent dans les fentes à l’arrière du fuselage. C’est le seul endroit où elles sont guidées. C’est cependant suffisant, ça ne flambe pas. Des guignols en plastique prennent en sandwich les gouvernes sur une zone assez large. Sur le guignol, une chape en plastique se pince à l’extrémité de la tringlerie puis est solidarisée par une goutte de cyano. Côté servo, c’est un domino serre-câble qui permet l’ajustage en longueur.
Le circuit électronique du bruiteur est immobilisé contre un flanc avec du Velcro adhésif. En face sur l’autre flanc, le servo associé et le micro-switch sont simplement collés.
Les câbles du contrôleur Flycolor 15A sont glissés à travers le couple pare-feu puis soudés au moteur. Ce dernier est alors vissé sur son bâti, en s’assurant que l’hélice EP 8’’x4’’ plaquée par un joint torique sur son support dépasse suffisamment. Si besoin, ajouter quelques entretoises.
La batterie repose sur un lit de Velcro au fond du fuselage.

Moteur Emax 2822 Contrôleur 15A Servo R-SV3
L'équipement installé : un moteur brushless Emax 2822 accompagné de son contrôleur 15 A et 2 servos R-SV3 de 9 g.
Joint torique sur hélice Prop-saver
L’hélice passe juste devant le bec de l’oiseau. Elle est plaquée sur le porte-hélice avec un joint torique.
Haut-parleur Sérigraphie
Le haut-parleur placé vers le bas s’entend de très loin.
Pas très souriant, notre oiseau. Et en plus, i' gueule !
Sorties des commandes Guignols
Les commandes de l’empennage en corde à piano passent à travers les flancs. On voit le longeron en carbone inséré dans le stab.
Seros Bruiteur
Les servos de profondeur et direction montés sur la platine. Derrière, le bruiteur et le servo qui le met en marche.
Récepteur contre le flanc Batterie dans la tête
Il faut retirer l’aile pour accéder à la batterie qui repose sur une plaque de Velcro.

Réglages

Petit rappel pour régler le sens des débattements d’un empennage papillon. Comme pour un stabilisateur classique, les deux gouvernes se lèvent pour grimper. Pour tourner, c’est un peu plus compliqué de savoir dans quel sens le volet va agir. La petite astuce consiste à basculer le modèle pour qu’une partie de l’empennage soit vertical, comme une dérive. La gouverne agit alors comme un volet de direction classique, en basculant vers la gauche pour tourner à gauche…
Le centrage s’obtient facilement sans devoir ajouter de plomb, simplement en déplaçant la batterie. Le point indiqué est sûr, un peu trop avant. Après essais, il peut sans problème être reculé de 1 cm pour accroitre la maniabilité et améliorer un peu le plané.

Centrage : 60 mm du bord d'attaque
Débattements :
Tangage : + 25 mm, - 25 mm,
Lacet : + 30 mm, - 30 mm
L'oiseau prend son vol

Aile retirée Eagle Adler
L’aile est en un seul morceau. Elle est assez imposante avec 1,40 m d’envergure.
Fixation par élastiques Tourillon et élastique
L’aile est tenue sur le fuselage au moyen d’élastiques.
Lancé Passage
Une bonne impulsion propulse l’oiseau dans son élément.

L’aile d’un seul tenant est assez volumineuse dans la voiture... Elle est plaquée sur le fuselage avec 4 élastiques. Prendre le temps de vérifier le centrage avant de lancer. J’ai piqué 2 aiguilles à tête de verre sous l’aile à l’emplacement indiqué par le fabricant. Ainsi, la vérification sur le terrain se fait sans contrôle visuel, juste avec 2 doigts.
Le fuselage est un peu souple à l’endroit où on l’agrippe puisqu’il n’y a pas de couple à l’intérieur. Une impulsion franche propulse le modèle qui se métamorphose aussitôt dans son élément. La caisse à voler devient un oiseau de proie poussant de petits cris lorsque le bruiteur est actionné.
La grimpée se fait tranquillement sous une pente de 40 degrés. La consommation avec l’hélice 8"x4" n’est que de 7 A, ce qui autorise des vols de 15 minutes avec constamment du moteur, en gardant une marge pour ne pas altérer la batterie. Une hélice 9"x4" permet toutefois des grimpées plus toniques mais la première citée est suffisante.
J’avais quelques craintes quant à l’efficacité de l’empennage papillon et le peu de dièdre sur l’aile, mais ça tourne convenablement. On ressent quand même une certaine inertie dans les virages à cause du poids de l’aile. Il faut parfois un peu anticiper pour virer près du sol ou éviter un obstacle. Vu la charge alaire réduite, le volume de vol peut être assez faible. A faible allure, ne pas hésiter à remettre un coup de moteur pour souffler les gouvernes, ça aide pour tourner serré sans s’écrouler.

Virage Passage rapide
Le pilotage est malgré tout efficace sans ailerons, avec juste les gouvernes de l’empennage mixées.

Le domaine de vol n’est pas très étendu, ce n’est pas un voltigeur. On se contentera donc de virages serrés, de boucles droites qui tournent sans problème et de renversements. Les tonneaux sont très lents et barriqués, consommateurs d’altitude. Quant au vol dos, il faut pousser fortement et la dérive est inversée. Le modèle ne demande qu’à revenir à plat lorsqu’il est dans cette position.
Le décrochage est très tardif. On obtient d’abord un vol parachuté qui reste contrôlable et qui pourrait se prolonger jusqu’à un atterrissage peu conventionnel.
Pour éviter que l’hélice tourne en roue libre lors des phases de plané, il est utile de programmer le frein sur le contrôleur. Cependant, il ne faut pas espérer rester longtemps en l’air et enrouler une ascendance : la trainée est très importante. Ce sera surtout utile à l’atterrissage pour éviter de casser l’hélice.

Vu de dessous En vol
Le décor est bien visible. Il est différent entre le dessus et le dessous.
Virage bas Passage bas
Avec un pack 3S 2200 mAh, les vols dépassent systématiquement le quart d’heure.   Avec sa charge alaire réduite, l’Adler peut évoluer dans un espace assez restreint.

L'oiseau fait son nid...

On ne va pas en faire tout un fromage : même s’il n’a pas le corps beau (!), le ramage de l’Adler se rapporte à son plumage. La forme de la voilure et le décor sont sympas, ils font illusion en l’air et on l’entend de loin grâce au bruiteur qui apporte un côté amusant. C’est un modèle différent, assez imposant mais qui ne demande pas une place folle pour évoluer.

Quelques passages un peu osés de l'aigle en EPP dans la pinède.

On aime

  • Le décor
  • L’allure en vol
  • Le bruiteur « cri d’aigle » optionnel

On aime moins

  • Le fuselage anguleux
  • L’aile en 1 morceau
  • La traînée importante

Contact : laurent@jivaro-models.org

Adler en vol
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page