Home
Sujet ajouté le
16 octobre 2021
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google
Rudy - Hiesbok

Rudy - Hiesbök

Retour aux basiques

Présentation : Laurent Berlivet
Photos en vol : Winnie Berlivet

Hiesbök est un fabricant tchèque qui propose de nombreux petits modèles tout bois à construire. Certains sont destinés au vol libre tandis que d'autres sont prévus en RC. Le petit planeur présenté ici peut être utilisé d'une façon ou de l'autre. Le nôtre est bien sûr équipé d'une radiocommande en 2 axes et d'un petit moteur électrique amovible monté en pylône.

Le Rudy est idéal pour les vacances. Facile à ranger, léger, passe-partout, très silencieux...

Caractéristiques techniques

Marque : Hiesbök
Modèle : Rudy
Importateur France : Silence Model
Type de kit : Structure bois à assembler
Prix indicatif : 69 €
Envergure : 113 cm
Longueur : 84,5 cm
Cordes : 13,7 et 11 cm
Profil : Jedelsky
Surface : 14,5 dm²
Masse : 304 g
Charge alaire : 21 g/dm²
  Equipements
Moteur : Graupner 16570 3500 kV
Contrôleur : Turnigy 6A
Hélice : Cam Slim Prop Graupner 3x3
Accu propulsion : Li-Po 2S 850 à 1000 mAh
Servos : 2x D03013 Blue Arrow 3,5 g

Celllule montée Démontable pour le transport et le stockage
Idéal pour les vacances   Rudy à la plage
Le Rudy est un petit motoplaneur 2 axes en bois très simple à assembler, produit en Tchéquie.

Hiesbök est une petite entreprise familiale travaillant à l'origine dans l'informatique, qui s'est spécialisée depuis près d'une vingtaine d'années dans la fabrication de modèles réduits à l'aide des outils de dessins et de découpes numériques. La gamme comprend de nombreux kits, depuis le petit planeur lancé-main de vol libre pour l'initiation des plus jeunes, valant quelques euros, jusqu'au trainer 3 axes à volets de 1,60 m d'envergure coûtant moins de 100 €. En plus d'être financièrement abordables, ils le sont aussi par leur mode de construction très bien pensé, ce qui a permis au fabricant de remporter à de nombreuses reprises le prix du "modèle de l'année" lors du fameux salon de Prague. Tous ces modèles sont découpés au laser dans du bois de qualité, balsa, contre-plaqué et pin. Une partie de cette gamme est importée en France par Silence Model.

A propos


La petite boîte Le kit richement doté
La boîte est toute petite mais remplie de toutes les pièces, des accessoires, du plan, de la notice et même d'autocollants pour la déco.

La boîte du Rudy est minuscule mais pleine comme un œuf avec tous les accessoires nécessaires, et même plus que ce qu'on pouvait attendre... Les pièces en bois sont découpées à la forme définitive, les chutes étant retirées pour ne pas prendre de la place et peser inutilement. Elles sont soigneusement regroupées par des élastiques, du ruban adhésif et de nombreux petits sachets en plastique. Elles sont gravées pour bien les identifier ou repérées par des étiquettes illustrées. Les flancs et coffrages sont mortaisés pour recevoir les tenons des couples. Il n'y a donc aucune raison d'obtenir un fuselage vrillé. L'arrière est constitué d'une poutre carbone qui recevra les empennages. Le stabilisateur horizontal est prévu démontable, c'est un avantage pour le transport.
L'aile est dotée d'un profil type Jedelsky astucieusement confectionné à base d'un profilé fraisé à l'avant suivi d'une baguette triangulaire puis d'une planche de coffrage sur l'arrière. L'assemblage est suffisamment rigide pour se passer de nervures et de longeron. Elle possède un triple dièdre très élégant.

Identification parfaite des pièces Les éléments fraisés
Petites pièces sous sachet, identifiées   Le joli plan en couleurs
Chaque élément est parfaitement identifié et repéré sur le joli plan en couleurs.

Les commandes en gaine plastique et cordes à piano sont livrées, tout comme le crochet de treuillage, la clé d'aile en jonc carbone, les élastiques de fixation d'aile, la vis nylon et son écrou pour le stab démontable, un morceau de fil de pêche (!) qui servira à confectionner les charnières... Le fabricant a pensé à tout, y compris aux autocollants avec le nom du planeur en plusieurs couleurs et les vagues noires en vinyle découpé pour reproduire le décor de la boîte.
Le plan qui accompagne le kit est superbe, comme toujours chez Hiesbök, imprimé en couleurs avec de nombreux détails présentant les différentes options. Le Rudy peut effectivement être monté en planeur pur avec un bloc de balsa à l'avant ou bien électrifié avec un moteur dans le nez, ou encore en pylône propulsif, comme ici.
Une notice de 4 pages imprimées sur papier accompagne tout ça. Elle est en tchèque mais la trentaine de photos en couleurs illustre toutes les étapes. Un débutant, même isolé, ne sera pas perdu pour construire ce modèle.

L'équipement électronique

Pour équiper ce motoplaneur, il faut prévoir deux micro-servos adaptés à la platine déjà ajourée. J'ai installé des D03013 Blue Arrow de 3,5 g. Ils sont livrés avec plusieurs rallonges pour être compatibles avec la plupart des récepteurs dont certains sont équipés de micro-prises, c'est utile. Le moteur brushless préconisé n’est pas bien gros avec ses 18 mm de diamètre. C’est un Graupner 16570 avec un kV de 3500, destiné aux quadricoptères de course FPV. Il entraîne une minuscule hélice Cam Slim Prop Graupner 3x3 par l’intermédiaire d’un contrôleur Turnigy 6A. La batterie est une Li-Po 2S 850 à 1000 mAh, la plus grosse des deux permettant d'obtenir un centrage sans plomb. Pour une motorisation sur le petit pylône, la hauteur est limitée et on ne pourra pas installer beaucoup plus gros comme hélice.
Il est possible d’installer une motorisation un peu plus puissante dans le nez avec une hélice repliable, les infos figurent sur le plan. Si c'est l'option choisie, il ne faudra pas oublier de fraiser les ouïes d'aération dont les contours sont gravés au laser sur les flancs pour bien ventiler l’équipement.

Construction du fuselage

Le montage s’effectue sur un petit chantier qui n'a même pas besoin de faire la taille du plan car celui-ci n'est finalement pas utile au montage, il ne sert qu’à bien identifier les pièces et voir où elles se placent. En fait, une simple planche de 50x15 cm peut suffire. Les collages peuvent être faits à la cyano medium pour les plus pressés mais la colle blanche est plus adaptée, surtout qu’on peut travailler sur d’autres éléments pendant que les premiers assemblages sèchent.

Flancs Encollage Doublage
Doublage des flancs avec une armature en contre-plaqué largement évidé.
Flancs et couples Tenons-mortaises Couple arrière
Assemblage des couples par tenons et mortaises. Les collages sont effectués avec de la colle blanche à bois.
Assemblage fuselage Fuselage en cours Fuselage
Collage des couples entre les flancs. Ne pas oublier d'insérer la platine radio.
Couple avant Serres-joints Platine crochet
Des serres-joints permettent de plaquer le tout durant le séchage. Une petite platine servira à la fixation du crochet
Serrage COffrages du fuselage Coffrage
Le dessus et le dessous sont déjà découpés à la bonne forme.

Les doublages de flancs du fuselage sont en contre-plaqué 3 plis perforés par de nombreuses mortaises prêtes à recevoir les couples. Ces raccords sont masqués derrière les flancs en balsa. Avant de passer à l'assemblage, si vous choisissez une motorisation en pylône, il faut percer le bas du couple 18 afin d'y passer plus tard les câbles du contrôleur. Rien n'est prévu sur le plan ni dans la notice concernant ce point. C'est bien plus facile à effectuer avant assemblage.

Fond du fuselage Double-fond Surface encollée
Le fond et la trappe sont constituées de plusieurs épaisseur contre-collées.
Sous presse Ponçage Partie poncée
Après séchage, les coffrages sont ajustés par ponçage. La cale livrée convient très bien.
Capot Couple frontal Nez à assembler
Les planches formant le capot sont simplement pointées à la cyano pour pouvoir séparer facilement celui-ci.
Empilage Couple rond Couple avant
Le nez de la version planeur pur (ou celle motorisée en pylône) est constitué d'un empilement de couches de balsa.
Ce couple en contre-plaqué permet de rendre le nez amovible grâce à des boutonnières..
Bloc de nez Nez collé En attente de ponçage
En le collant même si le nez reste fixe, il permet un profilage précis lors du ponçage.

Le fond du fuselage est constitué de 2 planchettes collées l’une sur l’autre, et la trappe de 3 épaisseurs. Cette dernière doit simplement être pointée avec quelques gouttes de cyano, qui seront détachées après mise en forme. Ainsi, sans avoir ajouté de baguettes d’angles, il sera possible d’obtenir un joli fuselage joliment profilé après un ponçage conséquent. Le nez est constitué de différentes épaisseurs contre-collées. Le bois est marqué au laser pour guider la cale à poncer. On casse les angles à 45° d’abord avec une grosse râpe puis on termine à la cale en suivant les tracés.

Mise en forme Gravure pour guidage Arêtes cassées
Une râpe permet de dégrossir rapidement les angles. La gravure sur le bois sert de guide.
Mise en forme Ponçage en cours Arêtes à 45°
Le premier ponçage consiste à casser toutes les arêtes à 45°.
Sciure Ca s'arrondit Ponçage grossier
Fuselage poncé Ponçage fin Ponçage doux
Au fur et à mesure, les facettes sont poncées pour obtenir un joli fuselage aux formes bien arrondies.
Pointe arrière Entures comblées Sciure + cyano
De la cyano est infiltrée lors du ponçage au niveau des mortaises. La sciure vient combler les trous. Utiliser un vieux morceau de papier de verre car il sera vite usé.
Passage de la poutre Ajustage Trou propre
Le trou pour la poutre est ajusté avec une lime queue-de-rat.
Passage de l'aile Séparation du capot Sciage du fuselage
La partie arrière du capot est soigneusement recoupée pour s'ajuster au bord d'attaque de l'aile.
Une sice à denture fine permet de couper proprement le couvercle.
Capot Languette à l'avant du capot Capot en place
En glissant une lame de cutter, on sépare la cabine du reste du fuselage.
La petite languette prévue à l'avant a été remplacée par une plus large qui se glisse en appui contre les flancs.

Les empennages

Les empennages sont de simples planches avec des saumons collés à contre-fil. La partie fixe du stab est percée de trois trous. Celui du centre pour le passage de la vis nylon et les deux autres pour y glisser deux petits ergots en hêtre qui le maintiendront dans l’axe tout en permettant sa rotation lors d’un choc. C’est simple et efficace.
Passons aux charnières d'antan, en fil de pêche. La tranche à l'avant de la gouverne et poncée en arrondi ou en V puis percée bien dans l'épaisseur de la planche avec une aiguille. Une goutte de cyano lente est glissée au mieux dans le trou puis un morceau de fil de 10 à 12 mm est enfoncé aussitôt dedans jusqu'à mi-longueur. Ensuite, c'est la partie fixe qui est percée en face des fils qui dépassent, de la même façon. Quelques autres gouttes de cyano puis la gouverne est mise en place. J'ai installé ce système par curiosité mais des charnières du commerce, plus classiques, en toile plastifiée, recoupées en bandes de 3 mm de large, conviendraient aussi.

Dérive et volet Empennages Assise de stab
Les saumons des empennages sont rapportés, à contre-fil, afin de les rigidifier.
Renfort en contre-plaqué Ecrou qui dépasse Ecrou recoupé
La platine support de stab est en contre-plaqué fin. L'écrou nylon qui vient s'y glisser est trop épais. Il devra être recoupé après collage.
Poutre poncée Lime pour perforer Trou rond
La poutre est légèrement aplanie au niveau de l'assise du stab.
La poutre est percée afin de créer le passage de la vis de fixation du stab. Quelques va-et-viens avec une lime permettent de faire le trou.
Assise de stab Vis recoupée
La vis nylon est retaillée en longueur pour bien pincer le stab sur son assise.
Baguettes à assembler Collage Gabarit de collage
Le fabricant pense à tout : cet assemblage de baguettes est en fait un astucieux gabarit de collage pour la dérive.
Empennages à mettre en croix Gabarit pour glisser la dérive Séchage en cours
Il est plaqué contre l'assise du stab avec la vis de fixation.
La dérive est glissée dans le gabarit, prête à être collée bien dans l'axe de la poutre et parfaitement perpendiculaire au stab.
Trou d'aiguille Fil de pêche Charnière en fil de pêche
Le kit prévoit des charnières en fil de pêche. J'ai essayé le système, en utilisant de la cyano pour coller le fil. Résultat peu convainquant. J'ai remplacé le système par des charnières tissées, sans axes, plus classiques et plus fiables.
Patin Guignol Guignol et gouverne
Un patin est collé à l'arrière sous la poutre. Les petits guignols en contre-plaqué doivent être collés solidement dans les gouvernes.

La poutre en carbone doit être percée pour laisser passer la vis nylon de fixation du stab afin que cette dernière ne serre pas seulement sur sa pointe. Ce n'est pas indispensable mais c'est préférable. Quelques va-et-vient avec une lime permettent d’usiner le tube. Le trou est agrandi si nécessaire avec une queue-de-rat.
L’assise du stab est une plaque de contre-plaqué, malheureusement un peu plus fine que l’écrou de fixation en nylon qui vient s’y intégrer. Il est donc nécessaire de recouper celui-ci dans la hauteur. On y arrive avec une lame de cutter bien affûtée ou quelques coups de cale à poncer. L’assise est collée sur la poutre puis le stab est vissé en place. Pour coller la dérive, il faut confectionner un gabarit de montage constitué de deux baguettes qui l’emprisonnent tout en se plaquant contre l’assise du stab. Ainsi, elle se colle parfaitement dans l’axe de la poutre et bien perpendiculairement, sans risque d’erreur.

Assemblage de l'aile


Fraisage pour la clé Bords d'attaque Collage
Les ailes sont assemblées autour d'un profilé pour le bord d'attaque et d'une baguette triangulaire plaquée derrière. A l'emplanture, on note le fraisage pour le fourreau de clé d'aile.
Séchage en cours Marche Décrochement
Les baguettes sont collées à plat contre les bords d'attaque, formant une marche.
Partie arrière de l'aile Encollage Colle étalée au pinceau
Les planches formant l'arrière de l'aile sont collées sur les baguettes triangulaires.
Coffrage Découpe Recoupe
Les panneaux externes de l'aile (droit et gauche) sont collés sur un même bord d'attaque avent d'être recoupés.
Séparation Cale de dièdre Boitier de CD
Pour obtenir le triple dièdre, des cales improvisées sont placées sous l'aile de façon à la réhausser de la valeur souhaitée. L'emplanture est alors poncée verticalement, en prenant appui sur le chantier.
Ponçage vertical Cale pour dièdre Ponçage vertical
Même chose pour les panneaux externes, avec cette fois une cale plus épaisse.
Profil creusé Jonction des panneaux Séchage
Pour assembler les panneaux d'aile, une baguette est ajoutée sur le chantier de façon à bien creuser le profil.
Eléments pour le saumon Baguettes triangulaires à profiler Baguettes aux saumons
Les saumons en planche de balsa sont collés via des baguettes triangulaires. Les baguettes collées contre l'aile sont poncées dans le prolongement du profil avant de raccorder les tronçons externes..
Dièdre Winglets Ponçage
Les saumons sont des planchettes rapportées sur les baguettes triangulaires. Le dessous doit être ajusté au profil.
Renfort d'emplanture

Séchage en forme

Renfort de bord d'attaque
A l'endroit où appuieront les élastiques de fixation d'aile, les bords d'attaque et de fuite sont renforcés à l'aide de contre-plaqué fin.
Clé d'aile et fourreau Collage cyano Collage époxy
La clé en jonc carbone est collée dans le fourreau de clé d'aile.
Clé d'aile en place Ajustage
La clé d'aile est collée à l'époxy dans l'aile. Un petit coup de ponçage lisse le tout.

Les ailes sont assemblées avec 3 morceaux de balsa par tronçons : un large bord d’attaque fraisé pour le tiers avant, prolongé par une baguette triangulaire, elle-même coffrée par une planche pour les deux autres tiers. Pas de nervure, pas de longeron, c’est monté en quelques minutes ou plutôt juste la durée de séchage de la colle. Côté emplanture, une fente permet de glisser la clé d’aile constituée d’un cadre en contre-plaqué englobant un jonc carbone. Les parties externes sont simplement collées bout à bout en s'assurant que les angles sont bien les mêmes de chaque côté. On peut noter que le bord de fuite des panneaux externes est recoupé, ce qui donne un aspect moins rectangulaire à l'aile mais qui apporte surtout une évolution de profil donnant un vrillage négatif en bout d'aile, bénéfique lors du décrochage en vol à faible vitesse. Pour finir, une baguette triangulaire est placée à l’extrémité pour recevoir le saumon réalisé avec un simple morceau de planche, fibres en travers.
Comme les ailes sont plaquées sur le fuselage par des élastiques, les bords d'attaque et de fuite sont renforcés à ce niveau par des petits morceaux de contre-plaqué qui évitent l'écrasement du balsa.

Rudy non décoré
 

Protection et couleurs

Puisque la cellule du Rudy n'offre pas de surface ajourée, un entoilage au film thermo n'est pas nécessaire. Pour l'aspect « vintage » du modèle, un marouflage au papier Modelspan ou Japon reste possible mais attention à la surcharge pondérale.
J'ai préféré garder le bois apparent. Après avoir reçu un coup de ponçage soigné à l'abrasif très fin, la cellule a été recouverte de 4 couches d'enduit bouche-pores finement poncées entre chaque pour obtenir une surface très douce au toucher, qui permettra au bois de résister à l'humidité en le protégeant des petits chocs. C'est rapidement effectué mais il vaut mieux travailler à l'extérieur à cause de l'odeur.
Comme les filets noirs autocollants sont livrés, j'ai reproduit le décor de la boîte. Je les ai scannés afin de réaliser des gabarits en papier pour reporter les courbes sur le bois. La peinture acrylique a été posée au pinceau en suivant au mieux les tracés. Après séchage, les filets de vinyle ont été posés en chevauchant légèrement les contours et plaqués avec un fer à entoiler. Un morceau d'essuie-tout intercalé entre les deux évite que le film ne fonde tout en l'assouplissant pour qu'il épouse parfaitement le relief.

Bouche-pore Glattfix Graupner Bandes de vinyle Gabarit de déco
La cellule complète a été recouverte de plusieurs couches d'enduit bouche-pore poncées entre chaque, pour bien imperméabiliser le bois. Les vagues noires pour le décor sont fournies, découpées dans du vinyle. Elles ont été photocopiées pour servir de gabarit de traçage sur la cellule.
Traçage Marquage Peinture arcylique System 3
Le décor est tracé au crayon, sans trop insister pour ne pas être visible sous la peinture. C'est une peinture acrylique qui a été appliquée.
Pinceau Traçage Peinture
La couleur est posée au pinceau (ou mieux, à l'aide d'un petit rouleau).
Filets autocollants Fer à entoiler et essui-tout L'autocollant Hiesbok
Pour bien coller, les filets de vinyle mis en place sont repassés à l'aide d'un fer à entoiler à 120-130° environ, en intercalant une feuille d'essuie-tout pour ne pas fondre le plastique.

Installation des équipements


Servos Platine servos Perçage du couple
Les servos conseillés entre parfaitement dans la platine prévue, en utilisant éventuellement des rallonges avec des connecteurs différents dépendants de l'équipement installé.
Si le couple 18 n'a pas été percé au préalable pour y glisser le connecteur allant au moteur, il faut le faire maintenant, ce qui n'est pas simple...
Connecteur moteur Gaine thermo Commandes cerclées
Les commandes en gaine souple et corde à piano sont immobilisées le long de la poutre avec des morceaux de gaine thermo.

Les servos sont vissés sur la platine accompagnés de leur commande par corde à piano coulissant dans un tube plastique. Celle de profondeur passe dans la poutre de queue tandis que celle de direction court à l'extérieur. Elle est immobilisée le long de la poutre à 3 endroits pour éviter le flambage, à l'aide d'anneaux de gaine thermorétractable. Une fois la longueur des commandes ajustées, ce n'est qu'à ce moment qu'on collera la poutre sur le fuselage avec quelques gouttes de cyano, en mettant l'aile en place pour s'assurer d'un bon équerrage.
Le récepteur et le contrôleur trouvent leur place dans le compartiment sous la trappe tandis que la batterie est placée dans le nez.

Tourillons Recoupe Ergots
Deux petits morceaux de tourillon traversent le stab. Ils dépassent dessous d'environ 1 mm pour se caler dans la platine. Ainsi, le stab est immobilisé en rotation mais peut quand même pivoté lors d'un choc.
Mise en croix Infiiltration cyano Collage de la poutre
L'aile est mise en place avant de coller la poutre, pour s'assurer d'un parfait alignement. Quand tout est bon, de la cyano est infiltrée dans le trou, de part et d'autre.

Le pylône moteur est assemblé avec 3 morceaux de contre-plaqué, qu'il faut peindre avant d'y visser le moteur. Une fois que celui-ci est en place, un petit bloc de balsa profilé vient masquer les vis... qui ne seront plus accessibles !
Comme ce pylône est prévu amovible, j'ai ajouté un connecteur 3 broches entre le moteur et le contrôleur. Il se glisse dans le compartiment arrière, le long de la poutre. C'est là qu'on est content si on a pensé à percer le fameux couple 18...
La batterie 2S 1000 mAh permet d'obtenir un centrage sans plomb. Avec une 850 mAh, il est un peu en arrière de ce qu'indique le plan. J'avais ajouté quelques grammes de lest mais les essais en vol ont montré qu'on pouvait s'en passer.
Dernier point pour ceux qui volent en plaine, sans moteur : un crochet métallique livré peut venir se visser sous le fuselage, pour effectuer des montées au sandow.

Pylône moteur Montage pylône Support moteur
Les éléments en contre-plaqué et balsa composant le petit pylône moteur amovible.
Pylône Montage sur le fuselage Installation moteur
Montage à l'arrière du fuselage pour s'assurer que l'écartement est correct.
Vissage Carénage Carénage
Le moteur est vissé sur le couple puis le carénage en balsa contre-collé vient se placer derrière. Les vis ne seront donc plus accessibles.
Bloc moteur Profilé Mise en forme
Le carénage est collé puis légèrement profilé par ponçage.
Hélice Alésage Hélice et moteur
Le moyeu de la toute petit hélice 3x3 Cam Slim Prop doit être alésée pour entrer sur l'axe du moteur.
Connecteur Pylône Vis de réglage
Le connecteur 3 points (ici, une prise servo) permet de raccorder le moteur au contrôleur. Et desserrant les 2 vis latérales, il est possible de changer légèrement l'inclinaison du pylône.
Corde à piano Passage crochet Crochet
Un petit crochet de treuillage peut être ajouté au fond du fuselage. Mais comme ce dernier est en balsa - même si une platine en contre-plaqué le reçoit à l'intérieur - ça reste fragile. Suggestion a été faite au fabricant de rajouter un renfort. Pour trouver le trou, une corde à piano est enfoncée par l'intérieur.
Autocollant Prêt au vol
Il reste à coller le petit autocollant avec le nom du modèle. Disponible en 3 couleurs dans la boite. C'est sympa.

Réglages

Centrage à 42 mm du bord d'attaque

Débattements
Profondeur : 8 mm de chaque côté
Direction : 12 mm de chaque côté

Gratteur paisible


Démonté Monté
L'aile et surtout le stab sont démontable, ce qui est très pratique pour le transport. Pour le montage, une vis à serrer et quelques élastiques à tendre.

On apprécie particulièrement le fait que le stab soit démontable. L'aile d'une seule pièce n'est pas non plus encombrante avec son envergure de 1,13 m. Le Rudy se glisse facilement sur la plage arrière du véhicule. Pour l'assemblage sur le terrain, il faut juste de bons yeux afin de glisser la fine corde à piano de profondeur dans le guignol et des doigts précis pour maintenir la vis nylon qui plaque le stab en place. L'aile est tenue avec des élastiques, tout comme la cabine.

Moteur Hélice propulsive Vis de réglage
Le pylône moteur réglable en inclinaison est également très facilement démonté.
Assise de stab Patin Stab vissé
Détails des commandes, de l'assise du stab et du patin.
Récepteur et contrôleur Servos Prise moteur
L'installation radio : dans le nez, la batterie 2S 850 à 1000 mAh suivie du récepteur, du contrôleur, des servos et du connecteur pour le moteur sur pylône.
Sur le sable Sea, plane and sun Sur les cailloux
Le long bras de levier arrière est gage de stabilité.

Pour son baptême de l'air, le Rudy sera plus à l'aise si le temps est calme, c'est un deux-axes léger. La petite motorisation est plutôt silencieuse malgré l'hélice propulsive. La vitesse de vol plein pot n'est pas très élevée, l'angle de montée non plus mais c'est déjà bien suffisant pour grimper en sécurité. Avec 30 à 40 secondes de moteur, le Rudy est déjà très haut et peut planer durant de longues minutes. De plus, il s'avère assez fin et pénètre finalement plutôt bien. Le pylône est aussi inclinable en desserrant les 2 vis latérales qui le plaquent sur le fuselage. Les trous oblongs permettent de le positionner vers le haut ou vers le bas de quelques degrés. Avec l'hélice perpendiculaire à la poutre, le moteur procure un léger couple cabreur que je n'ai pas jugé utile de modifier. La coupure des gaz ne procure pas d'abattée donc le calage du moteur convient tel qu'il est représenté sur le plan.

En bord de mer
Le décor coloré est celui suggéré sur la boîte. Des couleurs vives aident à la visualisation de ce modèle relativement petit.

Le triple dièdre est efficace, la direction réagit correctement. La faible charge alaire et le profil Jeledsky très creux font qu'un espace grand comme un terrain de football convient pour voler tranquillement.
Le décrochage intervient très tard. Pas moyen de mettre le planeur en vrille. En insistant manches dans les coins, on obtient une large spirale qui n'accélère pas.
Le vol plané est assez fabuleux, avec un descente très lente. La moindre bulle est détectée et les vols peuvent être prolongés très longtemps. Finalement, le moteur en pylône traîne à peine et peut sans problème rester en place durant les séances à la pente. Il permet de remonter du trou quand ça ne porte plus ou d'allonger la trajectoire de quelques mètres à l'atterrissage, même le planeur allonge déjà.

A la montage Grand Muvran
Le Rudy n'a pas besoin d'un grand terrain de vol pour évoluer.

Inutile de chercher à faire siffler le Rudy lors d'un passage... il n'accélère pas beaucoup, le profil bourre assez vite. Cependant, c'est suffisant pour passer de belles boucles. Pour les tonneaux, ils sont très lents donc il faut prévoir un peu d'eau sous la quille. L'inertie est faible donc la restitution n'est pas énorme. Pour les renversements, il faut anticiper dès le départ le sens de rotation car le petit volet de direction n'aura aucune efficacité dès que le planeur aura le nez en l'air. Quant au vol dos, il n'est pas fait pour ça. On parvient à le prolonger quelques secondes sans réussir à diriger le planeur efficacement.
En approche au ras du sol, le Rudy n'en finit pas d'allonger. Sur une plage ou un terrain d'herbe très rase, on arrive à effectuer des glissades suivies d'un re-décollage dans la foulée tellement la vitesse de vol peut être faible.
En cas d'atterrissage de travers ou dans des herbes un peu hautes, le stab ou l'aile peuvent toucher. Ils pivotent sans autre conséquence.
Avec un peu d’entraînement, on se pose dans la main.
En enchaînant 6 ou 7 montées, on reste chaque fois en l'air pendant plus d'¼ d'heure par temps neutre.
A noter que le Rudy peut aussi voler en planeur pur, en pente bien sûr mais aussi en plaine avec le crochet de treuillage fourni. Vu sa faible masse, il pourra sans problème être mis en altitude à la course, ou avec un petit sandow.

Vol de plage Passage bas
Une pichenette propulse le Rudy dans son élément.    
Sous le soleil A la pente
Le dièdre de l'aile à multiples cassures est très élégant. On voit bien ici la simplicité de la voilure avec son profil Jedelsky.

Pour tous, partout...


Lancé
Compact, facile, silencieux... Parfait pour les vols de détente lors des vacances.

Ce petit Rudy séduira le novice ayant envie de se lancer dans une première construction en bois en la menant à terme, sans avoir à surmonter de difficulté. Les quelques morceaux qui composent le kit s’assemblent sans retouche. Seule la mise en forme du fuselage et les raccords des tronçons d'aile feront un peu de poussière. Il ne faut qu’un coin de table, une poignée d'outils de base et quelques soirées pour assembler la cellule.
Côté pilotage, il faudra bien sûr être assisté pour le premier vol, jusqu’à comprendre l’inversion en pilotage de face. Pour le reste, le Rudy est très stable, il vole lentement, il est fin, gratteur et même résistant à l'impact grâce à sa faible inertie.
Tous ces points sont également très séduisants pour un pratiquant aguerri qui se fera plaisir en pilotant cet appareil au vol reposant, dans le calme d'une fin de journée après le travail ou suite à une riche séance d'activités durant les vacances. Ce n'est pas la place qu'il prend au sol et en vol qui peut être contraignante.

On aime

  • Conception et fabrication soignées
  • Assemblage facile
  • Tous les accessoires fournis
  • Pylône moteur amovible
  • Stab démontable
  • Tarif abordable

On aime moins

  • Charnières en fil de pêche
  • Ecrou du stab trop épais
  • Puissance un peu juste

Contact : laurent@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page