Home
Sujet ajouté le
5 mars 2009
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

Par Laurent Schmitz

Le 3 mai dernier, le club « Les Busards » accueillait pour la première fois une troupe de louveteaux(*) sur son terrain de Faimes. Tant le club que la fédération belge avaient mis les bouchées doubles pour faire de cette journée un moment inoubliable. L'occasion pour une trentaine d'enfants de 8 à 12 ans de découvrir notre hobby et, pourquoi pas, d'attraper le virus de l'aéromodélisme...

(*) Louvetaux ('jeunes loups'): mouvement d'initiation au scoutisme.

"Akéla, Akéla, je peux essayer celui-là?"
"Akéla, il va à combien ton avion de guerre?"...
Denis, alias "Akéla", chef de troupe et lui-même modéliste, tente de répondre patiemment aux louveteaux et louvettes qui arrivent au terrain : "Non, ça c'est un "'Funjet" et c'est pas l'idéal pour débuter... Mon P-40 vole à 100 à l'heure, tu verras ça pendant les démos".
Sur la piste, les pilotes du club entament leurs premiers vols de démonstration, pour la plus grande joie des enfants, mais aussi des parents qui pour une fois s'attardent après avoir déposé leurs bambins... Près du clubhouse, les volontaires installent leurs ateliers. Pour ce grand jour, nous avons prévu cinq stands pouvant accueillir chacun une "sizaine" de garçons et filles pendant une demi-heure :

  1. Simulateur de vol
  2. Double commande
  3. Construction
  4. Théorie
  5. Baptême nounours

La journée comptait aussi des périodes de jeux, des démonstrations, une longue pause à midi et un largage de « Chokotoff » par un avion spécialement équipé pour le bombardement gastronomique !

"Pas si fort !!!"
Nous avons la chance de compter un artiste de l'informatique dans nos rangs. Il nous avait donc installé un simulateur de vol RC Aerofly muni d'une représentation fidèle de notre propre terrain. Les enfants s'en sont donnés à cœur-joie et en fin de journée le nombre de crashes virtuels se comptaient par centaines. Rien à voir avec une "PlayStation" : l'aéromodélisme demande du doigté et de la précision... Malgré cette première introduction au monde de la radiocommande, notre moniteur-président patenté avait fort à faire pour expliquer aux louveteaux que les manches d'émetteur se manipulent avec délicatesse. Cent mètres plus haut, un EasyGlider sauvagement brutalisé tentait d'échapper à son sort par la grâce de la double commande. Jamais l'engin n'avait subi autant de "G" mais grâce aux réflexes de son propriétaire, le sol n'est jamais monté jusqu'à lui : bravo ! Les élèves-pilotes ont pu constater que ce n'est pas si facile, mais certains ont visiblement un don et au bout de quelques minutes, le motoplaneur prenait une trajectoire plus académique.

Dépron et sponsoring
L'AAM (fédération belge) sponsorise les formations de jeunes par le biais d'une aide financière et matérielle. Nous avions ainsi reçu une trentaine de pochettes A4 contenant un micro-planeur en dépron et un feuillet d'information. Les enfants étaient bien sûr ravis, mais si les qualités de vol des Mustang et Cap 232 étaient très correctes, la fragilité du matériau n'était pas vraiment compatible avec l'âge des gamins. Tant à la construction qu'à l'usage, il a fallu des mètres de papier collant pour garder les machines en état de vol. Suggestion pour l'AAM : pour la série suivante il serait préférable d'employer de l'EPP et concevoir des modèles peut-être un peu plus grands.
Grâce au chèque promis par l'AAM nous avons pu offrir une collation aux enfants pendant les démos de l'après-midi et remplir la soute du bombardier de délicieux Chokotoff. Cinq vols ont été nécessaires pour rassasier la meute. Après cela, on n'entendait plus que la mastication du chocolat (ça fond lentement et ça colle aux dents). Notez que les adultes aussi se sont battus pour attraper les friandises ;-)
L'atelier de théorie, supposé plus calme, donnait aux bambins quelques rudiments d'aérodynamique. C'était surtout l'occasion de balancer un planeur de vol libre (incassable) le plus haut et le plus loin possible.
Finalement, à l'atelier de "baptême de l'air" les enfants pouvaient faire voler leur doudou à bord d'un gros Piper Cub tout jaune (comme il se doit). Les nounours embarquaient deux par deux pour un tour du terrain et plus si affinités. Aucun n'a été malade, ce qui arrange bien le pilote et prouve le courage de ces amis en peluche. Chaque enfant a donc reçu un brevet commémoratif et un autocollant du club pour orner le cartable, le vélo ou le frigo de la cuisine.

Et si c'était à refaire ?
Cette journée a été très enrichissante, tant pour les jeunes que pour le club. Cela dit, il faut tout de même reconnaître que ce n'est pas de tout repos. Entre la quiétude d'un modéliste pensionné et l'exubérance d'un gamin de dix ans, il y a plusieurs magnitudes de décibels et d'animation. Faire cohabiter ces deux mondes n'est pas mince affaire et exige une organisation sans faille et des règles très strictes. Par exemple, il faut éviter que des modélistes se présentent comme chaque weekend pour faire voler leurs avions en tous sens. Seuls les pilotes prévus pour les démos peuvent prendre l'air ce jour-là. La sécurité est bien entendu une priorité (voir cadre) et il ne faut pas hésiter à mobiliser quelques volontaires supplémentaires pour « faire la police ».
Autre souci majeur : la protection de l'environnement. Les planeurs de vol libre, emportés par le vent, se posent n'importe où : entre les modèles, les voitures, près du barbecue, sur la route... et aussi dans les champs. Vous imaginez aisément l'effet d'une dizaine de gamins fonçant droit dans les blés pour récupérer le jouet en criant "à moi, à moi !". Pas aussi dramatique qu'un nuage de sauterelles, mais tout de même... Ne vous faites pas d'illusions : crier, siffler et rappeler à l'ordre n'ont qu'un effet relatif et de courte durée ; les débordements sont inévitables. Il vaut donc mieux prévoir le coup et emprunter quelques « barrières anti-émeutes » à la municipalité.
Pensez aussi au ravitaillement des pilotes et animateurs bénévoles. Notre club étant généralement fréquenté l'après-midi, nous n'avons pas l'habitude d'y passer la journée complète. Un petit-pain-saucisse et une boisson offerts par le club sont bien plus sympas que des tartines rances et une bouteille d'eau tiède. Voilà de quoi motiver les volontaires à se manifester !
Donc pour l'année prochaine et forts de cette expérience, les Busards auront tout prévu : balisage, encadrement, apéro, saucisses et surtout pas mal de bonne humeur !

Sécurité: à revoir !

Notre club compte en moyenne quinze membres présents le weekend (sur une trentaine d'inscrits). La zone de parking et de montage, le local et les accès à la piste conviennent à l'usage que nous en faisons. Par contre, le terrain s'est avéré trop petit pour faire face à une meute d'enfants parfois très (trop) enthousiastes. Impossible de les reléguer derrière les treillis de sécurité : ils ont besoin d'espace pour courir, pour les rassemblements, les jeux, etc. Faute de mieux, c'est donc la zone située entre la piste et le parking qui a été transformée en cour de récréation. Les pilotes étaient postés directement sur la ligne de piste, ce qui les obligeaient à poser leurs avions quelques mètres devant eux. Malgré la vigilance des commissaires, il est arrivé que des enfants fassent la course entre les modèles au parking (horreur !) ou traversent la piste à la poursuite d'un planeur égaré... Par ailleurs, avec un terrain amputé de moitié et malgré la meilleure bonne volonté, les pilotes n'avaient pas la tâche facile. Des modèles ont survolé plusieurs fois les enfants et un appareil dévié à l'atterrissage a fini sa course littéralement dans les pieds des pilotes. Plus de peur que de mal, mais il est clair qu'il faudra trouver une autre solution pour l'année prochaine.

Contact : laurent.schmitz@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.