Home
Sujet ajouté le
10 janvier 2023
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských

Canadair CL-215

Bombardier pacifique

Présentation : Laurent Berlivet

Le Canadair CL-215 n'est pas un avion récent puisque son premier vol a été effectué en octobre 1967. Le succès n'a jamais été démenti et certains appareils volent encore sous divers horizons. La machine a évolué depuis cette date, notamment avec le CL-415 bien mieux motorisé avec des turboprops. Quelques autres appareils, rarement amphibie (Tracker, Dash 8), sont également utilisés pour la lutte anti-incendie mais le nom de Canadair est devenu si populaire qu'il est maintenant synonyme de bombardier d'eau, quel que soit le type d'avion. L'histoire qui a débuté voilà plus d'une demi siècle n'est pas terminée puisqu'à l'heure actuelle, le Canadair n'a pas de remplaçant.

Première séance de vol avec ce Canadair baptisé lors de la rencontre Hydravions de Val de Reuil, sur le lac de Lery-Poses.

Le modèle est construit d'après le plan de Steve Gray. Son fuselage distribué autour de 2010 par New Power Modélisme est moulé en fibre de verre, tout comme les nacelles et les ballonnets. La voilure est construite en structure balsa coffrée.

Le décor choisi, doté de nombreux marquages, reproduit les avions de la protection des forêts en Turquie.

Le modèle réduit qui nous intéresse aujourd'hui n'est pas tout récent lui non plus. C'est Steve Gray qui l'a conçu et qui a publié son article en 1980 dans la revue américaine Model Airplane News. Il a par la suite été au catalogue du MRA. François Brethiot, bien avant de créer New Power Modélisme, a réalisé un master puis un moule du fuselage, des nacelles, des capots et des ballonnets afin d'en tirer des pièces moulées en fibre de verre. Il aurait souhaité le produire en kit mais comme de nombreux autres projets, ça ne s'est pas fait. Il avait quand même fait fabriquer une série de pièces moulées.

Une autre vidéo avec poursuite en immersion. Un immense merci à Pynoyboy pour le suivi avec son kwad FPV.

Caractéristiques techniques
Envergure : 196 cm
Longueur : 136 cm
Poids : 5180 g
Surface : 52 dm²
Charge alaire : 99 g/dm²
  Moteurs : 2 brushless Roxxy C35-48-05
Contrôleurs : Roxxy BL-Control 755 S-Bec
Hélices : Master Airscrew 11x7 tripale (CC et CCW)
Batteries : EPS 4S2P 3750 mAh

C'est en 2010, peu avant qu'il ferme sa boutique que j'en ai acheté un et j'avoue que je me suis longuement demandé pourquoi après coup... Ce gros fuselage est resté pendant des années sur une étagère pour diverses raisons dont la principale était que les profils ne me plaisaient pas : ils semblent dessinées à la main avec pour l'aile un intrados plat sur toute sa longueur et pour le stab un symétrique avec l'épaisseur max située à 50% de la corde. J'ai bien à un moment commencé par redessiner des pièces mais elles ne seraient pas adaptées à l'assise sur le fuselage et au karman sur la dérive. J'ai donc abandonné l'idée mais j'ai quand même retracé certaines pièces à l'informatique afin de les faire découper au laser.

Le plan du Canadair CL-215 de Steve Gray, dessiné en... 1980 !

Je manque de place et il faillait donc que le modèle reste démontable. Pas question d'avoir un stab fixé à demeure sur ce fuselage monstrueux, ni une aile de 2 m en un seul morceaux, avec 2 énormes nacelles qui dépassent. Il a donc fallu adapter le plan. Ainsi, l'aile est en 2 morceaux réunis par une longue clé d'aile qui va plus loin que les nacelles. Le stab est lui aussi en deux parties et les ballonnets sont rendus amovibles. C'est ce que nous allons voir ici.

Ce Canadair CL-215 a été conçu démontable pour prendre le moins de place possible.
Aile et stab amovibles en 2 parties. Nacelles moteur démontables.

Construction

Les bords d'attaque et bords de fuite du stab sont entaillés pour le passage des nervures. Une baguette fixée au double-face sur la lame permet de limiter la profondeur de coupe.

Des cales de la hauteur du futur coffrage sont glissées sous les nervues. On voit le fourreau de clé d'aile en fibre de verre. A droite, ponçage du faux bord d'attaque. Le ruban adhésif évite d'attaquer les nervures par mégarde.

L'aile possède des cloisons à l'extrados. Elles sont découpées dans de la carte plastique, et rendues démontables. Elles seront simplement emprisonnées entre 2 nervures.

Les ailerons et volets ne sont pas alignés, d'où le décrochement. Au niveau des volets à fente, la cloison est d'ailleurs fortement inclinée.

Tous les renforts sont intégrés. Contre-plaqué au bord de fuite à l'emplanture, c'est là que viendra la vis de fixaion d'aile. Les platines support servos sont également glissées entre les nervures et solidement collées.

Support ballonnets

Même si mon Canadair ne volera (pour le moment) qu'en hydravion, les ballonnets sont rendus amovibles. Des demi-nervues traversées par 3 tubes sont intégrées près des saumons. Les ballonnets reçoivent 2 tiges en jonc carbone. Celui de l'arrière fait toute la hauteur et vient en appui contre le fond du ballonnet pour apporter de la rigidité. Entre les deux, un long écrou est noyé pour revevoir une vis de 3 mm.

Après coffrage de l'intrados, ne pas oublier de repercer les trous pour le passage des joncs et de la vis.

Les joncs carbone prennent sur toute la hauteur de la nervure. Ca tient déjà bien en force mais une vis placée par l'extrados assure une totale sécurité.

Volets

Renfort au passage de la vis de fixation d'aile et mise en place des charnières à axe déporté pour les volets. On voit aussi le fourreau en alu de la seconde clé d'aile à l'arrière.

L'articulation de volet doit être bien alignée sur toute sa longueur. Un jonc carbone glissé dans l'axe permet de s'assurer que tout s'articule sans forcer.

Une fois le volet sorti, on voit la large fente créée entre l'aile et la gouverne.

Câblage

De nombreux câbles courent à l'intérieur de l'aile : servo d'aileron, de volet, contrôleur mais aussi alimentation du moteur. Des ferrites sont ajoutées côté amplanture.

L'emplacement des câbles doit être bien repéré avant de placer le coffrage supérieur. Les renforts de fixation des nacelles ont également été mis en place. Des magazines sont bien pratique pour coffrer l'extrados, avec l'aile qui ne repose pas complètement sur le chantier à cause des charnières déportées.

Mise en croix durant la construction, pour s'assurer que tout s'assemble correctement... et pour rester motivé !

Les saumons sont de gros blocs de balsa léger. Ils se prolongent jusqu'au bord de fuite de la gouverne.

Côté intrados, la mise en forme sera facile, c'est tout plat. Il faudra par contre un ponçage efficace à l'extrados.

Les charnières à axe déporté ont été réalisée en contre-plaqué multiplis. Pour les protéger de l'humidité, elles ont reçu plusieurs couches de bouche-pores puis de la peinture, posée avant entoilage.

Les cadres de servos ont été imprimés en 3D avec du filament de PLA.

La platine supportant les écrous de fixation d'aile est bien large pour répartir les efforts sans créer de points faibles sur le fuselage fibre. Elle est en contreplaqué aviation de 5 mm.

Les deux packs de la batterie pèsent entre 800 et 900 g. Il faut donc prévoir une platine solide pour la recevoir. J'ai récupéré une mousse plastifiée très rigide servant de panneau publicitaire. Ca ressemble à du carton plume mais ça n'a rien à voir. La mousse à l'intérieur doit être du polyuréthanne et les peaux extérieurs sont en plastique dur.

Une âme vient en appui contre l'arête du fuselage et dépasse largement au niveau du nez pour permettre un calage précis et solide.

Malgré la forme, aucun risque que ça se gondole... Une large bande de Velcro adhésif est collé sur une bonne longueur. De chaque côté, deux baguettes sont collées, emprisonnées par des boulons. Elles reçoivent des crochets où viendront se prendre de gros élastiques. Ainsi, les deux packs ne pourront vraiment pas bouger. La platine est collée dans le fuselage puis une bande de tissu de verre de 5 cm de large, pliée à l'équerre, recouvre la jonction sur toute la longueur.

Le stab est prévu démontable. Pour le recevoir une platine est confectionnée autour des fourreaux en alu. Elle viendra se glisser dans la dérive au niveau des karmans. A l'intérieur, des prises Multiplex sont emprisonnées. Elles permettront une connexion "automatique". Bien repérer les branchements avant de les noyer... Comme il y a 6 broches pour seulement 3 fils destiné au servo, elles sont réunies deux par deux.

D'un côté, elles sont collées à l'époxy aditionnée de micro-ballons. De l'autre, c'est de la colle au silicone qui permet de donner un peu de souplesse lors du branchement et d'éviter tout mauvais contact. Les câbles allant au récepteur ont par la suite été recoupés pour ne conserver d'un seul +, un - et le signal de profondeur.

Finition et décor

Un peu de peinture sur les pièces en plastiques ou en bois restant visibles. L'extrados de l'aile a nécessité un peu de mastiquage pour venir épouser la forme du fuselage. Le scoct noir est ici posé pour protéger le fuselage lors du ponçage.

Le décor a été découpé à l'informatique puis découpé dans du vinyle à l'aide d'une petite machine numérique Silhouette SD.

Comme j'aime bien les décos un peu "chiadées" avec de la lecture et des détails, je me suis inspiré des avions de la protection civile des forêts en Turquie.

Les logos et drapeaux ont également été retracés avec des fichiers pour chaque couleur.

Les différents morceaux sont échenillés puis superposés sur le fond.

Le film transfert permet une pose précise, en une seule fois. Il est bien sûr retiré une fois l'autocollant appliqué.

Les moteurs n'étant pas assez longs pour que les hélices ne frottent pas sur les capots, des entretoises ont été découpées dans du contreplaqué de 15 mm d'épaisseur. Elles sont prolongées pour servir également de fixation aux capots qui seront tenus par 3 vis.

Le moteur est tenue par de longueurs vis qui traversent la nacelle et viennent se serrer dans des écrous noyés dans un couple, placé à l'intérieur.

Roues factices

Les roues n'ont aucun rôle à part celui d'apporter un peu de réalisme. Elles n'ont donc pas besoin d'être solides, et comme un avion vole mieux s'il est léger, elles ont été confectionnées dans de la mousse de Sturofoam tournée à la perceuse.

Peinture noir mat pour le pneu, gris argent pour la jante. C'est bien suffisant pour l'illusion. Et côté poids, ça ne sera pas pénalisant puisque chacune pèse un peu plus de 3 g.

Sortie des commandes de profondeur, avec des mini-servos installés directement dans l'épaisseur. Le guignol (un peu long) est en époxy de 2 mm.

Détail des connecteurs noyés dans l'emplanture des demi-stab et dans la dérive.

Le branchement se fait naturellement lors de la mise en croix.

Le servo de dérive est monté sur une robuste mais légère platine confectionnée à l'aide de planchettes enveloppant un croisillonnage en baguettes. Deux cloisons sont intégrées contre les flancs afin d'éviter les déformations du fuselage. Les commandes sont en câble métallique. Au niveau de leur sortie à l'arrière, une portion de tube est collée à l'époxy pour assurer l'étanchiété.

L'alimentation est confiée à 2 packs Li-Po 4S de 3750 mAh montés en parallèle. Ainsi, les moteurs tirent simultanément sur les packs et ne risquent pas d'en décharger un plus que l'autre. Effectivement car les moteurs sont combinés à la gouverne de direction et il arrive de devoir les solliciter différemment lors de la navigation par vent de travers.

En plus de reposer sur un lit de Velcro, ils sont maintenus par des élastiques. Les connecteurs XT-60 sont branchés sur les contrôleurs.

Le décor est posé, l'hydravion a de l'allure... et prend déjà une place folle...
Quelques détails

Les lignes de structure ont été gravées dans le moule mais elles sont finalement peu visibles.
Un jus de peinture a été appliqué au pinceau puis essuyé aussitôt pour ne salir que les rainures, en balayant la surface dans le sens du vol.

La roue en mousse est collée au double-face mousse sur le flanc. A droite, commande d'aileron en prise directe.

Tourillon au bord d'attaque de l'aile. Le récepteur et son satellite sont fixés sur du Velcro à l'emplanture d'une demi-aile.

Les nacelles sont tenues par 2 vis nylon à l'intrados et 2 tourillons au bord d'attaque.

Les contrôleurs Roxxy BL-Control 755 S-Bec sont un peu perdus, tout seuls dans les nacelles.

Sur l'un d'eux, le fil + est retiré afin de neutraliser un BEC car un seul suffit pour alimenter la radio. L'intéreieur des capots est peint en noir mat pour donner une impression de prodonfeur.

Les hélices tournent en sens contraire afin d'annuler les effets de couple. Elles tournent de façon à éjecter les embruns vers les bouts d'ailes.

Cloison d'aile amovible. Ce n'est pas pour la place que ça prend mais simplement pour pouvoir les remplacer en cas de casse.

Volet rentré... et sorti avec une commande très courte..

Les clés d'aile en carbone. Une grosse de 16 mm et l'autre de 6 mm.

Installation des ballonnets : deux tiges en carbone enfoncées par l'intrados.

Une fois plaqué, ça tient déjà très bien en force. Par sécurité, une longue vis de 3 mm glissée par le dessus vient se prendre dans un insert noyé dans le ballonnet.

En vol

 
Première séance de vol avec ce Canadair baptisé lors de la rencontre Hydravions de Val de Reuil, sur le lac de Lery-Poses. Belle ambiance et très chouette endroit pour essayer un nouveau modèle.

 
L'avion est très maniable et très sain. La charge alaire est d'environ 100 g/dm² pour cet avion de 2 m d'envergure.

 
La motorisation très efficace est confiée à 2 moteur brushless Roxxy C35-48-05 qui entrainent des hélices 11x7 tripale, l'une avec pas à gauche, l'autre à droite (CC et CCW) afin d'éliminer les effets dus au couple. Les batteries EPS sont des 4S2P 3750 mAh qui autorisent des vols de 20 minutes.

 
     
Non, un moteur n'a pas calé... C'est la combinaison débrayable du mixage des moteurs avec la gouverne de direction.

Ce qui est beau aussi en hydravion, ce sont les gerbes d'eau au décollage et à l'amerissage.

Finalement, je ne regrette pas cet achat. Ce que je regrette un peu, c'est de l'avoir laissé 10 ans sur l'étagère car ce Canadair est un appareil très sain, bien motorisé avec une durée de vol importante. Les couleurs sont assez chatoyantes. Le comportement sur l'eau est correct avec les moteurs combinés sur l'axe de lacet pour un taxiage plus facile. Il déjauge rapidement. Seuls les amerrissages sont un peu délicats car il y a une nette tendance au rebond mais ça doit pouvoir s'arranger en dosant bien les volets, légèrement sortis avant d'arrondir et complètement baissés dès le toucher de l'eau.

Caméra embarquée contre un ballonnet et sur la dérive pour des angles de vues originaux.

Courrier reçu le 12 janvier 2023

Version CL-415

Bonjour Laurent,

Il y a une petite dizaine d'années, avec un fuselage de Canadair CL215 de chez New Power acheté sur Leboncoin, j'ai construit un Canadair CL415 de 2 mètres d'envergure.
Je suis parti d'un triptyque et de photos pour sa construction.
La voilure est en polystyrène coffré. J'ai refait et thermoformé de nouveaux capots moteurs.

spacer

A ce jour, je n'ai pas encore collé le dôme sur le bord d'attaque de la dérive.
Il pese 4945 g, il est équipé de 2 brushless Protronic DM2825-650 en 4S 5000 mAh, pour une autonomie d'environ 15 mn.

spacer
spacer

C'est Thierry Martinet du club qui a fait la décoration en vinyle. Il est plus beau qu'un grandeur, même neuf.
Les photos sont prises sur le lac du Sautet dans le sud de l'Isere.
Bonne journée.

Gérard Prat

Contact : laurent@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page