Home
Sujet ajouté le
8 mai 2018
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google
Saab AJSF37 « Viggen »

Saab AJSF37 « Viggen »

Présentation : Nila

Connaissez vous aerotetris.com ? Si vous êtes un aéromodéliste, fan des puzzles et qui aime passer du temps à bricoler, ce site va vous combler. On y trouve toutes sortes d'avions en polystyrène extrudé, découpés à la CNC. Il y en a pour tous les goûts, du petit Polaris de 76 cm à l'énorme Antonov 225 de 3,60 m d'envergure, un puzzle de plus de 700 pièces...

Joli tas Découpage fil chaud
Impressionnant   399 pièces
Mieux vaut aimer les puzzles et être organisé pour se lancer dans la construction d'un kit Aerotetris. Tous les morceaux sont découpés dans des planches de styro. (Photos aerotetris.com)

Caractéristiques techniques

Modèle : JA-37 Viggen
Prix : 199 € (port compris pour l'Europe)
Longeur : 178 cm
Envergure : 122 cm
Surface : 49,5 dm²
Nombre de pièces : 399
Longueur de découpe CNC : 1826,85 m
Poids des morceaux : 718 g
Poids fini avec 1,6 l de carburant : 5,900 kg
Réacteur : 4,5 kg de poussée


Passage plein badin Train rentré
Caméra embarquée   Vue vers l'arrière

Je me suis laissé tenter par le Saab Viggen, d'une envergure de 1,22 cm pour 1,80 cm de long. Dix jours après la commande et payement Paypal (199 euros port compris pour l'Europe) le colis relativement petit, 65 x 65 x 25 cm, m'a été livré. Petit bémol, un des coins du colis était légèrement défoncé, ce qui a endommagé quelques pièces, mais rien d'irréparable.
A l'intérieur du colis se trouvaient 4 plaques de 60 x 60 x 5 cm découpées proprement à la CNC. La première plaque contient toutes les pièces du fuselage côté droit, la seconde celles du côté gauche et les deux dernières pour les ailes, les canards et la dérive.
Les instructions de montage sur le site AeroTetris.com conseillent de marquer les pièces et de les retirer des plaques. Excellente idée pour les férus de puzzles qui aiment se retrouver avec un tas de pièces dans le désordre, dont certaines presque similaires.
J'ai préféré marquer les pièces et disposer les plaques entières de chaque côtés de mon plan de travail. Étant donné qu'elles sont découpées avec le même schéma, mais en effet miroir, cela m'a permis de construire le fuselage sans avoir à perdre trop de temps dans la recherche des pièces.
Ces pièces précisément découpées s'assemblent bien avec de la colle blanche et des épingles. Il faut juste veiller à contrôler que le fuselage soit bien rectiligne tout au long du montage.
Pour les ailes, le canard et la dérive, après marquage, on peut tout sortir d'un coup car les pièces sont facilement identifiables.

Étant donné que le kit contient uniquement des pièces brutes (seuls les trous pour les clés d'ailes sont découpés), ça demande une certaine expérience pour mener à bien la construction, y intégrer les trains, le support pour la propulsion, les articulations des gouvernes et les renforts afin que le volatil n'éclate pas en plein vol.

Dans l'ensemble, les formes de l'avion sont proches du grandeur, si ce n'est l'absence des décrochements des bords d'attaques. Dommage pour l'esthétique.

Colis ouvert Repérage
Déballage. Attention lorsque vous retirez les plaques car certaines pièces ont tendance à s'échapper.   Pour chaque plaque, une photocopie indique les numéros des pièces à devoir reporter sur le polystyrène.
Pièces repérées Assemblage
Le marquage des pièces est quelque peu laborieux.
On s'égare vite dans ce fouillis de formes.
Avant le marquage, on peut donner un coup de papier sablé pour dépolir les surfaces qui seront à coller.
C'est plus rapide que de le faire une à une par la suite.
  Les plaques contenant les pièces gauche et droite du fuselage sont disposées de chaque cté du plan de travail. Ça permet un accès plus rapide aux 399 pièces que compte ce kit. J'ai uniquement marqué les pièces de la plaque de gauche et pour éliminer l'effet miroir, la plaque de droite a été retournée. Ainsi les pièces se trouvent à la même place sur les deux plaques, ça facilite grandement leur repérage.
Tronçon de fuselage Assemblage
Il n'y a plus qu'a puiser dans les plaques pour former et coller patiemment les segments.
La flèche indique le trou de passage pour un tube de fibre de carbone de 10 mm qui court de la canopée à la queue du jet.
  Beaucoup de pièces de ce puzzle se ressemblent. Lors de l'assemblage des segments, on peut joindre les parties gauche et droite afin de vérifier leurs exactes similitudes.
Partie avant Couples et renforts
Une fois la colle sèche, les segments sont ajoutés au corps de l'avion, qui prend forme.   Des couples en contre-plaqué ont été ajoutés entre certains segments, comme ici pour le support du train avant et dans le but de rendre le nez de l'avion amovible.
Vue intérieure Cabine
Vue depuis le cockpit sur les couples qui supporteront le train avant.   Le cockpit doit être dessiné et découpé. Ensuite il faut imaginer un système pour le rendre amovible, sans qu'il se fasse la malle durant les prises de vitesse en vol.
Support réacteur Voilure
Les couples pour le support des trains principaux et de la propulsion sont intégrés au fur et à mesure du collage des segments. A chacun d'estimer leur emplacement. Dans un premier temps, j'ai mis la propulsion à 40 cm de la queue du Viggen car en plaçant le réacteur plus arrière, je craignais de devoir plomber l'avant pour équilibrer l'engin. Finalement, j'ai pu mettre le réacteur complètement à l'arrière, ce qui évite d'utiliser une pipe d'échappement. C'est tout bénéfice, moins de poids et plus de puissance.   Après numérotage, les pièces composant les ailes sont sorties de la plaque.
Dans cette plaque, on y trouve aussi quelques pièces du fuselage et celles pour le gros réservoir ventral que je n'ai pas intégré au modèle.
Aile
Les pièces des ailes sont ensuite disposées sur un plastique et collées à la colle blanche. La surface du collage assez conséquente demande un temps de séchage bien plus long que pour les pièces du fuselage.
Il est possible d'augmenter l'envergure de l'avion de 16 cm, passant ainsi de 1,22 m à 1,38 m. Sur la photo, la ligne noire définit l'emplacement de la coupe conseillée par le fabriquant. La rouge, celle que j'ai choisie pour augmenter l'envergure. La corde de l'aile est un peu plus longue, mais en mettant le surplus coté bord de fuite cela ne pose pas de problème et l'esthétique générale de l'avion n'est pas dénaturée. Juste un peu plus de portance.
Stabs canard Clés d'aile
Le collage des canards et de la dérive ne posent aucun problème particulier.   Deux tubes de carbone de 12/10 mm sont intégrés au fuselage. Ils reçoivent les clés
d'ailes en tube de carbone de 10/8 mm. Les supports de train principaux sont fixés sur un couple de contre-plaqué de 3 mm.
Renfort sous le fuselage

Les ouvertures pour les trains sont à découper. Pour la solidité, deux mèches de fibre de carbone sont collées à l'époxy sous le ventre de l'avion. Elles courent du support du train avant à celui du principal.
Un tube de fibre de carbone de 5 mm fait office de clé pour les canards. Il traverse le fuselage de part en part.

Marouflage tissu de verre Finition en cours
Après un ponçage pour niveler les jointures des multiples pièces qui composent l'avion, toute la structure reçoit une couche de fibre de verre de 50 g/m², posée à l'époxy diluée avec 4% de méthanol. Elle se pose facilement en la lissant avec une veille carte bancaire. Certains disent que ça va mieux avec des cartes Gold.
Une fois le tissu de verre posé, une deuxième séance de ponçage s'impose. C'est vite dit comme ça mais ça prend nettement plus de temps...
Couche d'apprêt Nez amovible
Puis une troisième séance de ponçage après la première couche d'apprêt.
Le compartiment avant reçoit les batteries de réception, de l'alimentation du réacteur et de l'afterbruner. La fermeture du cône du nez est guidée par deux pines de jonc de fibre de carbone et reste solidaire au fuselage par deux paires d'aimants récupérés sur un vieux moteur brushless.
Cockpit ouvert Réacteur et anneau de post-combustion
Aménagement du cockpit. La place ne manque pas pour y loger une grosse batterie, dans le cas d'une propulsion électrique.   La tuyère du réacteur affleure la fin du fuselage. Pour donner un peu plus de réalisme en vol, une couronne de leds, protégée thermiquement par une bande de feutre céramique, est installée pour simuler la postcombustion.
Intallation radio Cabine
Deux morceaux de Depron de 6 mm ont été collés à l'intérieur du fuselage de part et
d'autres de l'ouverture de la verrière pour la caler latéralement.
  Un tube de carbone à l'avant et une paire d'aimant à l'arrière assurent la fixation de la verrière.
Téton de calage Plat de calage
Si on opte pour des ailes démontables, les clés d'ailes se trouvant très en arrière, il est nécessaire de mettre un solide téton de calage à l'avant. Initialement, j'avais fait une fixation d'aile près du bord d'attaque (1) mais après réflexion j'ai eu un doute que sa surface de collage à l'aile ne soit suffisante pour résister aux contraintes du vol.
J'ai pris alors l'option d'un plat de 100 mm de long en contre plaqué de 2 mm. J'ai utilisé des chutes laminées à la fibre de carbone qui traînaient dans mes tiroirs, mais juste du contre-plaqué 2 mm, voire même du 1,5 mm, suffit largement.
Le plat de calage de l'aile s'insère dans un petit bâti en contre-plaqué de 1,5 mm intégré au karman.
Passage pour le train Train d'atterrissage
L'intégration du train principal n'est pas facile à cause de la faible épaisseur de l'aile.
La matière a dû être creusée jusqu’à la peau de fibre de verre de l'extrados et malgré cela, les mécaniques de trains dépassent légèrement à l'intrados.
Trian rentré Ca dépasse un peu
Cette faible épaisseur d'aile ne favorise pas l'intégration du train lorsqu'il est rentré.
Si les roues sont cachées par le bossage ventral, il n'en va pas de même pour les jambes.
Il y aurait moyen de faire mieux, en fabricant une platine de train qui épouse la forme des jantes et des roues. La platine utilisée est faite de tubes carrés de fibre de carbone de 10 x 10 mm.
Cette solution minimaliste n'est pas des plus esthétique mais en vol ça passe inaperçu.
Pilote et avion

Cette construction est vraiment légère. En état de vol, avec 1,6 litre de carburant, le JA37 pèse 5,900 kg. Ce qui donne à ce Delta de 1,38 m d'envergure, une charge alaire de moins de 100 g/dm².

Côté gouvernes, c'est du minimalisme, avec un servo de 22 g Corona CS 239 HV par evelon. Et un servo 13 g pour la roulette de direction.

Finition Joli décor
En cherchant sur le Net une idée de livrée sympa pour le Saab, j'ai eu un coup de cœur pour l'Akktu Stakki (Prendre la piqûre...).   Les ouvertures de l'inverseur de poussée tombent pile pour nourrir le réacteur en oxygène. L'ouverture du dessous a été fermée pour éviter au réacteur d'aspirer des impuretés.
Vu de dessus
Pour minimiser le poids et simplifier, j'ai pris l'option d'une dérive et de canards fixes. Sur le grandeur, les surfaces mobiles des canards ne font que s'abaisser, servant uniquement a créer un vortex qui augmente la portance à basse vitesse. Mais avec la faible charge alaire de l'engin, on peut s'en passer.
Au passage, on remarquera que les 16 cm de plus d'envergure ne dépareillent pas le look si particulier du Viggen.
Pour qui souhaiterait se lancer dans une construction tout fibre, ce kit (et certainement d'autres d'Aerotetris) pourrait être une bonne alternative pour la fabrication d'un master.

Plein pot Passage piste

Lors du premier vol, j'ai dû très fortement trimer la profondeur à cabrer. Sans doute le calage des ailes ou du canard ? Pourtant les emplantures des ailes et des canards sont bien alignées avec les karmans...
Avec sa faible charge alaire, ce jet se comporte un peu comme un parkflyer. Il est plus agréable à voler par temps calme. Ceci dit, des vents de 30 km/h ne lui font pas peur. Il est capable de voler très lentement et d'évoluer dans un espace restreint. Les 360° tournent sur moins de 100 m. Les looping passent bien, ils peuvent êtres serrées comme des flips. L'avion se retrouve alors pratiquement à l'arrêt en sortie de boucle, sans tendance à embarquer sur une aile. Si on insiste, il finit par faire une abattée d'une dizaine de mètres bien à plat. C'est vraiment un gentil... Avec le réacteur de 4,5 kg de poussée, la vitesse de vol est réaliste. Les prises de vitesse à plat ne posent pas de problèmes, par contre une descente plein badins à 30° engendre un léger flutter des canards.

Atterrissage Caméra embarquée
Coté atterrissage, c'est une formalité. l'avion est facile à piloter et pardonne beaucoup.   Un petit tour en caméra embarquée avec la ville de Rose Hill en ligne de mire.
Plien pot Vue embarquée
Et un passage piste plein badin.

Contacter le signataire : Nila

Passage devant le pilote
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page