Home
Mis à jour le
23 juin 2010
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google
Up Coupe de France 2010 de vol relatif au Blanc Prev Next Slideshow

Page | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |


Le "vol relatif", c'est une discipline du parachutisme qui consiste à réaliser un maximum de figures imposées en chute libre dans un temps imparti. Les équipes sont composées de 4 ou 8 chuteurs et d'un vidéo-man qui rapportera des images numériques au sol que les juges utiliseront pour noter la prestation. De la qualité des images dépendra la note car ces dernières sont prises en compte pour la notation.
La durée pour effectuer ces figures est de 35 secondes en VR4 et de 50 secondes en VR8.

La Coupe de France 2010 s'est déroulée du 10 au 13 juin au Blanc (36), club réputé qui totalise plus de 25 000 sauts par an.

Vu du sol, le VR n'est pas forcément la discipline du parachutisme de compétition la plus spectaculaire. L'avion a mis près d'une dizaine de minutes pour atteindre 4 000 m, il n'est déjà pas bien grand, et survole parfois les nuages. Mais en étant attentif, et c'est encore mieux si on est équipé de jumelles ou d'un téléobjectif, on devine juste après que le moteur soit passé au ralenti les sauteurs qui s'accrochent à l'extérieur contre une des parois de l'avion afin d'effectuer un départ groupé.
Quelques points noirs qui tombent, ce sont les chuteurs qui se mettent aussitôt en place pour réaliser les premières figures. S'aidant de leurs membres pour s'appuyer sur l'air et s'accrocher les uns aux autres, les paras se placent de façon à former des assemblages géométriques, seuls, à deux, trois, quatre ou huit. Le vidéo-man qui a sauté juste après se détache un peu au-dessus d'eux tandis que l'avion est déjà loin. La chute se fait à 200 km/h, les points noirs grossissent à vue d'œil, et on arrive très vite à visualiser les figures sans instrument. Cercles, tridents, alignements, tout s'enchaîne sans hésitation, jusqu'au moment où l'ordre est donné de se séparer. Là, c'est l'éclatement, comme le font les patrouilles de voltige ou les feux d'artifices, avec des points noirs qui s’éparpillent dans toutes les directions. Et soudain, c'est l'explosion de couleurs. Les voiles claquent et le ciel se couvre de petits rectangles multicolores qui semblent vouloir remplir tout l'espace. Quelques virages serrés mangeurs d'altitude pour certains, d'autres préfèrent savourer le vol plané, puis les voiles se rapprochent du sol l'une après l'autre dans un bruit de claquement de drapeau. Le parachutiste ramène ses bras vers le bas, creusant l'arrière de son aile afin de ralentir la vitesse, et l’arrondi se fait tout en douceur pour finir quasiment à l'arrêt, posé comme une fleur sur le plancher des vaches. D'autres plus téméraires arrivent plein badin, frôlant les toits ou les ailes des avions, ou effectuant de longues glissades tangentielles au carré d'herbe tendre qui borde les bâtiments du centre de parachtisme du Blanc.
Le vidéo-man arrive le dernier puisqu'il avait ouvert plus haut que tous les autres. Il lui reste à remettre ses vidéos et à attendre le verdict des juges.

Après chaque saut, on voit bien dans les yeux des paras qu'ils sont encore un peu en train de planer, et qu'ils ne demandent qu'une chose : y retourner !

Il reste cependant à replier soigneusement la voile suivant une procédure bien établie. Certains s'en chargent eux mêmes, d'autres le font faire. Pendant ce temps, les équipes continuent à s'entrainer au sol, allongées sur des planches à roulettes, pour une étonnante chorégraphie. Les avions - Cessna Caravan, Dornier Do-28 et plus occasionnellement dans ce genre de manifestation les Pilatus PC-6 - continuent leurs va-et-vient, escaladant le ciel le plus vite qu'ils peuvent et, après avoir largués leur cargaisons d'hommes volants, redescendant sous des pentes impressionnantes.
A les voir, on se sent pousser des ailes et on a hâte de faire le grand saut pour s'appuyer sur l'air, pointer la tête pour accentuer la vitesse, bouger ses mains, ses bras, et tout le reste pour se diriger, se retourner, culbuter et voltiger... Se sentir libre comme l'air, découvrir de tout son corps tel Jonathan Livingston le goéland le véritable sens du mot "voler".

D'ailleurs, le refrein qu'on entend, c'est que "seuls les parachutistes savent pourquoi les oiseaux chantent..."

Laurent Berlivet

parachutisme_le_blanc_029
parachutisme_le_blanc_015
parachutisme_le_blanc_199
parachutisme_le_blanc_048
parachutisme_le_blanc_023
parachutisme_le_blanc_086
parachutisme_le_blanc_087
parachutisme_le_blanc_017
parachutisme_le_blanc_011
parachutisme_le_blanc_012
parachutisme_le_blanc_037
parachutisme_le_blanc_126
parachutisme_le_blanc_118
parachutisme_le_blanc_024
parachutisme_le_blanc_132
parachutisme_le_blanc_142
parachutisme_le_blanc_144
parachutisme_le_blanc_143
parachutisme_le_blanc_004
parachutisme_le_blanc_003
parachutisme_le_blanc_049
parachutisme_le_blanc_050
parachutisme_le_blanc_010
parachutisme_le_blanc_006
parachutisme_le_blanc_009
parachutisme_le_blanc_051
parachutisme_le_blanc_008
parachutisme_le_blanc_052
parachutisme_le_blanc_053
parachutisme_le_blanc_054
parachutisme_le_blanc_055
parachutisme_le_blanc_007
parachutisme_le_blanc_013
parachutisme_le_blanc_014
parachutisme_le_blanc_016

Contacter l'auteur : laurent@jivaro-models.org


jivaro-models.org

Nombre total d'images: 199 | Dernière mise à jour: 22/06/10 22:49 | Créé avec JAlbum & Chameleon | Aide