Home
Sujet ajouté le
17 juin 2007
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 
   
Présentation : Pascal Bourguignon
Photos : Laurent Berlivet

 

“Coup de foudre pour le T-Bolt”

Parmi les appareils les plus construits par les Américains pendant la Seconde Guerre mondiale, le Republic P-47 Thunderbolt reste de loin en première position. Très convoité pour l’escorte à haute altitude, il excelle également dans les attaques au sol grâce à ses huit redoutables mitrailleuses lourdes. S’il a été décliné en plusieurs versions, celle qui a retenu mon attention est la version D avec sa verrière en forme de goutte d’eau.

Le vol inaugural eut lieu le 6 mai 1941 sous la direction de son concepteur, Alexander Kartvely. Ce n’est qu’en 1943, après quelques modifications que le Thunderbolt va être envoyé sur le théâtre des opérations en Europe. Le mastodonte ainsi désigné car pas très maniable en combat aérien révéla un très faible rayon d’action et fut de ce fait moyennement efficace pour ses premières missions d’escorte. Il sera à nouveau modifié sur toutes ses coutures et il deviendra le mythe que l’on connaît aussi bien en Europe que dans le Pacifique.

Le kit
Comme à l’accoutumée, le fabricant tchèque a soigné l’emballage. Pas de mauvaises surprises à ce sujet car tout a été pensé pour éviter les mauvaises rencontres sur l’emballage, superbe sérigraphie, on est mis tout de suite dans le bain.
En ce qui concerne le P-47, Alfa Model le décline en plusieurs versions, toutes ne sont pas disponibles au moment où j’en ai fait l’acquisition. La première version, la plus répandue, est entièrement montée. La seconde se compose d’un fuselage tronqué au bord de fuite, ce qui a réduit considérablement le boîtage. La dernière version est elle constituée d’un fuselage classique avec aile démontable. Je me suis arrêté sur la seconde version pensant que j’allais monter et démonter mon modèle à loisir. J’avoue qu’une fois monté, il prend si peu de place que vous allez vite l’oublier tel quel.


Le contenu du kit.
Dans la version essayée, le fuselage est en deux parties, l'aile reste solidaire de l'avant.

En ouvrant la boîte
Placé bien en évidence, vous avez un fuselage tronqué flanqué de son aile d’une seule pièce. Et tout ceci est bien emballé et protégé. Juste à côté, la partie arrière du fuselage, les empennages sont montés d’usine. Dans un sachet à part, quelques éléments d’accastillage complètent ce kit. Le capot moteur, une pièce de dérive ainsi que le pilote sont livrés en plastique moulé. La notice est en anglais mais accompagnée d’un remarquable écorché suffisamment détaillé pour mener à bien l’ouvrage. Pour finir, il y a une planche de décalcomanies pour réaliser la déco Penguin.


Le P-47 se reconnaît au premier coup d'oeil
avec son énorme fuselage et son aile semi-elliptique.
Le kit Alfa Model est en Dépron soufflé.

Les lignes sont vraiment superbes. L'état de surface du matériau est marqué avec finesse.

Le montage
En quelques heures, ce sera une affaire classée. Le degré d’avancement du kit vous laissera plus de temps pour modifier ou améliorer votre avion. Commencer par monter le servo de profondeur. Sur l’écorché, on vous montre le servo collé dans le couple de fixation du fuselage sur la partie avant. J’ai préféré le monter plus avant sur le flanc du fuselage pour des raisons de centrage. Je trouvais sa position très arrière par rapport à la première motorisation utilisée. Donc, j’ai préparé une petite pièce en contre-plaqué sur laquelle vient se visser le servo. Ensuite, une petite pièce en contre-plaqué positionnée à l’arrière du servo immobilise la gaine de commande. J’ai modifié également le montage du servo d’ailerons. Je le trouvais dans une position pour le moins inconfortable alors pourquoi ne pas le monter directement à plat au centre de l’aile. Pour ce faire, j’ai agrandi l’ouverture et j’ai collé une platine en contre-plaqué de 1,5 mm. Le servo est vissé à plat et la commande se retrouve ainsi sans points durs. Passons à la fixation moteur, là également il y a un peu de modifications à faire. La cloison pare-feu a été très largement surestimée. Trop solide car tout autour, c’est du polystyrène extrudé et c’est en plus beaucoup trop lourd. J’ai décidé d’en supprimer une bonne partie à l’aide d’une micro scie sauteuse, j’ai gagné 20 g, ce qui n’est pas mal. Ensuite, j’ai confectionné un couple beaucoup plus léger en contre-plaqué de 1,5 mm sur lequel j’ai monté le moteur. Dans la foulée, le tout est positionné et collé sur la cloison pare-feu à l’époxy 5 mm. L’essentiel étant terminé, vous pouvez assembler le fuselage, il vous suffit de mettre en place les 3 vis plastique, de bien caler les deux parties et de visser le tout. La platine support de batterie est collée à l’aplomb du bord d’attaque de l’aile.


Les Li-Po 1600 mA autorisent des vols
de longue durée : 20 minutes à voltiger.
On voit que le servo de profondeur a été déplacé dans la partie avant de l'avion.

L'imposant capot dissimule un faux moteur
en plastique moulé.

Avec ou sans vitamines
Lors du montage du modèle, j’avais dans l’idée de faire un modèle simple avec une motorisation standard. NPM sortait dans la même période le Booster 04. L’équipe m’en a confié un pour le tester et je fus agréablement surpris par les qualités de ce moteur peu onéreux, le prix avoisine les 30 €. Je vous préviens de suite, sur le P-47, ce n’est pas un foudre de guerre mais pour le modéliste lambda, c’est tout à fait ce qu’il faut.


Au fond se cache le Typhoon 15/10 avec lequel l'avion grimpe à la verticale sans s'arrêter.
Pas très réaliste mais tellement plaisant...

Le fuselage reste démontable au niveau de la jonction par couple, mais la relative petite taille de l'avion permet de le stocker en une pièce.

Par la suite, je m’ennuyais un peu, alors j’ai décidé de le survitaminer. J’ai remplacé le Booster 04 par un Typhoon 15/10 d’origine Plettenberg. Là, ça n’est plus la même chanson. Le test de consommation révèle une augmentation de 300% par rapport au premier moteur. Ce qui vous donne 23 ampères en pointe au statique. Par contre, l’avion est transformé, il ne tient plus en place. Pour l’avoir utilisé sur d’autres modèles, j’ai monté un variateur de 15 A, c’est le Sinus 25 de chez Wema à la programmation ludique. Pour les servos, ils sont au nombre de deux. Des 9 g classiques font l’affaire, il faut simplement vérifier que le retour au neutre se fait normalement, surtout aux ailerons car ça tire pas mal.


Bien que déjà décoré autrement à la livraison,
le modèle présenté a été repeint en s'inspirant du thème Tarheel Hal beaucoup plus coloré.

La livrée “Tarheel Hal”
Je n’ai vraiment pas de chance avec les décorations... Soit elles ne me plaisent pas ou alors j’en découvre dans ma bibliothèque qui méritent vraiment le détour. C’est pour cela que je n’ai pu m’empêcher une fois encore de changer entièrement la décoration du P-47. C’est en parcourant un Squadron Signal que j’ai découvert la livrée “Tarheel Hal”. Ce n’est pas la plus jolie, ce n’est pas la plus simple mais c’est peut-être celle qui marque le plus les esprits. Dans le genre Circus Circus ou Reno, on n’a pas trouvé mieux, bref c’est mon choix. Toutes les teintes sont d’origine Humbrol et toutes ont été réalisées à l’aérographe. Pour les immatriculations, j’ai triché un peu en utilisant celles du kit. Vous remarquerez également l’absence des bandes de débarquement, ceci aussi est volontaire. L’arrière du fuselage a été quelque peu modifié par le fabricant, ce surplus de décoration rendait le modèle méconnaissable et peu crédible. Le P-47 en l’état demeure une belle semi-maquette et c’est ainsi que je le souhaitais. Parfois, le mieux est l’ennemi du bien et il faut savoir garder un peu de sobriété tout en se faisant plaisir.


Il faut un peut de patience pour réaliser
ce genre de décor, mais comme on en gagne sur la construction, pourquoi se priver.

On fait la check
C’est plus une visite prévol que des réglages hyper précis avec des mixages à n’en plus finir. Non là, il s’agit simplement de régler des débattements fidèles et authentiques au P-47. Pour les ailerons, il faut 70% de débattements sur les deux volets bien entendu, sans expo et sans dual rate. A la profondeur, j’ai mis 75% à cabrer et 60% à pousser et c’est tout. Vérifiez le centrage une dernière fois, il se trouve pile-poil à 50 mm du bord d’attaque.
La batterie est maintenue en place à l’aide d’une bande Velcro ainsi qu’un élastique pour assurer les phases dos. J’allais oublier la pesée, comme les grands champions, il faut passer par la balance et là oh surprise, je suis 34 g plus lourd que le poids maxi conseillé par le fabricant, on verra bien.


Les trajectoires sont tendues, l'avion précis. Ici, un passage dos à hauteur des yeux, pour le plaisir.

Les vols
La prise en main du modèle est largement facilitée par la forme particulière du fuselage. Le lancé est une simple formalité et une fois en l’air, le P-47 répond bien sur tous ses axes. Sans être vif, pour peu que l’on utilise les gouvernes à bon escient, les figures sont propres. Sur le dos, on pousse légèrement pour garder une assiette légèrement queue basse. Le Booster 04 ne vous permet pas des montées verticales à perte de vue mais par contre vous volez sans vous poser de question. La consommation est ridicule à tel point que j’ai volé plus de 26 minutes avec un pack de 3 Li-Po 1 500 mA. Comme je le disais plus haut, j’ai péché par orgueil, je l’avoue et j’ai voulu me frotter à la puissance des modèles de mes camarades de jeu. Pour ce faire, je n’ai pas choisi la demi-mesure et pour relancer la compétition amicale, je me suis orienté vers le Typhoon 15/10. Par rapport au Booster 04, le poids est supérieur de 36 g. Par contre, il a une puissance maxi de 200 W avec un KV de 1 500, c’est très prometteur tout ça. J’ai monté une hélice APC Slow Fly 9”x6”. Je fais un test de consommation avant le vol pour me rendre compte et là le verdict tombe, 23 Ampères en pointe. Vous me direz, c’est du statique oui mais va falloir y aller doucement sur les gaz. Rendez-vous est pris avec le rédac’chef pour la deuxième séance de vol au beau milieu d’une grande prairie. Ne cherchez pas de vastes étendues du type de la toundra, ce n’est pas la peine, le P-47 sait évoluer dans un mouchoir de poche. Après les contrôles d’usage, le P-47 est non pas propulsé mais lâché dans les airs. Il accroche immédiatement et la puissance phénoménale du moteur permet de faire des montées en chandelles verticales impressionnantes et à perte de vue. Bon après, on se calme un peu en faisant de larges virages en glissade. Malgré un surplus de poids assez conséquent, le modèle reste très sain. J’ai essayé de voler plein pot et j’avoue avoir été déçu, il a du mal à tenir des trajectoires propres, c’est normal, il est vraiment surmotorisé et ce surplus de puissance devra être utilisé pour des figures plus spectaculaires. Par exemple, il est possible de faire de très larges boucles ou des cercles en tonneaux assez réalistes. Tout compte fait, ce surplus de puissance n’altère en rien le comportement du modèle, bien au contraire. La mise en puissance maximum n’excède pas 5 voire 6 secondes, ce qui garantit une consommation raisonnable à tel point que j’ai eu une légère chute d’autonomie. Avec le même pack d’accus, 3 Li-Po Power Dragon 1 500 mA, j’ai volé 20 minutes environ, c’est bien. Pour l’atterrissage, on se demande toujours comment le modèle va se comporter dans cette phase de vol. Si vous êtes pilote dégrossi, vous pouvez le poser avec un filet de gaz pour éviter le décrochage qui est somme toute gentillet. Pour les moustachus, vous arrivez à quelques centimètres du sol sur quelques mètres gaz coupés et le P-47 viendra mourir à vos pieds sans le moindre souci. Alors, après ces vols, j’ai l’impression d’avoir volé avec un modèle de début tant cet avion est docile. Dixit les recommandations du fabricant pour le poids du modèle.


Passage à l'anglaise. Le décor choisir ressort mieux sur fond vert que le camouflage d'origine…

Pas de doute, l'avion dégage bien l'impression de puissance de l'original.

Conclusion
Parmi tous les avions de la gamme, j’ai constaté que le P-47 était le plus tolérant. Son aspect bien dodu, la forme de son aile et sa faible charge alaire sont autant d’éléments qui en font un modèle vraiment très sain. Sa plage de vitesse très étendue et son aptitude à se distinguer dans toutes les phases de vol en font un choix sûr.

Caractéristiques
Nom : P47 Thunderbolt
Fabricant : Alfa Model
Importateur : New Power Modelisme, TM-Tech
Envergure : 83 cm
Longueur : 71 cm
Surface alaire : 12,4 dm²
Poids : 454 g
Charge alaire : 36,6 g/dm²

Equipement
Moteur : Booster 04 NPM ou Typhoon 15/10
Variateur : Wema Sinus 12 ou 25 A
Batterie : 3 Li-Po Power Dragon 1 500 mA
Prix indicatif : 119 € (comme tous les warbirds)


Quelques vidéos embarquées
à bord du P-47 sont visibles ici.

 
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page