Home
Sujet ajouté le
13 novembre 2016
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 
Gamma-EV 1.2M - Art Hobby

Présentation : Renaud P.

Après quelques années d’inactivité, je recherchais un petit planeur pour voler derrière chez moi, où j’ai diverses petites pentes de faible dénivelé assorties de bosquets d’arbres… Il me fallait donc un petit motoplaneur léger, robuste et pas trop cher au cas où il irait se percher dans un arbre.

Dès que j’ai croisé le Gamma-EV, j’ai craqué pour sa bonne bouille et ses caractéristiques qui semblaient parfaitement correspondre à ce cahier des charges.
Les recherches sur Internet de tests, essais ou avis sur ce modèle n’ayant quasiment rien donné, j’ai décidé de faire ce bref mémo car ce petit motoplaneur mérite d’être connu.

Au sol Mise des gaz
Vol plané   Statique
Petit motoplaneur au vol tranquille, le Gamma-EV possède un fuselage en fibre et une aile à ailerons en polystyrène coffré. Il existe également une version 2 axes.

Description du fabricant

Motoplaneur Gamma-EV de la marque Art Hobby. Le modèle est à 85% terminé. Les dernières avancées en matière de conception, ainsi que son profil d'aile modifié (HN1033) ont permis d'obtenir un motoplaneur léger, très performant en vol thermique et stable à très faible vitesse. Sa masse en vol est de 350 g.  Le fuselage est en fibre de verre, renforcé carbone et les ailes sont en polystyrène coffré peuplier.

Caractéristiques générales

  • Fuselage composite en fibre de verre, renforcé carbone
  • Aile en polystyrène blanc de grande densité coffré peuplier
  • Empennage en balsa poncé
  • Verrière amovible pour un accès aisé à l'électronique RC
  • Assise de l'aile en V avec écrous moulés dans la matière pour serrer les vis de fixation
  • Assise en V pour l'empennage en V (110°)
Dans la main

Caractéristiques techniques

Nom : Gamma-EV 1.2
Marque : Art Hobby
Envergure : 1200 mm
Longueur : ~775 mm
Mase : 386 g
Charge alaire : 24 g/dm²
Surface alaire : 15,9 dm²
Profil d'aile : HN1033 modifié
Masse (à vide) : 158 g (Plutôt 220 g constatés)
Fonctions RC : profondeur, dérive, ailerons, moteur
Nécessite un émetteur 6 voies ou plus avec le mixage V-tail


Contenu du kit

  • Fuselage, aile, empennage
  • Tous les petits accessoires nécessaires au montage
  • Plan
  • Notice pas à pas (en anglais)

Les emplettes

Le Gamma-EV 1.2 a été acheté 99 € chez Flash RC, ainsi que la plupart des équipements, à savoir :

On trouve également le Gamma directement chez Arthobby. Attention : ils ont 2 sites. Allez plutôt sur le site polonais qui est moins cher.

Equipement Le fuselage équipé
La place dans le fuselage est amplement suffisante pour installer l'équipement conseillé, qui procure une belle autonomie.

Chez Weymuller, j’ai acheté :

Chez Aliexpress, 2 nano servo 3,7 g à 2 € pièce pour les ailerons et un contrôleur EMAX/SimonK 12A à 4 €.

Tout cela est parfait pour l’usage prévu et après plus de 25 heures de vol, je suis très satisfait de tous ces équipements, aucun problème à signaler. La radio propose un mixage basic pour les empennages en V ou les flaperons et dispose d’un timer bien pratique pour mesurer le temps d’utilisation du moteur.
Donc le Gamma est arrivé 4 jours après la commande, bien emballé.
Le fuselage est vraiment très mignon, très léger et solide, avec des renforts en carbone où il faut. Le plan de joint est très propre et il est bizarrement à l’horizontal.
Les ailes sont de bonnes factures mais elles n’ont pas le même poids (50 g vs 60 g) ce qui fait quand même beaucoup d’écart, même si en vol cela ne se sent pas trop.
Le bord d’attaque est en bois dur (ce qui est très appréciable pour la résistance et donc la longévité du modèle) et il est posé et poncé (ce qui est appréciable avec du bois dur…).
Les saumons en balsa sont collés et doivent être mis en forme par ponçage. Veiller à bien respecter la forme et poncer surtout le dessus de manière à ce que le dessous assure la portance.
Les ailerons doivent être découpés au cutter et à la scie.
La notice est très détaillée mais en anglais uniquement. Voici les principales modifications réalisées par rapport à la notice et quelques astuces.
Pour les puits de servo d’ailerons, je n’ai pas installé la « boîte » proposée dans la notice. Après avoir découpé le logement et enlevé le polystyrène, j’ai simplement collé un carré de fibre à la résine époxy au fond du puit et fixé les microservos au scotch double face, le tout recouvert par du scotch transparent. Simple et léger ! A l’usage, l’aile n’a jamais montré de faiblesse, ni à ce niveau, ni ailleurs.

Pour le raccordement des servos d’ailerons, j’ai remplacé les classiques rallonges de servos « standards » jugées trop lourdes par du câble monobrin genre « téléphone » ou « alarme » et réalisé des soudures décalées (voir photos) pour éviter d’avoir à isoler les soudures. Les 2 servos sont câblés sur une seule prise, le différentiel est donc réglé mécaniquement.

Câblage rallongé Servo dans l'aile
Câblage rallongé pour les servos d'ailerons. La notice recommande juste de faire un "cadre" en balsa à coller dans les logements creusés dans l'aile avant d'y installer les servos. Ils ont ici simplement été collés au scotch double-face sur un carré de fibre.

Les ailes et l’empennage reçoivent respectivement 2 et 3 couches d’un vernis « bistrot » satiné trouvé sur les étagères de l’atelier. Vérifier quand même que votre vernis n’attaque pas le polystyrène avant de l’appliquer.
L’assemblage des ailes est un peu délicat. Il faut mettre en forme les 2 blocs en bois dur avec le bon dièdre pour qu’ils s’insèrent bien dans l’aile sans éclater le bois de coffrage. Et il faut ensuite coller les ailes à l’époxy en les alignant parfaitement. Je recommande de caler le dièdre avec une cale de 6 cm au saumon (3 cm de chaque côté).

Servo de profondeur Cône Aeronaut
Le servo de profondeur (un seul installé ici) est placé sous l'aile. Une ouverture dans le fuselage a été pratiquée à cet endroit.

Prenez aussi votre temps pour percer les 2 trous des vis de fixation dans l’aile en étudiant les angles que les vis font sur le fuselage.
Les guignols sont simplement collés sous les ailerons, en enfonçant les 2 picots dans l’aileron mais sans coller la face supérieure du guignol, pour gagner en esthétique et en trainée. Les ailerons sont fixés d’abord pas 3 bouts de Blenderm à l’intrados puis avec du scotch 3M Crystal sur tout l’extrados.
Pour percer l’ouverture dans le fuselage au niveau de l’assise de l’aile, j’ai collé du scotch papier utilisé pour délimiter les travaux de peinture sur la zone à découper en débordant un peu. Après avoir tracé au crayon la zone à enlever, j’ai percé au foret de 3 mm des trous sur toute la circonférence du trou, tous les 6 mm environ. Puis j’ai repercé avec une mèche de 6 mm et terminé la découpe au cutter.

Intérieur du fuselage Batterie en place
La batterie trouve sa place sous la verrière.

Vu l’ouverture de l’empennage en V (110°) et l’étroitesse du fuselage (il faut des doigts de fée), j’ai mis un seul servo de 10 g au lieu de deux et cela ne se ressent pas en vol.
L’empennage est collé à la cyano sur le fuselage. Il ne paraît pas utile de le rendre démontable.
Pour le centrage, respecter celui indiqué sur le plan (66 mm) et pas celui indiqué dans la notice (58 mm).
Faites un essai de centrage avant installation de la radio, hélice repliée, car personnellement j’ai dû mettre 3 g de plomb dans la queue…dommage.
Après une semaine et une dizaine d’heures de travail, la bête sort enfin de l’atelier.
Au final ce Gamma-EV pèse en vol 386 g et je pense qu’il est difficile d’atteindre les 350 g indiqués. (A noter qu’après quelques heures de vols, j’ai finalement insérer un clou de 5 g à l’extrémité de l’aile la plus légère pour compenser la différence de poids d’origine et cela évite des décrochages asymétriques). Je pense qu’il faudrait éviter de dépasser les 400 g car ensuite il risque de devenir délicat à piloter.

C'est du billard Vue de dessous
386 g en ordre de vol, soit une charge alaire très raisonnable de 24 g/dm².

Bilan après 25 h de vols

C’est un régal en vol. Avec l’équipement indiqué, il monte pratiquement à la verticale. Des montées au moteur de 5 s à 8 s suffisent donc en général et statistiquement, il tient en vol 15 fois le temps moteur (1 min moteur = 15 min de vol), ce qui peut permettre des vols d’une heure car l’accu de 800 mAh a une autonomie de 4 min plein gaz. Néanmoins il est vrai que j’ai toujours un léger effet de pente qui aide au moins au déclenchement des thermiques.
Malgré sa faible envergure, le Gamma est étonnant de stabilité et peut parcourir de grandes distances à la recherche d’ascendances. N’hésitez pas à reculer le centrage jusqu’au point indiqué sur le plan. C’est là qu’il démontre toute sa finesse tout en permettant de larges écarts de vitesses.

Ca grimpe fort Gratte
Quelques secondes de moteurs suffisent pour atteindre une belle altitude. De quoi accumuler les heures de vol surtout si les ascendances sont de la partie.

Sa petite taille et sa capacité à évoluer à faible vitesse lui permettent de voler quasiment n’importe où. Néanmoins ce n’est pas un planeur pour le « gros temps » et je ne le sors que quand le vent est inférieur à 15 ou 20 km/h, mais dans ces conditions, spiraler à faible vitesse est un vrai plaisir et vous le verrez bientôt grimper dans la moindre ascendance. Mais attention à ne pas le perdre de vue car il n’est pas bien grand.
Après 45 vols d’une durée totale de 25 h, réalisés en 5 mois, le Gamma est toujours comme neuf, malgré 2 ou 3 atterrissages un peu rudes, ce qui est un gage de solidité.

Dans l'ascendance Vol plané
Avec ses dimensions réduites, le Gamma-EV tient tout monté dans le coffre d'une voiture. Toujours prêt pour voler souvent.

En conclusion, je recommande vivement ce planeur à tous les pilotes dégrossis en 3 axes qui veulent se faire plaisir avec un petit planeur vite construit, très mignon, robuste et performant.
Et cerise sur le gâteau, le planeur tient tout monté dans le coffre, donc on n’hésite pas à prendre la voiture pour aller voler 30 minutes avant le dîner…
Bons vols à tous avec le Gamma-EV 1.2 de Art Hobby.

Contacter le signataire : renaud@jivaro-models.org

Gamma-EV en vol
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page