Home
Sujet ajouté le
6 octobre 2009
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 
   
     
Par Francis Faivet
electrosoaring.blogspot.com/
  (1ère partie : montage)

Le Discus 2C de Topmodel en version ¼ (4,50 m) ayant des caractéristiques intéressantes, je profite de la vente d'un de mes anciens modèles pour le commander.
Je le prends chez Lindinger en Autriche pour le sérieux de ce magasin. En plus, il est moins cher que chez le fabriquant en temps normal, et là en plus, il est en promo ! Le port est gratuit à partir de 250 €, que demander de plus.
Ce que l'on va demander de plus sera à la réception du colis par La Poste (aie aie aie !). Eh oui, colis d'apparence pas trop mal, mais à l'intérieur tout est en vrac ! Dans des protection en plastique mais en vrac, donc ça peut se trimballer et ça ne s'est sûrement pas gêné ; l'aile gauche a plié au niveau du dernier puits de servo d'aileron !
Déjà à cet endroit il y a très peu de matière et les chants des puits ne sont même pas coffrés !

On va donc tester le SAV Lindinger même si sur ce coup là on ne peut pas vraiment dire qu'ils sont en cause car le colis, bien que très léger, n'est pas vraiment esquinté. Donc problème : un très gros colis comme ça, on fait quoi à la réception ? On ne peut pas l'ouvrir pour contrôler avant signature, pas folle La Poste... On refuse sans savoir s'il y a de la casse ? Ca va mettre combien de temps pour solution ce problème ?
Donc on signe et là s'il y a de la casse on l'a dans l'os...
Connaissant quand même bien le sérieux de la maison, j'espérais avoir une petite compensation surtout que je leur avais bien précisé que je ne voulais pas retourner les ailes, la casse est très facilement réparable, donc plus qu'à attendre la réponse sans grand espoir.
Et la réponse arrive, complètement inattendue : un bon d'achat sur le magasin dépassant toutes mes espérances !
Voilà, l'introduction était peut-être un chouia longue mais ça méritais d'être dit.

Caractéristiques techniques

Nom : Discus 2C
Marque : Topmodel CZ
Envergure : 450 cm
Poids : 4200 à 4900 g (version planeur pur)
5300 g en version électrique
Profil : HQ 3/14-2/12
   
Moteur : Turnigy TR 42-60C 500Kv
Contrôleur : Turnigy 60 A
Batterie : Lipo Zippy 5S 3300 mAh
Hélice : 17"x6,5" RFM carbone

Description du kit
La version que j'ai pris est la version Eco, le train rentrant et le crochet ne m'intéressent pas.
Les ailes sont en polystyrène coffré samba, renfort en ruban de carbone sur le 1/3 avant, longeron bois (d'après ce que j'ai pu voir au niveau réparation). Chaque aile pèse pratiquement 1 kg. J'ai eu des retour disant que les ailes étaient légère et qu'il fallait le prendre en compte en l'air. Je pense qu'elles ont dû être renforcées au cours du temps car 1 kg pour 75 dm² c'est le poids d'une aile d'Electromaster (plus petite envergure mais en gros même surface).
Elles sont très bien entoilées en Oracover, je ne sais pas faire pareil, c'est pour ça que j'entoile au vinyle. A ce propos c'est dommage qu'il n'y ait pas une version non entoilée justement pour pouvoir choisir son mode d'entoilage.
Les ailerons ne sont pas articulés.
Deux winglets sont livrés et sont en fibre comme le stab et la dérive.
La dérive est déjà en place, articulée en demi-rond, commande posée mais dure. La fixation de stab est faite aussi avec des inserts métal.
Le fuseau a un plan de joint moyen mais acceptable. La clé d'aile est en stub de 12 mm, elle pèse 374 g.
L'articulation de verrière est prête et va s'ouvrir sur le côté comme le réel.

Les accessoires ne sont pas nombreux
On trouve 5 guignols filetés en laiton M3 avec 4 inserts alu pour les ailes (je ne m'en suis pas servi, ça aurait trop déporté les guignols), 1 verrou de cabine et son pion en acier, charnières plastique ? 2 verrous plastique pour les ailes, 1 cadre CTP pour le train rentrant et les servos de dérive et de train, j'oublie peut-être quelque chose mais ce ne doit pas être énorme.
Sur le descriptif du modèle il est dit : prise d'aile/fuseau + câblage fourni, je n'ai rien trouvé de tel.,

On commence par le renfort de l'aile en bon état. Je désentoile l'intrados sur 30 cm au niveau du dernier puits de servo. Je vais coller dans 2 saignées un plat de samba de 4 mm d'épaisseur à la colle PU. Je trace les saignées et découpe au cutter le samba de la peau.

Ensuite je gratte le poly avec un foret de 4 mm. Une fois les 2 saignées correctement dimensionnées (longues de 20 cm) je vaporise de l'eau avec un pulvérisateur dans les saignées, je coule de la colle PU et insère les plats de samba. Je bloque tout ça avec du scotch d'emballage et laisse expanser toute la nuit.

Auparavant j'ai bloqué l'aile sur une règle en alu de maçon avec des cales par-ci par-là qui me serviront pour la deuxième aile cassée.

Je me suis servi de serre-joints avec des cales de bois pour ne pas esquinter l'entoilage côté extrados surtout.
Ensuite je retire le plus gros du samba des plats avec un cutter et je finis à la ponceuse vibrante. Un coup de mastic Polyfilla sans ponçage, un dernier coup de ponçage avec du papier 240 et c'est déjà fini, cool non ?

Pour l'aile cassée, ça va se faire pareil sauf qu'avant il faut remettre en place ce niveau de l'aile car le bord de fuite de l'aile fait un peu un W et il faut ré-aligner l'aile qui n'a plus le bon dièdre. Le calage fait sur l'aile droite va servir ici à remettre le dièdre en place. Bien bloquer l'aile avec des serre-joints et sur la longueur avec du scotch d'emballage et des poids. Pour le bord de fuite et le bord d'attaque j'ai confectionné des plats en alu de 5 mm d'épais et pris la forme du dièdre sur l'aile droite.

Ensuite avant de mettre en place ces plats d'alu il faut percer dans le coffrage des trou pour injecter la colle PU avec une seringue et une aiguille.

Ca, c'est pour redonner une consistance au poly qui c'est fait chahuter dans le craquement et par gonflage remettre en place la peau froissée.

J'ai oublié de dire que je protège toute la partie des réparations par du scotch pour éviter d'avoir trop à poncer avec la PU.

Donc le bord de fuite est ré-aligné sur la forme de ces plats.
Quand tout est bien expansé, compter toujours au moins 24 h pour ne pas avoir de surprise de gonflements tardifs, refaire comme pour l'aile en bon état pour les plats de samba et voilà c'est aussi fini. Les deux ailes ont récupéré une solidité très acceptable.
Maintenant on passe au fuseau. Je le trouve un poil souple surtout pour l'avant qui va recevoir un moteur. Ah oui j'ai oublié de dire que je le faisais en electro. Ca va pas être très maquette mais mon DG 800 le sur supporte très bien ;).

Donc fibrage à la résine époxy (et non pas à la colle époxy !) de fibre de verre 160 g/m² et ajout de trois bandes de carbone en renfort supplémentaire.
Je passe à la commande de profondeur. Là se présentent mes premiers soucis. J'installe un servo plus gros que recommandé, un GWS IQ-200MG. J'aime bien ce servo bien costaud et assez précis.
Il faut retailler au cuter le logement de ce servo et il y a impossibilité de percer le trou avant. D'ailleurs ce serai à à vérifier mais 2 trous de chaque côté sont prévus et je ne pense pas que les servos Topmodel 1816 préconisés aient 4 trous de fixation, c'est un peu bête. Donc il faut improviser. Je fais une plaque en époxy avec 2 vis à chaque extrémité, une pour rentrer dans l'œillet servo et l'autre pour prendre appui à l'avant de manière à faire, par une vis au milieu, un serrage à plat. Donc cette vis va se trouver de travers car le perçage doit être oblique, sinon ça ne passera pas. Les photos sont plus parlantes.

Ensuite c'est du classique : commande faite avec 2 chapes classiques et une tige filetée de 2 mm + tube alu de 2 mm de diamètre intérieur. Une gaine thermo sur la chape du palonnier histoire de se rassurer. Dans le stab, le taraudage est fait pour un guignol laiton fileté à 3 mm.

Bon profondeur terminé :).
On passe à la direction. Elle est faite de fabrication, la dérive est articulée avec un palier à quelques cm du haut et un axe en bas, donc démontable facilement. La commande est faite avec une corde à piano de 1,6 mm et le mouvement est un poil dur. Je remplace donc cette CAP par une de 1,4 mm mais c'est toujours un peu dur.

Alors en parlant de commande, encore une bourde du fabriquant : pourquoi aller coller cette gaine pratiquement dans le fond du fuseau alors que sur le plan le servo est positionné à côté du train rentrant, donc beaucoup plus haut. C'est complètement con ce système. Je n'ai pas voulu m'emm... à décoller la gaine, j'ai couché le servo sur le fond sur une platine en CTP plus des plots pour bloquer le servo et une plaque métal au-dessus bloquée avec 2 vis.
Le servo est un Blue Bird BMS-631MG, ce type de servo est installé sur mon Alpina de 5,700 kg à la prof et direction et fonctionne parfaitement.
Là encore, les photos seront plus parlantes.

Voilà, direction terminée.
On passe au nez. Prise de cote pour la coupe, j'ai pris un cône de précision Graupner de 42, il file assez bien avec le fuso car la longueur est inférieure au diamètre.
Je coupe à la disqueuse avec un disque fin de 1,5 mm d'épais. Ensuite je rentre le couple époxy de 45 mm à force dans le nez pour arrondir la coupe. Un congé d'époxy + micro ballon + silice plus tard et c'est collé.
Bien bossé aujourd'hui donc on verra demain pour la suite...

J'installe maintenant le moteur et fixe le cône pour voir le résultat. Le fuseau n'est pas très rond mais par chance c'est de dessous que ça se voit le plus. Le cône n'est pas pil-poil mais ça va quand même.
Je colle les fils moteur à la colle chaude. Pour bien plaquer les fils contre le fuseau, je rentre en force du Sopalin entre la cage du moteur et le fuseau, coule la colle chaude le plus près possible du moteur et laisse refroidir. Quand le Sopalin est retiré les fils sont impeccablement plaqués contre le fuseau et ne risque pas de venir frotter contre le moteur. C'est très facilement démontable en chauffant un tout petit peu avec un sèche-cheveux l'endroit de la colle mais à l'extérieur du fuseau, on laisse un peu la chaleur diffuser et ensuite, suffit de tirer un peu sur les fils pour que ça vienne tout seul. En grattant avec une pince on arrive à retirer absolument tout.

Je retourne vers la direction car il y a un point dur et ça ne me plait pas. J'ai déjà coudé la corde à piano au niveau du guignol de dérive et ce n'est pas assez, donc redémontage et coudage plus important, on remonte tout et maintenant ça fonctionne bien.

Maintenant verrouillage du baquet de verrière. L'articulation étant pratiquement déjà faite, reste juste à lui installer 2 CAP dans les plots de résine déjà en place, le trou pour les CAP étant aussi fait c'est terminé pour l'articulation.

Le verrouillage demande un peu plus de boulot. Il est moulé dans le,baquet de verrière une gaine et sur le baquet un moulage avec la place en retrait pour 2 CAP pour ouvrir et fermer la verrière. Il faut faire par contre 2 plots pour recevoir les CAP de verrouillage. Je les ai fait en laiton de 5 mm de diamètre percé à 1,8 mm pour des cordes de 1,5 mm. Il faut faire 2 trous de 6 mm à la position définitive des plots dans le cadre de verrière., Ensuite il faut verrouiller les plots avec les cordes en place, mettre le baquet en place et coller les plots par dessous à la résine chargée.

On laisse sécher on espérant que ça s'ouvrira au démoulage.
En attendant je monte le planeur avec les servos scotché en place sur les ailes, et fais un essai de centrage. Avec le pack 5S 3300 il faut l'avancer au maxi, je pensais le retrouver sous les ailes, il faut aussi rajouter 170 g de plomb pour parfaire le centrage. J'ai un accu de réception lipo 2100 à rajouter et un Ubec, ça fera l'affaire pour le centrage.

Dans cette config, avec la clé en acier, le planeur sort à 5,1 kg, pas mal pour un planeur électrique, et avec la clé en carbone je gagne 300 g pour le petit temps. Excellent ;)

Il faut souder les prises DB9 et câbler les ailes (photo n 29 et 29 bis ), rien d'insurmontable, par contre sur la version luxe, les prises sont soudées et en place, donc comme tout est prévu sur le modèle Eco à l'assemblage ça devrait rentrer pile-poil... Eh bien non ! Il faut décaler les prises d'ailes de plus de 5 mm ! Comprends pas ? A moins que les kits Eco soient en fait des loupés des kits Luxe. En plus, sur le fuseau, d'un côté les vis de fixation des prises tombent pratiquement dans rien de matière et du coup sont plus profondes et sur l'aile ça va se voir : la prise se retrouve à 5 mm de la nervure.

Pour arriver à aligner tout ça, je monte les ailes, branche les prise en ayant les ailes écartées et je coule de la colle chaude dans le puits des prises, mets les ailes en contact et laisse refroidir.
Ca va aller comme ça.

Je passe aux AF maintenant. Il faut calculer pour ne prendre qu'une seule voie. Avec le module Assan ma MX22 est pour l'instant bridée en 8 voies.

A l'observation du kit, un truc m'avais interpellé : la tringlerie d'AF sortait à la moitié du puits de servo. Pour un montage standard, ça va pas être facile. Il va falloir creuser pour faire passer le servo sous le coffrage. Donc pas terrible. Dans mon cas par contre c'est beaucoup mieux, vu qu'il va falloir mettre un servo dans un sens et l'autre à l'opposé c'est parfait.
Les photos vont plus parler qu'un long baratin, il suffit de bien prendre les cotes pour avoir un débattement symétrique comme il n'y aura pas de possibilités de réglage de course ou de neutre.
Ca c'est bien passé, pas de soucis particulier.

Il faut articuler les ailerons. Je fais cela avec des charnières en fibre carrées. Il faut inciser juste sous le coffrage avec un cutter de part et d'autre de l'aile et des gouvernes, on y rentre la charnière d'un côté, une goutte de cyano et lorsque toute les charnières d'un côté sont collées, on peut rentrer le tout dans la partie opposée, pareil, collage cyano et c'est indestructible. Généralement, bien fait ça ne se voit pas, moi j'ai un peu merdé, et on voit quelques charnières en lumière rasante, j'ai coupé un peu trop près de l'extérieur du coffrage et un léger gonflement se voit donc. C'est minime quand même.

On passe aux puits d'ailerons. J'ai acheté des boîtiers Multiplex pour mini-servo normal. Moi j'ai des Slim plats avec des pattes de fixation à plat. Ce sont des Blue Bird BMS-555MG qui ont bonne presse sur le net.

Pourquoi des boîtiers avec ce style de servo ? Parce que le boîtier va me servir de coffrage des chants, je n'avais pas trop envie de les coffrer avec du bois. Donc une fois collés à l'epoxy rapide (j'étais pressé sinon j'aurai pris de la PU), il faut meuler tous les blocs de fixation intérieurs avec une fraise à grosses dents.

Ensuite découper dans du CTP de 4 d'épais des blocs de fixation de servo. Pareil les photos sont explicites.

Pour les tringleries, j'ai pris des chapes de 2 mm, il a fallu repercer les palonniers de servos à 1,6 mm.
Pour les ailerons d'extrémités les 2 chapes bout à bout donnent la bonne longueur. Pour les ailerons du milieu, un écrou de 2 mm intercalé entre les 2 chapes donne la bonne dimension.
Comme guignols, je me suis servi de ceux du kit, en laiton.
Il est prévu de coller un clip dans l'emplanture de l'aile, la partie femelle est moulée dans le fuseau.
Je n'ai pas essayé mais je pense que ça être très dur à declipser au début et que ça va s'user au fur et à mesure des démontages d'ailes et ensuite ne plus tenir.
Donc j'ai opté pour un truc qui a fait ses preuves, des crochets dans l'emplanture et un ressort ou un gros élastique pour les réunir dans le fuseau.
J'ai pour habitude de coincer des bouchons de polystyrène dans la queue du fuseau pour amortir les vibrations qui peuvent craquer le pied de dérive lors d'atterros virils.

Bon, pas mal de boulot de fait déjà.
On va coller une platine en CTP de 4 dans l'avant du fuseau pour fixer le lipo de propulsion et le Lipo de réception.
Collé à la résine époxy chargée en y insérant 3 bracelets de velcro, ensuite je collerai du velcro sur la platine.
Ma réception passe donc par un Lipo 2S3P de 2100 + un Ubec.

La verrière maintenant : Je découpe grossièrement la bulle et colle le baquet au silicone blanc dedans. Une multitude de pinces plastique pour maintenir tout ça et quand c'est sec, il ne reste plus qu'à découper autour du baquet, pour ma part avec une disqueuse et disque fin. La finition avec un disque à lamelles grain 120.

Il faut couper un trou à la taille de la fenêtre prévue et fixer les rails, l'ouverture se fera par cette fenêtre en manipulant les cordes à piano précédemment installées. Je mets par sécurité un goutte de Résit'à'Tout à chaque vis, ça ne se voit pas beaucoup, tout du moins, moins que mes coups de cutter qui ont ripé, la haine !
Ensuite petit coup de papier de verre sur le pourtour de la verrière, masquage et peinture blanche.
Allez zou, pratiquement fini.
Collage des immatriculations sur le fuseau et sous une aile.

J'ai fait des tests de motorisation.
Moteur Turnigy,TR 42-60C 500Kv
Contrôleur Turnigy 60 A
Lipo Zippy 5S 3300
Hélice 17x6,5 RFM carbone

Tout ça donne :
38A – 19,5 v ( en charge) – 7900 tr/mn après 30 secondes de fonctionnement.
Planeur en ordre de vol, 5300 g, donc charge alaire 70 g/dm².
Ca va avancer je pense, ah aussi, calage du Vé = 1°, on verra s'il faut mettre un peu plus après les premiers vols.
Centrage à 85 mm. Pareil, après les premiers vols il sera peut-être reculé.

Voilà, en fait il y a quelques défauts qui peuvent être rédhibitoires pour certains mais j'ai déjà vu pire, le bilan n'est pas si mauvais malgré tout.

Le planeur est donc prêt à voler.

La première partie se termine maintenant, juste quelques mots sur la suite.
Je suis en train de fabriquer un tableau de bord, j'installerai peut-être un pilote plus tard.
J'ai réalisé mes premiers vols avec le Discus, il vole vite comme prévu vu le poids, le calage du Vé est un poil juste mais il a déjà une attitude un peu queue basse. Si je redonne du Vé, il va encore s'enfoncer. J'ai ravancé le centrage, je dois être dans les 80 mm, tous les réglages seront donnés dans la deuxième partie.
Il va mieux ainsi et en plus il a repris une attitude queue haute, n'a pas ralenti pour autant mais est moins flou entre la direction et les ailerons. J'ai aussi ajouté de l'expo à la dérive, il avait un peu tendance à engager le virage avec trop de dérive.
Ca s'engage bien...

La seconde partie viendra plus tard, quand j'aurai accumulé quelques heures de vol.
A suivre...

Contacter l'auteur : francis-faivet@jivaro-models.org

 

 

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.