Home
Sujet ajouté le
19 mai 2015
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

Birdy Flying Wing - Decker Planes

Présentation : Grégory Zietek

Cette aile volante nommée Birdy flying wing est fabriquée par Decker Planes, une petite structure artisanale en Allemagne. Sous ces formes simplistes, elle rappelle la Mini-Corback et la Snow Boot d’une autre époque qui ont fait le bonheur de nombreux modélistes. Son originalité ne provient pas de sa forme rectangulaire, ni de son profil autostable, mais de son aptitude à se transformer d’une version planeur pur en un avion propulsé par un moteur électrique en un clin d’œil.

Aile volante droite Structure entoilée

La Birdy est une petite aile volante droite à construire à partir d'un kit découpé au laser.

Moteur amovible Cône arrière interchangeable

En un clin d'oeil, on remplace le croupion pour passer de la version motorisée pour la plaine à la version planeur pur pour la pente.

Amusant parkflyer Passage rapide

La charge alaire réduite même en version électrique en fait un parkflyer amusant.

Passage dos Aile volante Birdy

Maniable, elle se remue dans tous les sens, même en vol dos.

Caractéristiques

Nom : Birdy Flying Wing
Fabricant : Decker Planes
Envergure : 100 cm
Surface : 22,5 dm²
Profil : Autostable
Poids : 330 g
Charge alaire : 14,7 g/dm²

Equipements
Servos : 2x ePower 6 g
Récepteur : 4 voies AR400 Spektrum
Contrôleur : 10-12 A
Moteur : Roxxy 2216-25
Hélice : GWS 7''x3.5''
Batterie : 2S 800 mAh ou 3S 650 mAh

Prix indicatif : 49 €

Le pilote est grand...

Le kit

La boîte de petite taille renferme du balsa, des baguettes de pin, du contre-plaqué et tout l’accastillage nécessaire au montage de l’aile (à noter au passage que la vis nylon M3 livrée dans le kit est courte, il faut prévoir le changement pour un modèle plus long). Toutes les pièces sont découpées au laser, ce qui rend le montage très simple puisqu'elles s’ajustent très bien.

La boîte Notice illustrée en couleurs

La petite boîte voyage sans histoire par la poste.

La notice est imprimmée en couleurs.
Contenu de la boîte

Un fagot de bois soigneusement découpé pour que la construction soit agréable, même pour ceux qui n'ont jamais osé se lancer dans la structure.

Une notice est livrée en allemand avec images couleurs pour un montage pas à pas. Par contre, comme toujours il n’y a pas de traduction en français. Mais cela n’est pas gênant pour le montage. Le plan est au format A4.

Montage du fuselage

Tous les collages ont été faits à la cyano pour ne pas prendre trop de poids, afin de ne pas influencer sur le centrage qui se trouve très en avant vers le bord d’attaque.
Montage rapide du fuselage. Les 2 flancs balsa sont doublés en contre-plaqué puis collés autour des couples. Après collage, fixation du coffrage inférieur et supérieur. Le bloc constituant le nez est formé en empilage de pièces de balsa mises en forme lors du ponçage général.

Assemblage du fuselage Fuselage en construction

Les flancs partiellement doublés sont pincés autour de quelques couples et platines.

Fuselage avant coffrage Bloc arrière

A l'arrière, le support moteur est amovible.

Support moteur amovible Fixation par aimants

La fixation est assurée avec des aimants. Des tétons servent pour le centrage.

Support moteur Le moteur est en place

La cloison moteur est tenue par les baguettes d'angle.

Mise en forme du support moteur Support moteur profilé

Le tout est profilé au mieux autour du couple.

Cône arrière Partie arrière amovible

Pour la version planeur, c'est un bloc de balsa profilé constitué d'un assemblage de planches qui ferme l'arrière.

Les 2 blocs interchangeables Version planeur et électrique

Les deux blocs sont interchangeables, sans avoir besoin du moindre outil.

L'astucieux support-moteur en contre-plaqué est amovible, permettant de le remplacer par une ogive profilée en version planeur. Ceux-ci sont maintenus par des aimants et des petits tétons de guidage.
Une petite trappe est prévue d’origine à l’avant du fuselage pour avoir accès à l’accu et au récepteur.

Dérive

Collage des 3 pièces de balsa entre elles et c’est tout !
Attention, si vous utilisez la motorisation et l’hélice préconisée comme moi : j’avais mesuré entre le haut de dérive et l’hélice, l’écart est d’à peine 2 mm. De quoi charcuter la dérive quand le moteur est en route. Pour éviter d’en arriver là, j’ai recoupée au moins 10 mm du bord de fuite à partir du haut de la dérive.

Assemblage de la dérive Dérive assemblée

La dérive est un assemblage de planchettes.

Ne pas coller la dérive sur l’aile, elle est prévue démontable comme mentionné dans la notice !

Construction de l'aile

Assembler le coffrage inférieur, coller les longerons sur celui-ci. Contrecoller et monter les nervures centrales en contre-plaqué et les autres en balsa sur l’âme centrale gauche et droite. Coller le tout sur les longerons inférieurs. Coller les longerons supérieurs puis coller le coffrage supérieur. Il reste alors à placer les chapeaux de nervures dessus et dessous.

Longerons et coffrages Longerons d'aile

Les longerons sont collés sur les coffrages d'intrados.

Coffrage partiel Montage de l'aile

Les nervures sont posées par dessus.

Début de construction Nervures en place

L'écartement des nervures est déterminé par les encoches présentes dans l'âme verticale.

Attention avant de coffrer la partie où se trouve le servo, vous devrez fixer celui-ci. Donc veuillez à régler le neutre de vos servos avant montage car après ils ne seront plus accessibles !
Il faut poncer les bords de fuite et pratiquer un chanfrein pour l’articulation.
Pour les commandes, elles sont inspirées des avions indoor, à base de tiges en carbone et de gaine thermorétractable.

Servos dans l'aile Aile avant coffrage

Les servos sont intégrés lors du montage. Ils doivent impérativement être mis au neutre avant cette étape.

Cales de bord d'attaque Collage du coffrage d'intrados

Des petites cales viennent réhausser le coffrage d'intrados à l'avant des nervures durant le séchage.

Avant coffrage d'extrados Rallonges de servos

Poses des coffrages au bord de fuite, puis au bord d'attaque.

Chapeaux de nervures L'hélice passe tout juste

On termine avec les chapeaux de nervures.

Dérive retaillée Dérive évidée

L'hélice risquait de venir mordre la dérive. Cette dernière a donc été légèrement amputée avant entoilage.

Elevons Ajourage des élevons

De nombreux trous ont été réalisés sur l'arrière afin de limiter le lest dans le nez du fuselage.

Trous dans les élevons Elevons ajourés

L'opération demande un certain temps mais permettra de gagner de précieux grammes à l'avant.

Radio et motorisation

Pour l’équipement radio, rien de bien onéreux, on retrouve du matos utilisable sur les avions indoor.

- 2 servos de 6 g ePower
- 1 récepteur 4 voies de petite taille AR400 Spektrum
- 1 contrôleur 10-12 A
- Pour le moteur, j’ai utilisé celui préconisé par le fabriquant : le Roxxy 2216-25 qui entraîne une hélice GWS 7''x3.5''. C’est un moteur brushless de chez Robbe qui pèse 19 g.

Servo en place Palonnier de servo

Les servos sont totalement intégrés dans l'épaisseur du profil et ne seront plus accessibles.

J’ai fait d’autres essais avec d’autres moteurs un peu plus lourds, 22 g à 24 g mais je vais en parler un peu plus loin.

On collera a l’époxy les prises PK mâle 2 mm du moteur au couple et idem pour les prises PK 2 mm femelle du contrôleur dans le fuselage.

Pour les accus, j’ai fait des essais avec des 2S 800 mAh et des 3S 650 mAh. Mais mon choix se porte sur les 3S qui procurent au moteur plus de puissance.

Guignol et commande Commande et butée Commande et guignol

Les gignols sont en contre-plaqué. Une petite pièce est glissée sur l'extrémité de la corde à piano coudée.

Gaine thermo Chauffe d'un côté Serrage de l'articulation

L'ensemble est recouvert d'un morceau de gaine thermo.

Marquage de l'articulation Gaine thermo posée

Avant que la gaine soit totalement refroidie, un coup de pince délicat permet de bien marquer l'articulation.

Emplacement du guignol Commande d'élevon

L'emplacement des guignols est déterminé dans l'axe du palonnier.

Commande en place Coude sur la corde à piano

La commande est pliée à 90° au droit du palonnier.

Entoilage

Pour la décoration de l’aile, je me suis inspiré de l’univers Disney et Pixar que j’affectionne et je suis parti sur le dessin animé de Toys Story. Plus précisément, le personnage Buzz l’Eclair. J'ai donc utilisé de l'Oralight violet transparent, de l'Oracover vert royal, du blanc et du rouge vif.
Pour les autocollants j’ai trouvé mon bonheur sur le net et j’ai utilisé du papier autocollant et une imprimante laser.
Pour le fun, j'ai renommé le modèle Buzz Flying Wing

Birdy Flying Wing

Commande d'élevon Chape plastique

Le verrouillage de la commande sur le palonnier est assuré par une petite pièce en plastique bien pratique.

Support moteur retiré Moteur en place

Les prises PK se raccordent dès que le couple est glissé à sa place.

Trappe dans le fuselage Trappe amovible

A l'avant, une trappe permet d'accéder à la batterie, et au lest pour le centrage.

Batterie de propulsion Dérive

La place dans le nez est comptée, il faut bien choisir son pack d'accus, surtout si c'est comporte 3 éléments.

Dérive démontable Dérive en place

Même la dérive est prévue démontable. Ca évitera de la casser pendant le transport.

Aile démontée Intérieur du fuselage

L'aile est tenue sur le fuselage par une seule vis. Un téton à l'arrière évite la rotation.

Centrage

Le problème que j’ai eu en essayant ces moteurs, c’est le centrage !
C’est le problème pour centrer une aile volante droite dotée d'un moteur en propulsif et d’un fuselage court.
Si vous mettez un moteur plus lourd, vous serez obligé de plomber plus l’avant.
Pour alléger l'arrière, j’ai dû évider la dérive et les élevons, ce qui m’a permis de gagner 8 g, ce qui n'est pas mal !
Pour l’entoilage, il faut privilégier de l’Oralight.
Avec tout ça j’ai quand même mis du plomb à l’avant du fuselage.

Réglages

Pour les réglages de tangage et roulis, j’ai respecté la notice.

Profondeur : 8 mm de chaque côté
Aileron : 8 mm vers le haut / 6 mm vers le bas
Avec un peu d’expo 30%

Cale d'élevon Gabarit de calage d'élevon

Une cale est livrée pour aligner les élevons. L'auteur a finalement placé le neutre plus bas.

Dans le kit, il est fourni un gabarit qui permet de régler le neutre des gouvernes. Je vous déconseille de l’utiliser sous peine d’être trop cabreur. J’ai fait plusieurs essais, et j’en suis arrivé à diminuer fortement l’inclinaison des élevons pour arriver à les mettre au neutre.

Pour le centrage, il se trouve à 37 mm du bord d’attaque, il est représenté sur les flancs du fuselage par 2 petits trous. Placer une petite tige de corde à piano, cela vous aidera à la centrer facilement, où plus haut. J’avais mis 60 g de plomb pour arriver à faire correctement le centrage.

Au sol Le décor est sympa

Le décor adopté est original et très visible.

Vols

Les premiers vols ont été faits à la pente avec pas mal de vent. Eh bien malgré son faible poids, le vent ne lui fait pas peur !
Son comportement est très neutre dû à son profil autostable. Pour la voltige, le tonneau désaxe un peu, la boucle tourne bien ronde, le vol dos est assez stable dans cette configuration. Pourtant le profil n’est pas fait pour ça.

Pour la version motorisée, choisissez un temps calme, car avec du vent ce n’est pas amusant.
Pour la lancer, faites attention à l’hélice et ne mettez pas le moteur en route. Dès que la Birdy est dans son élément, mettez les gaz.
Une fois en l'air, le comportement est identique à la version planeur. Le moteur est assez puissant pour prendre de la hauteur.
Le décrochage n’est pas dangereux face au vent, par contre en vent arrière, je me suis aperçu que la dérive manquait un peu plus de surface.
Les passages en vol dos au ras du sol sont un régal.
Pour l’atterrissage, moteur coupé, l’hélice fait office d’aérofrein !

Mise des gaz Lancé moteur coupé

On propulse le modèle moteur coupé. Ca évite de passer les doigts dans l'hélice.

Vol au moteur Passage tranquille

La Birdy est très maniable.

Vent dans le dos Passage bas

La vitesse de vol n'est jamais très élevée.

En vol Vue de dessous

Le décrochage est inexistant, l'aile se contente d'osciller légèrement en s'enfonçant quand le manche est tiré à fond.

Passage dos Radada

Le vol dos est agréable et précis, même s'il faut évidemment pousser assez fort dans cette configuration.


Conclusion

Cette aile volante est idéale pour les vacances, du fait qu’elle soit entièrement démontable. L’avantage d’avoir un modèle 2 en 1, mi-planeur mi-avion, évite d’encombrer le coffre de votre voiture : Madame vous remerciera !

Quelques passages de la Birdy poursuivie pas un quad-racer Porket 250 piloté en immersion.

Contacter l'auteur : greg@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page