Home
Sujet ajouté le
2 juillet 2006
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

ZLIN 526 AFS P.S.S.

Pour une voltige à couper le souffle !

Présentation : Benoit Paysant-Le Roux
Photos : Laurent Berlivet

Après 10 années de bons et loyaux services, c’était décidé : mon Dewoitine 338 P.S.S. prendrait sa retraite pour laisser place à un modèle plus remuant.
Mes premiers choix se sont d’abord portés sur un jet, Suhkoi 27/35, F-18 Hornet… Mais voilà, les formes biscornues de ces jets me laissaient perplexe quant à une construction rapide et de qualité. Qui plus est comment obtenir des vols “réalistes” en PSS alors que les réels ont une poussée supérieure à 1 ?
Et puis je suis allé regarder les avions grandeur à la Ferté-Alais en juin 2000 et j’ai assisté à la présentation du Zlin 526 AFS, par Marc Mathis, dit “Léo”. Une voltige toute en douceur, sous-motorisation oblige, mais comportant néanmoins de nombreuses difficultés : cercles en tonneaux, lomcevàks, tonneaux à facettes… le tout dans un mouchoir de poche, à une altitude pas vraiment réglementaire et la plupart du temps en négatif ! Bref une présentation bien plus agréable et spectaculaire que certains Cap 232...
C’était décidé : mon prochain PSS sera un Zlin.

Passage impressionnant du Zlin, à quelques mètres à peine de la falaise du Nez de Jobourg, dans le Cotentin.

Les Zlin furent produits par la Zlinska Letecka Akciova Spolecnost créée en 1935, filiale du fabricant de chaussures Bata. Le premier avion à en sortir était le Zlin XII, biplace aile basse, motorisé par un Persy II de 45 ch. C’est après la guerre que la Zlinska se consacra à l’apprentissage de la voltige aérienne avec le Zlin 381 équipé du moteur Walter Minor III de 105 ch. Le premier Zlin de haute voltige fut créé en 1948, c’était le Zlin 26 Trener motorisé par un Praga E de 112 ch. Vinrent ensuite le 126 Trener II puis le 226 équipé d’un Walter Minor de 160 ch, véritable réussite puisque produit à 250 exemplaires. Arrivèrent ensuite le Z-226 Akrobat, monoplace, le 236 avec train rentrant puis le 526 qui vola pour la première fois en 1966. La série des 526 sera totalement dédiée à la voltige de compétition et d’entraînement. Le dernier né sera le 726K équipé d’un Avia M-337AK de 210 ch dont la production continuera jusqu’en 1977. A leur époque les avions Zlin prendront très souvent les premières places des grandes compétitions internationales. Le Zlin 526 AFS se battait contre les Pitts S-2 et S-2A, l’Akrostar et le Yak 18.

Pour ceux qui souhaitent monter à bord d'un Zlin pour une séance de voltige inoubliable, prenez contact avec voltigenzlin.monsite.


Ce Zlin est entoilé sur la partie arrière du fuselage, tout comme ses volets de profondeur et de direction. Le moteur est un avia M-137 de 180 ch à six cylindres de 6,5 litres. L’hélice est une Avia à cône tournant.
Celui de “Léon” a été construit en 1973. Passé entre plusieurs mains, il a atterri dans celles de Marc en 1986 qui avait déjà possédé 2 autres Zlin 526-L. Il subit quelques modifications, passa de biplace à monoplace, sa voilure fut réduite de 70 cm de chaque côté et les volets furent supprimés.

Les dimensions du modèles sont imposantes... Le décor est celui de l'avion de Matis, toujours impressionnant à la Ferté-Alais.


Une petite séance de vol qui déménage... (7,4 Mo .wmv)
Caractéristiques

Envergure : 240 cm
Longueur : 197 cm
Poids : 4500 g
Surface alaire : 90 dm²
Charge alaire : 50 g/dm²
Profil : SB 96 V et VS

Le modèle
En modèle réduit, le Zlin a tout pour plaire : l’élégance et les proportions, bras de leviers, surfaces, qui font que ça ne peut que bien voler. Pour en faire un P.S.S., il y a là de gros avantages comme son aile en flèche et son grand bras de levier avant qui devraient beaucoup aider pour le centrage. Mais le gros plus qui m’a décidé à entreprendre la réalisation de ce modèle, c’était la possibilité d’avoir un fuselage en fibre ! En effet, dans sa “jeunesse”, un ami (Pascal) avait réalisé un moule du Zlin 526 pour une envergure de 2,60 m. Un seul avion en est sorti à l’époque, qui pesait 12 kg motorisé pour un Bully 35 cc. 15 ans plus tard, un deuxième fuselage ainsi qu’un capot sortait du moule... mais ce modèle ne serait pas motorisé…
Le fuselage est bien entendu réalisé de manière à être costaud devant et léger derrière. N’ayant pas le plan du modèle, j’ai décidé d’en réaliser un à partir des cotes du fuselage. Les 3 vues de Zlin se faisant assez rare, j’ai commandé un photopack ainsi que deux plans 3 vues chez Scale Model Research par l’intermédiaire de Fly International. Le photopack m’a permis d’avoir de nombreux détails pour la finition, et les 3 vues, dont un assez détaillé, ont été largements suffisant pour la réalisation de mon plan. La longueur du fuselage m’a donné une envergure de 2,40 m en version 526 AFS Akrobat.

Le servo de direction est placé sous le capot pour des questions de centrage.
Le volet de dérive est actionné par câbles aller-retour.
Le servo de profondeur est perdu dans l’énorme volume du fuselage. La tringlerie rigide est en tube carbone.
Il faut des servos puissants pour actionner les larges gouvernes.
Ici, ce sont des Futaba 9102.
Les détails sont ajoutés avec passion, comme ce faux moteur à peine visible à travers les ouïes du capot.
Le tableau de bord, la radio, le manche, le siège. De nombreux accessoires qui ajoutent une part de réalisme.
Le Zlin a un train particulier qui laisse dépasser la roue. Ca protège l’aile du modèle lors des atterrissages.
On voit bien ici un des cylindres du faux moteur, ainsi que le cône particulier avec ses palettes.
Les lignes de structure et les rivets ont été réalisés avec des bandes adhésives et des gouttes de colle posées avant peinture.
Les autocollants ont été tracés sur informatique, imprimés, collés et enfin vernis sur le modèle.
Le tab de profondeur, non fonctionnel mais indispensable pour le look.
En 1985, Pascal Nèel avait réalisé le moule puis une version motorisée par un Webra Bully de 35 cc et 12 kg.

Pour pouvoir voler de manière réaliste, c’est-à-dire voltiger, j’ai voulu réaliser le Zlin le plus léger possible. Mon but étant de ne pas dépasser les 5 kg. L’aile est réalisée de manière extrêmement classique : découpe des noyaux en polystyrène, longerons en samba, bords d’attaque et de fuite en balsa. Le tout est recouvert de papier kraft puis peint. Les volets ont été supprimés pour laisser place à de grands ailerons. Je crois que pour la version 526 AFS grandeur, il en est de même. Une bande de fibre assez large renforce le centre et protège le dessous à l’atterrissage.
Le train est bien entendu positionné rentré. L’aménagement du puit et de sa jambe de train est assez simple et indispensable pour le look en vol. De part sa façon de rentrer (en arrière) les roues sortent de moitié et protègeront également le dessous de l’aile ; décidément ce Zlin à beaucoup d’avantages ! Les roues sont des Robart recoupées.
Un petit mot sur le profil qui est l’évolution SB 96V/VS. Après l’avoir essayé sur un planeur, j’ai décidé de le mettre sur le Zlin. Ce n’est certainement pas l’idéal pour un P.S.S. mais au moins il pourrait voltiger sans souci ! Pour en tirer le maximum, j’utilise les ailerons en volets avec le manche des gaz. Le pilotage est un peu plus complexe, surtout quand on voltige mais cela permet de bien garder sa vitesse dans toute les phases de vol, d’avoir une modèle presque identique aussi bien en vol à plat qu’en vol dos et de pouvoir “gratter” un peu lorsque le vent est “limite”.
Le stab est réalisé de la même façon que l’aile, à savoir polystyrène, balsa, kraft et peinture. La dérive elle, est réalisée en structure coffrée pour la partie fixe et entoilée pour le volet. La grande arête dorsale est en balsa de 100/10. Pour s’adapter au fuselage, la dérive à une épaisseur de 30 mm au niveau de l’articulation. Celle-ci est donc réalisée comme le réel avec une articulation en demi-rond.

Départ au trou. Il faut un lanceur efficace pour lancer les 4,5 kg de ce gros P.S.S. sans partir avec... Après avoir vu voler Benoit et son Zlin, on garde longtemps un souvenir ému. Son pilotage est vraiment époustoufflant.
Avec un tel volet de dérive, on comprend que les renversements passent aisément.
Vol dos à frôler les moustaches. Impressionnant dans l’objectif...


Adaptation
Sur le fuselage, le plus gros travail fut de refaire l’assise de l’aile. En effet, le profil prévu pour la version motorisée était beaucoup plus épais que le SB96. Heureusement, les grands Karman permettent de cacher ce défaut et pas mal d’époxy et de micro-ballons aidèrent à boucher l’espacement.
L’aile est fixée à l’aide de 4 vis nylon de 6 m qui serviront de fusible au cas où... Aucun couple n’a été rajouté dans le fuselage, l’aménagement de la cabine en baquet et la fixation du servos de profondeur ont été jugés suffisants pour rigidifier l’ensemble.
Pour le centrage, la radio loge tout à l’avant dans le grand capot moteur. Une platine en balsa et fibre sert de support au servo de dérive, au récepteur et à la batterie. Seul le servo de profondeur est placé au milieu du fuselage pour éviter une commande trop grande. Celle-ci est en baguette de bois dur et une fourche vient commander les deux volets de profondeur. La commande de dérive est en câble acier aller-retour. La batterie de 4 éléments a une capacité de 2 A. Il a fallu tout de même près de 300 g de plomb pour obtenir un centrage correct. Celui-ci est en grande partie dans le cône et environ une centaine de grammes est fixé sur la platine radio pour peaufiner le centrage. Le cône a été tourné dans du Styrofoam puis recouvert de fibre et peint.
Les servos utilisés sont les Futaba 9102 aux ailerons et 9204 pour la profondeur et la dérive. Pour être digne d’un P.S.S. un minimum de détails ont été réalisés tels que l’aménagement du cockpit avec les instruments en relief, un siège… ainsi qu’un faux moteur à peine visible par l’ouverture de devant du capot et par les ouies d’aération. Mais il y en a encore beaucoup à faire : le tube pitot, la roulette arrière non rentrante, un pilote pour rendre le vol plus réaliste...
Avant peinture, pour souligner les emplacements métalliques, des bandes de Vénilia coupées en 3 mm de large sont collées sur le fuselage et l’aile. Quelques rivets posés à la colle blanche viennent également renforcer l’aspect métallique de certains endroits, comme le capot moteur et les réservoirs d’aile.
La décoration choisie est bien entendue celle du Zlin de “Léon” Mathis, visible à la Ferté-Alais et qui est la reproduction de celle de l’équipe de voltige tchèque des années 70/80. C’est une décoration ultra simple mais qui jette un maximum dans un beau ciel bleu !

Passage en légère glissade, à quelques centimètres de la verdure.
En vol, on croirait presque le vrai. Il manque un pilote pour occuper l’immense verrière.

En l’air
Les premiers vols du Zlin se sont déroulés sans soucis. Le lancer doit être énergique comme pour tous ses congénères, une pente avec un bon rendement et un petit vent dans l’axe sont préférable pour un vol en sécurité. Le modèle est très sain grâce à une charge alaire plutôt faible de 50 g/dm2. Le vol peut être lent, traînée oblige, mais le Zlin peut également accélérer grâce au profil retenu (SB96) pour pouvoir passer une voltige basique. Pour vous donner une idée de la puissance du réel, le Zlin est capable d’un tonneau vertical mais arrivé en haut, l’avion est totalement arrêté. On est bien loin des Cap et autres Sukhoï !
Le modèle est capable de réaliser une voltige très réaliste même sans moteur. Celle-ci se limitant aux tonneaux, boucles, renversement, vols dos, vrilles et enchaînements de 8 cubain. La dimension des gouvernes identiques à celles du réel rendent le modèle assez vif malgré sa taille, surtout aux ailerons, les tonneaux sont donc assez facile à réaliser car le fuselage assez haut et le grand volet de dérive aident bien. J’utilise un double débattement aux ailerons et à la profondeur que j’active en fonction des figures. Si la pente “donne bien” il est possible d’enchaîner un petit programme de voltige en jouant avec l’inertie du modèle.
Ce modèle a été présenté à la rencontre P.S.S. de Mâcon 2001 où il a terminé deuxième, mais je vole régulièrement avec car il est très agréable à piloter.

Il faut être sûr de ses trajectoires avant de tenter un passage aussi osé. Pas de problème, Benoit maîtrise parfaitement son Zlin.
Passage au ras de l’antenne. On voit qu’à Cherbourg, ce ne sont pas quelques gouttes de pluie qui font peur aux pilotes...

Pour contacter l'auteur : benoit-plr@jivaro-models.org
La photo originale. La même utilisée en couv par les bons... et les mauvais !
(Le ciel de Cherbourg n'est pas toujours gris...)

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page