Home
Sujet ajouté le
1er novembre 2010
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

Twister RC

Le delta qui fuse !

Présentation : Laurent Berlivet

Les kits d'appareils propulsés par moteur à poudre ne sont pas fréquents sur les étagères de nos détaillants. C'est pourquoi j'ai foncé tête baissée et j'ai aussitôt commandé un kit de Twister lorsque j'ai découvert ce petit delta sur le site de vente en ligne de Copaéro.
Pour accompagner le kit, j'ai acheté aussi 2 paquets de 10 moteurs Held 1000 préconisés. Un petit colis très plat est arrivé quelques jours plus tard, en parfait état.

Caractéristiques techniques

Nom : Twister
Marque : Klima
Importateur : Copaéro
Envergure : 40 cm
Longueur : 36 cm
Surface : 6,8 dm²
Poids : 104 g
Charge alaire : 15,3 g/dm²
Radio : 2 voies
Moteur : Weco Held 1000


Décollage depuis la rampe de lancement, droit vers le ciel.
 
Le vol propulsé est joliment ponctué par un petit panache de fumée.

 
Pas vraiment imposant, le Twister posé à côté de son émetteur. C'est en vol que ce petit delta se fait remarquer car il est propulsé par un moteur à poudre. Quelques jours après avoir passé commande, le kit arrive dans un paquet tout plat.

Contenu du kit

A l'intérieur, les éléments qui composent le kit, emballés dans une pochette en plastique renforcée par une feuille de carton. L'inventaire est rapide : commençons par l'aile triangulaire en carton-plume (sorte de Dépron coffré de chaque côté par du bristol) avec les élevons pré-découpés et deux dérives taillées dans le même matériaux. Ca n'est pas ce qu'on fait de plus léger à cette échelle, mais c'est assez rigide pour pouvoir se passer de tout renfort. Un morceau de contre-plaqué de peuplier sert de fuselage. Il est percé à l'avant pour recevoir une soute à lest, utile pour la version vol libre mais dont il faut absolument se passer en version RC afin d'éviter toute surcharge. Un tube en alu très léger fermé d'un côté fait office de support moteur. Sa fixation sur le fuselage se fait avec 2 colliers en nylon. Un baquet en plastique thermoformé est prévu pour masquer la radio, il sera maintenu par les 2 vis livrées. 2 morceaux de corde à piano serviront à confectionner les tringleries tandis que deux "gros" morceaux de baguette de pin sont destinés aux guignols. Le petit morceau de tube en plastique servira de guide pour la rampe de lancement. Il reste un morceau de ruban adhésif aluminium qui sera collé sur l'aile en arrière du moteur pour protéger le matériau de la chaleur et des projections de poudre. Pour compléter tout ça, on a droit à une planche d'autocollants colorés de belle qualité. Comme vous pouvez le constater, le kit est complet mais il n'y a cependant pas la moindre notice.

 
La pochette n'est pas épaisse, mais tous les éléments sont livrés. Détail du contenu : une aile et des dérive en carton plume, un fuselage en bois, un support moteur en alu et tous les accessoires.

Les propulseurs à poudre Weco Held 1000
Il s'agit de moteur à poudre noire, type "booster", ce qui signifie qu'ils ne comportent pas de charge d'éjection pour un éventuel parachute ; ils ne peuvent donc pas être utilisés pour des fusées, sauf éventuellement pour les étages inférieurs de celles qui en ont plusieurs.
Ces moteurs sont donc destinés à propulser des planeurs très légers. Ils pèsent 24 g lorsqu'ils n'ont pas encore brûlé. Ils sont vendus par paquet de 10, accompagnés d'un sachet contenant des mèches servant à l'allumage avec un briquet. La cartouche vide en carton avec sa tuyère en ciment pèse quelques grammes et retombe en chute libre lorsque la combustion est terminée. Elle s'éjecte toute seule du tube alu dans un petit claquement caractéristique. La poussée de ces moteurs dure 5 secondes, avec un pic au démarrage de 7 Newton puis une poussée constante de 1,4 Newton. Pour éviter que les mèches ne glissent de la tuyère, je glisse souvent un tout petit morceau de brindille pour les bloquer avant la mise à feu.
Les moteurs à poudre noire sont vendus dans le commerce par paquet de 10.

Montage express

Afin d'obtenir un modèle équilibré sans avoir à ajouter du plomb, j'ai commencé par calculer le point de centrage, à 25% de la corde moyenne, soit 13 cm du bord de fuite. Ensuite, on sépare les élevons avec quelques coups de cutter, puis on biseaute au niveau de l'articulation pour permettre le débattement. La lame de cutter, ou mieux, de scalpel, doit être bien affûtée et inclinée. J'en ai profité pour donner un petit coup sur la partie arrière les dérives, afin de pouvoir cabrer davantage sans que les gouvernes n'arrivent en buttée.
Le morceau de contre-plaqué en forme de fuselage est collé avec une fine couche d'époxy. Pour lui donner un aspect plus agréable, je l'ai passé à l'enduit nitro et peint en orange fluo, ça sera bien visible en vol. Le tube alu est attaché dessus avec les deux colliers nylon. Les gouvernes sont fixées à l'aide de ruban adhésif et les dérives collées dans les découpes prévues dans l'aile.
Il ne reste déjà plus que la radio à installer... Pour cela, il faut pré-positionner les éléments afin d'obtenir un centrage sans plomb. Si on souhaite utiliser le carénage fourni pour recouvrir la radio, il ne faut pas utiliser du matériel trop léger. Dans le cas contraire, il faudrait plomber l'avant. Les servos Naro GWS sont placés le fond l'un contre l'autre et immobilisés à l'adhésif double face. Les palonniers traversent l'aile dans deux saignées creusées à la demande. J'ai utilisé les guignols et tringleries livrés mais il y a moyen de faire plus léger ici. Le récepteur est un petit Corona 4 voies, alimenté par un unique élément Lipo de 340 mAh.
Le carénage en plastique est ajusté et fixé au moyen de 2 vis. J'ai dû rajouter un petit bloc de balsa à l'arrière pour qu'elle vienne se visser dedans.

 
Séparation des élevons prédécoupés à l'aide d'une lame de bistouri.   Biseautage des élevons pour permettre leurs débattements.

 
La partie arrière des dérives a été recoupée pour augmenter le débattement à cabrer.   Le petit fuselage en bois reçoit une couche d'enduit bouche-pores.
 
Un voile de peinture de peinture orange fluo améliorera la visibilité en vol de ce petit modèle.   Le support moteur en alu (fermé à une extrémité) est maintenu avec des colliers nylon. En plaçant un moteur à l'intérieur, on évitera de l'écraser au serrage.
 
Une encoche supplémentaire a été découpée. La batterie viendra s'y glisser.   Les autocollants sont découpés et collés avant assemblage, c'est plus facile.
 
Un morceau d'adhésif aluminium protège l'aile des projections de poudre à l'arrière du moteur.   Des fentes sont découpées pour laisser passer les palonniers de servos.
 
Détail de l'installation radio, placée sous l'aile. Deux servos, un petit récepteur et un élément Lipo.   Le carénage de la radio en plastique thermoformé doit être découpé et ajusté.
 
Le carénage en place, maintenu par 2 petites vis. La radio est bien protégée à l'intérieur.   Les guignols en bois livrés dans le kit. On pourra mettre moins costaud...
 
On voit les palonniers de servos qui passent à travers l'aile, ainsi que le petit tube de lequel sera glissée la rampe de décollage.

Mise à feu !

Il faut réaliser une base de lancement. Ca peut être une planche de 25x25 cm qui donnera la stabilité, sur laquelle on a collé un petit bloc de bois dur percé. Dans le trou, on glisse une corde à piano diamètre 3 mm d'un mètre de long, pointée vers le ciel. Le modèle est glissé sur cette corde à piano grâce au petit tube collé sur le côté.
Même si c'est beaucoup plus amusant d'utiliser un système de mise à feu électrique qui démarre à la fin d'un compte à rebours précis, j'ai utilisé les mèches fournies qu'on allume avec un briquet.

 
Le modèle est coloré, il sera plus facile à voir en vol.
 
Mise en place du moteur dans son support en alu. S'il flotte trop librement, un tour de ruban adhésif sera utile pour le bloquer sans forcer.

Attention les doigts, car la mèche allumée grésille et envoie des petites gouttes de poudre incandescente sur sa périphérie. On se recule de quelques mètres, le moteur démarre quelques secondes après dans un chuintement caractéristique, et le modèle décolle aussitôt droit vers le ciel. Juste après le décollage, on sent nettement que la poussée diminue et se stabilise pour durer plus longtemps. Les gouvernes répondent sans violence et il est facile de replacer le Twister s'il a eu tendance à s'éloigner de la trajectoire optimale souhaitée. Après 5 secondes et une quarantaine de mètres, la poudre est entièrement consommée. La dernière poussée du moteur se fait vers l'avant, ce qui a pour effet d'éjecter la cartouche qui retombe en chute libre, sans risque de blesser quelqu'un. Le Twister se retrouve alors en vol plané. On constate très vite qu'il ne s'agit pas d'un modèle fait pour traquer la bulle, mais plutôt d'une navette spatiale qui ne demande qu'à regagner la piste ! Quelques virages, tonneaux, ou bien une boucle si on s'y prend assez tôt et s'est déjà le retour au sol où ça se pose sans même glisser.
Le vol n'a duré qu'une poignée de seconde, mais les sensations ressenties aux manches durent plus longtemps, tout comme la joie des spectateurs ravis. Même si le modèle n'est pas bien grand, son vol est apprécié en démonstration pour son côté spectaculaire.
Il est possible de grimper beaucoup plus haut en utilisant 2 moteurs réunis bout à bout par un tour de ruban adhésif. Lorsque le premier finit de brûler, la flamme qui se dégage vers l'avant suffit pour mettre à feu le deuxième moteur. Le scotch fond instantanément, libérant la cartouche brûlée. Même si la masse au décollage était plus importante, le modèle utilisera son deuxième moteur en partant de beaucoup plus haut et avec déjà une certaine vitesse. La poussée totale est de 10 secondes, ce qui permet d'occuper déjà un certain volume dans le ciel. Et comme la trajectoire est soulignée par un trait de fumée, c'est plutôt impressionnant

Si on souhaite grimper beaucoup plus haut, il est possible de placer deux moteurs bout à bout.
Décollage avec deux moteurs.

Pour conclure

Vous l'avez compris : si vous recherchez la performance, passez votre chemin... Mais si vous aimez les modèles ludiques, insolites, et le côté pyrotechnique, le Twister vous permettra de tester la formule peu répandue. Avis aux astronautes en herbe...

On aime

  • Originalité
  • Kit artisanal complet
  • Côté spectaculaire

On aime moins

  • Poids élevé pour la taille
  • Durée d'un vol
  • Prix d'un vol (± 1,60 €)

 
L'instant précis où le moteur complètement brûlé s'éjecte et retombe en chute libre.
  Telle la navette spatiale, le Twister redescend en vol plané.

Contacter l'auteur : laurent@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.