Home
Sujet ajouté le
28 juin 2006
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

 


TRITON

Une bonne bête...
Texte : Franck Aguerre
Photos : Pascale Constantin

Le Triton
de Great Planes est un chargeur de terrain programmable de milieu de gamme, d’origine américaine, très intéressant.


Batterie en charge : les valeurs affichées sur le chargeur sont très justes.
Caractéristiques techniques :
Alimentation : 10,5 à 15,0 V CC
Masse : 466 g
Sortie : connecteurs pour fiche banane Ø 4 mm
Charge Ni-Cd / Ni-MH :
1 à 24 éléments. 0,1 à 5,0 A. Fin de charge par zéro delta V (détection du moment où la tension de l’accu ne monte plus et n’à pas commencé à descendre )
Charge Lipo/Lion : 1 à 4 éléments. 0,1 à 2,5 A. Charge à tension constante / intensité constante
Charge plomb : 3, 6, 12, 24 V. 0,1 à 5,0 A. Charge à tension constante / intensité constante.
Détection de température : 16 à 55° C
Charge d’entretien Ni-Cd/ Ni-MH : 0 à 250 mA, suivant l’intensité de charge
Décharge Ni-Cd / Ni-MH : 0,1 – 3,0 A, coupure à 0,5 – 1,2 V par élément.
Décharge Li-Po/Li-Ion : 0,1 – 2,5 A, coupure à 3,0 V par élément.
Décharge plomb : 0,1 – 3,0 A, coupure à 1,8 V par élément.
Nombre de cycle : 1 à 10
Nombre d’accus mémorissables : 10

Bien entendu, le premier intérêt que l’on puisse porter à ce chargeur est son prix extrêmement attractif, bien en dessous de nos standards européens. A se demander si les performances seront de la même veine… Et pourtant, il suffit de lire le résumé de ses caractéristiques pour se convaincre que l’on a affaire à du matériel de premier plan. La charge des Ni-Cd, Ni-MH est bien sûr de la partie mais il charge aussi les accus au plomb et surtout les maintenant très populaires accus Lithium Ion et Lithium Polymère. Et sur le papier les performances sont plutôt alléchantes : batterie au plomb jusqu’à 24 V, 1 à 24 éléments standard et 1 à 4 éléments Li-Ion ou Li-Po, charge à 5 A et décharge à 3 A. Voilà de quoi couvrir la très grande majorité des besoins !


Le Triton est un chargeur compact économique, adapté à toutes les batteries principalement utilisées en modélisme, y copris les plus récentes. La sonde de température est livrée en option.

Premier contact
Dès l’ouverture de la boîte, la première impression est de bon augure pour la suite des essais. Si l’emballage est classique, quoique bien décoré, l’aspect du contenu qui nous intéresse davantage inspire confiance.
Le boîtier est tiré d’un profilé en aluminium anodisé incolore de très belle qualité, incluant des ailettes de refroidissement de dimensions généreuses. De part et d’autre, il est fermé par des joues en plastique fixées sur des bossages du profilé par 4 vis. Une des joues permet le passage du câble d’alimentation, l’autre reçoit deux douilles de 4 mm pour la connexion de l’accu, ainsi qu’un connecteur type Futaba dédié au branchement de la sonde de température. Et oui, ce chargeur peut recevoir, pour un tarif très raisonnable, une sonde thermique montée sur un ingénieux système de fixation sur l’accu à surveiller. La façade appelle elle aussi pas mal de commentaires positifs. Elle se compose d’une pièce en plastique rouge incrustée dans le boîtier, d’une qualité correcte. Cette façade supporte un afficheur 2 lignes très lisible, un ventilateur et les boutons de contrôle. Ces derniers au nombre de 3, sont agrémentés d’un petit texte ou d’un sigle, tous très parlants :
- Le premier, nommé « Menu » sert à accéder au paramétrage propre à chaque type d’accumulateur.
- Le second bouton, « Batt Type », sert à sélectionner le type de chimie de l’accumulateur à charger.
- Le troisième bouton est quelque chose d’unique dans le monde des chargeurs, et pourtant cela est franchement génial à l’usage. Il s’agit d’un bouton 3 fonctions. La première fonction, assurée par la rotation du bouton, permet de passer d’une page de menu à l’autre ou de régler une valeur. La seconde fonction, permet d’entrer ou de valider un réglage par une pression brève sur ce bouton. La troisième fonction sert à démarrer la charge par une pression longue sur ce même bouton. Pour les amateurs de radio Multiplex, c’est exactement le même principe de navigation que le système de souris de cette marque.
A l’intérieur de ce boîtier, on trouve une électronique très propre, presque entièrement réalisée en CMS hormis les composants de puissance : la self de pompage, les transistors, quelques condensateurs et diodes. L’organisation des composants est très « germanique », très carrée. C’est du beau matériel. Un petit reproche : j’ai trouvé que le vernis de protection était un peu léger. Les câbles d’alimentation sont aussi d’une section calculée au plus juste, et sont de surcroît un peu rigide. Cela est cependant sans conséquence sur la durée de vie ou les performances du chargeur (on ne peut pas non plus mettre du 4 mm² ultra-souple sous gainage silicone à chaque produit, surtout dans ce cas où le prix est très compétitif...).


Sur le côté, les fiches pour brancher l’accu et la sonde. Aucun cordon de charge n’est livré.

La notice, en anglais malheureusement pour ceux qui ne maîtrisent pas cette langue, est très complète, et est un modèle du genre. En effet, elle fourmille d’informations pratiques sur le fonctionnement du chargeur et aussi sur les précautions qu’il est toujours utile de rappeler.
Voici, en vrac, quelques éléments qui m’ont vraiment beaucoup séduit :
Le synoptique des menus déroulants est très clairement détaillé sur plusieurs feuilles, avec à chaque étape le rappel du bouton à appuyer pour y arriver, et aussi les bornes des valeurs qui peuvent être saisies. Chaque feuille détaille le menu déroulant propre à chaque étape de navigation : réglage du type de batterie, réglage du type de charge ou décharge, paramétrage des fonctions de surveillance et de sécurité, navigation pendant l’opération de charge et décharge, messages d’erreurs.
Un tableau de performance est fourni, donnant les intensités maxi que peut délivrer le Triton en charge, ou absorber en décharge, en fonction de la tension de la batterie. Vraiment très bien, d’autant plus que les essais confirmeront la justesse de ces valeurs !
De nombreux conseils sont donnés en fonction des batteries à charger. Par exemple, quels sont les réglages (intensité de charge et valeur du delta-peak, intensité de décharge et valeur du seuil de coupure…) à adopter en fonction du type d’accu (composition chimique et capacité).
Il y a même un schéma donnant les polarités à respecter pour brancher un cordon de charge d’émetteur ou d’accu de réception pour la majorité des marques de radio-commandes.


Charge d’un accu Li-Ion de 3 éléments de 1,5 A. Ici, l’accu a emmagasiné 971 mA en 42 minutes.

La navigation dans les menus
Comme vous l’avez lu ci-avant, elle se résume à l’utilisation de 3 boutons, là où beaucoup de ses concurrents utilisent 4 à 6 boutons. Honnêtement, il m’a fallu moins de 5 minutes sans la notice pour maîtriser le logiciel de ce chargeur, c’est dire s’il est bien conçu et simple d’emploi. Et pourtant les menus s’avèrent être très complets.

Voici le parcours d’une utilisation type pour une charge :
Appui sur « Batt Type », autant de fois que nécessaire pour choisir la chimie de son accu. On déroule ainsi une boucle de 5 étapes. Les 4 premières correspondent aux 4 types d’accu à charger, la cinquième permet d’enregistrer ses paramètres de charge sur 10 mémoires (désignation de l’accu, chimie, nombre d’éléments, courant de charge, courant de décharge, tension de décharge par élément).
Utilisation du bouton rotatif pour choisir l’action à réaliser : charge, décharge, charge puis décharge, décharge puis charge. A noter que les 2 dernières actions ne sont pas proposées pour les accus au plomb ou les accu à base de Lithium.
Validation de l’action d’une pression sur le bouton rotatif.
Si nécessaire, appui sur « Menu ». On peut y régler tous les paramètres de fonctionnement et de sécurité du chargeur (sonnerie du buzzer, timer de sécurité, température maxi de l’accu, durée de désactivation du delta-peak au départ de la charge, nombre de cycles, temporisation entre chaque cycle, sensibilité du delta-peak, capacité maxi de l’accu à charger, charge supplémentaire de maintien à injecter après la coupure delta-peak). Suivant les accus, certaines fonctions ne sont pas disponibles. Par exemple, le delta-peak n’est pas utilisé dans le cas d’une charge d’accu Lipo.
Re-appui sur « Menu » pour sortir du paramétrage et revenir au menu de l’action à réaliser.
Pression courte sur le bouton rotatif pour entrer dans le réglage de l’intensité de charge. Elle peut aller de 0.1 à 5A, ou alors être mise en mode « Auto ». Dans ce cas, c’est le chargeur qui va analyser la batterie pour trouver le courant de charge optimal.
Pression courte sur le bouton rotatif pour valider ce réglage.
S’il une seconde valeur d’intensité est à régler (pour la décharge par ex), ou une tension de décharge, un second appui court sur le bouton rotatif permet de la régler.
Appui long sur le bouton rotatif, la charge commence

A tout moment, on peut interrompre la charge en appuyant le bouton « Menu ».

Pendant la charge, les informations suivantes sont affichées, réparties sur deux écrans, et accessibles en tournant le bouton rotatif :
Type de chimie de l’accu, capacité chargée, tension de l’accu, intensité de charge (on peut la régler en charge avec le bouton rotatif) et durée de charge en minute.
Durée de charge complète : heure – minute –seconde

Toujours pendant la charge, en appuyant sur « Batt Type », on peut avoir des informations complémentaires, réparties sur 4 écrans. Le passage d’un écran à l’autre se fait en tournant le bouton rotatif, et le retour aux informations de charge se fait avec le bouton « Menu ». Ces écrans donnent les informations suivantes :
- tension d’alimentation du chargeur et tension de l’accu
- tension maxi et tension moyenne de l’accu au court du processus
- capacités enregistrées lors des cycles de charge et/ou décharge précédents
- température du capteur

Comme on le voit, cette navigation est très intuitive, et aussi très complète. J’ai particulièrement apprécié d’avoir des menus à « géométrie » variable, qui n’affichent que les paramètres utilisables suivant la chimie sélectionnée pour l’accu à charger. Autre point sécurisant au niveau de la charge et la décharge des accus Li-Po ou Li-Ion : le chargeur demande la tension nominale des accus à charge, chose qui est toujours indiquée sur l’emballage de l’accu, plutôt que la tension maxi en fin de décharge que l’utilisateur ne connaît pas forcément. Dans le même registre de sécurisation, le choix de cette tension n’est pas linéaire, le chargeur proposant déjà les valeurs typiques des accus : 3,6 V, 3,7 V, 7,2 V, 7,4 V … De même lors de la décharge des Li-Po, il propose des valeurs de coupure garantissant une bonne santé de l’accu, à savoir 3V par élément.

Seul petit bémol : la température du capteur est en degré Fahrenheit et non en degré Celcius, cela peut dérouter les utilisateurs européens. Cependant, la conversion est très simple :
°F = °C x 1,8 +32.
Donc si on fixe 45°C comme limite, ce qui est très courant, cela correspond donc à 113°F.


On navigue dans les différents menus avec les boutons poussoirs et dans les sous-menus avec le rotatif. Validation par une pression.

Les essais
Comme pour le comparatif de chargeur à moins de 100 € paru dans le n°1 de Passion’Ailes, j’ai essayé ce chargeur avec un grand nombre d’accumulateurs, de 4 éléments 100 mA jusqu’à 16 éléments 1000 SCR pour les Ni-Cd, de 4 éléments de 700 mA à 10 éléments 1400 mA pour les Ni-MH, de 2 éléments 1200 E-TEC à un pack de 3S2P de 1500 Kokam pour les Li-Po. J’avoue ne pas avoir testé la charge d’accu au plomb, cela fait bien des années que je n’en ai plus dans ma caisse de terrain… Pour information, l’alimentation utilisée est issue d’un PC, et délivre du 12 V stabilisé, avec une intensité admissible de 12 A. Cette dernière valeur peu paraître largement suffisante, mais il faut bien comprendre qu’elle devra débiter, par exemple, au moins 10 A pour la charge d’un accu de 16 éléments à 4 A. Et oui, cela consomme finalement pas mal quand il faut élever la tension !

Bien entendu, et heureusement d’ailleurs, tous les essais de charge et décharge ont été passés avec succès, quelle que soit l’intensité de charge ou de décharge, choisies quand même dans des limites acceptables pour les accus essayés.

Ceci dit, j’ai relevé des points assez intéressants :

- L’intensité réelle est très fidèle à celle affichée : l’optimisme de l’affichage ne dépasse jamais la réalité de plus de 0,05 A à l’intensité maximale (5A), soit un écart de 1%, ce qui est très bien.
De même, la tension affichée ne dépasse jamais la tension réelle (attention, mesurée à la sortie du chargeur, donc ne tenant pas compte des pertes du cordon reliant l’accu au chargeur) de plus de 0,05 V. Par contre, il y a un cas de figure particulièrement étrange : uniquement avec un accu Lipo de 3 éléments, le chargeur surévalue systématiquement la tension réelle de presque 0,1 V pendant toute la charge. Cela est sans aucune conséquence pour l’accu, et le manque de capacité à charger est très faible, mais c’est quand même très surprenant.
La plage de réglage de la sensibilité du delta-peak (5 à 20 mV par élément pour les Ni-Cd et 3 à 15 mV les Ni-MH) est très étendue, et bien pratique pour avoir une montée en température minimale de l’accu en fin de charge. Il faut juste faire quelques essais pour trouver le bon compromis température / capacité, sachant qu’il vaux mieux quelques mA de moins et avoir un accu presque froid à la fin de la charge ! La notice du Triton suggère 10 mV pour la majorité des Ni-Cd et 5 mV pour les Ni-MH, ce sont des valeurs qui donnent un bon compromis. A retenir donc pour les premières charges.
- En charge automatique, malgré les mises en garde de la notice (normal, on ne sait jamais en cas de pépin), le Triton se comporte très bien. En moyenne, il finit par choisir un courant de charge de l’ordre de 2C pour les accus Ni-MH et Ni-Cd. Pas de charge automatique avec les Lipo : il faut choisir soi-même le courant de charge, en veillant à ne jamais dépasser 1C.
Le chargeur se révèle très prudent avec les accus Lipo : au début de la charge, il ne faut pas moins de 5 minutes pour que le courant de charge arrive à la valeur désirée, par palier successifs. J’imagine qu’il vérifie pas mal de paramètres indispensables à la survie de ces accus très performants, mais peu tolérants envers les erreurs pendant la charge.
Cette impression de prudence vis à vis des accus Lipo a été confortée par un test bien involontaire mais qui aurait pu être lourd de conséquences : j’ai chargé un accu Lipo 2 éléments avec le réglage de tension calé sur 11,1 V nominal. Le chargeur a commencé à charger tout doucement l’accu, puis il s’est arrêté avec un petit message indiquant que l’accu n’était pas adapté à ces réglages. Ouf !
- Le ventilateur est asservi à la puissance de charge ou de décharge. Il ne tourne donc pas en permanence, et plus ou moins vite suivant le besoin.
- La sonde de température s’est révélée être très pratique à fixer sur les accus traditionnels (à condition de pouvoir passer la sonde sous la gaine thermo), et se montre extrêmement réactive. Il suffit de la prendre avec les doigts sur la zone ou se trouve le capteur pour voir immédiatement l’afficheur indiquer un réchauffement. Et quand la température atteint la limite réglée, la coupure de la charge est immédiate.
- Le test de la charge au travers d’une diode (émetteur RC) passe sans encombre, de même que la détection d’un accu défectueux.
Globalement, ce chargeur chauffe peu en charge, ce qui renseigne sur le bon rendement du système d’élévation de tension. En décharge, il chauffe bien entendu plus, rien de plus normal vu que son rôle est de dissiper en chaleur l’énergie contenue dans l’accu à décharger.


En plus d’un radiateur, le Triton est équipé d’un petit ventilateur pour dissiper la chaleur, notamment lors d’une phase de décharge.

Il y a aussi quelques légers inconvénients à souligner :
- L’écran n’est pas rétro-éclairé, ce qui est un peu dommage dans des conditions d’éclairage un peu faible. Ceci dit, le contraste de l’affichage étant excellent, rares seront les occasions où ce manque se fera sentir.
- Contrairement à d’autres chargeurs, celui-ci n’affiche les tensions de l’accu et de l’alimentation que pendant et à la fin des phases de charge ou de décharge. Certaines personnes aiment bien connaître la tension de la batterie de leur voiture avant la charge, ou la tension de l’accu à charger pour avoir une idée de son état. Pour les autres qui ont toujours dans leur caisse un multimètre de poche, le manque se fera moins sentir.

Question performance pure, comme le montre le graphique, le Triton est capable de charger à 5 A jusqu’à 18 V. Cela veut donc dire que l’on pourra charger un accu 12 éléments Ni-cd ou Ni-MH à cette intensité pendant tout le processus de charge. Avec des gros accus de 14 ou 16 élements, par exemple de 3000 Ni-MH, l’intensité de charge ne faiblit que vers la fin, donc l’intensité moyenne reste très correcte. Au-delà, c’est-à-dire jusqu’à 24 éléments, il ne faudra pas espérer charger cette capacité d’accu en moins de 1 H 00 à 1 H 30 suivant le nombre d’éléments, ce qui n’est pas mal tout de même. Avec les accus à base de Lithium, l’intensité est limitée à 2,5 A et le nombre d’éléments à 4, ce qui rend possible la charge d’accus de 14,8 V - 4000 mA dans un temps acceptable (environ 2 H 00).
Au final, quelle que soit la technologie de l’accu à charger, les capacités de charge du Triton me semblent largement suffisantes pour un bon nombre de modélistes, dont la majorité des modèles embarquent des accus de moins de 14,8 V et 3000 mA.
Pour la décharge, le Triton étant conçu pour dissiper 20 W maximum, il ne faudra pas être trop pressé si l’objectif est de cycler de gros accus. Dans ce cas, il vaut mieux l’utiliser uniquement comme appoint pour terminer une décharge avant de réaliser une charge. Par contre, pour des accus jusqu’à 1000 à 2000 mA suivant le nombre d’éléments, dont l’intensité de décharge peut être de 2 C, il devient tout à fait envisageable de réaliser des décharges complètes ou des cycles.


La sonde de température optionnelle. Il faut retirer la gaine pour que la mesure soit efficace. Celle-ci apparaît malheureusement en °F et non en °C donc il faut faire la conversion.

Conclusion
Au final, le jugement que je peux porter à ce chargeur est assez lapidaire : très bien ! En effet, pour un prix plus attractif que la majorité de ses concurrents, on dispose d’un chargeur suffisamment puissant pour couvrir la majorité des besoins des modélistes et surtout très abouti au niveau de sa conception et de son fonctionnement. Dans l’ensemble, le Triton est tout simplement un très bon chargeur.

On aime

  • les performances jusqu’à 14 à 16 éléments standard
  • la sécurité par sonde thermique
  • la sécurité en cas d’erreur sur la tension des accus au Lithium
  • la protection totale du chargeur (inversion de polarité en entrée et en sortie, sécurité thermique interne)
  • la bonne gestion de la charge, en manuel ou en automatique, tous types d’accu confondus
  • l’interface utilisateur avec son bouton rotatif
  • la programmation intuitive et complète
  • l’affichage très clair et lisible
  • la réalisation sérieuse
  • la notice très complète
  • le prix

On aime moins

  • l’absence de rétro-éclairage
  • le câble d’alimentation de qualité moyenne
  • l’affichage de la température en °F et non °C
  • l’absence d’affichage des tensions avant de démarrer le processus de charge ou de décharge
  • le courant de décharge un peu faible à partir de 10 éléments

Contacter l'auteur : franck.aguerre@jivaro-models.org
 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page