Home
Sujet ajouté le
3 décembre 2014
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

Sbach 342SBach 342, un voltigeur abordable

Présentation : Romain Berlivet

Les avions de voltige « grandeur » ont toujours fasciné les modélistes. Parmi les meilleurs appareils actuels au monde, le SBach d'XtremeAir, d'origine allemande, se classe dans le peloton de tête à chaque compétition. Le fabricant, Miniprop, s'est vaguement inspiré de la variante biplace et propose cette version minimaliste en EPP, précisant qu'il s'agit d'un KISS-Kit, soit Keep It Stupidly Simple (Gardons-le stupidement simple...).

Passage tranche AU sol
Vol vertical Passage dos
Le SBach 342 est un petit modèle idéal pour perfectionner son pilotage en voltige, compact, précis et robuste. La dérive est très efficace et le vol sur la tranche facile, la puissance permet même de réaliser des boucles dans cette position.
Le volume nécessaire aux évolutions de ce SBach est réduit. Un terrain de football suffit amplement.

Caractéristiques
Marque : Miniprop
Nom : SBach 342
Prix TTC indicatif : 55,00 €
Envergure : 90 cm
Longueur : 77 cm
Corde : 25 - 11 cm
Profil : Symétrique 14%
Surface : 16,2 dm²
Masse : 430 g
Charge alaire : 26 g/dm²
Equipements
Servos : 4 servos Pro-Tronik 7450 NG-D
Contrôleur : Jamara Xetronic 12 A
Moteur : Jamara Magnum A2208/22
Hélice : 7"x4"
Pack prop : Lipo 3S 800 mAh
Radio : 4 voies

Le kit est composé d'éléments découpés dans de la mousse de polypropylène expansé teintée dans la masse, la couleur vieillira donc bien avec le temps. Si le fuselage est une simple tranche d'épaisseur constante découpée suivant la vue de profil de l'appareil, l'aile est équipée d'un vrai profil symétrique taillé pour voltiger. Le stabilisateur et la dérive sont issus de simples plaques qu'il faudra rigidifier avec des renforts en carbone.
Ce kit est disponible de 2 couleurs différentes : le fuselage est toujours gris mais les ailes et les empennages peuvent être jaunes ou rouges, c'est à préciser à la commande.

Le contenu du kit
Le kit est composé d'éléments en mousse EPP teintée dans la masse. Deux livrées différentes sont disponibles.

Tout est livré pour mener à bien la construction, des roues en passant par les charnières ou encore les éléments qui composent les commandes. Il ne manque que l'équipement radio qu'il faut acquérir séparément : un moteur brushless comme le Jamara A2208/14 de 1450 kV pesant 36 g, accompagné d'un contrôleur de 10 à 20 A (ici, un Xetronic 12 A). Il faut ajouter 4 servos type 9 g, un récepteur 4 ou 5 voies et une batterie Lipo de 450 à 850 mAh.
Une notice en allemand illustrée de quelques photos et dessins est livrée, ainsi que sa traduction partielle en anglais. Les étapes du montage étant très réduites et l'installation radio des plus ordinaires, on s'en sortira sans problème, même sans comprendre l'une de ces deux langues.

Le set de motorisation
Le moteur Jamara A2208/14 1450 kV est accompagné d'un contrôleur Xetronic 12 A.

Montage

Le montage n'est pas très long, les pièces étant déjà quasiment toutes découpées à leur forme définitive. Pour commencer, il faut enlever sur chaque demi-aile une petite partie de l'intérieur des ailerons afin qu'ils ne frottent pas sur le fuselage. Les deux demi-ailes sont alors assemblées soigneusement avec de l'époxy, de préférence sur une surface plane, extrados sur le chantier, en contrôlant qu'il n'y ait pas de vrillage. Une fente est alors découpée à l'intrados, à l'endroit où le profil est le plus épais, d'une profondeur d'environ 5 mm sur toute l'envergure pour y introduire les longerons en carbone qui renforceront l'aile. Ils sont collés à la colle cyano infiltrée dans la fente juste avant de les y enfoncer. Ces longerons se croisent au centre de l'aile, ce qui double leur épaisseur sur une dizaine de centimètres, renforçant cette partie très sollicitée lors des ressources. Ensuite on creuse dans l’épaisseur de l'aile l'emplacement des servos afin qu'ils ne dépassent pas, et on les colle à la colle à chaud au pistolet après avoir réglé les neutres avec l'émetteur.

Découpe des ailerons Collage d'emplanture
L'une des rares découpes à effectuer à l'emplanture des ailerons sur les demi-ailes. Le matériau se travaille très facilement.
Découpe pour le longeron Collage du longeron
Les longerons en plat de carbone sont glissés dans une fente coupée dessus-dessous et collés à la cyano.

Le matériel composant les commandes est fourni, il faut coller les guignols en plastique dans les ailerons avec de la cyano et couper les tiges carbone à la longueur adéquate, les petites chapes en nylon sont alors collées dessus en ajustant la longueur pour que les ailerons soient dans l'alignement du profil. Les fils de servos sont glissés dans une fente pratiquée dans l'épaisseur de l'aile et allant jusqu'au fuselage. Les ailerons sont articulés grâce à la découpe au fil chaud, c'est la fine épaisseur de matière restante qui fait office de charnière.
Un trou doit être fraisé dans la hauteur du fuselage pour permettre de raccorder les fils des servos au récepteur. L'aile est déjà construite, il ne reste plus qu'à la coller sur le fuselage mais avant cela il est préférable d’assembler le stabilisateur.

Puits de servo d'aileron Servo d'aileron
Mise en place des servos d'ailerons dans l'épaissaeur de l'aile.
Perçage du fuselage Corde à piano chauffée
Le fuselage est percé pour laisser passer les fils des servos d'ailerons. Une corde à piano chauffée au briquet permet de faire un trou propre.

Empennage

Les volets de profondeur étant de simples plaques, il est nécessaire de couper en biseau la partie située côté charnières pour permettre le débattement. Les charnières sont en fibre, une simple découpe au cutter de part et d'autre suffit pour les mettre en place. On les colle dans un premier temps d'un seul côté (soit dans la partie mobile, soit dans la partie fixe). Après cela, on raccorde les deux volets ensemble avec la baguette en pin fournie. Cette baguette vient se loger à mi-épaisseur du matériau, il faut donc creuser délicatement les volets mobiles. Au moment du collage, faire attention à ce que les 2 volets soient bien à plat et correctement placés par rapport à la partie fixe, ni trop serrés ni trop écartés. On peut ensuite coller le guignol sur le stabilisateur.

Longeron du stab Longeron de stab
Collage du longeron Articulation des gouvernes
Pose du renfort en carbone dans la partie fixe du stab. La partie avant des gouvernes est taillée en biseau.
Raccord des volets de prof Liaison des volets
Une baguette en bois dur réunit les deux volets profondeur.
Charnières souples Profondeur
Mise en place des charnières en fibre. Le collage se fait à la cyano classique, elle n'attaque pas l'EPP.
Volets de profondeur Fusealge ajouré
Le trou pour le guignol de profondeur passe à travers la baguette de bois dur. Le flanc du fuselage a été ajouré pour laisser passer la commande de direction.

Mise en croix

Pour procéder à la mise en croix, j'ai préféré coller le stabilisateur en premier car il est plus facile à introduire dans le fuselage que l'aile. Il est collé à l'époxy 30 minutes en écartant puis en joignant bien les parties inférieure et supérieure de l'arrière du fuselage. Après séchage, on peut glisser l'aile dans le fuselage en passant les fils servos puis on étale la colle sur la partie supérieure afin de coller l'aile. La partie inférieure refermant le fuselage peut être collée en même temps mais il est préférable de le faire après car la manipulation doit être précise. Il ne reste plus qu'à s'occuper de la dérive et de l'équipement dans le fuselage. Pour la dérive, il suffit de faire 2 découpes pour former la charnière comme pour le stabilisateur. La partie supérieure est d'abord collée bien dans l'axe sur le fuselage puis c'est au tour du volet mobile.

Stab en place Charnière de dérive
Collage de la dérive Collage de la dérive
Collage des empennages à l'arrière du fuselage, bien perpandiculaires et dans l'axe du fuselage..
Emplacement du récepteur Récepteur en place
L'emplacement du récepteur est creusé dans le fuselage au niveau de la verrière.
Collage des servos Servos de profondeur et direction
Les servos de profondeur et direction sont immobilisés à la colle à chaud.
Servos Profondeur et direction
Le fuselage découpé dans une plaque de 3 cm est étroit, les servos dépassent donc largement à l'extérieur.
Emplacement moteur Couple avant
L'avant du fuselage est ajouré afin de glisser le couple support-moteur en contre-plaqué.
Moteur et sa croix Collage aile-fuselage

Le moteur est vissé sur sa croix. Quand l'installation radio est terminée, l'aile est collée dans le fuselage.

Installation des équipements

Passons au fuselage. On peut commencer par mettre les servos de profondeur et de direction dans les emplacements qui leur sont réservés, les commandes sont réalisées avec les longues tiges en carbone qui passent à l'extérieur le long des flancs. Le fuselage est creusé pour introduire le récepteur, une saignée est pratiquée pour guider les fils des servos jusqu'à lui.
Pour tenir la cabine en place, j'ai intégré des aimants à l'avant et à l'arrière.
Le support moteur est constitué d'un morceau de contre-plaqué à coller dans la fente prévue à l’avant du fuselage. Il est percé pour recevoir les 4 vis de la croix supportant le moteur. L'emplacement de la batterie est défini en fonction du centrage. On la maintient provisoirement avec un élastique durant l'équilibrage pour ajuster sa position. Pour la placer de façon à rester discrète, le fuselage a été creusé par le dessous, entre le support de train et la cloison moteur. C'est la partie du montage la plus délicate car ce n'est pas très facile d’évider le bloc de mousse. On peut toutefois s'aider d'un fer à souder, ou chauffer au briquet une corde à piano pour faire fondre l'EPP... L'alternative est de creuser le fuselage de part en part dans l'épaisseur pour y introduire la batterie mais elle restera visible. Le contrôleur peut se trouver dans le même compartiment que la batterie s’il est logé par le dessous, sinon il faut creuser un emplacement ailleurs. Avec la configuration choisie, les fils venant du moteur passent à travers les flancs pour être raccordés au contrôleur. Là encore, les trous sont percés avec la corde à piano chauffée.

Aimant fixation verrière Fixation verrière par aimants
Aimant collé dans le fuselage Cabine démontée
Sous la verrière amovible, puisqu'elle tient avec des aimants (non prévus dans le kit), se cachent le récepteur et les servos de l'empennage placés dos à dos.
Contrôleur intégré dans l'épaisseur Emplacement batterie
Le contrôleur est noyé dans l'épaisseur du fuselage, les câbles d'alimentation du moteur qui débouchent à l'extérieur sont redirigés à travers le flanc. Le dessous du fuselage est évidé afin d'y glisser la batterie qui entre en force dans son compartiment.
Train d'atterrissage

Le train d'atterrissage doit être réalisé à partir de la corde à piano qu'il faut tordre soi-même en s'aidant du gabarit se trouvant dans la notice. Une plieuse permet de réaliser des angles propres et précis, surtout au niveau du coude central.

Support de train Assemblage du support de train
Le support de train est issu d'une baguette fraisée. Elle est fendue en deux morceaux qui sont ensuite recollés et insérés dans le fuselage..
Plieuse de corde à piano Etau
Une plieuse est bien utile pour mettre la corde à piano du train en forme de façon précise, en respectant le schéma de la notice. La mienne provient de chez Hobby King.
Gabarit du train Pliage de la corde à piano
Coude central Plus large que celui de la notice
Plage suivant Vérification des angles
Corde à piano coudée Mise en place des roues
Le U central est trop prononcé pour notre plieuse. Il suffit de le réaliser un peu plus large et de respercter les autres angles de pliage.
Collage du support de train Train en place
Le support de train est collé dans le fuselage. Des chutes de mousses referment l'ouverture.
Béquille Béquille
Le jonc de carbone formant la béquille est indispensable, sinon c'est le volet de direction qui touche le sol.

Les roues à rayons avec pneu en mousse sont bloquées par des bagues d'arrêts qui ne faisaient pas partie du kit. Leur aspect n'est pas très réaliste sur ce genre d'appareil mais elles ont l'avantage d'être très légères. La corde à piano constituant le train est immobilisée dans un bloc de bois dur, lui-même collé dans la fente prévue sous le fuselage. Le vide de chaque côté est comblé avec le petit morceau de mousse qui est livré. Bien s'assurer que l'aile est à plat durant ce collage, ce serait dommage que l'avion posé au sol soit bancal.
Pour finir, une tige de carbone de 2 mm est plantée dans l'arrière du fuselage pour servir de béquille.

Roues à rayon Servos d'ailerons
Les roues à rayons ne sont pas très esthétiques mais ont l'avantage d'être légères. A droite, tringleries très courtes et sans jeu pour les commandes d'ailerons. On distingue dans l'aile le longeron en profilé plat de carbone qui coure sur toute l'envergure.

En vol

Réglages
Centrage : 80 mm du BA
Petits débattements :
Tangage : + 20 mm, - 20 mm
Roulis : + 15 mm, - 15 mm
Lacet : 30 mm de chaque côté
Grands débattements
Tangage : + 40 mm, - 40 mm, 20% d'expo
Roulis : + 35 mm, - 35 mm, 20% d’expo
Lacet : 55 mm de chaque côté, 20% d'expo

Le modèle n'étant pas démontable, il peut être encombrant à la maison ou lors du transport mais au moins, on ne perd pas de temps pour l'assembler sur le terrain...
Le SBach étant très maniable, il peut voler dans un espace confiné comme un parc ou un terrain de football. Le décollage du sol sur un chemin ou sur une surface lisse s'effectue en quelques mètres. Sur un terrain moins carrossable, il vaut mieux lancer l'avion en le tenant par le fuselage sous l'aile, la prise en main est aisée. On peut aussi le saisir par le dessus mais pas par la cabine qui pourrait se détacher.

Décollage Lancé main
En vol Au sol
A cause des petites roues, il vaut mieux voler sur un terrain relativement lisse. Sinon, gare au passage sur le nez.

La puissance offre un bon taux de montée, la vitesse de vol n'est par contre pas très élevée. Après avoir réglé les commandes, on constate que l'avion est très neutre et qu'il conserve la trajectoire qu'on lui a donnée. Le SBach étant un avion de voltige, on prend vite l'envie de le remuer. Toutes les figures acrobatiques sont possibles, les loopings de petit ou grand diamètre, les tonneaux enchaînés, lents ou à facettes. Avec le centrage choisi, il n'est quasiment pas nécessaire de pousser en vol dos. Les déclenchés peuvent être violents, en s'aidant toutefois des ailerons.

Statique Mise en place de la batterie
Passage dos Passage dos
Les passages dos sont un plaisir grâce à la vitesse pas très élevée et la précision des commandes.

La dérive est très efficace en vol tranche et la puissance permet de remonter sans problème dans cette configuration, si bien qu'on peut enchaîner les allers-retours dans cette position, en effectuant un renversement de chaque côté.
Les vrilles ventre ou dos tournent assez vite et sont consommatrices d'altitude.
La puissance est suffisante pour tenir le nez en l'air, et même pour grimper facilement à la verticale. Par contre, la profondeur manque d'efficacité pour tenir le torquerol malgré des débattements importants.
Pour résumer, c'est un avion facile à piloter mais qui demande quand même d'avoir un peu d'expérience avec une aile basse plus tranquille.

Vol dos Looping
Plongeon Glissade

La motorisation est efficace, le SBach peut tenir le nez en l'air et même remonter après un stationnaire. Le torquerol n'est pas facile à maintenir, la profondeur manquant un peu d'efficacité dans cette position.

Une petite approche pour l’atterrissage suffit, l'avion se freine assez rapidement. On baisse les gaz en cabrant de plus en plus, puis on redonne quelques tours au moteur au moment de toucher les roues pour faire un beau 3 points. Sur une piste bien plane, on peut arriver plus vite en posant le train principal sans risquer de passer sur le nez.
Par vent faible, le pilotage est très agréable et l'avion est assez précis. Par contre, dès que ça souffle un peu, il perd toute sa précision, devient très sensible au vent de travers et le vol n'a plus d'intérêt.

Un voltigeur facile

Le vol n'est pas celui d'un 3D qu'on promène pendu par l'hélice. C'est davantage un petit voltigeur aux trajectoires plus tendues qui se contente cependant d'un espace restreint pour être remué. Le SBach 342 permet de s'amuser et de se perfectionner, d'effectuer des tonneaux à facettes, du vol dos au ras du sol. Il est également possible de faire des passages bas en vol tranche car l'avion reste facilement dans cette position. Il faut le soutenir un tout petit peu à la dérive qui est très efficace.
Le vol est donc assez polyvalent et l'autonomie en effectuant toutes sortes de cabrioles est d'environ 8 minutes. C'est une bonne machine pour progresser en voltige après un avion aile basse plus classique.

Les +

  • Matériau teinté dans la masse
  • Montage rapide
  • Matériau qui résiste aux chocs
  • Maniabilité et facilité de pilotage
  • Volume de vol réduit

Les -

  • Manque les bagues d'arrêt de roues
  • Non démontable
  • Sensible au vent
  • Stockage à plat pour éviter tout vrillage
  • Roues fragiles
Sbach 342 en vol Sbach 342 en vol
Sbach 342 en vol Sbach 342 en vol

Les gouvernes ont toutes une surface généreuse qui autorise toutes sortes de cabrioles.
La surface latérale est très importante avec ce type de fuselage silhouette.

Contacter l'auteur : romain@jivaro-models.org

Passage dos

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org

Locations of visitors to this page