Home
Sujet ajouté le
7 mars 2009
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 
 
Texte et photos : Laurent Schmitz

 

Vous aimez la vitesse ? Vous avez toujours voulu savoir à combien votre avion vole ? Il existe plusieurs solutions pour satisfaire votre curiosité. Cela dit, sondes embarquées et « speed gun » au laser coûtent fort cher pour un usage finalement occasionnel. Heureusement, d’astucieux informaticiens ont pensé à vous et proposent un programme qui calcule la vitesse simplement sur base de l’enregistrement sonore du modèle. Petit test d’un logiciel simple, efficace… et gratuit !

Il existe deux programmes « Shareware », malheureusement tous deux en allemand, mais très faciles à utiliser. « Waveoscope » nécessite un fichier sonore de type « wav », ce qui n’est pas très pratique. J’ai donc choisi « VSpectrum », qui accepte n’importe quelle source sonore via l’entrée microphone ou audio de l’ordinateur. Ces deux programmes sont prévus pour Windows (de 95 à Vista). Les amateurs de Linux peuvent tenter leur chance avec l’interface Wine. Je n’ai pas essayé mais ça devrait marcher… Téléchargez-le ici : http://www.sprut.de/electronic/soft/vspec.htm
Il a fallu que j’équipe mon PC d’un micro, ce qui m’a coûté deux euros… Après cela, c’est très simple. Commencez par vous rendre au terrain pour enregistrer votre avion. Vous pouvez le faire avec un stick MP3 ou un GSM possédant la fonction « Voice Record ». Personnellement, j’utilise une petite caméra vidéo car on voit dans quelle attitude l’avion vole (piqué, palier, voltige, etc.). Le modèle doit juste passer en ligne droite devant vous. Il ne faut pas forcément se trouver pile en-dessous de la trajectoire. Je n’ai pas noté de différence notoire quand je me trouvais plus en sécurité près du pilote, en bordure de piste… Notez que vous pouvez utiliser des enregistrements que vous possédez déjà ou que vous téléchargez sur internet. Pratique pour vérifier sur le clip vidéo vantant les qualités d’un modèle si l’engin vole vraiment aussi vite qu’annoncé par le fabriquant. On peut aussi mesurer la vitesse d’une voiture ou d’un avion réel, lors d’un meeting par exemple.

 
A près de 250 km/h le Magnum est un des modèles thermiques les plus rapides sur les terrains.

Effet Doppler
Ouvrez sur le PC une fenêtre avec l’enregistrement du modèle. Poussez le son et posez le micro du PC près des haut-parleurs. Avancez jusqu’au début du passage et mettez en pause. Ouvrez VSpectrum dans une seconde fenêtre à côté et démarrez la capture en appuyant sur « Run ». Appuyez immédiatement sur « Play » dans la première fenêtre. VSpectrum va capturer les données et une série de lignes vont apparaître à l’écran. Lors du passage de l’avion, ces lignes vont se courber et former des « S » parallèles. Si rien n’apparait, vous devrez peut-être configurer l’interface de votre carte son pour activer le micro ou l'entrée audio (dans WinXP: Panneau de configuration => son => volume => avancé => options/propriétés => enregistrement et cocher la case du micro).
Selon la qualité de la source sonore, les lignes seront plus ou moins « propres ». Un jet à turbine donne un meilleur résultat qu’un Stampe à essence car le moteur provoque énormément de « brouillage » sur le graphique. Dès que l’avion est passé, appuyez sur Stop pour interrompre la capture. Vous pouvez aussi couper le son maintenant, histoire de ne pas réveiller les voisins…

L’interface de vSpectrum juste après une mesure.

Si tout s’est bien passé, il devrait y avoir plusieurs courbes verticales. Celles de gauche ont un « S » peu prononcé alors qu’à droite il est plus marqué. Choisissez la courbe la plus nette qui présente le « S » le plus large. Placez le pointeur de la souris sur la courbe au point le plus à gauche et cliquez avec le bouton de gauche. Une ligne verticale rouge ou verte apparaît à cet endroit. Déplacez le pointeur sur la partie droite de la courbe et cliquez cette fois avec le bouton droit. Une seconde ligne apparaît, ainsi que la vitesse du modèle, en bas de l’écran. Vous pouvez refaire la mesure avec d’autres courbes, mais elles donnent toutes à peu près le même résultat. Il n’y a pas d’autre réglage, à part la température de l’air au moment du vol.
Alors, comment ça marche ? Je ne suis pas physicien, mais d’après les explications glanées sur internet il semble que le programme mesure la variation de fréquence due à l’effet Doppler. Cette « signature » unique permet de déterminer la vitesse avec une bonne précision. Pour la petite histoire, les radars utilisent le même effet Doppler pour mesurer la vitesse d’une cible en mouvement : bombardier à réaction ou BMW sur l’autoroute…

Décevant ?
A ce stade, il y a fort à parier que vous êtes déçu, ou carrément incrédule. Seulement 95 km/h ?!? C’est pas possible, j’ai mis des accus « Super HD » dans mon Twister ! En plus, le président du club a mesuré 98 km/h avec son bête Calmato Sport : une honte !
Alors, comment est-ce possible ? En fait, nous sommes victimes de l’effet d’échelle. Un petit modèle semble toujours voler plus vite qu’un grand, mais c’est une illusion d’optique. Si on fait la course pour vérifier, on peut être trompé par un autre effet. Le petit avion évolue généralement plus près que le gros et si on a l’impression qu’ils volent à la même vitesse, la distance parcourue par le gros modèle est bien plus longue et il va beaucoup plus vite ! Ne soyez donc pas déçu, il est absolument normal qu’un Cessna de 3 m vole plus vite qu’un Mustang de 80 cm, même si le moustique semble « pulser de la mort qui tue ».

Records homologués FAI :

http://records.fai.org/models/current.asp


Vous avez dit rapide ?

Vous possédez un FunJet Multiplex et vous croyez qu’il vole vite (±150  km/h) ?
Jusqu’au jour où un copain sort son Magnum et vous laisse sur place (250 km/h)…
Pourtant, son truc se traine comparé aux engins de F5D (300+ km/h). Eux-mêmes sont largués par les jets de vitesse (400+ km/h). Mais le sommet de la folie furieuse en matière de modèle RC est détenu sans conteste par les adeptes de planeur en « Dynamic Soaring ». Le 14 novembre 2008, l’américain Joe Manor a établi le record (officieux) aux commandes de son Dynamic 160 dans un vent de 60 km/h à… 597 km/h (Mach 0,52) !!!

D'après les témoins, l'appareil était loin de ses limites. D'autre part, le vent à l'endroit du record peut monter à 120 km/h. Il est donc certain que ce record ne durera pas...


Ne ratez pas la vidéo (44MB), c'est très impressionnant !

 

Celle du Kinetic 100 de Spencer Lisenby est aussi terrible (73MB)

Dynamic 160, le modèle RC le plus rapide du monde 
à 597 km/h…
(Photo Josh Bartlett)

Dynamic Soaring (DS) : vol de pente avec turbo

Le « Dynamic Soaring » se pratique derrière la pente, dans la zone considérée en général comme dangereuse… Le planeur décrit une trajectoire en forme de looping incliné de façon à profiter à chaque tour d’une accélération gratuite.

Rien de tel qu’un exemple pour comprendre le phénomène. Imaginez une pente avec un vent de 50 km/h. Le planeur franchit la crête à 30 km/h de vitesse « air », soit 80 km/h de vitesse « sol ». Lorsqu’il plonge dans la zone d’air immobile au fond de la cuvette, sa vitesse « air » passe aussitôt de 30 à 80 km/h. Il « rebondit », ralentit un peu dans le virage et remonte la pente sur sa lancée, à 60 km/h (vitesse « sol » et « air »). Quand il heurte le vent de face, sa vitesse « air » monte instantanément à 60+50 = 110 km/h. Il tourne brutalement et perd au passage 20 km/h de vitesse « air » et plonge à nouveau dans la zone immobile, cette fois à 90 km/h de vitesse « air ». Mais comme l’air lui-même avance à 50 km/h, c’est avec une vitesse « sol » de 140 km/h qu’il pique maintenant ! Chaque passage de l’interface entre l’air en mouvement et l’air immobile va lui apporter un peu plus d’énergie et de vitesse. C’est un véritable moteur qui se met en route. Théoriquement, le planeur pourrait accélérer sans fin. Cependant, les frottements augmentent avec le carré de la vitesse et il vient un point où la résistance de l’air annule l’effet « DS ». Le planeur est alors à sa vitesse terminale… s’il ne s’est pas désintégré avant !

Le vice-champion du monde à 593 km/h, Spencer Lisenby et son Kinetic 100.
(Photos: Frank Slaughter)

Ne manquez surtout pas les vidéos sur internet, c’est hallucinant !


Contact : laurent.schmitz@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page