Home
Sujet ajouté le
1er juin 2006
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

Maquette sans pilote
=
Avion fantôme...

Créer votre figurine à l'échelle de votre modèle

Présentation : Laurent Berlivet

 

Qu'y a-t-il de plus triste qu'une immense verrière vide sur une semi-maquette ?
Si vous voulez que votre modèle vole avec réalisme, un pilote est indispensable.
Mais on ne trouve pas toujours celui qui correspond à la maquette dans le commerce.
La solution s'impose alors : il faut en fabriquer un.

Les matériaux
- Pâte à modeler (éviter celles pour enfants qui se craquellent assez facilement et qui "collent" peu.
- Plâtre à modeler. Dans les boutiques de travaux manuels, il existe des kits très pratiques, livrés avec doseur, shaker et spatule.
- Du silicone liquide
- De la mousse polyuréthanne
- De la peinture
- ... et tous les accessoires à bricoler soi-même qui donneront vie au pilote quand il sera installé à son poste.


La pâte à modeler d'antan se sculpte beaucoup mieux que celle d'aujourd'hui, qui ressemble plutôt à de la mie de pain.

Il faut prendre les dimensions du pilote en fonction de l'échelle du modèle. Ensuite, il n'y a plus qu'à scuplter la boule de pâte à modeler.

Des photos ou des dessins aident à s'appocher de la forme. Les détails son marqués avec le manche lisse d'un pinceau.


On ajoute les détails comme les oreilles, le nez, les arcades sourcillières, le cou...

Qaund le master a pris la forme souhaitée, il n'y a plus qu'à laisser durcir.

Des allumettes sont piquées à travers la tête, au niveau du futur plan de joint.


Un "kit" de plâtre à modeler du commerce. Tout y est, y compris le shacker.

Un moule en demi-sphère aux dimensions adaptées est idéal pour le démoulage.

Le plâtre mélangé au shaker est coulé dans le moule. Il ne faut pas traîner...


La tête doit rentrer à mi-épaisseur dans le moule, suspendue par les allumettes.

Avant séchage complet, on peut retirer les allumettes et lisser la surface.

Après démoulage, il faut cirer le côté plat du plâtre formant le plan de joint.


Il n'y a plus qu'à mouler l'autre demi-coquille en plaçant dessus la première.

Les deux demi-sphère sont moulées de la même façon l'une sur l'autre.

Il faut marquer de quelques coups de scie les deux demi-moules avant d'ouvrir.


Ouverture. La pâte à modeler doit être parfaitement retirée. On peut aussi creuser la cheminée de remplissage.

Pour un meilleur état de surface et éviter les micro-bulles, l'intérieur du moule peut-être peint à la bombe.

Avant de couler le pilote, un cirage soigné s'impose. Ici, c'est de la cire de démoulage pour composites.


Un conton-tige permet de cirer les endroits difficiles d'accès.

La matière utilisée pour mouler est une mousse expansive.

Il faut préparer les outils et accessoires avant de faire le mélange.


Noter l'ouverture réalisée dans une demi-coquille lors du moulage.

Le moule doit être parfaitement fermé pour le moulage.

Il faut bien protéger le plan de travail. Le mélange est simple : 50-50.


Il faut mélanger très vite et couler aussitôt le mélange dans le moule car le temps de travail n'est que d'une trentaine de secondes.

La réaction commence après quelques secondes, le mélange mousse et ressort par l'ouverture. Il peut être retiré au fur et à mesure.

Bien laisser sécher avant de démouler car la réaction peut continuer plusieurs heures après en fonction de la température.


Après séchage, la tête est démoulée puis les contours ébarbés au cutter et au papier de verre.


Pour un meilleur état de surface, la tête a reçu une épaisse couche de peinture acrylique étalée au pinceau.


De la gouache est utilisée pour les couleurs (un mélange d'ocre jaune, de terre de Sienne brûlée et de blanc).


La tête à l'échelle 1/3,5 pèse 18 g. C'est raisonnable.
Les pilotes du commerce sont souvent plus lourds, et pas toujours très réussis.

Le plus difficile est obtenir un regard "vivant". Si ça n'est pas le cas, on peut toujours fabriquer une paire de lunettes foncées...

Le buste est réalisé en mousse EPP, les vêtement avec des chutes de tissus. Madame peut vous les coudre, c'est encore mieux.


Le Salto Schmierer et son immense bulle vide. Il fallait vraiment faire quelque chose sur ce planeur de 4,50 m...

Le baquet tel qu'il est livré. Même pas un tableau de bord pour venir l'habiller. Quelle tristesse !

Une fente a été pratiquée au cutter afin d'assouplir le baquet et le désolidariser de la bulle.


La première chose à faire consiste à habiller le siège pas du tout réaliste.

Les boucles du parachute sont réalisée avec des morceaux de trombones pliés.

Il est aussi possible d'utiliser de la carte plastique pour les boucles du harnais.


Le tableau de bord a été dessiné à l'échelle avec un logiciel de dessin . Les cartes sont imprimées sur du papier.

Bob (!) a rejoint son baquet. De nombreux accessoires peuvent être ajoutés (micro, manche, poignées...)

Les mains sont réalisées avec de la pâte à sel. C'est lourd, mais elles ne sont pas très grosses...


Le bob est constitué de tissu rigidifié par du papier.

Ne pas oublier d'habiller les côtés du baquet.

Et voilà le résultat. Le planeur prend vie d'un coup.


Même si le pilote n'est pas parfait, c'est mieux que rien. Mieux vaut un zombie qu'un pilote fantôme...

C'est surtout en vol qu'on se rend compte qu'un pilote est indispensable.


Un simple buste de pilote fait toute la différence entre un modèle réduit et une reproduction...

La cire ainsi que la mousse expansive utilisées pour la réalisation de ce pilote proviennent de ches Polyplan Composites.

La méthode
- La méthode proposée ici permet de produire - et de reproduire... - un pilote très léger. Pour cela, il faut déjà réaliser une forme à l'échelle puis fabriquer un moule autour en deux parties..
- La pâte à modeler est utilisée pour sculpter le master. C'est un matériau assez facile à travailler qui permet de rectifier facilement ses erreurs en rajoutant un peu de matière.
- La mousse expansive (Polyplan Composites) est très légère et ne nécessite pas un mélange trop précis.

Un peu de patience et un peu d'adresse... permettent d'obtenir un résultat correct.

Contacter l'auteur : laurent@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page