Home
Sujet ajouté le
10 mai 2008
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 
 
Présentation : Pascal Bourguignon
Photos : Laurent Berlivet

"Du sang chaud pour la Guerre froide"

C'est en décembre 1950, durant la Guerre de Corée, que l'on assiste pour la première fois dans l'histoire de l'aviation militaire à un combat fratricide en plein ciel entre deux avions à réaction. Un Mig 15 piloté piètrement par un Chinois inexpérimenté et un F-80 américain. Pour le grand public, le Mig 15 est un pur produit de l'ère soviétique au sens le plus strict. Néanmoins, vous verrez qu'il a été très largement inspiré des chasseurs allemands de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Retour en juillet 1944, l'histoire commence aux portes de la firme Focke Wulf qui sort à peine de ses usines un nouvel avion monoréacteur, le Ta 183 Huckebein qui devait être un nouvel atout pour le IIIème Reich dans sa conquête insensée. Mais fort heureusement, l'histoire ne lui en laissera pas le temps. Le 8 avril 1945, l'armée allemande est en déroute et les Anglais prennent d'assaut l'usine. Ils convoient le maximum d'éléments vers Berlin. Mais lors d'une autre bataille dans cette ville, ce sont les Soviétiques et les Américains qui s'emparent du butin technologique allemand. Des ingénieurs aéronautiques hautement qualifiés sont arrêtés et expédiés vers Moscou. La guerre à peine terminée, le Ta 183 de la firme Focke Wulf va renaître ailleurs. Pour les Russes, ce sera le Mig 15 et pour les Américains, le F-86. Première sortie pour la firme Mikoyan-Gourevitch et premier échec du Mig 15 en 1947. Il s'écrase dès le premier vol le 2 juillet mais après des modifications aérodynamiques, il vole enfin le 30 décembre de la même année. Dès lors, on s'enfonce peu à peu dans la Guerre froide et le Mig 15 fait partie du processus militaire soviétique, conçu pour être un redoutable intercepteur, capable de détruire les bombardiers lourds, notamment les B-52 américains.

Les lignes de ce Mig 15 sont très réussies, notamment grâce au procédé de fabrication
d'Alfa Model : construction intégrale en
polystyrène extrudé moulé.
Le Mig 15 dans sa livrée d'origine; le fabriquant
l'a prévu gris métal, la teinte la plus classique… mais plutôt triste ! La préfabrication est poussée
et la qualité parfaite.

Le kit
Maintes fois évoqués, ce n'est plus un secret que de vous dire que le fabricant tchèque Alfa Model a mis l'accent sur la qualité de ses kits. L'emballage est parfait et dès l'ouverture, on n'a pas de mauvaises surprises, tout y est. Le fuselage est livré complet, je veux dire par-là que les veines d'air sont installées et les commandes en place. La veine d'éjection est amovible pour permettre le montage de la turbine. En parlant de turbine, c'est une très belle pièce, à part un petit détail fâcheux : la fixation du rotor se fait uniquement par collage sur l'axe moteur ! Cela dit, ça marche, tout le reste est acceptable. Le corps est en fibre de carbone, le redresseur de flux et les autres éléments en plastique.
Les demi-ailes sont terminées, commandes installées. Tout l'accastillage est inclus, même le pilote. Là, je suis déçu : ils auraient pu en mettre un plus authentique car il est identique aux autres modèles de la gamme, c'est-à-dire des chasseurs à hélice.
Pour décorer le modèle, vous avez le choix entre la livrée russe et la livrée tchécoslovaque. C'est bien entendu une planche de décalcomanies à l'eau, classique.

La commande de profondeur forme un Y pour actionner les deux volets. Le pack d'accus en place. Ici, il s'agit d'un Li-Po 3 éléments de 1600 mA qui alimente un brushless MP-Jet 25/25-26 MK2.

Le montage
Avant de démarrer le montage de votre avion, vous allez devoir modifier ou plus exactement consolider la fixation de clé d'aile car celle-ci présente un défaut majeur. Même si ce modèle est relativement peu chargé, et qu'un tel montage peut fonctionner, vous n'êtes pas à l'abri d'un défaut de collage sur une clé fixée à même le balsa. La moindre ressource et l'aile fera bravo à coup sûr. Pour vous éviter ce genre de désagrément, il vous suffit d'agrandir le passage de la clé dans chaque demi-aile. Ensuite, il faut prévoir des fourreaux en carbone, diamètre extérieur 4 mm et intérieur 2,5 mm. Leur longueur respective sera d'environ 200 mm. Munissez-vous d'une lampe de poche de petite taille, et observez attentivement le fourreau de clé d'aile en balsa collé sur le longeron. Lorsque vous aurez effectué l'agrandissement du trou, le principe est d'introduire le fourreau en carbone jusqu'au ras de l'emplanture. A la sortie du fourreau en balsa, donc à l'intérieur, votre fourreau en carbone se retrouve plaqué contre le longeron et si c'est le cas, vous pouvez commencer à faire chauffer la colle.

La voilure
Préparez deux cales de 15 mm d'épaisseur. Ensuite, essayez d'immobiliser au maximum le fuselage qui est pour le moins rondouillard et qui ne demande qu'à se coucher. En fonction de la votre décoration, soit vous choisissez de coller les karmans pendant le montage des demi-ailes et auquel cas, il faut les mettre en place dès à présent ou vous ne le faites qu'après, comme moi, en les sectionnant au bord de fuite et les recollez ensuite en fin de montage. L'étape ci-après va se faire en deux temps pour assurer le coup. Vous préparez d'abord une bonne rasade de colle époxy 2 composants à prise intermédiaire soit 30 minutes. Vous dépolissez légèrement l'extérieur des tubes carbone ainsi que la clef en corde à piano. Ensuite, délicatement, vous badigeonnez de colle les fourreaux en carbone et vous les mettez en place. Aux trois quarts, vous leur faites faire un quart de tour afin de répandre le maximum de colle sur le longeron et vous le noyez complètement. Pour vous assurer que le collage est parfait, faites couler un peu de colle au travers de l'aile, le long du longeron. Enfin, vous immobilisez l'aile, le temps du séchage, en appui sur le bord de fuite.

Jonction aile/fuselage
Le fuselage est bien en place, vous positionnez les cales de 15 mm aux saumons de l'aile. Vous préparez un peu de colle époxy, toujours prise 30 minutes. Vous présentez la clé d'aile par les orifices et appliquez de la colle sur les chants de chaque demi-aile. Ensuite, vous en faites pénétrer dans le fourreau en carbone. Vous préparez quelques morceaux d'adhésif de masquage et vous mettez en place la clé, vous maintenez les parties en contact avec les karmans à l'aide des morceaux d'adhésif.

Le matériau est parfait ici : la veine d'air de la tuyère n'offre aucune aspérité, gage de performances. C'est indispensable sur un avion à turbine. Détail de la sortie de la tuyère,
la peinture est passée à l'aérographe.

La turbine
Tous les éléments sont bien emballés séparément et le montage est un jeu d'enfant. En tout premier lieu, il faut agrandir de quelques millimètres les trous de passage des fils du moteur. Ensuite, vous mettez le moteur en place dans le logement et vous mettez deux vis coupées assez court afin d'éviter le contact avec l'induit. Pour des raisons pratiques, j'ai d'abord vissé le support moteur dans le logement du rotor et j'ai collé ensuite à la Loctite verte l'ensemble sur l'axe moteur. Le profilé arrière est tout simplement encliqueté sur sa base. Pour plus de sécurité, rien ne vous empêche d'ajouter deux points de cyano. Ensuite, il faut l'installer sur l'avion, rien de plus simple, vous démontez le fuselage en deux parties grâce aux vis de fixation en plastique. Vous lui faites faire un mouvement de pivotement sur lui-même comme pour une ampoule à baïonnette et les parties se désolidarisent automatiquement. Ensuite, il vous suffit de repérer les avant-trous de fixation sur le couple et mettre la turbine de telle sorte que les fils se retrouvent aux trois quarts sur la partie supérieure du fuselage. Vous vissez la turbine sur le couple en bois, la partie arrière étant amovible, il vous suffira de présenter l'ensemble au moment du montage final.

Le servo d'ailerons est installé horizontalement à l'arrière de l'ouverture, sur une platine confectionnée sur mesure. Sortie de commande : l'aileron est articulé par une commande souple et un servo central.

Les servos
Le Mig 15 étant conçu pour voler sur deux axes seulement, il vous suffira de monter deux servos de 9 g maxi. Les ailerons sont actionnés par deux commandes souples en corde à piano qui vont et viennent dans des gaines plastique. Le montage d'un servo central est suffisant. Pour la profondeur, l'empennage est constitué de deux demi-volets. Cela se complique un peu car les cordes à piano sont individuelles et il vous faudra faire un montage solidaire et efficace en reliant le tout sur un palonnier commun. Le servo de profondeur sera monté via une platine en contre-plaqué sur la paroi du fuselage à la verticale du pied de dérive. Bien entendu, il se trouve sur la partie arrière du fuseau et la liaison au récepteur se fera par l'intermédiaire d'une rallonge servo.

Pour seulement quelques grammes supplémentaires qui ne nuisent pas aux performances, un pilote léger est le bienvenu pour habiller la verrière en goutte d'eau. Verrière retirée, on devine le conduit de tuyère renforcé pour recevoir la clé d'aile en corde à piano pliée ainsi que le pack d'accu posé dessus.

Moteur et électronique
Tous ces petits modèles à turbine sont pour l'essentiel bien proportionnés. Néanmoins, les éléments électroniques sont confinés, le plus souvent pour des raisons pratiques, au plus près les uns des autres. La première des précautions, c'est le choix du récepteur qui demeure l'élément crucial. Il faudra donc éviter tous ces microrécepteurs dépouillés de tous les filtres. J'ai utilisé un Jeti 05 qui est fabuleux. Je n'ai décelé aucun parasite et pourtant je l'utilise sur beaucoup de modèles de cette catégorie. Le variateur est un Sinus 25 de chez Wema. Il est relativement simple à programmer et vous permettra de faire fonctionner votre avion avec 3 éléments Li-Po de 1500 mA. Le moteur est un brushless classique de chez MP-Jet réf : 25/25/26 MK 2. Il tourne à 4100 t/V et consomme 8 A environ avec le pack d'accus précédemment cité.

Les redresseurs de flux sont posés d'origine. On voit les lignes de structure et les rivets qui sortent de moulage : belle maîtrise du matériau de la part du fabricant. Le décor a été tracé sur informatique avant d'être reproduit à l'échelle sur l'avion.

Centrage et débattements
Pour centrer le Mig 15, rien de très compliqué, il vous suffit de repérer la marque du fabricant à 120 mm du bord d'attaque à l'emplanture de l'aile. Il faut déplacer la batterie de telle sorte que votre avion se trouve en équilibre. Les débattements donnés par le fabricant sont trop importants. Pour être pilotable dans des conditions acceptables, conservez 50% de ces débattements.

L'auteur a choisi de décorer son Mig 15
aux couleurs d'un autre avion : un Mig 17
visible
aux US dans des démonstrations.
Cette flèche rouge est bien plus originale.

La décoration
Il va y avoir du sport, mais moi j'adore. En naviguant sur le net à la recherche d'une déco sympa, je suis resté franchement sur ma faim. Pour ceux qui souhaitent garder le gris du modèle, ils vont être gâtés. Il en existe à foison mais franchement très austères. Je cherchais quelque chose de plus pacifique et rutilant. J'ai été servi, je reçois une photo du rédac'chef représentant une variante du Mig 15, le Mig 17 au décor pour le moins insolite. Rouge dessus, noir dessous. Pour couronner le tout, une grosse pub pour la firme américaine Red Bull. Vraiment, tout fout le camp, je vous le dis. Bon, mais pour le coup, elle me plaît bien cette déco. C'est décidé, ce sera celle-là. Pour la peinture, rien de bien compliqué. J'ai masqué tant que j'ai pu et j'ai réalisé un voile de peinture acrylique satinée en bombe de chez Buntlak. Les étoiles proviennent du kit et le logo décalcomanie, c'est perso. Quelques touches personnelles apportent bien évidemment un peu de vie au modèle. Par exemple, un pilote qui rajoute une pointe de réalisme. De grâce, pas celui du kit, n'est-ce pas, Denis ? Il faut dire que la bataille fait rage dans le team. C'est à celui qui aura son plus beau pilote et on voit bien qu'à un moment donné, les modèles fabriqués en série avec le même pilote, ça a ses limites. Un pilote de chasse dans le cockpit d'un Mig 15, c'est le minimum que l'on puisse demander. Alors, il faut user de stratagème pour combler ce vide et c'est ce que j'ai fait en récupérant un faux G.I. Joe sur lequel j'ai usé du scalpel et de l'époxy chargée au micro-ballons pour faire ressortir masques, tuyaux, etc.

Le dessous du fuselage est recouvert d'une feuille de plastique qui protège le matériau assez fragile lors de l'atterrissage. L'auteur a confectionné ce dolly afin de décoller depuis une piste en dur sans abîmer le dessous du fuselage.
C'est à peine croyable mais ce petit Mig est capable de décoller d'une piste en herbe sans train d'atterrissage, simplement en glissant sur le sol. Qui a dit que les turbines électriques n'avaient aucun rendement ? Il s'agit bien d'un jet : la vitesse de vol est assez élevée. C'est un plaisir à piloter... et même à regarder.

Le vol
Avec ses 480 g affichés, il présente bien. Vous le prenez et vous êtes complètement désorienté tant il paraît léger. On est très loin des modèles chargés devant être catapultés dans des conditions souvent hasardeuses ou chaque vol est un coup de poker. Non là, un bon lanceur s'acquittera sans problème de cette tâche. Tenir le modèle bien à plat, son ventre bien rond aide pas mal pour la prise en main. Ensuite, il est inutile de courir, il suffit de mettre les watts à fond et le lancer de manière franche et le Mig 15 part immédiatement sur des rails. La vitesse ascensionnelle n'est pas extraordinaire mais constante. Une fois atteinte l'altitude de sécurité des premiers vols, on effectue des petits tests qui vont tout de suite vous donner une idée du modèle, ses qualités de vol et son aptitude à répondre à la moindre sollicitation. Les premières impressions laissent le pilote coi tant ce modèle est déroutant de facilité. Les passages plein badin se font au cordeau, les montées en chandelles sont faciles, les tonneaux et les boucles sont de simples formalités. Avec un peu d'entraînement, les tonneaux à facettes sont propres une fois sur deux. Au bout de 10 minutes, le variateur vous rappelle qu'il faut poser, on devine un bruit oscillatoire, c'est tout simplement le variateur qui s'est mis en protection de sous-tension. Ceci ne vous empêchera pas de faire une large PTU et atterrir dans de bonnes conditions. Il faut tout de même faire attention car le Mig allonge pas mal. Au moment du contact avec la planète, n'hésitez pas à arrondir afin de ménager le ventre de la bête, relativement fragile.
Si vous disposez d'une piste parfaitement lisse, genre gazon anglais, vous pouvez même décoller du sol. Vous avez bien lu : la puissance disponible avec la motorisation préconisée est telle que le modèle arrive à glisser suffisamment vite pour pouvoir décoller ainsi. Il faut cependant bien maîtriser le pilotage pour éviter un roulé-boulé si un saumon venait à toucher le sol à grande vitesse.

Les trajectoires sont tendues et la vitesse bien présente. L'original n'avait pas les performances du modèle réduit !

Conclusion
Si je devais lui décerner un prix, je dirais qu'il arrive largement en tête dans la catégorie innovation tant d'un point de vue esthétique que technique. Néanmoins, ce serait une gageure que de dire que votre modèle sera dans le même état d'ici quelques mois. Le Dépron est fragile et c'est son point faible. Enfin, voilà un modèle à turbine digne de ce nom et qui va ravir, j'en suis certain, le plus grand nombre d'entre nous.

Caractéristiques
Nom : Mig 15
Fabricant : Alfa Model
Envergure : 75 cm
Longueur : 74 cm
Surface : 12,8 dm²
Poids : 470 g
Charge alaire : 37,5 g/dm²
Equipement
Moteur : Format 280 ou brushless MP-Jet 25/25-26 MK2
Variateur : Wema Sinus 25
Batteries : 3 éléments Li-Po Power Dragon 1 500 mA

Contacter l'auteur : pascal.bourguignon@jivaro-models.org

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page