Home
Sujet ajouté le
25 décembre 2009
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

 

New Power Modélisme Laurent et Romain Berlivet

Vous avez peut-être vu cette vidéo qui circule sur Internet, où l’on voit un avion de voltige qui survole à très basse altitude une rivière, et qui entame un violent demi-tonneau déclenché pour passer sous un pont en vol dos, sous les acclamations d’une foule en délire, naturellement ! Ce pilote si précis et si sûr de ses réflexes, c’est Jurgis Kairys, un voltigeur lithuanien de haut niveau. Pilote si doué qu’il lui fallait une monture spécifique pour exprimer tout son talent lors du FAI World Grand Prix. C’est pour cela qu’il a créé le Juka.


Le Juka de Jurgis Kaiys photographié à Dubaï par Benoit Paysant-Le Roux.

(Photo : BPLR)

Benoit Paysant-Le Roux est un voltigeur émérite lui aussi. Il fait d'ailleurs partie de l’équipe de France de F3A depuis de nombreuses années où il exprime avec succès ses talents de pilote et de concepteur. Lors d’un déplacement à Dubaï, où il était invité comme pilote, il a découvert le Juka, a sympathisé avec son créateur, et a aussitôt décidé de reproduire cet avion unique en maquette. C’est en collaboration avec New Power Modélisme que Benoit a conçu son modèle, ainsi que quelques avions de voltige plus connus et désormais produits en kits et diffusés à travers le monde. NPM est d’ailleurs le seul fabricant à proposer un kit de Juka, cellule originale qui change - enfin - des Extra, Edge et Yak que l’on voit partout.

Le contenu du kit.
L'assemblage ne prendra pas longtemps.

Une cellule qui surprend
Dès l’ouverture de la boîte, on reste scotché devant la cellule tout bois entoilée partiellement au film transparent, qui dévoile les détails de sa magnifique structuree. La première réflexion qu’on se fait, c’est qu’on aurait bien du mal à construire aussi proprement. La seconde, c’est qu’on serait aussi bien content de pouvoir disposer d’un aussi joli fagot de bois qui doit s’assembler comme un puzzle. Dommage que les fabricants (sauf peut-être quelques rares artisans) ne nous laissent plus le choix et ne proposent que des produits tout montés. Les méthodes de découpe modernes, comme celle du laser employée ici, permettent des assemblages par emboîtement qui sont déjà solides avant d’y avoir glissé de la colle, et qui font de la construction un véritable plaisir. Passons, car ici, tout est déjà fait, jusqu’à l’entoilage au film thermo rétractable de trois couleurs parfaitement posé. La base du décor de notre modèle est rouge mais le Juka existe aussi en jaune.

Quand on attrape le fuselage, on a l’impression d’avoir saisi une plume, et c’est encore plus étonnant lorsqu’on a retiré le film plastique qui le protège. Pourtant, il n’est pas gonflé à l’hélium mais simplement assemblé avec des pièces très ajourées, emboîtées les unes dans les autres. Les couples en contre-plaqué sont très évidés, il ne reste qu’une fine largeur de bois autour des baguettes. Les coffrages sont réduits au strict minimum, renforçant juste là où c’est nécessaire sans alourdir la cellule. Au final, on a entre les mains un objet très robuste et d’une extrême légèreté.
L’aile est en deux parties qui viennent se plaquer de part et d’autre du fuselage, enfilées sur une clé en alu anodisé de gros diamètre et pourtant très légère. Toutes les nervures sont ajourées et largement espacées. Les demi-ailes sont cependant très rigide grâce au coffrage partiel au bord d’attaque et au bord de fuite, ainsi qu’aux âmes réunissant les longerons et formant un solide D-Box. Du classique sur ce genre de modèle, si ce n’est que le résultat est encore une fois surprenant par sa légèreté.
Les empennages sont réalisés avec des languettes de bois finement ajustées. C’est un simple profil planche qui est utilisé. Les gouvernes sont énormes et on n’a aucun doute sur la destination de ce modèle : ça va remuer…
Le gros capot-moteur tout rond et les carénages de roues sont moulés en fibre de verre et résine polyester puis peints après démoulage, ce qui masque la jonction du moule et offre un état de surface impeccable.
La grande verrière est thermoformée dans un plastique légèrement fumé d’un très bel effet.
Le train en alu est plié et percé, prêt à être vissé sous le fuselage.
Tous les accessoires sont fournis et sont de belle qualité.
Pour info, voici quelques détails sur le poids des éléments déballés :

  • Fuselage + verrière et baquet : 175 g
  • Aile gauche : 114 g
  • Aile droite : 106 g
  • Stabilisateur + dérive : 42 g

Assemblage
« Ca n’est pas parce que tout est pratiquement terminé qu’il faut bâcler ce qui reste… »
Les quelques étapes à effectuer seront vite réglées, mais elles demandent cependant du soin. Et on s'aperçoit même dès les premières images que des étapes ont déjà été réalisée par le fabricant.
Un détail qui énerve un peu : Il faut retirer l’entoilage sur le stabilisateur au niveau de sa zone de collage sur le fuselage. Je ne sais pas si un fabricant comprendra un jour qu’il n’est pas utile de l’entoiler… Bien sûr ça ferait deux morceaux à poser au lieu d’un seul, mais combien d’avions ont souffert à cause d’une faiblesse à l’empennage causée par une pointe de cutter trop gourmande ? Il faut donc retirer le film en le coupant à l’aide d’une lame bien affûtée sans écorcher le balsa qui se trouve juste dessous. Une entaille ici serait catastrophique car l’avion est destiné à être secoué et ses gouvernes sont immenses.

Les fabricants comprendront-ils un jour qu'il n'est pas utile d'entoiler cette partie ? Collage du stabilisateur en vérifiant bien la géométrie et l'équerrage.
Les rares pièces de bois à coller constituent le bâti moteur qui supportera en même temps la batterie. Toutes les pièces s'emboîtent les unes dans les autres, l'assemblage est déjà solide avant d'avoir mis de la colle.
Le bâti glissé et collé à travers le couple principal. Le Booster 30, petite boule de nerfs vraiment efficace sur ce voltigeur.

Le moteur dépasse un peu trop du capot en fibre. Pas moyen de faire autrement sans tout casser.

Le carénage en fibre de verre doit être percé pour recevoir l'axe de roue.
Fixation de la roue dans le carénage, puis du train d'atterrissage sur sa platine en contre-plaqué.
Les écroux noyés sont déjà en place.
Un morceau d'adhésif vient refermer l'ouverture sous le fuselage.
Roue en mousse et carénage de roue en fibre.  

La notice détaille toutes les étapes du montage par l’intermédiaire d’une cinquantaine de photos très explicites. Cependant, il y a un grave oubli au niveau du montage du bâti-moteur et support d'accu. 4 équerres en contre-plaqué fin doivent venir se glisser dessous avant montage afin de répartir les efforts sur les deux couples placés de part et d’autre de la platine support de train. Sans elles, vous risquez de faucher le train au premier atterrissage un peu musclé. J’ai compris après coup où devaient se placer ces 4 pièces de bois restées au fond de la boîte… D’autres que moi ont dû se faire piéger aussi. Après un atterrissage à peine trop fort, le train s’est légèrement incliné vers l’arrière en déplaçant la platine emprisonnée entre les couples. Le problème a été signalé au fabricant qui a sans doute corrigé ses notices depuis. Une fois que les pièces prévues sont glissées là où il faut, tout rentre dans l'ordre et désormais les vols s’enchaînent sans le moindre problème.

Découpe propre de l'entoilage au niveau du passage de la clé d'aile avec une aiguille à tête de verre chauffée au briquet.
La verrière et son baquet sont maintenus sur le fuselage par des aimants puissants.

La grande verrière, en plastique légèrement teinté.

Le pilote n'est pas livré dans le kit.
Il participe au réalisme en vol.
L'autocollant Haute Voltige de la FAI.

La grande verrière vissée sur son cadre en bois est maintenue sur le fuselage par des tétons issus de la découpe en contre-plaqué à l’avant et des aimants à l’arrière. Pour éviter que les aimants restent collés l’un contre l’autre après le séchage de l’époxy, j’avais glissé une bande de scotch entre eux. Après quelques manœuvres violentes en vol, la verrière lestée en plus par le poids d’un pilote en polystyrène dense (non prévu dans le kit) a fini par se détacher. En fait, les aimants ne sont efficaces que s’ils sont parfaitement en contact, ce qui n’était sans doute pas le cas à cause des bandes adhésives qui avaient été intercalées. De plus, le grand capot rond laisse entrer de l’air dans le fuselage, et aucune évacuation n’est prévue à l’origine. J’ai depuis ouvert l’entoilage à l’arrière sous le stab, au niveau d’un évidement dans les flancs en balsa, à l’aide d’une aiguille chauffée au briquet, ce qui permet de couper proprement le film et de le « ressouder » sur la cellule. Ainsi l’air circule à l’intérieur, refroidissant également la batterie.

La batterie logée tout à l'avant est accessible en retirant la cabine solidaire du dessus de fuselage. Le servo de profondeur est déporté devant le stab, avec sa tringlerie rigide en carbone.
Le volet de dérive est actionné par un câble aller-retour.
Un servo d'aileron en prise directe.
Vue l'épaisseur à cet endroit de l'aile,
il pourrait être un peu plus discret...

Equipements
J’ai utilisé le moteur préconisé par le fabricant, à savoir un Booster 30 NPM à cage tournante. Fixé sur le bâti en bois du kit, il dépasse cependant d’environ 1 cm à l’avant du capot, c’est dommage, et il n’y a rien à faire pour améliorer les choses, à moins de tout charcuter.
Le contrôleur est un Flash 40 Electronic Model pas des plus légers, mais tout à fait fiable.
L’hélice est celle conseillée pour ce moteur et cette cellule : une 11"x5,5" APC-E.
Les batteries que nous utilisons sont composées de 3 éléments Li-Po de 3100 à 3700 mAh. Le logement prévu sous la verrière est très accessible. Il faut prévoir de quoi immobiliser efficacement ce pack pour éviter les surprises. Comme la platine est très ajourée, il apparaît difficile d’y mettre une bande de Velcro. Finalement, un anneau de Velcro l’enveloppe en passant sous la platine.
Côté radio, il faut un servo par aileron. J’ai choisi des Futaba S133 plus très jeunes, mais suffisants.
Pour la profondeur, le servo Futaba S143 est décalé à l’arrière du fuselage et dépasse à l’extérieur du flanc. C’est peu esthétique, mais l’emplacement est déjà prévu, donc on suit la notice. La commande courte est en jonc carbone.
Le servo de direction est logé dans le fuselage, sur une platine qui se déforme un peu trop à mon goût. Je l’ai renforcée en collant quelques baguettes par-dessous. Le servo choisi est à pignons métalliques, il absorbera mieux les chocs sur le volet de dérive, au sol ou en vol (pour ceux qui maîtrisent aussi bien que Benoit PLR en faisant toucher la dérive !). La dérive est actionnée par un câble aller-retour.

L'aile en 2 parties est vraiment pratique pour le stockage et le transport. Une demi-aile glissée sur la clé. On voit les nombreux ajourages, que ce soit pour l'aile ou pour le fuselage : une dentelle légère mais robuste.
Les demi-ailes sont maintenues plaquées sur le fuselage par des vis nylon.

En piste !
La tendance actuelle, c’est le vol à l’arraché : roulage le plus court possible et grimpée aussitôt à la verticale… Si les voltigeurs grandeur modernes sont puissamment motorisés, ils se contentent de quelques tours de torque roll avant de s’écrouler et n’atteignent donc pas encore les extrêmes où nous sommes arrivés avec nos modèles réduits. Qu’un slowflyer pendu à l’hélice prenne encore une claque en poussant le manche des watts et reparte vers le ciel en accélérant, admettons… Mais lorsqu’il s’agit d’une semi-maquette, autant conserver un minimum de réalisme, il restera cependant suffisamment d’énergie disponible pour se défouler de façon musclée. Et puis, moteur et Lipo vieilliront moins vite sans oublier que la durée du vol sera nettement plus importante…

On ne va pas décrire ici toutes les figures de voltige que peut réaliser ce Juka, ni même celles que nous arrivons seulement à passer… Toutes les gouvernes sont très largement dimensionnées, et permettent donc des manœuvres violentes, tout en restant très précises. Le taux de roulis est très élevé grâce à la légèreté de l’aile qui n’a aucune inertie néfaste. Les arrêts de figures sont tout aussi francs. La dérive est très efficace, que ce soit pour les renversements ou le vol tranche. Ce dernier peu se prolonger indéfiniment avec la puissance disponible. En mettant le moteur à fond, ça remonte très largement et avec un peu d’entraînement, on parvient même à passer des boucles sur la tranche. Quand à la profondeur, elle agit au moindre souffle de l’hélice. On peut arriver très cabré à faible vitesse, pendu à l’hélice, sans que le modèle ne parte en décrochage, les gouvernes mordant à la moindre correction.
Les vrilles en tout genre, engagées par un déclenché ou non, restent pilotables, peuvent devenir plates ou même changer de sens.
La puissance permet au modèle de rester suspendu le nez en l’air, mais pas de regrimper avec l’équipement qu’on a choisi. En ne mettant pas de pilote et en grattant sur l’équipement radio, il y a moyen d’obtenir une petite boule de nerfs hyper réactive. C’est le cas de Benoit qui est capable de faire toucher la dérive en torque roll ! Faudra pas mal d’entraînement pour arriver à faire pareil…
Le sien est équipé pour peser le moins possible, sans pilote, avec une petite batterie et un équipement radio léger. Avec nos accessoires, le poids est plus élevé de 200 g par rapport au sien, mais la charge alaire reste très raisonnable (40 g/dm²), même pour aborder le vol 3D.

Le Juka existe aussi en jaune. Ici, c'est la version de Benoit Paysant-Le Roux, équipée de matériel léger pour effectuer de la pure voltige 3D.
(Photo : Benoit Paysant-Le Roux / Mathieu Davy)

Ce qui fait plaisir, c’est de constater la robustesse du modèle, car bien que construit très léger, il encaisse sans faiblir les figures les plus violentes. A ce sujet, bien s’assurer avant chaque vol que la batterie est correctement fixée car ça serait catastrophique si elle sortait de son logement.
Avec de tels volets de profondeur, on se fait parfois surprendre par un décrochage dynamique. En tirant trop fort ou trop brutalement, on fait décrocher l’aile et il faut quand même un peu de hauteur pour rattraper le coup. C’est une habitude à prendre, et les dual-rate sont bienvenus car on a parfois besoin de débattements déraisonnables pour certaines figures.
L’atterrissage n’apporte pas de difficulté, l’avion n’ayant aucune tendance à rebondir.

Un avion bien pensé
Cet acrobate original remplit parfaitement son rôle. Capable d’une voltige en douceur, il peut devenir un véritable fauve en utilisant les grands débattements. La cellule est quant à elle superbe, à la fois légère et robuste malgré son apparente fragilité. La conception a été très bien pensée.
Avec l’aile en deux parties, le stockage et le transport sont aisés, et le montage reste rapide sur le terrain.
Pour pousser le réalisme à l’extrême, il ne nous reste plus qu’à trouver un pont à notre échelle pour réaliser le même genre de passages que Jurgis et son Juka !

Nom : Juka
Fabricant : New Power Modélisme
Concepteur : Benoit Paysant-Le Roux
Envergure : 120 cm
Longueur : 107 cm
Surface : 28,5 dm²
Masse : (1200 à)1440 g
Charge alaire : 40 g/dm²

Moteur : Booster 30
Contrôleur : EM Flash 40
Hélice : 11"x5,5" APC-E
Batterie : Lipo 3S 3700 mAh
Prix indicatif : 129 € (en promo à 75 €)

Réglages
Centre de gravité : 125 mm du bord d'attaque

Débattements :
Ailerons : (petits) 30 mm de chaque côté, 45% d'expo
(grands) 45 mm de chaque côté, 70% d'expo
Profondeur : (petits) 15 mm de chaque côté, 40% d'expo
(grands) 40 mm de chaque côté, 80% d'expo
Dérive : maxi, avec 50% d'expo

Les +

  • Fabrication au top, robuste et légère
  • Originalité du sujet
  • Qualités de vol
Les –
  • Oubli dans la notice concernant le renfort du train.
  • Pas de circulation d’air prévue
  • Bâti moteur un peu trop avancé.

Contacter l'auteur : laurent@jivaro-models.org

 

 
 
 
Home
Revenir en haut
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.

Copyright jivaro-models.org
Locations of visitors to this page