Home
Sujet ajouté le
18 avril 2013
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

Facile, robuste et multitâche

Présentation : Laurent Berlivet

Avec son Dream Surfer, Pro-Tronik propose un modèle multitâches. Ce motoplaneur moulé en EPO est résistant à l'impact comme on pouvait s'y attendre, mais il est aussi très polyvalent grâce aux accessoires contenus dans le kit. On passe de la version motoplaneur à l'avion bicycle en serrant seulement deux vis. Et comme le kit contient également une paire de flotteurs adaptés, l'avion se transforme encore en un clin d'œil en hydravion avec à nouveau deux vis et la prise du servo de gouvernail à brancher.
De plus, cette cellule avec moteur propulsif convient également pour l'emport d'une caméra et d'un émetteur vidéo installés à la place de la cabine afin d'effectuer des vols en immersion.
Avec une telle plage d'utilisation, les heures de vol vont vite s'accumuler...

Dreamsurfer motoplaneur Dreamsurfer voltigeur
Dreamsurfer avion Dreamsurfer immersion
Dreamsurfer hydravion Dreamsurfer sur la neige
Sur herbe, sur piste en dur, sur l'eau, sur la neige... le Dream Surfer est adapté à tous les terrains. Il convient aussi pour voler tranquillement en immersion.
Dreamsurfer, les différentes configurations
Excellente idée : Tous les éléments sont livrés d'origine dans le kit du Dream Surfer pour voler suivant l'envie du moment en motoplaneur, en avion bicycle ou encore en hydravion.

Caractéristiques techniques

Nom : DreamSurfer
Marque : Pro-Tronik
Envergure : 142 cm
Longueur : 93 cm
Surface : 24 dm²
Masse en version motoplaneur : 750 g
Masse en version avion : 800 g
Masse en version hydravion : 990 g
Charge alaire : 31 - 33 - 41 g/dm²

Prix indicatif du kit : 69,90 €

Equipement

Moteur : DM2210 1700 kV
Hélice : APC 6"x4"
Contrôleur : BF 30A
Batterie : 3S 2200 mAh
Servos : 7450 NG-D (x5)


Dreamsurfer dans la boîte Dreamsurfer déballé
Le carton d'emballage compartimenté contient tous les éléments décorés, correctement emballés et protégés pour le transport. Il s'agit d'un kit à assembler composé d'un certain nombre de pièce mais le montage est assez rapide. Le fuselage et les flotteurs sont en deux parties.
Dreamsurfer visserie en vrac Visserie Dream Surfer Dreamsurfer serre-câble
Toute la visserie était livrée... en vrac dans les premiers kits ! Et comme elle n'était pas repérée dans la notice, la première chose à effectuer était de trier le tout. Par déduction, on finissait par s'y retrouver... Desormais, une liste des vis est intégrée à la notice.
Dreamsurfer Pièces plastique Motorisation
Les pièces en plastique moulé ou usiné sont très nombreuses. Elles servent à fixer le moteur, le train, les flotteurs, les ailes... Le matériel Pro-Tronik conseillé : Moteur DM2210 1700 kV, hélice APC 6"x4", contrôleur BF 30A et batterie 3S 2200 mAh.

Montage du fuselage
Montage du fuselage Montage du fuselage Montage du fuselage
La platine en contre-plaqué ajourée reçoit les servos de profondeur et de direction. La sangle en velcro livrée doit être glissée dans les fentes prévues avant le collage de la platine dans le fuselage.
Montage du fuselage Montage du fuselage Montage du fuselage
Deux tubes de colle sont livrés. C'est très bien mais s'ils conviennent pour assembler le fuselage, les empennages et l'aile, la quantité est un peu juste pour terminer avec les flotteurs. J'ai utilisé de la colle PU blanche pour ces derniers.
Montage du fuselage Montage du fuselage Montage du fuselage
La platine se positionne dans une fente prévue dans chaque demi-coque. A l'arrière, un T en plastique est collé pour recevoir le longeron du fuselage et supporter la roulette de queue.
Montage du fuselage Montage du fuselage Montage du fuselage
La saignée est badigeonnée de colle, tout comme l'extrémité du tube carbone. La commande de profondeur glisse à l'intérieur du tube.
Montage du fuselage Montage du fuselage Montage du fuselage
La gaine de commande pour la direction se colle dans le flanc droit, sous l'emplacement du longeron. Deux carters en plastiques s'emboîtent parfaitement sur le fuselage au niveau du moteur.
Montage du fuselage Montage du fuselage Montage du fuselage
Il n'est pas utile de coller ces carénages. La platine est collée sur le flanc droit avec ses deux servos en place.
Le contrôleur est immobilisé au Velcro adhésif juste en dessous.
Montage du fuselage
Les câbles sont regroupés avec quelques tours de ruban adhésif et immobilisé dans l'évidement prévu afin de ne pas être pincés lors de la fermeture du fuselage. On encolle une demi-coque sur toute la surface qui sera en contact avec l'autre, sans oublier les plots. Le fuselage est alors refermé en prenant garde de ne pas pincer de câbles.
Montage du fuselage Montage du fuselage Montage du fuselage
Quelques fentes subsistent sous le fuselage. Celle de l'avant est une écope pour le refroidissement. Les autres vont être comblées par des pièces en plastique qui serviront à fixer le train d'atterrissage.
Montage du fuselage Montage du fuselage Montage du fuselage
Après encollage des logements, les supports en plastique sont enfoncés à leur place. J'ai utilisé la colle fournie qui reste un peu souple mais je pense que de la PU serait préférable ici.
Montage de la cabine
Montage de la cabine Montage de la cabine Montage de la cabine
La cabine est retenue par un système de verrouillage en plastique. La pièce qui fait ressort se glisse entre les flancs et doit être bien plaquée au fond de son logement.
Montage de la cabine Montage de la cabine Montage de la cabine
Côté cabine, c'est une languette avec un plot de retenue. Attention à bien la placer dans le bon sens. Il est préférable de positionner le baquet sur le fuselage durant le séchage de la colle afin de s'assurer que tout est bien à sa place.
Montage de la cabine Montage de la cabine Montage de la cabine
Le tracé de verrière un peu juste. Il vaut mieux couper un peu plus large (1 à 2 mm tout autour) puis retoucher après.
Montage de la cabine Montage de la cabine Montage de la cabine
La colle livrée convient encore parfaitement pour fixer la verrière. S'il existe un surplus de colle à enlever, ça s'enlève très bien avec un chiffon imbibé d'eau écarlate, sans laisser de trace et sans altérer les matériaux.
Montage des empennages
Montage des empennages Montage des empennages
Les guignols sont collés-vissés dans leur emplacement. La commande de profondeur doit être glissée dans le guignol avant de coller le stab.
Montage des empennages Montage des empennages Montage des empennages
Le stab est maintenu plaqué dans son logement durant tout le séchage. Même chose pour la dérive : on attache le guignol. On voit sur cette photo la charnière, réalisée avec le matériau
Montage des empennages Montage des empennages
Après fixation du guignol et accroche de la commande, la dérive est collée bien verticalement dans son logement.
Montage de l'aile
Montage de l'aile Montage de l'aile Montage de l'aile
Ces pièces astucieuses constituent le système de verrouillage de la clé d'aile/longeron.
Un écrou est collé dans le logement hexagonal puis la pièce est collée dans l'aile.
Montage de l'aile Montage de l'aile Montage de l'aile

Il est nécessaire de rallonger les câbles des servos d'ailerons. Soit on coupe et on fait de la soudure, soit on utilise une rallonge comme c'est le cas ici. Pour éviter tout débranchement intempestif, quelques tours de ruban adhésif solidarisent les prises.

Montage de l'aile Montage de l'aile Montage de l'aile
Les palonniers sont repercés afin d'un glisser les systèmes de verrouillage des commande. Ils doivent pouvoir tourner librement, mais sans jeu. Une goutte de cyano condamne l'écrou pour éviter tout desserrage.
Montage de l'aile Montage de l'aile Montage de l'aile
Après avoir vérifié que le palonnier est bien placé lorsque le servo est au neutre, ce dernier est immobilisé à la colle au pistolet dans sa cuvette.
Montage de l'aile Montage de l'aile Montage de l'aile
Au niveau de la prise, il est nécessaire de retirer un peu de matière. Une goutte de colle immobilise le câble à l'emplanture.
Montage de l'aile Montage de l'aile Montage de l'aile
Mise en place des commandes d'ailerons. Les tringleries sont coupées et pliées à la bonne longueur. Côté guignol, la tringlerie fait un Z ; côté servo, c'est une bague de fixation qui la maintient sur le palonnier.
Montage de l'aile Montage de l'aile
Même principe dans le fuselage pour ses commandes de profondeur et de direction. Une pince est utile pour permettre de tenir la bague de fixation en serrant fermement la vis.
Installation du moteur
Installation du moteur Installation du moteur Installation du moteur
Le moteur est fixé par 4 vis M3. J'ai utilisé celles qui sont livrées avec le moteur et qui ont des têtes fraisées. Il peut être nécessaire d'ovaliser très légèrement les deux trous ronds pour faire entrer les vis plus facilement.
Installation du moteur Installation du moteur Installation du moteur
Deux demi-coquilles se glissent sur les flancs dans les emplacements moulés qui correspondent. Il n'est pas nécessaire de coller ces pièces qui s'emboîtent parfaitement.
Installation du moteur Installation du moteur Installation du moteur
Les fils venant du contrôleur sont glissés dans les aérations, d'un côté du fuselage. La deuxième demi-coquille est vissée sur la première, à l'aide de 2 longues vis auto-taraudeuses.
Installation du moteur Installation du moteur Programmation du contrôleur
Le couple moteur est tenu par 4 vis auto-taraudeuses. Paramétrage du contrôleur à l'aide d'une carte de programmation Pro-Tronik. C'est bien plus facile que de gérer le nombre de bips.
Assemblage du train d'atterrissage
Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage
Jambes pliées pour le train (la plus grande) et pour les flotteurs (deux identiques. Il y a trop d’écart entre le pliage et le filetage sur la corde à piano du train principal. Les roues peuvent se déplacer d’au moins 5 mm et pourraient se coincer dans l’angle. Des bagues d’arrêts de 3 mm ont été ajoutées côté pliage.
Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage
Fixation des roues avec écrous Nylstop. Le train vient se glisser dans le support en plastique collé au fond du fuselage.
Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage
Une entretoise en plastique vient le caler puis il est verrouillé en place à l'aide d'une grosse vis auto-taraudeuse.
Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage
J’ai ajouté un écrou Nyltop de 2 mm pour tenir la roulette car c’est un simple écrou qui est livré et qui pourrait se desserrer. La jambe se glisse dans le support en plastique.
Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage
Les deux plus petites vis épaulées ont été utilisées pour plaquer la jambe sur le support plastique.
Assemblage du train d'atterrissage Assemblage du train d'atterrissage
Une des trois plus grosses vis maintient l’ensemble à l’arrière du fuselage. Le support a été repercé pour que la vis puisse bien le pincer contre l'insert collé auparavant dans le fuselage.
Préparation des flotteurs
Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs
Les flotteurs sont moulés en deux demi-coques à assembler. Ils sont creux et particulièrement léger. Les supports en plastique usiné sont plus lourds.
Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs
Les éléments composant le gouvernail. Le film de protection marron doit être retiré avant collage. Le gouvernail se monte sur un flotteur. Sur l'autre, une pièce servira à boucher la fente existante.
Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs
Un décrochement est prévu de moulage pour glisser les fixations des flotteurs. Les deux pièces constituant la charnière ne sont pas moulées de la même façon. Un trou plus étroit à placer à l'opposé de la tête de vis reçoit la vis en force, ce qui permet de se passer d'écrou.
Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs
Les petites vis livrées ne m'ont pas convaincu car leur pointe mordait à peine dans le plastique. Je les ai replacées par des boulons de 2 mm.
Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs
Ces boulons sont recoupés au ras des écrous avec un disque à tronçonner monté sur une mini-perceuse.. Les flotteurs sont collés avec soin, l'eau ne doit pas s'infiltrer à l'intérieur. Le reste de la colle livrée est un peu juste pour tout faire. J'ai utilisé de la colle PU en les maintenant bien plaqués durant le séchage.
Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs
Les écrous de 3 mm sont vissés sur les filetages. Le verrouillage se fait en prenant en sandwich les plaques de fixation. Des écrous Nylstop sont placés en bout de filetage.
Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs
Les flotteurs doivent être bien parallèles et alignés sur le même plan horizontal, sans pincement. Le servo de gouvernail est placé à l'extérieur, monté dans un support qui vient se placer sous le fuselage. Il pourrait sembler très exposé aux projections d'eau mais après essai, tout va bien ainsi.
Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs
Pour monter les flotteurs sous le fuselage, on retire le train sans perdre l'entretoise en plastique. Le support du servo de gouvernail se glisse à sa place.
Préparation des flotteurs Préparation des flotteurs
La commande qui part du servo au gouvernail est maintenue contre une des jambes de train à l'aide d'un collier nylon pour éviter le flambage.
Sur le terrain
Sur le terrain Sur le terrain Sur le terrain
Les câbles du moteur propulsif passent par les ouïes présentes dans le support. La batterie est tenue par un anneau de velcro. Une petite bande supplémentaire collée sur la platine (non fournie) évite à la batterie de se déplacer d'avant en arrière. L'accès est très facile en retirant la verrière.
Sur le terrain Sur le terrain Sur le terrain
Le longeron-clé en carbone est passé dans le fuselage puis les ailes sont glissées dessus. Il faut attraper les rallonges de servos et les brancher avant de plaquer les ailes.
Sur le terrain Sur le terrain Sur le terrain
Lorsque les ailes sont bien plaquées, on les verrouille en serrant la vis de la pièce en plastique pinçant le longeron.
A l'avant, l'ouverture pour refroidir l'ensemble de propulsion sera bouchée avec un morceau de ruban adhésif en configuration hydravion.
Version motoplaneur
Version motoplaneur Version motoplaneur Version motoplaneur
C'est bien sûr en configuration "motoplaneur" que le DreamSurfer est le plus léger. Bien trimé, il vole tout seul... Un débutant assisté le prendra rapidement en main.
Version motoplaneur Version motoplaneur Version motoplaneur
Avec un pack 3S 2200 mAh, on vole sans problème 1/2 heure en alternant les vols planés, les grimpées sous pente prononcées, et même la voltige de base qui tourne sans soucis.
Version avion
Version avion Version avion Version avion
Seules deux vis doivent être serrées pour passer de la configuration motoplaneur à l'avion. Un pour les jambes principales, une pour le support de la roulette de queue, fixe.
Version avion Version avion Version avion
Le train bicycle permet de décoller du sol, mais uniquement depuis une piste en dur et avec un vent à peu près axé. Sinon l'avion fait girouette, à moins de souffler fortement la dérive avec les gaz. Il lève également l'aile assez facilement.
Version avion Version avion Version avion
Le centrage ne varie presque pas lorsque le train est ajouté. Le compartiment batterie est suffisamment long pour déplacer celle-ci si on souhaite modifier le centrage.
Version avion Version avion Version avion
Le comportement en vol ne varie quasiment pas lorsque le train est ajouté.
Version avion Version avion Version avion
Sur piste en herbe, on lance à la main. Si l'herbe est très rase, on arrive à effectuer des touch&go. Il n'est cependant pas possible de rouler de encore moins de taxier le modèle.

Version hydravion
Version hydravion Version hydravion Version hydravion
En configuration hydravion, on se contente de voler par temps calme. Le DreamSurfer n'aime pas les vagues, il enfourne assez facilement si le plan d'eau est un peu agité. Par mer d'huile, on le laisse glisser longtemps avant de tirer assez fermement pour le faire déjauger.
Version hydravion Version hydravion Version hydravion
Le décollage a lieu souvent après un ou deux rebonds.
Version hydravion Version hydravion Version hydravion
Le pilotage en hydravion n'est pas plus difficile qu'en avion. Il faut simplement savoir atterrir et décoller très proprement avant de s'aventurer sur l'eau.
Version hydravion Version hydravion Version hydravion
Il ne faut pas tirer trop fort sur la profondeur sinon l'arrière des flotteurs s'enfonce, et celui du fuselage également, faisant perdre une partie de la vitesse.
Version hydravion Version hydravion Version hydravion
On sent que le modèle est plus lourd, et que la traînée est bien plus importante quand les flotteurs sont installés. Cependant, la réserve de puissance avec la motorisation installée est encore conséquente.
Version hydravion Version hydravion Version hydravion
Les vols dans le calme d'une fin de journée sont un vrai bonheur. On enchaîne les déjaugeages et amerrissage pour le plaisir.
Plouf... Plouf...
Plouf... Plouf...
Parfois, un flotteur enfourne et le DreamSurfer plonge une aile ou même le nez dans l'eau. C'est pourquoi il est préférable de masquer l'entrée d'air à l'avant à l'aide d'un morceau de ruban adhésif.
Il faut s'assurer avant chaque vol du bon parallélisme des flotteurs afin d'éviter ce genre de mésaventure.
Avec du vent, l'aile se soulève très facilement car l'avion est haut perché. S'il arrive à se retourner, on ne touche plus à rien et on attend que le vent le repousse jusqu'au bord. Après séchage, il sera prêt à repartir...
Pour bien commencer l'année 2013 et profiter de la météo très honorable pour un premier janvier, rien de mieux que quelques ronds dans l'eau - et d'autres au-dessus - avec un hydravion au vol tranquille...
Sur la neige...
Sur la neige... Sur la neige... Sur la neige...
En guise de skis, les flotteurs font parfaitement l'affaire quand la neige est tombée.
Sur la neige... Sur la neige... Sur la neige...
Le taxiage est difficile, voire impossible. On se contente de décoller et d'atterrir face au vent. Il faut là encore s'assurer du bon alignement des flotteurs pour glisser droit.
Sur la neige... Sur la neige... Sur la neige...
La neige ne doit pas être trop poudreuse si l'on veut assurer des décollages efficaces.
Sur la neige... Sur la neige... Sur la neige...
Le vol sur la neige est bien plus facile que sur l'eau. Le doux tapis blanc amortit bien les retours au sol moins précis.
Les flotteurs, c'est sympa sur l'eau. Mais sur un doux tapis de neige moelleux, c'est le bonheur. 10 cm d'épaisseur en région parisienne, faut pas rater ça. C'était aussi l'occasion d'essayer le vol en immersion sur le Dream Surfer. Un peu sensible au vent, mais doux à piloter. La prochaine fois, faudra un plafond un peu plus haut, et si possible quelques rayons de soleil...
Vol en immersion (FPV)
Vol en immersion (FPV) Vol en immersion (FPV) Vol en immersion (FPV)
Le baquet sans la verrière peut recevoir un équipement pour l'immersion (détaillé sur cette page). Ici, c'est une GoPro, l'émetteur vidéo et un OSD qui prennent place à l'avant du fuselage. On recule la batterie pratiquement jusqu'aux servos pour tenter de reculer le centrage qui se trouve alors très avant. L'alternative consiste à déporter l'émetteur vidéo derrière le moteur.
Vol en immersion (FPV) Vol en immersion (FPV) Vol en immersion (FPV)
Les performances en vol avec un centrage correct sont bien meilleures, même si ça vole encore avec un centrage à 3 cm du bord d'attaque comme c'est le cas pour cette installation improvisée...
Vol en immersion (FPV) Vol en immersion (FPV) Vol en immersion (FPV)
Dans cette configuration, les performances sont altérées même si le comportement reste encore remarquable. L'avion se dandine un peu, ce qui n'est pas très agréable quand on visionne les vidéos. Si on vole souvent ainsi, il est préférable de fixer le matériel pour conserver le centrage conseillé, à 60 mm du bord d'attaque.

Contacter le webmaster : laurent@jivaro-models.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Home
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.
A2Pro, le fabricant
Locations of visitors to this page