Home
Sujet ajouté le
11 octobre 2006
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
Google

ACCIPITER BADIUS

SHUN DA

Un Epervier économique pour prendre l’air en 30 minutes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation : Pascal Delannoy

Le rêve d’Icare nous hante tous plus ou moins. Cependant, faire prendre l’air à un modèle avec le minimum de contraintes reste plus accessible. Pour débuter en aéromodélisme, il faut généralement un peu de temps et un budget comparable à l’achat d’un appareil photo milieu de gamme. Aujourd’hui, je vous propose une autre approche…


Débuter avec un budget réduit est possible…

Le fabricant Shun Da propose de rendre l’aéromodélisme RC accessible au plus grand nombre, avec un ensemble au rapport qualité prix pour le moins surprenant. Nous avons encore en mémoire, la célèbre phrase «  lorsque la Chine se réveillera ». Shun Da (SD) est un fabricant basé au pays du soleil levant. Ce kit de présérie sera certainement prochainement proposé en France. SD semble initier une démarche déjà bien amorcée dans le milieu du jouet, visant à proposer du matériel de qualité convenable à un prix défiant toute concurrence. L’époque ou du matériel au fonctionnement aléatoire, en provenance de Chine, inondait le marché grand public s’éloigne peu à peu. L’Accipiter Badius est un motoplaneur électrique livré complet avec la radio et tout le nécessaire de mise en vol. Vous me direz que cela n’a rien d’extraordinaire et vous aurez certainement raison. Ce qui est nouveau c’est le niveau de prix inférieur à 120 euros qui est un véritable tremplin pour accéder à l’aéromodélisme RC… Accipiter Badius signifie en français, Epervier shrika. Cet épervier de 30 cm se rencontre en Gambie, en Afrique du Sud de même qu’en Asie.


La radio est montée par le fabricant, le quartz est facilement accessible.

Le kit
La présentation, dans un conditionnement en quadrichromie est au standard international. Un polystyrène dense protège efficacement des chocs. Des photos permettent, sans ouvrir, d’avoir une idée précise du contenu. La notice, en anglais dans ce kit de présérie, comporte 28 photos renseignant parfaitement le novice sur les subtilités du montage de l’Accipiter. La radio SD-T3DP surprend agréablement. L’alimentation sur piles pourra facilement être remplacée par une batterie. Une batterie de propulsion 8,4 volts Ni-MH de 600 mA est jointe. Un chargeur 220 volts débitant 300 mA, équipé d’une prise type Tamiya miniature, permet de charger au domicile. Un tournevis, une hélice de rechange, des vis autotaraudeuses complètent la livraison. La cellule est en plastique antichoc soufflé pour le fuselage et en mousse proche du Depron ( mais plus dure ) entoilée pour les ailes et les empennages. Le fuselage est livré entièrement monté avec le moteur, l’hélice, les servos, le variateur et le récepteur. Les décorations sont déjà posées. Un jeu de quartz permet de choisir entre 12 fréquences. Trois versions de l’Accipiter Badius existent, blanche ( celle de l’essai ) jaune ou bleue. Fort judicieusement, une hélice repliable de rechange est jointe. Le premier examen laisse une bonne impression. Tout est compris, la notice comporte de nombreuses photos, deux batteries sont proposées, elles permettent de voler environ une demi heure si quelques thermiques sont présents sur le terrain autrement le vol durera 20 minutes car chaque batterie autorise 10 minutes de vol par temps neutre. Un pilote novice pourra donc s’initier dans de bonnes conditions aux spécificités du vol RC. Un chargeur 12 volts serait un plus mais, dans l’état si l’on considère le prix de l’ensemble, on peut s’estimer satisfait… La qualité est suffisante pour l’usage auquel est destiné ce matériel.


La batterie de propulsion est accessible par la verrière ce qui est très pratique. Le bouton poussoir à droite contrôle la sécurité moteur.

La radio SD-T3DP
La radio 2 voies livrée est modifiée pour le vol RC. Une troisième voie sur un potentiomètre rotatif est disposée à droite de l’émetteur. Deux inverseurs sont disposés en face avant. Le quartz est immédiatement accessible. La modulation AM et la puissance HF autorisent une portée de 500 m. Le design, tout droit sorti de la science fiction, n’empêche pas une excellente préhension. Les trim tombent bien sous les pouces de mêmes que les manches qui sont sans jeu. L’interrupteur de mise en marche est un peu proéminent, mais son emplacement limite le risque de coupure involontaire. Une diode indique la mise sous tension et une autre contrôle la tension de la batterie batterie ou des piles. Un bip se fait entendre à la mise en marche. Les servos de 17 g sont classiques, le couple est de l’ordre de 1,5 kg.cm. Ils sont parfaitement réutilisables pour d’autres applications. Le récepteur 3 voies est compact mais il n’appartient pas au format park flyer. Il pèse 35 g. Le quartz est accessible sur le dessus. Le variateur est comparable aux anciens variateurs auto avec deux transistors dépassant du boîtier pour favoriser le refroidissement. Sa fréquence de découpage est de 50 Hz. Le variateur est de type Auto Reset, en cas d’interférence le moteur se coupe et redémarre lorsqu’elle disparaît. Les piles prévues à l’émetteur sont déconseillées. J’ai opté pour un pack Lipoly 580 mA 11,1 volts. Le pack se monte directement sans modifications, seuls des fils sont à souder sur la platine avec une prise intermédiaire pour la recharge. Le faible poids en main de 400 g avec le Lipoly, est appréciable. Globalement, la qualité est suffisante et durable pour permettre de nombreux vols sans soucis. La sécurité est soignée, avec un poussoir validant la mise en fonction du variateur. Le système BEC alimente la réception. L’émetteur comporte des manches simplement emboîtés, la réalisation d’un émetteur miniature est envisageable pour les modélistes confirmés.


L’émetteur trois voies AM livré est d’une préhension très agréable.

Etude de la cellule
Shan Du propose un modèle simple, le poids situé assez bas doit permettre un excellent couple de rappel lorsque les gouvernes sont ramenées au neutre. Le simple dièdre est suffisant. Le profil concave de 6% d’épaisseur relative autorise une bonne finesse. L’effet de poutre autorisé par la concavité renforce la structure de l’aile. La portance élevée des profils creux facilite l’exploitation des ascendances. Le bord de fuite fin (8/10) est favorable à la finesse générale. L’aile est en légère flèche arrière pour favoriser le centrage et renforcer l’effet de dièdre. Le maître couple de 45 x 75 mm limite la traînée du fuselage. Les gouvernes ont une surface adaptée à un contrôle du vol en souplesse, sans vigueur excessive. Le bras de levier arrière important y contribuera. Le stabilisateur représente 23% de la surface de l’aile. C’est très généreux, la stabilité sur trajectoire et l’amortissement sont assurés (V stab = 0,99). L’hélice non identifiée se replie en vol, limitant ainsi les traînées parasites. L’aile vissée surprend un peu pour un motoplaneur destiné à des pilotes novices. Des bracelets élastiques seraient plus appropriés. La sécurité concernant la mise en marche du moteur est par contre indispensable pour le grand public. SD à donc équipé le variateur d’une sécurité. L’interrupteur de mise en marche radio avec la position « ON » vers l’avant est propice à un lancement avec la radio coupée… Il suffit de le retourner en le dévissant pour éviter cette mésaventure. L’antenne est déjà en place et bien située, elle sort sous le stabilisateur. L’Accipiter est bien conçu, sa cellule fine est adaptée au vol électrique. Le vol doit être sans histoires. SD fait preuve d’une bonne expérience en proposant une aérodynamique éprouvée.

Le grand bras de levier arrière autorise une bonne stabilité de trajectoire.


Le profil concave affiche un creux important. Ce profil est très porteur, le vol est peu rapide et donc bien adapté aux premiers pas en pilotage.

Désignation Caractéristiques Appréciation
Poids du fuselage nu 281 g, sans la batterie , poids raisonnable +++
Poids des empennages nus 32 g, mousse dure, poids raisonnable +++
Poids de l’aile nue 120 g, soit 8,6g/dm², poids moyen +++
Profil de l’aile Profil concave de 6 % d’épaisseur relative, porteur ++++
Profil du stabilisateur Plat, mousse dure de 4mm, bien adapté ++++
Profil de la dérive Plat, mousse dure de 4mm, bien adapté ++++
Surface de l’aile 14 dm², bon choix pour un vol pas trop rapide ++++
Surface du stabilisateur 3,2 dm² soit 23 % de l’aile +++++
Poids terminé constructeur 500 g, favorable à une charge alaire raisonnable ++++
Poids obtenu 530 g, poids dépassé mais correct +++
Charge alaire fabricant 36 g/dm² bonne valeur pour un vol polyvalent ++++
Charge alaire obtenue 38 g/dm², un vent moyen est bien supporté +++
Volume stabilisateur Vstab = 0,99, valeur très généreuse sécurisante +++++
Vrillage Pas de vrillage négatif au saumon, décrochage doux ++++
Vé longitudinal - 0,8 ° valeur négative car profil très porteur ++++
Dièdre 4° par aile au sol, le double en vol (souplesse) ++++
Notice Photos abondantes, montage facile ++++
Respect des formes Le kit est conforme au descriptif fabricant ++++
Qualité de fabrication La qualité est correcte pour cette gamme de modèle ++++
+++++ Excellent ; ++++ Bon ; +++ Moyen ; ++ Passable ; + Insuffisant


Notez le profil très creux et la sécurité moteur.

Etude de la motorisation
Une présentation en tableau permet de synthétiser efficacement un moteur. La batterie est celle du kit 8,4 volts 600 mA NiMH. La valeur rpm indique le nombre de tours par minute. I indique la consommation en entrée moteur, en ampères (A). P.U. indique la puissance réellement disponible à l’hélice, n est le rendement en % (ce rendement inclut le contrôleur, le rendement du moteur seul étant plus élevé), la vitesse de la veine d’air est en km/h, la Traction est en grammes. Le variateur fait en réalité baisser les valeurs de rendement de 5 %. Le Taux indique le taux de montée en m/s du modèle au régime maximum (meilleur taux avec une faible pente de 20°). Toujours dégager le champ de rotation de l‘hélice et agir avec précaution.

Moteur format 380 / 400 avec manteau magnétique
Batterie
Hélice
Rpm
I (A)
P.U.
n (%)
Vitesse
Traction
Taux
Appréciation
8,4V
SD6,7"x4"
9500
6,6
27
57
51
210
2,80
+++
+++++ Excellent ; ++++ Bon ; +++ Moyen ; ++ Passable ; + Insuffisant

La batterie de 8,4 volts 600 mA Ni-MH pèse 98 g. Elle alimente vaillamment le petit moteur au format 380 (appellation industrielle des Speed 400). Elle semble en provenance du fabricant Kan. Le petit moteur équipé d’un manteau magnétique et d’une bonne ventilation du collecteur se montre bien adapté pour une montée honnête. Le taux de montée indiqué par SD (ce qui est rare et mérite d’être souligné) est confirmé - altimètre ELV - avec 3 m/s en début de décharge.


Ventilation moteur par le patin de protection.

La ventilation
Le patin sous le moteur comporte 6 ouvertures pour insuffler de l’air frais. La sortie se fait par la verrière car elle épouse moyennement le fuselage. En été c’est un peu juste, il est préférable de voler la verrière entre ouverte. Ne pas fragiliser le fuselage en faisant des prises Naca.


L’empennage est simplement vissé. Les chapes sont de qualité médiocre.


Les chapes en plastique sont à surveiller...

Le montage
L’Accipiter Badius demande au maximum 30 minutes pour pouvoir prendre l’air. Commencer par mettre en charge la batterie qui est déjà chargée à 50% de sa capacité à la livraison. Un programmateur pourra éviter de les oublier. Deux heures suffisent lorsque la batterie est complètement déchargée. Autrement un contrôle de la température à la main permet d’interrompre la charge dés que le pack est tiède (45°C). La notice renseigne bien et le respect de l’ordre proposé permet d’éviter des erreurs. Assouplir les articulations par de nombreuses flexions. Une fois les empennages montés (2 vis courtes avec une rondelle soudée), il faut contrôler le bons sens de débattement des gouvernes ainsi que leur alignement. Les chapes sont de mauvaise qualité mais elles assurent malgré tout leur rôle. Contrôler que l’inter radio est sur « ON » vers l’arrière sinon le retourner. Une fois arrivé sur le terrain (avec un modéliste expérimenté pour les débutants) faire un test de portée moteur arrêté et moteur en marche. Au sol une portée de 300 m minimum doit être obtenue. La fréquence en AM doit être plus éloignée pour éviter des interférences, faire des test avec les autres émetteurs présents.


L’aile est vissée sur le fuselage mais des élastiques seraient mieux adaptés pour les pilotes novices…

La finition
SD pose en usine les autocollants, donc aucun travail n’est nécessaire. Pour améliorer la visualisation, un peu de peinture en bombe jaune fluo aux saumons pourra faciliter le pilotage à bonne distance, qui n’est pas évident lorsque l’on débute.


L’exemplaire testé comporte deux batteries. Le chargeur secteur n’est pas équipé d’une coupure en fin de charge, attention aux étourderies… Un programmateur réglé sur 2 heures évites bien des désagréments !

Les réglages
Les débattements ainsi que le centrage sont déterminés par le fabricant et aucune intervention n’est nécessaire. Les valeurs relevées sont les suivantes, profondeur + /- 10 mm, direction +/- 10 mm. Centrage à 60 mm du bord d’attaque.


La montée est rapide avec une bonne vitesse sur trajectoire, le vent est bien toléré.

Le vol
La prise en main : est facile, le fuselage souple avec l’aile haute permet un lancement sans difficultés, bien à plat sans risques pour les doigts à la mise en marche du moteur.
La prise d’altitude : est douce à 2,80 m/s vérifiés avec un altimètre et un chrono. La mise en marche du moteur avec un potentiomètre demande un peu d’habitude mais le dosage précis du régime est intéressant, de plus le moniteur pourra facilement le manipuler en cas de nécessité. Après 20 s on coupe le moteur. L’absence de frein moteur se fait sentir. Il faut ralentir l’Accipiter pour replier l’hélice soit voler moteur au ralenti car le variateur permet un réglage précis du régime. Pour débuter, la traction permanente du moteur à faible régime peut faciliter la prise en main car un planeur est plus fin qu’un avion.
Spirale : la mise en spirale est facile car le dièdre important et le grand bras de levier permet une action précise et stable. La stabilité est bonne, peu de corrections sont nécessaires.
Vol à voile, transition : la finesse de la cellule est moyenne mais il est parfaitement possible de transiter pour chercher un courant ascendant ou accélérer pour quitter une zone de descendance marquée. L’Accipiter signale la présence d’un thermique par un mouvement d’aile ou une accélération sensible.
Aptitude au vol thermique : l’Accipiter accroche bien des petits thermiques sans pour autant égaler un planeur de lancé main. La bonne aptitude à spiraler permet d’enrouler avec aisance les thermiques.
Le décrochage : moteur à l’arrêt, le décrochage, manche de profondeur à plein cabré, est doux. L’accipiter fait de petites abattées sans tendance à partir sur une aile. Avec le moteur le décrochage intervient plus tard mais l’abattée est plus importante.
La stabilité de cap : en lâchant les manches est bonne, les petites rafales sont bien supportées, le grand bras de levier est bénéfique. Le dièdre important favorise la stabilité par effet pendulaire.
La maniabilité : avec les débattements indiqués est moyenne pour permettre au novice de comprendre les effets de ses ordres sans brutalité.
La précision des gouvernes : est bonne car les servos travaillent sur toute leur course. La douceur du contrôle autorise une bonne précision. Ici il n’est pas question d’égaler un avion de voltige mais le vol pourra être précis sans difficultés notables.
La voltige : de base passe bien en prenant un peu de vitesse. Le renversement doit être botté assez tôt car le faible poids limite la restitution. La boucle est de petit diamètre, la souplesse des ailes est étonnante mais tel le roseau il n’y a pas de rupture à déplorer tant que la prise de badin est raisonnable.
L’atterrissage : pourra être envisagé dans un espace limité. La vitesse de vol minimum est peu élevée (comparable à celle d’un park flyer en vol). Eviter les terrains trop turbulents car la réponse amortie à la dérive demande un peu d’anticipation. La prise de contact avec le sol se fait en douceur.
Conditions météo adaptées : un vent de force nulle à force 3 est idéal. Les terrains peux turbulents sont préférables pour apprendre dans de bonnes conditions. Un vent soutenu de force 4 est supportable car le profil est fin.


La spirale est facile et stable, le profil creux est accrocheur.

La fiabilité de la cellule
Manipulations : le fuselage est solide, le plastique gras est impossible à coller mais un pli se rattrape avec un sèche cheveux. Le Depron entoilé, ou assimilé, se colle facilement à l’époxy rapide et supporte bien les petits chocs.
En vol : les ailes sont souples mais le poids limité à 500 g n’impose pas de gros efforts à la cellule. Une ressource brusque fait prendre du dièdre à l’aile mais aucune rupture ou rupture de l’aile n’est observée.

L’agrément
Un motoplaneur est un bon modèle pour apprendre à piloter en douceur. Le silence d’une propulsion électrique et la facilité de mise en œuvre sont favorables à une progression rapide. Pour un modéliste confirmé, c’est l’occasion de piloter un modèle sans soucis pendant les vacances, en toute simplicité. Le pilotage de l’Accipiter est agréable et constitue une excellente détente. Biensur, pour faire de la voltige il vaut mieux chercher une autre cellule…


La voilure est souple, elle prend du dièdre en vol.
Sa résistance n’a cependant pas été prise en défaut.

Le pilotage
Apprendre à piloter avec l’Accipiter est aisé. L’autostabilité, le vol lent, la bonne visibilité, le temps de vol de 10 minutes minimum, tout est réuni pour un apprentissage dans de bonnes conditions. Les erreurs sont démonstratives mais jamais dangereuses. Cependant, il ne faut en aucune manière tenter de débuter seul, ceci malgré la bonne volonté évidente de ce modèle. La mise en marche du moteur n’est instinctive sur le coté mais le moniteur pourra par contre y accéder sans gêner l’élève.


Ne montez pas trop haut tout de même ! La portée de la radio en AM est de l’ordre de 500 m…

Conclusion
L’objectif de Shun Da, visant à permettre un apprentissage du modélisme avec le quart du budget normalement consacré à une première acquisition est totalement atteint. Un esprit chagrin regrettera peut être l’absence d’un chargeur de terrain sur batterie automobile. Un chargeur 12 volts 7 éléments est toutefois peu onéreux. Le seul véritable regret est l’absence de frein moteur qui retarde le repliement de l’hélice. La rapidité du montage est un autre atout. Bons vols à toutes et à tous !

Caractéristiques
Envergure : 110 cm
Longueur : 82 cm
Surface : 14 dm²
Charge alaire : 38 g/dm²
Poids : 530 g
Vitesse : environ 20 à 40 km/h
Taux de montée : 3 m/s vérifié
Motorisation : Format 400, appelé Turbo 380
Centrage : 60 mm du bord d’attaque
Débattements : profondeur + /-10 mm , dérive + /- 10 mm
Temps de construction : 30 minutes
Prix : 115 euros
Radio : SD-T3DP, 2 servos de 17 g, variateur BEC sans frein, protection renforcée contre les interférences. Mise en marche du moteur sécurisée.
Portée : 500 m
Autonomie : 10 minutes par temps neutre
Conditions de vol adaptées  : vent de force nul à force 3

   
 

Carnet d’adresse :
Fabricant : Shun Da

Importateur en France de Shun Da :
MRC
ZAC, 15 bis Avenue de la Sablière
94370 Sucy en Brie
Tél : 01 49 62 09 60
Fax : 01 49 62 09 73
Web : www.mrcmodelisme.com

Distributeur de l’exemplaire testé :
Lindinger
Tél : 43 (0) 75846-3318
Fax : 43 (0) 75846-3318-17
Web : www.lindinger.at
E-mail : office@lindinger.at

J’ai aimé :
- La sécurité moteur évitant un démarrage intempestif
- L’Auto Reset fiable du variateur
- La facilité de pilotage bien adaptée à l’apprentissage
- L’auto stabilité
- La fourniture d’une hélice de rechange
- La notice détaillée avec de nombreuses photos
- La rapidité de montage
- Le kit tout compris
- Le rapport qualité prix
J’ai moins aimé :
- L’absence de frein moteur
- La commande rotative du moteur demande une accoutumance
- Les chapes de mauvaise qualité
- La radio en AM bien que cela ne gêne en rien le vol (sous réserve de contrôler le fonctionnement avec les autres modélistes présents)
- Le chargeur sans coupure automatique
Contacter l'auteur : pascal-delannoy@jivaro-models.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Home
Les réalisations "perso" Des plans à télécharger ou à commander Avions, planeurs, hélicos, matériels disponibles dans le commerce Les événements aériens Des vidéos exceptionnelles, marrantes ou impressionnantes Laissez un mot sur le livre d'or
Des infos pour perfectionner ses modèles Le coin de la bidouille Les "inclassables" sont rangés ici... D'autres pages à visiter L'équipe des auteurs présents dans ces pages Contacter le webmaster
Français English Español Deutsch Italiano
  Ceský Russian Nederlands Português slovenských
D'autres sujets sont classés dans les différentes rurbiques. Cliquer sur les boutons pour y accéder.
jivaro-models.org
Locations of visitors to this page